Lis et pandémie

11 juillet 2020
Lis (variété inconnue)
Lis (variété inconnue)
Lis asiatique ‘Mercedes’
Lis asiatique ‘Indian Queen’
Lis ‘Springville’
Lis asiatique ‘Honey Creme’
Lis asiatique ‘Affinity’

Jusqu’à tout récemment, on trouvait sur ce blogue onze photos de lis publiées en une décennie.

Et tout d’un coup — plus précisément depuis quatre jours — vingt-deux nouvelles photos de lis se sont ajoutées.

Que s’est-il passé ?

Les lis fleurissent au cours d’une partie de l’été qui coïncide normalement avec le pic de la saison montréalaise des festivals.

Mais avec l’annulation de la saison touristique et l’ouverture du Jardin botanique, l’appel de ce dernier fut irrésistible.

Imaginez : En pleine canicule, voici un des endroits les plus frais en ville. Le grand air qui dilue à l’infini des virus qu’un vent malin pourrait y apporter. Des touristes très peu nombreux. Bref, toute cette nature pour notre seul plaisir.

Dès lors, il ne reste plus qu’à se délecter de la floraison aristocratique de ces jolies plantes, en vedette ces jours-ci (et que je ratais autrefois)…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 et objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8
1re photo : 1/5000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 90 mm
2e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm
3e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 85 mm
4e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 125 mm
5e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm
6e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm
7e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 4 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Encore des lis

10 juillet 2020
Lis martagon
Lis (variété inconnue)
Lis ‘Springville’
Lis asiatique ‘Honey Creme’
Lis (variété inconnue)

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 et objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 (5e photo) + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/500 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 125 mm
2e  photo : 1/500 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 105 mm
3e  photo : 1/800 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
4e  photo : 1/1250 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 170 mm
5e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 46 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


D’autres lis

9 juillet 2020
Lis asiatique ‘Buffy’
Lis (variété inconnue)
Lis asiatique ‘Corsage’
Lis asiatique ‘Sun Ray’
Lis (variété inconnue)

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 et objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 (1re et 2e photos) + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 110 mm
2e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 100 mm
3e  photo : 1/2000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm
4e  photo : 1/800 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 77 mm
5e  photo : 1/400 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 210 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 4 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Des lis

8 juillet 2020
Lis martagon ‘Mrs R.O. Backhouse’
Lilium sulphureum
Lilium hansonii
Lis asiatique ‘Firecraker’
Lis de David var. willmottiae

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 et objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 (3e et 5e photos) + multiplicateur de focale M.Zuiko MC-14 (les autres photos)
1re photo : 1/1000 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 210 mm
2e  photo : 1/2000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 130 mm
3e  photo : 1/1000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 125 mm
4e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm
5e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les héros vieillissent mal

3 juillet 2020
Lex-roi Juan Carlos Ier

En abdiquant en 2014, Juan Carlos Ier cédait la couronne d’Espagne à son fils, connu maintenant sous le nom de Felipe VI.

Il se privait ainsi des huit-millions d’euros que l’État espagnol verse annuellement au monarque afin de lui permettre d’accomplir les devoirs de sa charge.

Depuis, l’ex-roi recevait une pension de 195 000 euros par an, en plus des revenus sur sa fortune personnelle (estimée à deux-milliards d’euros).

Cette ‘petite’ pension lui a été retirée en mars dernier, lorsqu’on a appris que l’ancien monarque évitait de payer sa juste part d’impôt en cachant son argent dans des paradis fiscaux.

En 2008, le ministère des Finances d’Arabie Saoudite versait secrètement cent-millions de dollars sur le compte suisse de la fondation panaméenne Lucum, dont l’ancien monarque est le principal bénéficiaire.

On soupçonne que cette somme lui aurait été versée afin qu’il exerce son influence en faveur d’un projet hispano-saoudien de construction d’un train à grande vitesse reliant deux villes saintes saoudiennes. Un investissement d’une valeur de 6,7 milliards d’euros, autorisé finalement en 2011.

De son côté, le consortium hispano-saoudien a versé en pots-de-vin plus de 200 millions d’euros à un partenaire saoudien et à l’épouse d’Adnan Khashoggi (marchand d’armes décédé depuis, oncle du journaliste américain assassiné dans un consulat saoudien).

Deux ans avant d’abdiquer, Juan Carlos Ier a fait transférer 65 millions$ de sa fondation panaméenne à un compte détenu aux Bahamas par sa maitresse Corinna Larsen, domiciliée à Monaco (autre paradis fiscal).

Le couple semble s’être brouillé depuis si on en juge par les déclarations fracassantes de l’ex-maitresse accusant l’ex-roi d’avoir utilisé des prête-noms, dont elle, pour gérer des comptes cachés et pour mettre une partie de son patrimoine à l’abri du fisc espagnol.

Tant qu’il était à la tête de l’État, Juan Carlos Ier était protégé par une immunité garantie par la constitution. Ce n’est pas le cas des autres personnes impliquées dans cette affaire. De plus, l’impunité royale n’est valable que devant la justice espagnole.

Puisqu’une enquête pour corruption et blanchiment d’argent est ouverte en Suisse contre l’ex-roi et ses associés, ces procédures entachent la réputation de la monarchie espagnole.

D’où les mesures annoncées en mars dernier par Felipe VI contre son père.

Zoom arrière.

À la sixième année de son règne, Juan Carlos Ier avait refusé de reconnaitre un coup d’État qui venait d’être commis dans son pays, ordonnant (à titre de chef des armées) que les militaires défendent la démocratie, sauvant ainsi l’Espagne d’une nouvelle guerre civile.

Il est donc triste de voir cet ex-monarque s’enliser en fin de vie dans des scandales financiers.

Comme quoi l’argent corrompt tout.

Références :
Adnan Khashoggi
Après les révélations sur la fortune cachée de son père, Juan Carlos, en Suisse, le roi Felipe VI le répudie
La fortune secrète de Juan Carlos fait trembler la monarchie espagnole
La justice suisse sur les traces de la fortune de l’ex-roi Juan Carlos à Genève
Le roi d’Espagne Felipe VI refuse l’héritage de son père Juan Carlos
L’ex-roi Juan Carlos soupçonné de fraude fiscale
Spain’s former king Juan Carlos to face investigation over $100m Saudi ‘gift’
Spanish king named on offshore fund linked to €65m Saudi ‘gift’

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Politique internationale | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : Évolution en trois mois

2 juillet 2020

Voici la liste des pays les plus durement affectés par la pandémie au Covid-19.

À titre comparatif, cette liste est complétée par le cas de quelques pays d’Extrême-Orient.

Ont été exclus de cette liste, les pays de moins d’un demi-million d’habitants.


Tableau comparatif des pays les plus atteints, en nombre de morts par million d’habitants

Pays 1 avr. 1 mai 1 juin 1 juil.
Belgique 73 676 834 842
Québec 4 238 549 651
Grande-Bretagne 35 414 593 647
Espagne 194 532 581 607
Italie 206 467 554 575
Suède 24 262 442 532
France 53 367 432 457
États-Unis 12 199 330 395
Pays-Bas 68 285 347 357
Irlande 15 262 343 352
Chili ? ? ? 301
Pérou ? 33 149 299
Brésil ? 29 149 286
Équateur ? 52 210 259
Suisse 54 205 224 227
Mexique ? ? 81 215
Portugal 18 98 140 155
Arménie ? ? ? 153
Panama ? ? ? 149
Macédoine du Nord ? ? ? 147
Moldavie ? ? ? 136
Iran 37 75 98 130
Allemagne 10 81 105 108
RoC* 3 51 94 106
             
Japon 0,4 3,6 7,1 7,7
Corée du Sud 3,2 4,8 5,3 5,5
Chine 2,4 3,4 3,4 3,2
Hong Kong 0,5 0,5 0,5 0,9
Taïwan 0,2 0,3 0,3 0,3

*— ‘RoC’ signifie le Canada sans le Québec.


Référence : Covid-19 Coronavirus Pandemic

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’immigration et le français au Québec

1 juillet 2020

La langue, facteur de rétention

Après avoir obtenu leur citoyenneté, 81 % des néoQuébécois vivaient toujours au Québec cinq ans plus tard. Ce taux de rétention est moindre qu’en Ontario (91 %), qu’en Alberta (90 %), et qu’en Colombie-Britannique (87 %).

Au Québec, ce taux est toutefois très élevé (95 %) chez les immigrants qui, à leur arrivée, connaissaient le français sans savoir l’anglais.

Ce taux tombe à 84 % chez ceux qui parlaient les deux langues officielles du pays, à 73 % chez ceux qui parlaient anglais sans savoir le français, et à seulement 53 % chez ceux qui ne parlaient aucun des deux.

On peut donc présumer que l’unilinguisme français au travail (là, par exemple, où l’anglais n’est pas nécessaire) favorise à la rétention des immigrants au Québec.

L’ascension sociale

Selon Statistique Canada, le revenu annuel médian des Canadiens était d’environ 35 000$ en 2017.

En 2015, les personnes qui avaient déjà acquis de l’expérience au Canada à l’occasion d’un permis temporaire de travail ou d’un permis d’études et qui demandaient ensuite la citoyenneté canadienne avaient un salaire médian de 34 400$ un an après leur demande, contre 19 800$ pour ceux sans expérience.

De 2006 à 2016, l’immigrant au Québec passait d’un salaire annuel de 15 600$ (un an après son arrivée en 2006) à 30 700$ dix ans plus tard (en 2016). En Ontario, il passait de 18 200$ à 30 300$. Dans l’ensemble du Canada, c’était de 19 100$ à 31 700$.

Références :
Le français, un facteur essentiel de la rétention des immigrants au Québec
Les poches percées de la classe moyenne

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Immigration, Langue française | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Une prime russe à tuer des soldats américains : pourquoi faire ?

30 juin 2020

Introduction

À partir de sources anonymes, le New York Times publiait vendredi dernier une nouvelle selon laquelle la Russie avait offert des primes aux Talibans pour qu’ils tuent des soldats américains en Afghanistan.

En dépit de cela, aucun soldat américain n’a été tué en Afghanistan depuis trois mois.

Pourquoi payer une prime ?

Lorsqu’un groupe terroriste commet un attentat, il choisit toujours de faire en sorte que celui-ci cause le maximum de pertes humaines.

Faire peur, c’est l’essence du terrorisme. Plus on est cruel, plus on est craint.

Aucun groupe terroriste ne fera sauter un marché en pleine nuit; on choisira un jour de grande affluence, quand ce marché est bondé de monde.

En Afghanistan, les soldats américains sont des envahisseurs. Et le devoir de tout patriote est de chasser les envahisseurs de son pays.

Les Talibans savent bien que plus les pertes de vie sont importantes au sein de l’armée des États-Unis, plus l’opinion publique américaine contestera l’opportunité de poursuivre une occupation militaire qui dure déjà depuis près de vingt ans.

Bref, tuer des soldats américains, les Talibans sont heureux de faire cela gratuitement. Pourquoi les Russes paieraient pour rien ?

Pour l’instant, les Talibans en sentent moins le besoin puisqu’ils participent à des négociations avec les Etats-Unis qui leur font espérer que les soldats américains partiront bientôt d’eux-mêmes, sans qu’ils aient besoin de les tuer.

Références :
Primes russes: pas de consensus au sein des services de renseignement
Russia Secretly Offered Afghan Militants Bounties to Kill U.S. Troops, Intelligence Says

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Politique internationale | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 et l’hôpital chinois de Montréal

29 juin 2020


 
Des CHSLD modèles

La majorité des Québécois décédés du Covid-19 vivaient dans des CHSLD (l’équivalent des EHPAD français).

Dans la région montréalaise (la plus atteinte au Québec), quatre de ces résidentes ont été totalement épargnées par le Covid-19 jusqu’ici :
• le Pavillon Camille-Lefebvre (public – 135 résidents)
• le Centre d’hébergement Father-Dowd (public – 134 résidents)
• le Château Westmount (privé – 112 résidents)
• le CHSLD Dante (public – 100 résidents).

Dans deux autres cas, un très petit nombre de résidents en ont été atteints, sans que personne n’en décède :
• l’Hôpital chinois de Montréal (public – 128 résidents)
• le CHSLD Marie-Rollet (public – 110 résidents).

À l’exception du Pavillon Camille-Lefebvre, tous les CHSLD montréalais dépendaient d’un CIUSSS. Nés de la réforme libérale du Dr Barrette, les CIUSSS sont des énormes structures administratives regroupant divers établissements, dont des CHSLD.

Or tout ce qui est lourd est lent.

L’inertie des politiques sanitaires au Québec

À juste titre, le gouvernement a confié la lutte contre le Covid-19 à la direction de la Santé publique (DSP). Conséquemment, les CIUSSS appliquent les directives reçues de la DSP.

Tous les experts de la DSP sont capables de lire et de comprendre des études scientifiques. Mais plutôt que de tenir compte immédiatement de toute découverte importante au sujet de la pandémie, la DSP a choisi d’être à la traîne de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et d’ajouter sa lourdeur administrative à celle de l’OMS.

À Genève, quand l’OMS adopte une résolution, celle-ci apparait dans le procès-verbal rédigé quelques jours plus tard.

Une fois le procès-verbal adopté à la réunion suivante, on rédige un projet de communiqué qui doit être approuvé par la haute direction de cet organisme.

Une fois toutes ces étapes franchies, l’OMS publie sa directive.

La DSP québécoise en prend connaissance, l’approuve et la communique aux CIUSSS.

Ces derniers la mettent donc en application des semaines après la publication de l’étude scientifique qui a justifié la nouvelle directive de l’OMS.

Voilà pourquoi la DSP a été si lente à prendre conscience de l’importance du port du masque, malgré l’expérience probante des pays d’Extrême-Orient.

Ces délais ne sont pas les seules raisons qui expliquent le manque de réactivité des autorités sanitaires au Québec.

Deux jours avant l’apparition du premier cas de Covid-19 au Québec, le directeur de la Santé publique du Québec partait en vacances au Maroc pour deux semaines (du 26 février au 8 mars).

Au retour des vacances du Dr Arruda, le premier ministre a été informé que le Covid-19 avait commencé à faire des ravages chez nous et a immédiatement décidé d’ordonner le confinement de la province.

Le cas de l’hôpital chinois de Montréal

Depuis des années, l’hôpital chinois de Montréal est une résidence pour ainés. Ses pensionnaires sont surtout des Québécois d’origine chinoise et son personnel est issu à 70 % de la communauté chinoise.

En raison des liens avec des parents demeurés en Chine, on y était bien au fait de la dangerosité d’une pandémie imminente.

Dès janvier, les employés et les pensionnaires de cette résidence avaient pris l’habitude de porter un masque.

Pour le CIUSSS Centre-Sud (qui a autorité sur l’hôpital chinois), cette réaction de son personnel et de ses pensionnaires était anormale et trahissait une anxiété excessive.

La coordinatrice nommée par le CIUSSS a donc fait venir un médecin de la DSP afin d’atténuer leurs craintes.

Le message du porte-parole de la DSP fut clair. Il y a bien un nouveau virus en Chine, mais tout cela est loin de nous. Le masque de protection ne doit pas être porté car il est susceptible de créer de la panique.

Au cours des six premières semaines de la pandémie au Québec, les CIUSSS et la DSP luttaient contre le port du masque par le personnel de soutien et les pensionnaires asymptomatiques des CHSLD. Ce combat rétrograde est un des nombreux facteurs qui expliquent l’hécatombe survenue en CHSLD.

À l’époque, les employés (autres que les médecins et les infirmières) étaient menacés de représailles s’ils portaient un masque, même acheté à leurs frais. Par manque de personnel, les employés symptomatiques en attente d’un test de diagnostic étaient forcés de travailler pareil, propageant ainsi le Covid-19.

En dépit de ce contexte, le personnel et les résidents de l’hôpital chinois persistèrent à porter le masque.

Heureusement, le CIUSSS Centre-Sud fit exception pour eux.

Maintenant que la situation s’améliore au Québec, on sent le besoin d’honorer les CHSLD qui se sont bien acquittés de leur devoir de protéger leurs résidents.

L’hôpital chinois de Montréal est l’un d’eux.

Son exemple est la preuve qu’il est souvent utile de permettre l’expression de différences culturelles au sein de la société québécoise puisque la richesse de l’expérience humaine est un avantage pour la survie de notre espèce.

Références :
CHSLD: la recette pour résister au virus
Covid-19 : l’utilisation ‘judicieuse’ des masques
Le premier cas de COVID-19 au Québec est confirmé
Résumé des mesures à prendre contre le Covid-19
Voyage au Maroc : le Dr Arruda s’est absenté 12 jours au début de la crise

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 et objectif 12-40mm F/2,8 — 1/400 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 16 mm


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La gestion familiale du déconfinement

28 juin 2020

Il est illusoire de faire reposer la lutte contre la pandémie au Covid-19 sur des mesures excellentes sur papier mais inapplicables, en bonne partie, dans la vraie vie.

C’est le cas de la distanciation sociale, inapplicable chez les bébés, les enfants, les adolescents, les jeunes adultes célibataires et dans les transports en commun.

À la suite de l’adoption de comportements à risque par un grand nombre d’adolescents ou de jeunes adultes sur les plages de Floride, l’âge moyen des nouvelles hospitalisations dans cet État en raison du Covid-19 est de 33 ans, contre 65 ans il y a deux mois.

Cet exemple illustre la difficulté de motiver les jeunes à se protéger d’un danger habituellement anodin dans leur groupe d’âge.

L’appel au sens civique (le risque de contaminer les autres) et la tentative de culpabilisation (le risque de causer la mort d’un être cher) sont inefficaces parce qu’ils se butent à quelque chose de beaucoup plus puissant; le besoin irrépressible qu’ont les jeunes de vivre leur vie.

Proposer à un adolescent de 18 ans de s’astreindre à une vie monacale pendant 12 à 18 mois — le temps de mettre au point un vaccin — c’est comme lui proposer de sacrifier sa jeunesse pour sauver la vie des autres. Une jeunesse qui ne reviendra jamais. Alors que les autres, à ses yeux, ont déjà vécu pleinement la leur.

Dans l’intérêt d’autrui, il devrait se soustraire à l’esprit de meute typique de son âge et, avec ses amis, se limiter aux interactions sociales possibles à deux mètres de distance.

Quant à la quête amoureuse, on exige qu’elle se fasse en portant un masque et en se désinfectant les mains chaque fois qu’on touche accidentellement à la personne courtisée. Très romantique…

La seule manière d’impliquer les jeunes à la lutte contre le Covid-19, c’est en les responsabilisant. Et ce, au niveau de chaque famille.

D’où l’idée de procéder à une franche discussion dont le but sera l’adoption de mesures décidées par eux en tenant compte des conséquences pour les autres membres de la famille.

Si d’eux-mêmes, les jeunes sont disposés à respecter les mesures sanitaires que leurs ainés prennent déjà, leur participation à la vie familiale sera libre et spontanée.

Si la vie qu’ils entendent mener comporte une prise de risque, ils devront l’assumer.

Concrètement, ils devront porter le masque en famille. Lorsque cela est impossible — par exemple au cours des repas — cela signifie qu’ils seront à table à un moment différent du reste de la famille ou devront manger isolément.

Si le domicile est doté de plus d’une toilette, l’une d’entre elles devra être consacrée à ceux qui ont choisi de vivre plus à risque.

Pour que cela fonctionne, il faut éviter l’adoption d’une attitude répressive qui inciterait le jeune à la dissimulation ou au mensonge.

Si, par exemple, le jeune doit s’isoler pour manger, on prendra soin que l’expérience soit plaisante pour lui et ne s’apparente pas à une punition.

Référence :
La Floride enregistre un nouveau record de contaminations avec 9 500 cas en 24 heures

Paru depuis :
‘It’s very troubling’: alarm grows over Covid-19 spike among young Americans (2020-07-02)


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :