Le masque et la ‘variolisation’ contre le Covid-19

21 septembre 2020

Introduction

Née en Chine et propagée le long de la route de la soie, la variolisation est une technique médicale qui consiste à inoculer le virus de la variole à une personne saine à partir d’un échantillon de pus prélevé chez une personne faiblement atteinte.

Très risquée, cette technique a été remplacée par la vaccination (soit l’injection du virus mort ou de ses débris).

Les limites du masque

Les masques chirurgicaux ont été créés pour empêcher les gouttelettes respiratoires du chirurgien de tomber dans la plaie ouverte du patient opéré. Leur but n’a jamais été de protéger les gens en temps de pandémie virale.

Ces masques séquestrent les gouttelettes projetées vers l’avant sans affecter celles détournées vers les joues ou vers le haut du visage. Celles-ci sont aspirées par la pression négative qui règne dans la salle opératoire.

Hors du cadre hospitalier, le masque (chirurgical ou non) ne bloque pas toutes les gouttelettes respiratoires émises par le porteur et ne filtre pas toutes celles auxquelles il est exposé.

Inoculum et sévérité de la maladie

Inoculum est le nom donné au prélèvement destiné à être inoculé.

Chez le hamster doré, l’augmentation du nombre de copies du virus dans l’inoculum entraine une augmentation de la sévérité de l’infection par le Covid-19.

En d’autres mots, plus on administre de virus à l’animal, plus il tombe malade. À l’inverse, lorsque la dose est très faible, l’infection est anodine.

Le port du masque réduit la contagiosité des personnes atteintes et le nombre de particules virales inhalées par les porteurs sains.

D’où la question : est-il possible que le masque ‘variolise’ la population contre le Covid-19 et réduise ainsi la sévérité de la pandémie ?

Indices de variolisation

Le Centers for Disease Control and Prevention estime à environ 40 % le pourcentage de porteurs asymptomatiques au sein d’une population contaminée par le Covid-19.

En croisière sur le MS Zaandam

En mai dernier, à l’occasion d’une éclosion de Covid-19 sur un bateau de croisière argentin, on a immédiatement distribué des masques aux 217 passagers et membres de l’équipage. Puis on les a testés au cours des jours qui suivirent.

Sur les 128 personnes testées positives, 81 % demeurèrent asymptomatiques. On y déplora un seul mort.

À l’opposé, trois mois plus tôt, alors qu’on manquait de masques, sur les 712 personnes à bord du Diamond Princess, 703 développèrent les symptômes du Covid-19 et treize personnes en moururent.

À l’hôpital Riley d’Indianapolis

À la fin du mois de mars, 25 employés travaillaient à soigner les 13 patients admis à l’unité d’hémodialyse de l’hôpital pédiatrique Riley (en Indiana). Le port du masque y était obligatoire pour tous (employés comme patients).

Durant les trois semaines qui suivirent l’admission d’un patient atteint de Covid-19, 23 % des autres patients et 44 % du personnel développèrent des anticorps au virus sans qu’aucun d’entre eux ne soit symptomatique.

En Extrême-Orient

En comparaison avec les pays les plus riches d’Occident, les pays d’Extrême-Orient ont eu moins de décès par million d’habitants et une proportion moindre de décès parmi les gens atteints.

Ce qui suggère que dans les pays où le port du masque est généralisé, la contagion par le virus est non seulement moins répandue, mais également elle est moins sévère puisque moins de personnes atteintes en meurent.


Pourcentage des décès parmi les personnes atteintes
(Note : les décès et les cas sont exprimés par million d’habitants)

Pays Morts Cas Rapport
Allemagne 113 3 286 3,4 %
Canada 244 3 845 6,3 %
États-Unis 617 21 259 2,9 %
France 480 7 014 6,8 %
Grande-Bretagne 615 5 865 10,5 %
Italie 591 4 955 11,9 %
             
Chine 3,2 59 5,4 %
Corée du Sud 6,4 451 1,4 %
Hong Kong 13,7 671 2,0 %
Japon 11,8 626 1,9 %
Taïwan 0,3 21 1,4 %
Vietnam 0,4 11 3,6 %

Conclusion

Le port du masque est une des mesures les plus efficaces pour lutter contre le Covid-19.

En plus de réduire le nombre de citoyens atteints, il existe un nombre croissant d’indices qui suggèrent que la protection imparfaite du masque favorise l’apparition des formes bénignes de l’infection aux dépens de ses formes les plus sévères.

Références :
Asymptomatic Seroconversion of Immunoglobulins
to SARS-CoV-2 in a Pediatric Dialysis Unit

COVID-19: in the footsteps of Ernest Shackleton
Facial Masking for Covid-19 — Potential for “Variolation” as We Await a Vaccine
Masks do more than protect others during COVID-19: reducing the inoculum of SARS-CoV-2 to protect the wearer
Syrian hamsters as a small animal model for SARS-CoV-2 infection and countermeasure development
Variolisation

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : statistiques régionales au Québec

19 septembre 2020
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Quelques chiffres :
• le 18 septembre, il y a eu 297 nouveaux cas au Québec,
• la moyenne quotidienne des nouveaux cas au cours des sept derniers jours a été de 36,6 cas par million d’habitants,
• à 72,6 nouveaux cas par million, la région de Québec dépasse le seuil de reconfinement en Allemagne.

Référence : Compte Twitter de Patrick Déry

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Mythes et réalités des vaccins contre le Covid-19

17 septembre 2020

Introduction

Le 20 juillet dernier, une nouvelle a suscité beaucoup d’espoir.

Publiée dans The Lancet, une étude révélait qu’il suffisait d’administrer deux doses d’un nouveau vaccin pour que 100 % des personnes vaccinées développent une immunité importante et durable au Covid-19.

On entrevoit déjà la fin de la pandémie. Fini les masques, la distanciation sociale et le Plexiglass. Et bienvenue au bon vieux temps où nous étions libres de mener notre vie comme nous l’entendions.

À partir de prélèvements sanguins, les chercheurs britanniques ont mesuré l’aptitude du vaccin à déclencher la production d’anticorps.

Sur les 1 077 participants, 543 personnes ont été vaccinées. Vingt-huit jours après la première dose, une 2e dose a été administrée à un sous-groupe de seulement dix personnes; c’est la nouvelle de leur excellente réponse immunitaire qui s’est répandue comme une trainée de poudre.

Malheureusement, n’importe quel résultat obtenu chez aussi peu de gens ne permet pas de tirer une conclusion quant à la capacité d’un vaccin à protéger la population contre le Covid-19.

Selon un grand nombre d’experts — dont le virologue et immunologue Paul Offit, de l’hôpital pédiatrique de Philadelphie — cette étude n’aurait jamais dû être publiée.

L’efficacité des vaccins contre les coronavirus

Les vaccins contre la rougeole sont efficaces à 98 %.

Par contre, lorsqu’une grippe saisonnière est causée par un coronavirus, l’efficacité du vaccin est alors d’environ 30 à 40 %.

Parmi les 113 vaccins contre le Covid-19 en gestation à travers le monde, la Food and Drug Administration n’autorisera que ceux dont le taux d’efficacité sera supérieur à 50 %.

Soyons optimistes et imaginons la mise en marché d’un vaccin efficace à 70 %.

Dès qu’on reçoit sa deuxième dose, peut-on abandonner les mesures sanitaires et enfin vivre comme avant ? Non.

Mais pourquoi pas ?

C’est qu’aucune des personnes vaccinées ne sait si elle fait partie du 70 % de gens devenus réfractaires au virus ou si elle fait partie du 30 % des gens chez qui la vaccination échouera.

Dans le doute, il faudra continuer d’observer les mesures sanitaires recommandées.

La durée de la protection

À l’heure actuelle, on ignore la durée de la protection offerte par les vaccins contre le Covid-19.

On sait que les vaccins contre les coronavirus grippaux ont une efficacité inférieure à un an.

De manière anecdotique, on a rapporté le cas de personnes qui ont attrapé le Covid-19, qui en sont guéries, et qui l’ont attrapé de nouveau quelques mois plus tard.

Chez ces gens, la réinfection au Covid-19 est toujours moins sévère que la première fois. Comme c’est le cas avec l’herpès.

En juillet dernier, le King’s College de Londres publiait une étude selon laquelle les anticorps sanguins contre le Covid-19 atteignent leur concentration maximale trois semaines après le début des symptômes. Et décliner rapidement par la suite.

Après trois mois, on trouverait une immunité sérologique appréciable chez seulement 17 % des personnes atteintes. Dans certains cas, l’immunité serait indétectable.

Les critiques de cette étude font valoir qu’il faut distinguer l’immunité sanguine de l’immunité tissulaire.

Même si l’immunité sérologique disparait, cela ne veut pas dire que les tissus sont incapables de se défendre contre un agent pathogène qui les a déjà infectés.

Malgré cela, au cours des derniers mois, on assiste à une multiplication des indices qui laissent croire que l’immunité au Covid-19 ne serait que de quelques mois.

Ce qui veut dire que toute campagne de vaccination qui s’éternise au-delà de la durée de protection du vaccin sera continuellement à recommencer.

L’acceptation sociale

Il est normal qu’un médicament ait des effets secondaires. Mais les vaccins sont administrés à des gens en santé. On s’attend donc à ce qu’ils soient sans danger.

Les sondages ont démontré que 14 % des gens sont contre les vaccins, peu importe lequel.

À cela s’ajoutent 32 % de gens qui craignent que le premier vaccin mis en marché n’ait pas suffisamment été testé et ait été autorisé de manière complaisante par les autorités sanitaires sous pression des autorités politiques.

Il s’agit d’une crainte légitime si on se rappelle du cas de la mousse d’urée-formaldéhyde (la MIUF), aujourd’hui bannie, mais reconnue sécuritaire par l’Association canadienne de normalisation à la suite de pressions du gouvernement fédéral.

Bref, seulement 46 % des Canadiens consentiront à recevoir un vaccin contre le Covid-19 lorsqu’il sera disponible.

La conséquence de cela, c’est que si 46 % des gens reçoivent un vaccin efficace à 70 %, cela donne une immunité collective de 32 %.

C’est environ la moitié de l’immunité grégaire qui est nécessaire pour protéger la population contre cette pandémie.

La logistique

Le plus important fabricant de vaccins aux États-Unis est la compagnie Pfizer. Son vaccin contre le Covid-19 ne peut demeurer dans un congélateur ordinaire que 24 heures.

Pour l’entreposer en grandes quantités, on doit disposer de congélateurs ou d’entrepôts frigorifiques capables de descendre à une température de -70°C.

Celui du fabricant Moderna doit être entreposé à -20°C.

Indépendamment de cette contrainte, pour être réussie, une campagne de vaccination devra reposer sur une discipline hyperrigoureuse et s’opérer plus rapidement que la durée de l’immunité conférée par le vaccin.

Si la future campagne de vaccination de la Santé publique du Québec est à l’image de son actuelle campagne de dépistage, on doit s’attendre au pire.

Conclusion

Les vaccins contre le Covid-19 seront des ajouts utiles à la panoplie des moyens à notre disposition pour combattre cette pandémie.

En raison de leur efficacité limitée et de leur acceptation sociale insuffisante, les vaccins sont en eux-mêmes moins efficaces que les mesures sanitaires existantes.

À preuve : l’absence de vaccin n’a pas empêché des pays comme le Vietnam et la Nouvelle-Zélande d’éradiquer temporairement le virus de leur territoire.

Références :
Covid-19 : évolution en cinq mois
Immunity to Covid-19 could be lost in months, UK study suggests
Mousse isolante d’urée-formaldéhyde
Ottawa réserve jusqu’à 190 millions de doses d’éventuels vaccins contre la COVID-19
Peut-on avoir le Covid-19 deux fois? Ces chercheurs relancent le débat sur la réinfection
Safety and immunogenicity of the ChAdOx1 nCoV-19 vaccine against SARS-CoV-2
32 % des Canadiens hésitent à se faire vacciner rapidement contre la COVID-19, selon un sondage

Paru depuis :
L’achat de vaccins contre la COVID-19 embrouillé par des conflits d’intérêts (2020-09-21)

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : la diplomatie des vaccins

13 septembre 2020
Contagion actuelle par le Covid-19

Introduction

Le 22 juillet, la Chine a annoncé qu’elle accorderait un prêt d’un milliard de dollars aux pays d’Amérique latine et des Caraïbes afin de leur permettre d’acheter un vaccin chinois dès qu’il sera prêt.

L’offre a été présentée lors d’une réunion virtuelle présidée par le ministre des Affaires étrangères du Mexique et à laquelle participaient ses homologues d’Argentine, des Barbades, du Chili, de Colombie, de Costa Rica, de Cuba, d’Équateur, de Panama, du Pérou, de la République dominicaine, de Trinidad-et-Tobago et de l’Uruguay.

La course aux cas positifs

Avant sa commercialisation, la dernière étape que doit franchir un vaccin, c’est la phase III.

Au cours de cette phase, des dizaines de milliers de volontaires sains sont répartis en deux groupes : l’un recevant le vaccin et l’autre recevant un produit identique mais dépourvu d’ingrédient actif.

Aucun des volontaires ne doit savoir à quel groupe il appartient.

Et on laisse les sujets poursuivre leur vie normale tout en les testant fréquemment pour savoir s’ils ont attrapé le virus.

Dès qu’on atteint un nombre suffisant de cas positifs, on peut arrêter l’expérience, comparer les deux groupes, puis publier les résultats.

Préalablement déterminé, le nombre de cas est jugé suffisant quand il permet de déceler une protection statistiquement significative dans le groupe ayant été réellement vacciné.

En Chine, treize compagnies tentent de découvrir un vaccin contre le Covid-19. La moitié de ces vaccins sont rendus en phase III.

Dans cette course, la Chine est désavantagée par rapport aux États-Unis.

En phase III, plus les sujets vivent dans un environnement contaminé au Covid-19, plus vite ils l’attrapent, et plus vite on atteint un nombre suffisamment de cas positifs pour pouvoir clore l’expérience et compiler les résultats.

Or en Chine, la prévalence du virus est trop faible pour permettre aux fabricants de vaccins de gagner la course contre leurs concurrents américains.

Les fabricants chinois se tournent donc vers l’épicentre actuel de la pandémie : l’Amérique du Sud.

Le soft power chinois

En participant à l’effort de recherche de la Chine, les pays d’Amérique du Sud aident cette dernière à recruter des volontaires à risque élevé. En contrepartie, il est facile d’imaginer que Beijing puisse remercier les pays participants en leur donnant de grandes quantités de vaccins parmi ceux qui se seront avérés efficaces.

Même dans le cas des pays qui ne participeront pas à cette recherche — en d’autres mots, même s’ils ne fourniront pas de volontaires sains — ceci est un exemple de soft power chinois; sans obligation de leur part, tous les pays d’Amérique du Sud se voient offrir des vaccins chinois à crédit.

Ils sont libres de préférer les vaccins américains. Mais quelle garantie ont-ils que les États-Unis, très atteints par la pandémie, accepteront de leur vendre leurs précieux vaccins…

Références :
China offers $1 billion loan to Latin America and the Caribbean for access to its COVID-19 vaccine
Essai clinique

Paru depuis :
Le Brésil, terrain d’expérimentation pour les vaccins contre le Covid-19 (2020-09-15)

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Géopolitique, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le ballet La Source

12 septembre 2020

 

 
La Source est un ballet créé à l’Opéra de Paris en 1866. Il avait alors fait sensation puisque pour la première fois, on y voyait un véritable cheval et de l’eau sur scène.

Dix ans plus tard, on cessa de le présenter en France et il sombra dans l’oubli.

Le ballet fut repris en 1925 à Leningrad et, sur une nouvelle musique, à New York en 1968.

En 2011, l’Opéra de Paris décida de présenter de nouveau ce ballet rarement vu. L’extrait vidéo ci-dessus correspond au premier acte de cette production.

Si vous aimez le ballet, je vous invite à partir à la découverte de ce petit trésor.

Référence :
La Source rejaillit au palais Garnier

Pour voir la deuxième partie de ce ballet, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Ballet, Culture, Vidéos | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : La bataille sanitaire de Hong Kong

11 septembre 2020
Billet de dix dollars de Hong Kong

L’agitation politique

Hong Kong possède son gouvernement et ses tribunaux, tous deux sous la tutelle de Beijing. De plus, cette région administrative semi-autonome possède sa propre monnaie et un grand nombre d’institutions héritées de l’époque coloniale.

Le Traité de rétrocession de Hong Kong, conclu en 1997 entre la Grande-Bretagne et la Chine, fait office de constitution.

Son article 23 stipule :

La Région administrative spéciale de Hong Kong promulguera ses propres lois interdisant tout acte de trahison, de sécession, de sédition, de subversion contre le gouvernement populaire central, ou de vol de secrets d’État, afin d’interdire aux organisations ou organes politiques étrangers de mener des activités politiques dans la Région, et d’interdire à ces organisations ou organes politiques d’établir des liens avec des organisations ou organes politiques étrangers.

Jusqu’ici, Beijing n’a accordé à Hong Kong que l’autonomie limitée garantie par le Traité de rétrocession.

L’inquiétude de la population quant à son autonomie réelle est aggravée par les États-Unis.

Par le biais de son ambassade et d’organisations non gouvernementales, Washington tente d’exacerber l’agitation sociale à Hong Kong… tout comme certains pays hostiles à Washington font l’inverse en suscitant, par le biais des médias sociaux, des affrontements au sein du peuple américain.

C’est ainsi que, sous influence américaine, les forces prodémocratiques de Hong Kong sont devenues pro-indépendantistes — ce qu’interdit la Constitution d’Hong Kong — provoquant un durcissement de la répression chinoise.

La pandémie, une occasion

Au début du mois de juillet, le bilan de la pandémie à Hong Kong était de 0,9 mort par million d’habitants (mpm). Un mois plus tard, ce bilan avait quintuplé à 4,5 mpm. Pour atteindre finalement 12,0 mpm le 1er septembre.

Cette résurgence de la pandémie est une occasion pour Beijing de montrer aux Hongkongais les avantages de vivre sous l’autorité d’un gouvernement puissant, capable de déployer des moyens inouïs quant il s’agit de protéger la population.

C’est ainsi qu’on a annoncé à la fin du mois dernier, l’ouverture de 141 centres de dépistage, la création d’une centaine de laboratoires d’analyse et l’embauche de trois-mille employés mandatés pour trouver les personnes atteintes et débusquer leurs contacts.

Dans cette région administrative de 7,5 millions d’habitants (donc un peu moins peuplée que le Québec), on a annoncé qu’un demi-million de tests salivaires seront effectués quotidiennement.

Sous influence américaine, les opposants ont aussitôt fait courir la rumeur que cet exercice de dépistage était une façade pour collecter l’ADN de tous les Hongkongais à des fins de surveillance policière et de répression politique.

Ce qui n’a pas empêché 1,2 million de Hongkongais de passer volontairement le test dès la première semaine qui a suivi cette annonce.

Références :
Campagne de dépistage massive à Hong Kong
Coronavirus à Hong-Kong : surveillance resserrée des résidents
Coup d’État législatif
Defending Rule of Law and Freedom in Hong Kong
Hong Kong: la campagne de dépistage plombée par la méfiance envers Pékin

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Politique internationale, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Clématite

10 septembre 2020
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 — 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 150 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : pourcentage de cas positifs au Québec

9 septembre 2020
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Référence : Compte Twitter de Patrick Déry

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’Anémone du 2632 av. Jeanne-d’Arc

9 septembre 2020
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’anémone est surnommée la ‘fleur du vent’.

Selon la mythologie grecque, Zéphyr, le dieu du vent, tomba amoureux de la nymphe Anémone.

Chloris, l’épouse jalouse du dieu et elle-même déesse des fleurs, transforma sa rivale en fleur, l’assujettissant ainsi à son autorité.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8 — 1/4000 sec. — F/2,8 — ISO 150 — 150 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Botanique, Fleurs, Nature | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : l’exemple préliminaire de l’université Colgate

8 septembre 2020

Introduction

Située dans l’État de New York, l’université Colgate est une institution privée qui accueille à peu près trois-mille étudiants.

En moyenne, il en coute vingt-six-mille dollars par année pour y étudier. Le quart des demandes d’inscription sont acceptées et le taux de réussite est d’environ 90 %.

Les mesures mises en place pour éviter une éclosion de Covid-19 ont couté quatre-millions de dollars.

L’immense majorité des étudiants ont préféré être en classe : ils le pouvaient à plusieurs conditions.

Le test en préadmission

Préalablement à la réouverture du campus, les étudiants, les professeurs et le personnel de soutien ont reçu par la poste un nécessaire destiné à tester la présence de Covid-19 dans leur salive. Le résultat de ces tests s’obtient le jour même.

Ils devaient retourner leur plaquette à l’université dans les plus brefs délais.

Sur les 866 employés, quatre se sont avérés positifs. Et sur les 2 219 étudiants, il y eut huit cas positifs.

Ce premier test visait à mesurer l’état de la contamination avant la réouverture du campus. Ce taux s’est avéré être de 0,4 %, soit la moitié du taux qui prévaut actuellement dans l’État de New York.

Cette différence s’explique par le milieu socioéconomique aisé des étudiants, moins atteint que l’ensemble de la population de l’État.

Deux autres tests et quarantaine généralisée

Dans la seule journée du 26 aout (le deuxième jour de la rentrée), mille étudiants ont été testés. C’est plus du tiers de tous les étudiants qui ont choisi d’étudier sur le campus.

En plus d’être soumis à un deuxième test salivaire, tous ont été mis en quarantaine pour dix-sept jours. L’université a même acheté un hôtel pour accommoder tout le monde. Ce qui explique le cout des mesures adoptées.

Au cours de la quarantaine, les cours se donnent en ligne (filmés en temps réel) et sont disponibles sur l’intranet de l’université.

Les repas sont servis aux chambres. Ils fournissent entre 2 700 et 3 000 calories par jour.

Le recteur lui-même dirige son institution de sa chambrette située dans une des résidences étudiantes du campus.

En respectant une distance sanitaire de deux mètres et en portant un masque, les étudiants peuvent sortir à l’extérieur deux fois par jour dans des zones désignées.

Il est à noter que les masques à valve ont été bannis. Leur valve ferme à l’inspiration, favorisant la filtration de l’air inhalé. Mais elle s’ouvre à l’expiration, ce qui n’empêche pas le porteur de disperser ses gouttelettes respiratoires et de contaminer les autres.

En raison d’une fête clandestine qui s’est déroulée le deuxième jour de la rentrée — imprudemment tenue à la résidence et sur l’étage où se trouvait le recteur — douze élèves ont été expulsés du campus. Toutefois, ils peuvent suivre les cours à partir de chez eux.

La première semaine du confinement, la présence de matériel génétique du virus a été mesurée dans les eaux usées (c’est-à-dire dans les égouts) de chacune des résidences afin d’y localiser toute éclosion possible.

Si tel avait été le cas, les étudiants de la résidence auraient été testés spécifiquement.

Entre le 7e et le 10e jour de la quarantaine, on a dû passer un troisième test salivaire. Chaque cas positif a fait l’objet d’une recherche de contacts.

Dans quelques jours, la quarantaine sera levée. À partir de ce moment, six pour cent des étudiants et des employés, choisis aléatoirement, seront testés à chaque jour.

Résultats préliminaires

L’évolution de la situation est publiée quotidiennement.

On y apprend que depuis la rentrée, le nombre de cas positifs s’est maintenu parmi les étudiants. Il n’y a plus aucun nouveau cas parmi les employés, dont les professeurs.

Du 22 aout au 7 septembre, le taux de positivité est passé de 0,4 % à 0,5 %, en dépit d’un pic de 22 nouveaux cas chez les étudiants observé le 27 aout (qui a brièvement fait passer le taux de contagion à 0,8 %).

Le nombre de tests effectués se maintient à environ 376 par jour.

Conclusion

Alors que se multiplient les cas de campus universitaires qu’on doit fermer aussitôt leur réouverture en raison d’éclosions majeures de Covid-19, l’université Colgate a échappé à ce phénomène.

Mais il s’agit là d’une situation artificielle; on ne va pas à l’université pour y étudier dans une chambrette.

C’est le retour à la normale, prévu dans quelques jours, qui permettra de tirer une conclusion définitive de l’expérience tentée par l’université Colgate.

C’est à suivre…

Références :
Colgate University
Colgate University students – and president – lock down for 2 weeks to start semester
Health Analytics Dashboard
Reportage télévisé (en anglais)


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :