Devinette : pommettes ou cerises ?

25 octobre 2020
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En 2015, j’ai publié cette photo, prise au marché Maisonneuve, convaincu qu’il s’agissait de fleurs de pommetiers.

Effectivement, ces fleurs sont typiques de ces arbres fruitiers.

Petits fruits jaunes

Mais en passant au même endroit il y a dix jours, j’ai remarqué que leurs fruits avaient plutôt la taille d’une cerise. Or toutes les pommettes que j’ai vues à ce jour sont sensiblement plus grosses que cela.

En cherchant des photos de cerises sur l’internet, j’ai appris qu’effectivement, certains cerisiers produisaient des fruits jaunes.

Alors, était-ce plutôt des cerises jaunes ?

Et puis un détail a attiré mon attention; sur toutes ces photos de cerises, celles-ci ont des pédoncules verts. Or les fruits ci-dessus ont des pédoncules rouges.

Dans le cas particulier des cerises de France (ou cerises douces), il me semble bien que ces fruits ont des pédoncules rouges. J’en ai souvent mangé et le souvenir que j’en ai conservé, c’est qu’elles ont toujours des pédoncules rouges.

En vérifiant de nouveau sur l’internet, je réalise que même les cerises de France ont des pédoncules verts. (C’est bizarre, j’aurais pourtant juré…).

À moins que les cerises de France aient des pédoncules verts en France, mais qu’en traversant l’Atlantique… Non, cette idée est ridicule.

Dois-je me résoudre à croire que ce sont de minuscules pommettes jaunes ?

Pour en avoir le cœur net, il suffit de couper un de ces fruits en deux; s’il contient un gros noyau central, il s’agit d’une cerise. Mais s’il renferme des pépins…

Pour obtenir la réponse à cette question, veuillez cliquer sur ceci.

Surprise !

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs Lumix Leica 42,5 mm F/1,2 (1re photo), M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (2e photo) et M.Zuiko 60 mm F/2,8 Macro (photo cachée)
1re photo : 1/4000 sec. — F/1,2 — ISO 100 — 42,5 mm
2e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
photo cachée : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 60 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fruits, Nature | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Loi 101 et Montréal : la mairesse tombe des nues

24 octobre 2020

Contrairement à ce qu’exige la Loi 101 depuis dix-huit ans, dix des dix-neuf arrondissements de Montréal, ainsi que la ville-centre, n’ont toujours pas de certificat de conformité à la Charte de la langue française.

Les arrondissements non conformes sont :
• la ville-centre de Montréal
• Ahuntsic-Cartierville
• Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
• Lachine
• LaSalle
• Montréal-Nord
• Pierrefonds-Roxboro
• Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles
• Saint-Laurent
• Saint-Léonard
• Sud-Ouest.

Entre autres, la Loi 101 exige que le français soit la langue exclusive de travail à l’interne de toutes les administrations publiques.

Le principe est simple : tous les Francophones sont chez eux au Québec, qu’ils soient bilingues ou non. Exiger inutilement la connaissance de l’anglais à l’embauche constitue une discrimination à l’encontre des quatre millions de Québécois unilingues français.

Selon l’Office québécois de la langue française, la majorité des arrondissements montréalais exigent inutilement la connaissance de l’anglais à l’embauche. De plus, le cinquième d’entre eux exigent que certains de leurs employés parlent anglais avec leurs collègues et leurs supérieurs hiérarchiques.

Jeudi dernier, l’Assemblée nationale du Québec adoptait unanimement une résolution présentée par Simon Jolin-Barette (le ministre responsable de la langue française), pressant la ville de Montréal de se conformer à la Loi 101.

En conférence de presse, la mairesse de Montréal a déclaré :

Je m’explique mal cette motion parce que j’ai moi-même discuté avec M. Jolin-Barette.

La plupart des arrondissements de ma formation politique sont à jour ou sur le point de l’être.

Montréal est surement la capitale francophone de l’Amérique du Nord. Et on a bien l’intention de continuer à l’être et de travailler en collaboration avec le gouvernement du Québec.

Que veut dire ‘la plupart (…) sont à jour ou sur le point de l’être’ ? Cela veut dire que depuis dix-huit ans, certains arrondissements de Montréal n’ont même pas entrepris de se conformer à la loi.

Quant à ceux qui seraient sur le point de se conformer, combien de décennies supplémentaires leur faudra-t-il pour assurer à leurs employés francophones le droit de travailler dans leur langue ?

Référence : Plus de 50% des arrondissements de Montréal ne respectent pas la Charte de la langue française

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’anglicisation du Québec, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Anglicisation du Québec, Langue française | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Mon vélo

23 octobre 2020

Jugeant insuffisantes les mesures prises par la Société des transports de Montréal pour protéger sa clientèle du Covid-19, je me suis procuré cet été un vélo d’occasion sur Kijiji (pour 260$).

Cela augmente considérablement mon autonomie puisque la distance que je peux parcourir à vélo sans m’épuiser est le triple de celle que je peux marcher.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Il s’agit d’un Raleigh Colt pour fille, probablement construit dans les années 1960.

J’ai ajouté à l’arrière une boite à lait (environ 9$) qui me sert de panier. Sur un vélo de gars, je passerais mon temps à m’accrocher la jambe sur ce panier chaque fois que je descendrais de vélo. D’où l’idée d’avoir un vélo de fille.

Sur le côté droit du guidon, j’ai mis une clochette sans laquelle un vélo rétro ne serait pas réellement ‘vintage’.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Sur le côté gauche du guidon, un autre accessoire : un miroir Hafny HF-MR080 (28$) qui remplace l’ancien (qui sonnait la tôle).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Et sous le siège, confort ultime, j’ai ajouté une suspension Cane Creek Thudbuster LT, achetée d’occasion. Depuis, je pédale sur un nuage…

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 25 mm F/1,2 (1re photo) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/5000 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
2e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 38 mm
3e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Transport individuel | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Anatomie d’une fleur de tomate

18 octobre 2020

Le terme ‘tomate’ — qui désigne autant la plante que son fruit — est apparu en français en 1598 dans la traduction d’un livre écrit par un missionnaire espagnol.

Effectivement, avant la conquête du continent américain, ce fruit, né en Amérique du Sud, était inconnu en Europe. La cuisine italienne était donc très différente de ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Comme beaucoup d’autres plantes, les plants de tomate produisent des fleurs hermaphrodites, c’est-à-dire qu’elles contiennent des organes mâles (appelés étamines) et un organe femelle (appelé pistil).
 

 
De l’extérieur vers l’intérieur, la fleur se compose de cinq ou six sépales verts (parfois jusqu’à dix), du même nombre de pétales jaunes (que la fleur recourbe vers l’arrière en s’ouvrant), et d’une gaine renflée et striée formée d’étamines soudées. Au centre, le pistil.

Puisque la fleur de tomate ne produit pas de nectar, elle laisse indifférents un bon nombre de pollinisateurs (dont les abeilles).
 

 
Lorsqu’une variété de tomate possède des fleurs dont le pistil est plus long que sa gaine d’étamines (comme ci-dessus), ces fleurs peuvent être fécondées par du pollen provenant d’autres variétés. Le fruit obtenu sera alors un croisement entre les deux plantes.

Au contraire, lorsque le pistil est plus court que sa gaine d’étamines, la fleur ne peut être fécondée que par autopollinisation (grâce à l’intervention d’un agent extérieur).

En serre, certains producteurs utilisent des vibreurs afin de libérer le pollen des étamines et de féconder le pistil des fleurs d’un plant de tomate.

Mais le moyen le plus fiable est le bourdon. Ce gros insecte est amateur de pollen. Lorsqu’il se fixe à l’ouverture d’une fleur, le battement de ses ailes la secoue et fait tomber du pollen. Une partie de ce pollen se colle au bout du pistil et féconde la fleur.
 

 
À leur base, les étamines ne sont pas soudées. En les coupant à cet endroit, on peut facilement disséquer la fleur et révéler son pistil.
 


 
La fleur ci-dessus est un exemple où le pistil est plus court que sa gaine d’étamines.

Dans tous les cas, le pistil se compose de trois parties.

À sa base, on trouve une partie charnue qui ressemble, en miniature, à une tomate. Effectivement, il s’agit de l’ovaire qui, fécondé, grossira et deviendra un fruit.

De l’ovaire se dresse une longue tige (appelée ’style’) dont l’extrémité (appelée ‘stigmate’) sert à recevoir le pollen.
 

 
Une fois la fleur fécondée, ses sépales allongent, tandis que ses pétales sèchent et tombent.

Au début, le fruit est poilu.
 

 
Il arrive parfois que le jeune fruit tarde à se départir de ses étamines et de son pistil desséchés.
 

 
Le fruit grossira jusqu’à sa taille maximale…
 

 
…puis adoptera les couleurs qui sont typiques de sa variété.

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (9e photo) et M.Zuiko 60 mm F/2,8 Macro (les autres photos)
1re photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/11,0 — ISO 500 — 60 mm
3e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 60 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/9,0 — ISO 320 — 60 mm
6e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 5000 — 60 mm
8e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 60 mm
9e  photo : 1/160 sec. — F/11,0 — ISO 200 — 40 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Une autre tentative de rançonnage

16 octobre 2020

Introduction

En février 2019, un pseudo-pirate informatique avait tenté de m’extorquer une rançon.

Entre autres, celui-ci déclarait avoir pris le contrôle de la caméra de mon ordinateur et avoir obtenu des images compromettantes alors je consultais des sites pornographiques.

Or, depuis des années, j’appose un collant opaque sur la caméra de tous mes appareils mobiles. Conséquemment, il était évident qu’il s’agissait d’un bluff.

Mon MacBook Air à Helsinki

À titre d’exemple, sur la photo ci-dessus, on peut voir le collant vert qui obstrue la caméra située juste au-dessus de l’écran de mon MacBook Air (cliquez la photo pour l’agrandir).

J’ai donc ignoré ce courriel et rien n’est arrivé.

Depuis, j’ai reçu trois autres courriels parfaitement identiques sauf quant au montant de la rançon et du compte bitcoin dans lequel je devais verser la somme exigée.

Mais voilà qu’hier, j’ai reçu un message différent.

Le voici.

La menace

Bonjour !
Comme vous pouvez le voir, ce n’est pas un email formel, et malheureusement, ce n’est pas bon pour vous.
MAIS ne vous en faites pas, ce n’est pas la fin du monde. Je vais tout vous expliquer.

J’ai accès à vos appareils électroniques, les appareils qui font partie du réseau local que vous utilisez régulièrement.
Je surveille vos activités depuis plusieurs mois.

Comment est-ce que c’est arrivé ?
Vous avez visité des sites piratés qui avaient une vulnérabilité, et votre appareil a été exposé à mon logiciel malveillant (je l’ai acheté sur le Darknet, chez des spécialistes du domaine).
C’est un logiciel très complexe qui fonctionne comme un cheval de Troie. Il se met à jour régulièrement, et votre antivirus ne peut pas le détecter.
Le programme possède un enregistreur de frappes, il peut allumer votre caméra et votre microphone, et il peut envoyer des fichiers ainsi qu’ouvrir l’accès à votre réseau local.

Il m’a fallu du temps pour accéder aux données de vos autres appareils, et actuellement, j’ai accès à tous vos contacts et à vos conversations,
je sais où vous vivez, ce que vous aimez, vos sites préférés, etc.
Honnêtement, je n’avais rien en tête au départ et je voulais juste m’amuser. C’est un passe-temps.

Mais j’ai eu le COVID, et j’ai malheureusement perdu mon travail.
J’ai réfléchi à comment je pouvais utiliser mon passe-temps pour gagner de l’argent !
J’ai enregistré une vidéo de vous en train de vous masturber. Cette vidéo contient un écran séparé, vous pouvez facilement être reconnu, et on voit également ce que vous regardez.
Je n’en suis pas fier, mais j’ai besoin d’argent pour survivre.

Faisons un marché. Vous payez ce que je vous demande, et je n’enverrai pas la vidéo à vos amis, votre famille et à vos connaissances.
Ce n’est pas une blague. Je peux envoyer cette vidéo par email,
par SMS, sur les réseaux sociaux, et je peux même publier ça sur des journaux populaires (j’ai piraté certains de leurs administrateurs).
Vous pouvez donc devenir une “star” de Twitter ou de TF1.

Pour éviter ça, vous devrez m’envoyer 1500 EUR en Bitcoins sur mon wallet BTC : 12eSLZvCviRJcRe3k61pyjMJrmacBXuYUE

Si vous ne savez pas utiliser les Bitcoins, faites une recherche sur Bing ou Google pour découvrir comment acheter des Bitcoins.
Je supprimerai la vidéo dès que je recevrai l’argent. Je supprimerai également les logiciels malveillants de votre appareil, et vous n’entendrez plus jamais parler de moi.
Je vous donne 2 jours, je pense que c’est plus qu’assez. Le compte à rebours commencera à l’ouverture de cet email, et vous pouvez être certain que je vous surveille.

Une dernière chose :
Il est inutile de contacter la police puisque j’utilise TOR, il n’y a aucun moyen de tracer les transactions Bitcoin.
Ne me répondez pas (j’ai généré ce message dans votre compte en utilisant l’adresse d’un homme qui n’est pas lié de près ou de loin avec tout ceci). C’est impossible de remonter jusqu’à moi.

Si vous faites quelque chose de stupide, que vous ne suivez pas mes instructions, je partagerai immédiatement la vidéo. Bonne chance !

Du simple bluff

Encore une fois, ce petit malfaiteur s’est trahi en prétendant m’avoir filmé à mon insu.

Si vous recevez un message identique, sachez que c’est un faux. Ignorez-le et dormez en paix.

Sur le même sujet : Un pirate trop bavard

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Informatique, Sécurité | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Comment inactiver le correcteur de fautes d’un iPad ?

16 octobre 2020

Depuis toujours, au lieu de signaler une faute de frappe lorsque j’écris sur mon iPad, l’appareil prend l’initiative de corriger mon texte.

C’est ainsi que ‘Nord’ devient ‘nOrd’. ‘Sud’ devient ‘sUd’. Et plein d’autres choses étranges.

Bref, j’ai toujours un peu l’impression d’écrire en luttant contre mon iPad.

Hier, j’en ai eu assez. D’où la question : comment inactiver ce correcteur zélé ?
 

 
C’est simple. Il faut aller au module Réglages/Général/Clavier.

On accède également à ce module en maintenant le doigt enfoncé sur l’icône d’un globe terrestre située à gauche du clavier virtuel de l’iPad; le premier item dans le menu contextuel qui apparait alors est Réglages du clavier

Il suffit d’inactiver Correction auto. Dorénavant, le correcteur de fautes cessera de bousiller vos textes.

En contrepartie, votre iPad n’ajoutera plus automatiquement les accents au-dessus des voyelles accentuées. Cette lacune peut être compensée en activant Prédiction, comme nous le verrons plus loin.

Puisque nous y sommes, y a-t-il d’autres choses qu’on devrait savoir ?

Majuscules auto.

Comme son nom l’indique, Majuscule auto. placera automatiquement la première lettre d’un texte ou d’une phrase en majuscule.

Orthographe

Cet item doit demeurer activé. Lorsqu’il l’est, l’iPad souligne en rouge la grande majorité des mots mal écrits. Libre à vous de les corriger s’il s’agit effectivement d’une faute de frappe.

Maj. verrouillées

Lorsque cet item est activé, il suffit de frapper deux fois de suite la touche de mise en majuscule pour que toutes les lettres soient ajoutées en majuscules dans le texte jusqu’à ce qu’on frappe cette touche une troisième fois.

Ponctuation intelligente

La ponctuation intelligente convertit deux traits d’union consécutifs en tiret (—), les guillemets anglais (““) en guillemets français (« ») et les apostrophes droites (‘) en apostrophes courbes (‘’).

Clavier dissocié

Sur votre iPad, si le clavier virtuel prend trop de place à l’écran, il est possible d’en réduire la taille.

Lorsque Clavier dissocié est actif, il suffit d’appuyer quelques secondes sur l’icône située dans le coin inférieur droit du clavier virtuel pour qu’un menu contextuel surgisse.

En choisissant l’item Flottant, le gros clavier virtuel est remplacé par un petit clavier situé près du coin inférieur gauche de l’écran.

Au bas de ce mini-clavier, il y a une bande horizontale; en appuyant sur elle, on peut déplacer le mini-clavier à sa guise.

Si on l’amène au centre du bord inférieur de l’écran, le mini-clavier est remplacé par le clavier virtuel ordinaire.

Activer l’effleurement des touches
 

 
Pour transformer le clavier standard en clavier alphanumérique où les chiffres et les symboles sont accessibles en appuyant sur la touche d’une lettre et la faisant glisser vers le bas, il suffit d’activer cet item.

Prédiction

Lorsque cet item est activé, il suffit de taper les premières lettres d’un mot pour qu’au-dessus des touches du clavier apparaissent quelques suggestions de mots complets qui pourraient vous intéresser.

Si on clique sur l’un d’eux, vos premières lettres sont remplacées par le mot complet. De la même manière, vous pourrez remplacer ‘ete’ par ‘été’.

Raccourci « . »

Il suffit de taper deux fois de suite sur la barre d’espacement pour qu’un point final et un espace soient ajoutés au texte lorsque cet item est activé.

Voilà. Espérons que ce texte vous sera utile…

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Informatique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Pommes et pesticides

15 octobre 2020


 
Après la banane, la pomme est le fruit le plus populaire au Québec.

Selon le palmarès annuel établi par The Environmental Working Group, les pommes sont au cinquième rang des fruits et légumes les plus contaminés par des pesticides.

Afin d’obtenir des fruits parfaits, les pomiculteurs ont recours à des fongicides, des insecticides et des herbicides (répandus à la base des arbres).

L’achat de ces produits chimiques représente le plus important déboursé pour les producteurs de pommes après leurs couts de main-d’œuvre.

Selon Santé Canada, cette contamination est conforme aux normes canadiennes.

Toutefois, dans le cas du glyphosate (un herbicide), lorsque les producteurs industriels ont de la difficulté à respecter les normes, le gouvernement canadien normalise l’abus en haussant les teneurs maximales permises.

Conséquemment, nous dire que ça respecte ‘les normes’, c’est un peu parler pour ne rien dire.

Alors que faire dans le cas des pommes ?

L’Université du Massachusetts a étudié le meilleur moyen de se débarrasser de deux pesticides largement utilisés par les pomiculteurs : le phosmet (un insecticide) et le thiabendazole (un fongicide).

Ce meilleur moyen s’est avéré être le trempage des pommes pendant 12 à 15 minutes dans une solution composée d’une cuillerée à thé de bicarbonate de soude (‘La p’tite vache’) dissoute dans deux tasses d’eau. Puis de rincer à l’eau courante.

Cela enlève 95 % du phosmet.

Dans le cas du thiabendazole, ce trempage en enlève 80 %. Ce pourcentage moindre s’explique par le fait que le thiabendazole est un fongicide systémique qui pénètre davantage que le phosmet dans la chair de la pomme.

Références :
Effectiveness of Commercial and Homemade Washing Agents in Removing Pesticide Residues on and in Apples
La pomme est gourmande en pesticides
Les céréales canadiennes contaminées au glyphosate
Palmarès des résidus alimentaires de pesticides
Pesticides: How ’bout washing them apples?

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

4 commentaires

| Nourriture, Pollution | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Quelques synonymes de ‘voleur’

14 octobre 2020

Dérober le bien d’autrui est mal. Mais comment qualifier ceux qui commettent un tel méfait ?

Bandit

Tout comme le mot italien bandito (dont il provient), le mot bandit désigne une personne qui vit hors la loi.

Plus précisément, il désigne un malfaiteur qui s’en prend avec violence aux biens et à la vie d’autrui. C’est donc plus qu’un simple voleur.

Au risque d’une accusation pour diffamation, on l’emploie parfois pour désigner avec exagération une personne malhonnête, sans scrupules.

Brigand

Le brigand vole à main armée, généralement au sein d’une bande.

Le mot ‘brigand’ vient de l’italien brigante. Originellement, ce mot désignait le fantassin membre d’une brigade.

Ce qui a fait que le mot brigand a pris un sens péjoratif, c’est qu’en pays conquis, les brigades romaines étaient fréquemment à l’origine de pillages et d’attaques contre des civils.

Du point de vue étymologique, brigand et brigadier sont donc des frères ennemis, ayant évolué dans des sens opposés.

Filou

Le filou est celui qui fait métier de voler par toute sorte de ruses et de moyens détournés. Par exemple, c’est celui qui vole en bernant ses victimes ou qui triche au jeu.

Gangster

Ce mot anglais est passé au français au XXe siècle sous l’influence des films parlants américains.

Le mot désigne un malfaiteur qui est membre d’un gang. On l’utilise aussi pour désigner une personne particulièrement malhonnête et sans scrupules.

Pillard et pilleur

Le pillard est celui qui s’empare du bien d’autrui en causant de nombreux dégâts.

De son côté, le pilleur est un pillard spécialisé. Le mot s’emploie généralement avec un complément (pilleur de tomes, pilleur d’épaves, etc.)

Pirate

Autrefois, le pirate était un aventurier qui attaquait et pillait les navires marchands.

De manière analogue, de nos jours, le pirate de l’air prend le contrôle d’un avion par la menace ou la violence alors que le pirate informatique vole un logiciel ou une base de données (ou la rend inopérante à moins de lui payer une rançon).

Le financier sans scrupules qui s’enrichit aux dépens d’autrui sera qualifié de ‘pirate de la finance’.

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Grammaire et orthographe, Langue française | Mots-clés : , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Palmarès des résidus alimentaires de pesticides

14 octobre 2020

Chaque printemps, The Environmental Working Group publie sa liste des fruits et légumes les plus contaminés par des pesticides.

Des plus contaminés à ceux qui le sont le moins :
• les fraises
• les épinards
• le kale
• les nectarines
• les pommes
• les raisins
• les pêches
• les cerises
• les poires
• les tomates
• le cèleri
• les patates
• les poivrons
• les tomates cerises
• la laitue
• les concombres
• les bleuets cultivés (et non sauvages)
• les piments forts
• les prunes
• les fèves vertes
• les tangerines
• les framboises
• les pamplemousses
• les pois cassés
• les courges d’hiver
• les carottes
• les oranges
• les zucchinis (ou courgettes)
• les bananes
• les patates douces
• le melon d’eau (ou pastèque)
• la mangue
• les kiwis
• le melon miel
• le chou
• les champignons
• les brocolis
• les cantaloups
• les choux-fleurs
• les asperges
• les aubergines
• les petits pois congelés
• la papaye
• les ognons
• les ananas
• le maïs sucré (non-OGM)
• les avocats

Référence :
EWG’s 2020 Shopper’s Guide to Pesticides in Produce™

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Agriculture, Fruits, Nourriture | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les itinérants-campeurs de la rue Notre-Dame

13 octobre 2020

À l’origine, le long de la rue Notre-Dame, l’autoroute Ville-Marie devait raccorder l’autoroute Décarie au pont-tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine.

Alors qu’on avait déjà détruit presque tous les bâtiments sur près de quatre kilomètres à l’est de l’avenue De Lorimier, le projet fut suspendu en 1976 à la suite des protestations de citoyens et de commerçants.

Au fil des décennies qui suivirent, on aménagea un parc linéaire le long de la rue Notre-Dame, traversé d’une piste cyclable. De nos jours, l’endroit est charmant.

Vue du parc Adhémar-Raynault

Une portion de ce parc porte un nom qui lui est propre; c’est le parc Adhémar-Raynault. Il s’étend sur 20 705 m².

C’est là que depuis les premiers jours de juillet, une cinquantaine d’itinérants ont élu domicile.
 




 
Qui sont-ils ?

Quelques-uns d’entre eux, atteints de problèmes de santé mentale, ont été expulsés de leur chambrette à l’occasion d’une crise et n’ont pu se reloger ailleurs.

D’autres sont simplement des locataires à revenus modestes qui, après avoir été évincés, n’ont pu se trouver d’endroit pour habiter en raison de la pénurie chronique de logements sociaux à Montréal.

Et il y a ces mendiants qui, selon les saisons, parcourent le pays de Vancouver à Montréal et qui se sont retrouvés là parce qu’il leur était impossible de mendier dans le Centre-Ville, désert en raison de la pandémie.

L’endroit précis où ils ont dressé leurs tentes est à la jonction entre le parc Adhémar-Raynault et le square Dézery (où ils trouvent des abreuvoirs et des toilettes chimiques).
 

 
C’est là également que Guylain Levasseur (de Dehors Novembre) leur offre gratuitement les vivres qu’il collecte un peu partout en ville.

Lors de ma visite, un épicier lui apportait une caisse pleine de bananes parfaitement mures (mais qui le seront trop dans un jour ou deux).

Références :
Démantèlement du campement de la rue Notre-Dame: «J’ai peur que ça vire mal»
Rue Notre-Dame (Montréal)
Statu quo au campement de la rue Notre-Dame

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II et objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 32 mm
2e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 29 mm
3e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
4e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 34 mm
5e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
6e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Sociologie, Urbanisme | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :