L’abondance des armes et les homicides

10 janvier 2022


 
Le droit de posséder une arme à feu est garanti par le deuxième amendement de la Constitution américaine. Le fort pourcentage d’Américains armés explique le nombre important de tueries de masse et d’homicides dans ce pays.

La contrebande canadienne d’armes de poing achetées aux États-Unis — un commerce sanctionné mollement par les tribunaux — est responsable de nombre croissant d’homicides au Canada.

À Montréal, l’année 2011 fut la plus meurtrière depuis onze ans. Sur les 37 homicides montréalais, 26 ont été des féminicides. Et c’est sans compter les tentatives de meurtre : du 1er janvier à la mi-décembre, il y en avait eu 139 (un sommet depuis 2007).

Références :
Contrôle des armes à feu aux États-Unis
Homicides en 2021: jamais autant de femmes tuées en 13 ans au Québec
Sept jours par pistolet

Laissez un commentaire »

| Fait divers, Justice, Sécurité | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : la quatrième vague chez les mineurs, du 15 octobre au 30 décembre 2021

9 janvier 2022

Au début du mois d’octobre, l’Institut national de santé publique du Québec a modifié la présentation de ses statistiques.

Jusqu’alors, sur son site web, l’histogramme du nombre cumulatif des cas permettait de suivre l’évolution de la contagion selon les lieux où elle était décelée, notamment à l’école.

Depuis ce temps, on peut savoir le nombre cumulatif des cas décelés chez les mineurs sans pouvoir en suivre l’évolution, sinon en comparant globalement les quatre vagues actuelles de l’épidémie.

Pour connaitre l’évolution survenue au cours de la quatrième vague, il faut se rendre périodiquement sur le site de l’INSPQ et prendre en note les données qui disparaitront généralement le lendemain.

C’est ce que j’ai fait depuis le 14 octobre dernier au sujet des enfants de 0 à 9 ans, et depuis 5 novembre au sujet adolescents (quand le port du masque a cessé d’y être obligatoire à l’école secondaire).

Précisons que ce nombre cumulatif est calculé depuis le début de la quatrième vague au Québec, soit le 18 juillet 2021.


Nombre cumulatif de cas de Covid-19 chez les 0 à 9 ans au Québec au cours de la quatrième vague

  N. de cas % des fillettes % des garçons
Au 15 octobre 2021 7 753 cas 0,86 % 0,88 %
Au 22 octobre 2021 8 532 cas 0,95 % 0,97 %
Au 29 octobre 2021 9 195 cas 1,02 % 1,04 %
Au 5 novembre 2021 10 108 cas 1,12 % 1,15 %
Au 12 novembre 2021 11 182 cas 1,24 % 1,27 %
Au 19 novembre 2021 12 361 cas 1,37 % 1,40 %
Au 26 novembre 2021 13 866 cas 1,54 % 1,57 %
Au 3 décembre 2021 15 755 cas 1,75 % 1,79 %
Au 10 décembre 2021 18 222 cas 2,02 % 2,07 %
Au 17 décembre 2021 21 324 cas 2,37 % 2,43 %
Au 23 décembre 2021 25 200 cas 2,78 % 2,89 %
Au 30 décembre 2021 30 214 cas 3,34 % 3,46 %


 
Les données ci-dessus concernent les cas cas décelés à l’admission d’un hôpital pédiatrique, à une garderie publique ou à l’école primaire. De plus, elles constituent une grossière sous-estimation puisqu’au cours de cette période, on a manqué de tests, manqué de préposés au dépistage, et même manqué de formules de consentement parental.

Au sujet des adolescents, les données publiées ci-dessous couvrent en plus le congé scolaire du temps des Fêtes afin de montrer que cette période a été accompagnée d’une forte augmentation de la contagion.


Nombre cumulatif de cas de Covid-19 chez les 10 à 19 ans au Québec au cours de la quatrième vague

  N. de cas % des filles % des gars
Au 5 novembre 2021 8 578 cas 0,94 % 0,98 %
Au 12 novembre 2021 9 446 cas 1,04 % 1,08 %
Au 19 novembre 2021 10 276 cas 1,13 % 1,18 %
Au 26 novembre 2021 11 283 cas 1,24 % 1,29 %
Au 3 décembre 2021 12 547 cas 1,37 % 1,44 %
Au 10 décembre 2021 14 275 cas 1,57 % 1,63 %
Au 17 décembre 2021 16 803 cas 1,85 % 1,91 %
Au 23 décembre 2021 21 477 cas 2,37 % 2,43 %
Au 30 décembre 2021 31 060 cas 3,56 % 3,38 %
Au 7 janvier 2022 45 034 cas 5,25 % 4,71 %


Référence : Données COVID-19 au Québec

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : propager la contagion des hôpitaux vers les hospices

8 janvier 2022

Ces jours-ci, la contamination des hôpitaux de la région des Laurentides par le Covid-19 atteint un point critique.

Actuellement en vigueur, le troisième niveau d’alerte prévoit qu’on y consacre 48 lits aux patients atteints par la pandémie. Or ils en occupent déjà 111.

Les autorités sanitaires de la région demandent donc à Québec de faire passer le niveau d’alerte à 4, soit le niveau maximal.

À l’hôpital de Saint-Jérôme, sept de ses unités sont touchées par des éclosions de Covid-19. Le quart de ceux qui travaillent à son urgence sont en quarantaine. Son propre laboratoire est touché, celui-là même qui analyse, entre autres, les prélèvements des patients soupçonnés d’être atteints par le Covid-19.

Aux soins intensifs de l’hôpital de Saint-Eustache, la moitié des lits sont fermés par manque de personnel. Neuf des quinze unités de l’hôpital sont touchées par des éclosions de Covid-19.

Affichant un taux d’occupation de 225 %, l’urgence de l’hôpital d’Argenteuil est, elle aussi, touchée par une éclosion de Covid-19.

Bref, ça va mal.

Pour pallier cela, les vieillards qui reçoivent des soins prolongés dans ces hôpitaux seront transférés vers les CHSLD (l’équivalent des Ehpad français), dans des chambres à occupation double.

Dans la directive à ce sujet, on notera que nulle part il n’est exigé que les patients soient testés avant d’être envoyés en CHSLD.

Toutefois, une autre directive, destinée aux hôpitaux, précise que chaque transfert doit être précédé d’un test de laboratoire négatif.

Malheureusement, cela laisse trop de temps entre le prélèvement et le transfert. Pour que tout cela se fasse de manière sécuritaire, ces patients devraient être testés immédiatement avant d’être transférés. Ce qui nécessite le recours à un test rapide.

Et comme il arrive que les choses ne se déroulent pas comme cela devrait, le principe de précaution exige que ces patients soient testés de nouveau, à l’aide d’un test rapide, à leur arrivée au CHSLD. Et ce, avant même de descendre du véhicule qui les a transportés.

Le CHSLD devrait avoir le pouvoir de refuser le transfert lorsque des vieillards sont positifs ou lorsqu’on a négligé de lui fournir les tests dont il a besoin pour effectuer cette vérification.

La directive ci-dessus, spécifique aux CHSLD, ne leur donne aucun moyen de se protéger des hôpitaux qui tourneraient les coins ronds dans leur hâte de se délester d’une partie de leurs patients.

À défaut de ces précautions, cette directive consiste donc à ‘pelleter’ des patients d’un endroit à l’autre — plus précisément de milieux fortement contaminés vers des milieux qui le sont moins — sans prendre les précautions qui s’imposent.

En testant deux fois, au départ de l’hôpital et à l’arrivée au CHSLD, on obtient, avec des tests rapides, une fiabilité beaucoup plus grande qu’avec un seul test analysé en laboratoire à partir d’un échantillon prélevé un ou deux jours plus tôt. Et ce, à moindre cout.

Dans le rapport qu’elle a remis le 23 novembre dernier, la Protectrice du citoyen déplorait justement qu’au cours de la première vague de la pandémie, “…les CHSLD ont été appelés à contribuer à l’exercice de délestage de lits hospitaliers, sans pour autant être pourvus de mesures ni de moyens additionnels pour faire face adéquatement aux éclosions à venir.”

Le gouvernement a promis de donner suite aux recommandations du rapport. Mais à la première occasion, il répète exactement les mêmes erreurs.

La seule différence entre le ‘pelletage’ de patients possiblement infectés au cours de la première vague et maintenant, c’est qu’à l’époque, ils étaient atteints par le Covid-19 ‘classique’ alors qu’aujourd’hui, les personnes infectées le sont, un peu par du variant Delta, ou surtout par de l’Omicron.

Or que sait-on de ce dernier ?

Celui-ci contamine autant les vaccinés que ceux qui ne le sont pas : toutefois, sa dangerosité semble relativement faible. Tout ce qu’on peut attendre de lui, c’est qu’il provoque une forte augmentation des cas et des hospitalisations de courte durée.

Donc, sans prendre les mesures appropriées, les vieillards qu’on fait sortir de nos hôpitaux par une porte feront entrer par une autre porte un nombre plus grand de vieillards qu’ils auront contaminés.

Et nous continuerons d’assister au risible cafouillage des petits génies qui dirigent la campagne sanitaire au Québec.

Références :
La COVID-19 dans les CHSLD durant la première vague de la pandémie
Niveau d’alerte rehaussé : des hôpitaux au bord de la rupture de services
Transferts vers les CHSLD : c’est pour lutter contre un « tsunami d’admissions »

Paru depuis :
Chaudière-Appalaches : des patients atteints de la COVID-19 sont renvoyés en CHSLD

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Covid-19 et les sous-vêtements de l’armée norvégienne

7 janvier 2022

La Norvège est un pays de 5,5 millions d’habitants.

À l’exception des perturbations occasionnées l’an dernier par le ralentissement de l’économie mondiale, ce pays jouit habituellement d’une balance commerciale excédentaire grâce à ses exportations d’hydrocarbures (pétrole brut et gaz naturel).

Paradoxalement, ce pays décourage la consommation de pétrole par des taxes élevées et subventionne généreusement l’achat de véhicules électriques par ses citoyens.

Si bien que ce pays, au 15e rang mondial des producteurs de pétrole brut, est au 10e rang des pays exportateurs. En somme, le pétrole, c’est bon pour les autres.

Ses revenus pétroliers sont partiellement investis dans un fonds souverain richissime.

Et pour se protéger de la convoitise de pays prédateurs, la Norvège possède une armée de 23 000 soldats.

Le service militaire y est obligatoire. Il s’adresse à tous les citoyens adultes, peu importe le sexe.

Entre 19 et 28 ans, chaque Norvégien effectue un service militaire de 12 mois. Puis, un autre de 4 à 5 mois ultérieurement dans sa vie.

En raison de la prospérité du pays, les conscrits disposent des armes les plus sophistiquées, achetées des États-Unis, de France, d’Italie, de Corée du Sud et d’Espagne.

Bref, ses militaires ne manquent de rien. Du moins, en principe.

Mais voilà que la pandémie au Covid-19 a perturbé certains approvisionnements. Plus précisément, l’armée norvégienne manque cruellement… de sous-vêtements.

Autrefois, à l’issue de leur service militaire, les conscrits partaient avec les caleçons, les brassières et les bas (appelés chaussettes en France) mis à leur disposition à leur admission dans les forces armées.

Mais les pénuries actuelles font qu’on prie maintenant les conscrits de les retourner à l’armée à la fin de leur service militaire.

Tout cela est maintenant nettoyé, désinfecté, et reprisé (si nécessaire) puis remis aux jeunes recrues qui leur succèdent.

Comme quoi servir la patrie entraine parfois de petits sacrifices…

Références :
CIA World Factbook : Norway
Norwegian conscripts told to return underwear as Covid hits supplies

2 commentaires

| Fait divers | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : le dépistage parmi les travailleurs de la santé

6 janvier 2022

À quelle fréquence doit-on les tester ?

Si la capacité maximale de dépistage des laboratoires de Santé publique était exclusivement consacrée au personnel du réseau québécois de la Santé, cela prendrait six jours. En effet, le réseau compte un peu moins de 300 000 employés alors que la capacité maximale de dépistage des laboratoires est de 50 000 tests par jour.

En mettant en télétravail tous les employés qui peuvent l’être et en permettant aux employés qui ne sont pas de contact direct avec les patients de contaminer leur lieu de travail à leur guise, on pourrait, parait-il, tester tous les autres deux ou trois fois par semaine.

On le fait déjà pour les travailleurs de la Santé qui refusent d’être vaccinés.

À l’époque du Covid-19 et de ses variants ‘lents’, tester le personnel de la Santé deux fois par semaine était une idée excellente, réclamée en vain.

Entre le moment où on attrapait le Covid-19 ‘classique’ — en inspirant les gouttelettes respiratoires d’une personne contagieuse — et le moment où apparaissaient les premiers symptômes, il s’écoulait en moyenne 5,2 jours.

Tester deux fois par semaine permettait de dépister les personnes nouvellement contagieuses (même celles encore asymptomatiques).

Mais avec les variants ‘rapides’ du Covid-19, cela ne suffit pas.

Tant avec le variant Delta que l’Omicron, cet écart est réduit à deux jours. Tester deux fois par semaine, c’est comme essayer d’attraper des moustiques avec une raquette de tennis.

En réalité, avec l’Omicron, il faut tester quotidiennement à l’aide de tests rapides. Les tests PCR (en laboratoire) prennent trop de temps pour être utiles à empêcher la propagation de l’Omicron. Tout au plus, peuvent-ils servir à confirmer, si nécessaire, la validité du résultat d’un test rapide.

Évidemment, on nous répondra que tester quotidiennement est impossible dans le contexte actuel. Ce qui est vrai; le ‘contexte actuel’ est celui d’une Santé publique qui n’a pas su, en deux ans, se doter des moyens pour combattre efficacement cette pandémie.

Ne tester que les travailleurs symptomatiques ?

Même à cette fréquence de deux fois par semaine, on ne peut pas tester tous les travailleurs de la Santé parce qu’il faut aussi tester d’autres personnes prioritaires; les patients hospitalisés symptomatiques, les Autochtones, les policiers, les pompiers, les ambulanciers, et (bientôt) le personnel scolaire.

Bref, il faut prévoir que dans les semaines qui viennent, on ne testera plus que les personnes symptomatiques au sein des groupes prioritaires. Et ce, au nom de la ‘rationalisation’ du dépistage.

Depuis le 29 décembre 2021, on ordonne aux travailleurs essentiels positifs au Covid-19 – mais asymptomatiques – de retourner travailler avant la fin de la période d’isolement lorsqu’il y a risque de rupture de services.

Dans les faits, les gestionnaires des établissements de Santé jugent qu’il y a toujours risque de bris de service; ce risque est permanent.

Normalement, les travailleurs atteints devraient retourner au travail après deux choses; leur quarantaine de huit jours et un test rapide négatif.

Puisque la mise en quarantaine est recommandée aux personnes qui ont été en contact avec une personne contagieuse, les journalistes ont cherché à savoir si les patients hospitalisés pour des raisons autres que l’infection par Covid-19 seront prévenus s’ils ont été en contact avec un travailleur encore contagieux qui a été rappelé prématurément au travail.

Apparement, cela a pris au dépourvu les autorités sanitaires qui ont pris cette question en délibéré. La réponse est simple. La contagion par Covid-19 fait partie du dossier médical d’un travailleurs de la Santé. Qu’il soit atteint par le Covid-19 ou la syphilis, c’est confidentiel.

Ce qui veut dire que les personnes qu’on placera à risque d’attraper le Covid-19 dans nos hôpitaux n’en sauront jamais rien.

Répéter les mêmes erreurs

Sur les milliers de décisions prises par les autorités sanitaires, on peut comprendre qu’on puisse, çà et là, commettre quelques erreurs. Mais il est inacceptable qu’on répète continuellement les mêmes erreurs.

Pourquoi y a-t-il eu tant de personnes contaminées dans nos établissements de Santé au début de la pandémie ? Parce qu’on a voulu à tout prix éviter la rupture des services.

C’est pour cela qu’on a obligé des travailleurs symptomatiques à se présenter au travail dans l’attente du résultat de leur test de laboratoire.

C’est pour cela qu’on a continué d’employer des travailleurs d’agences de placement qui allaient ‘boucher les trous’ d’un endroit à l’autre car le système de Santé ne peut pas fonctionner sans eux.

Et c’est pour cela qu’on a continué d’imposer des heures supplémentaires obligatoires en pleine pandémie, poussant des centaines d’infirmières à changer de vocation. Accentuant ainsi les pénuries de personnel qu’on voulait prévenir.

Propager la contagion au sein du réseau de la Santé en permettant aux travailleurs encore contagieux d’y retourner prématurément généralise les bris de service au lieu de les éviter.

Des erreurs dont la gravité est inconnue

À l’heure actuelle, on connait la contagiosité extrême de l’Omicron. Selon la CDC américaine, elle serait le triple de celle du variant Delta, lui-même très contagieux.

Par contre, on le sait moins virulent que les autres membres de la famille covidienne. Selon l’expérience sud-africaine, il est rarement mortel, autant chez les vaccinés que chez ceux qui ne le sont pas.

Mais on ne connait pas précisément sa dangerosité.

Bon an, mal an, la grippe saisonnière fait environ mille morts au Québec et provoque l’admission de milliers d’enfants dans nos hôpitaux pédiatriques.

S’il s’avère que l’Omicron n’est pas plus mortel que la grippe ordinaire, les imprudences actuelles de la Santé publique lui seront pardonnées.

Souhaitons qu’il en soit ainsi…

Références :
Covid-19 : durée de la quarantaine
L’absentéisme loin du sommet enregistré en 2020
La présence du variant Delta encore «minime» au Québec
Le variant Omicron désormais dominant au Québec
L’Omicron : l’expérience sud-africaine
Niveau d’alerte rehaussé : des hôpitaux au bord de la rupture de services
« On est pris dans un étau »
Plus de 1 million de dollars payés aux travailleurs de la santé non vaccinés du Québec
Personnes prioritaires au test de dépistage
Une infirmière symptomatique dit avoir été forcée à se présenter au travail

Paru depuis :
Tests rapides – « Nous avons manqué le bateau », estime un virologue (2022-01-14)
COVID-19 : plus de 5000 tests PCR ont été jetés sans être analysés (2022-01-21)

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Visite dans les quartiers centraux de la ville

4 janvier 2022
À la boutique Délices Érable & Cie

À l’approche du couvre-feu, il y a moins de gens à l’extérieur dans les quartiers centraux de la ville. Ce qui donne l’impression aux rares personnes qui s’y aventurent, que la ville leur appartient.

Dans le Vieux Port

L’objectif photographique que j’ai utilisé ce soir ne possède pas de diaphragme. Sur le dessus de cet objectif, il y a une fente dans laquelle on insère une plaque trouée qui joue le même rôle.

L’ouverture de cette plaque peut être circulaire ou adopter une forme de fantaisie. Dans ce dernier cas, les sources lumineuses adoptent également cette forme (ici en étoile à cinq branches).

Iceberg, de Félix Dagenais et Louis-Xavier Gagnon-Lebrun

Lorsque j’étais à Shanghai, un visiteur asiatique avait pris ma silhouette en photo à mon insu alors que j’étais en train de photographier la ville du haut d’une haute tour.

Par hasard, nous étions sortis de cette tour en même temps. Il m’avait montré sa photo… que je m’étais empressé de photographier à mon tour.

Hier soir, j’ai remis la politesse à un touriste asiatique qui visitait le festival Luminothérapie 2022.

Écho – Le Chant de l’inconnu, de Mathias Gmachl

Sur la Place des Festivals, cette sculpture en bois est placée devant un mur (ici hors champ) sur lequel est projetée une vidéo montrant des vagues. Elle est accompagnée d’un enregistrement de chants de baleines.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif Daguerreotype Achromat 64mm F/2,9 Art Lens
1re photo : 1/100 sec. — F/? — ISO 640 — 64 mm
2e  photo : 1/20 sec. — F/? — ISO 6400 — 64 mm
3e  photo : 1/40 sec. — F/4,0 — ISO 6400 — 64 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 6400 — 64 mm

Un commentaire

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Promenade éclair dans le Vieux-Montréal

3 janvier 2022
Aperçu du Kyo Bar japonais
Monument à Paul de Maisonneuve (à la Place d’Armes)
Boutique Boho Lab
Figurine de Tintin
Au restaurant Toqué!

Pour une période indéterminée, c’est le 31 décembre à 22h qu’entrait en vigueur le premier d’une série de couvre-feux nocturnes.

Vers 19h, je me suis empressé d’aller dans le Vieux-Montréal pour y capter un peu de l’atmosphère des lieux.

Pour l’occasion, j’ai apporté un objectif donne beaucoup de cachet aux photos qu’il prend (en dépit de leur manque de netteté).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif Daguerreotype Achromat 64mm F/2,9 Art Lens
1re photo : 1/25 sec. — F/? — ISO 6400 — 64 mm
2e  photo : 1/40 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 64 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 64 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 64 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 4000 — 64 mm

Un commentaire

| Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au sujet des mesures sanitaires…

2 janvier 2022

L’émission Bye Bye est une revue humoristique des principaux évènements de l’année. Diffusée le 31 décembre, elle est écoutée par des millions de téléspectateurs québécois.

Cette année, la chaine d’animaleries Mondou y présentait une publicité audacieuse au sujet des mesures sanitaires.

Au bénéfice des lecteurs de ce blogue qui vivent hors du Canada, permettez-moi de vous la faire connaitre.

Cliquez pour démarrer


Paru depuis : Médaille d’or à la chienne de Mondou (2022-01-14)

Laissez un commentaire »

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : évolution en 2021

1 janvier 2022

Voici la liste des pays les plus durement affectés par la pandémie au Covid-19.

À titre comparatif, cette liste est complétée par le cas de quelques pays d’Extrême-Orient.

Ont été exclus de cette liste, les pays de moins d’un million d’habitants.

Tableau comparatif des pays les plus atteints en nombre cumulatif de morts par million d’habitants, au premier jour du mois, aux deux mois.

Pays Jan. Mars Mai Juil. Sep. Nov. Jan’22
Pérou 1136 1403 1843 5753 5918 5963 6022
Bulgarie 1099 1491 2382 2620 2751 3534 4510
Bosnie-Herzég. 1249 1552 2620 2965 3014 3567 4136
Hongrie 1002 1561 2874 3113 3121 3208 4072
Macédoine du N. 1205 1509 2348 2633 2863 3430 3825
Géorgie 634 884 1037 1338 1880 2536 3484
Rép. Tchèque 1093 1909 2733 2825 2833 2867 3369
Croatie 968 1354 1746 2012 2046 2272 3091
Roumanie 826 1065 1474 1772 1812 2521 3086
Slovaquie 412 1331 2148 2290 2297 2388 3050
Brésil 916 1198 1901 2430 2712 2833 2882
Lithuanie 588 1199 1463 1633 1706 2213 2777
Slovénie 1312 1854 2048 2125 2140 2287 2692
Arménie 953 1077 1391 1522 1636 2147 2684
Pologne 766 1158 1796 1985 1994 2038 2582
Argentine 954 1145 1407 2078 2452 2535 2558
Moldavie 746 987 1447 1539 1592 1947 2558
États-Unis 1074 1586 1776 1864 1980 2299 2537
Colombie 850 1168 1446 2083 2427 2467 2515
Latvie 343 866 1145 1351 1385 1759 2467
Belgique 1681 1899 2083 2163 2179 2230 2429
Paraguay 315 445 899 1786 2182 2242 2289
Mexique 971 1430 1668 1789 1987 2206 2286
Italie 1235 1622 2004 2113 2142 2189 2279
Ukraine 428 598 1021 1205 1240 1568 2217
Royaume-Uni 1089 1805 1870 1878 1974 2058 2174
Tunisie 398 674 907 1262 1968 2107 2131
Russie 394 592 757 931 1260 1642 2121
Trinité-et-Tobago 91 99 122 610 927 1216 2050
Chili 868 1075 1374 1690 1913 1954 2022
Grèce 469 629 1007 1224 1319 1544 2015
Espagne 1087 1488 1672 1729 1806 1868 1911
France 991 1328 1601 1698 1751 1798 1891
Portugal 685 1607 1669 1682 1747 1788 1869
Équateur 790 888 1048 1206 1796 1831 1867
Uruguay 55 175 766 1612 1730 1742 1767
Panama 935 1341 1426 1493 1607 1661 1682
Bolivie 780 989 1099 1417 1556 1593 1652
Iran 655 710 849 992 1272 1480 1538
Autriche 693 948 1131 1182 1188 1253 1514
Afrique du Sud 484 836 908 1016 1371 1479 1509
Suède 861 1265 1384 1436 1440 1472 1498
Serbie 373 512 733 810 840 1153 1467
Estonie 180 451 878 956 974 1160 1459
Costa Rica 427 546 629 909 1073 1363 1424
Suisse 882 1148 1221 1250 1260 1288 1404
Namibie 80 165 248 601 1305 1366 1397
Québec 958 1214 1276 1321 1330 1348 1379
Liban 240 697 1074 1156 1187 1254 1348
Allemagne 410 845 996 1089 1103 1144 1340
Jordanie 376 460 862 947 1010 1069 1225
Pays-Bas 672 908 1000 1033 1048 1072 1219
Irlande 453 868 984 1001 1022 1085 1178
Albanie 411 631 833 854 870 1020 1120
Eswatini 185 558 573 578 947 1056 1110
Honduras 315 415 526 696 885 1012 1029
Botswana 18 150 323 483 939 996 1009
Turquie 248 337 476 584 667 828 963
Malaisie 14 34 46 160 515 880 955
Palestine 273 396 625 683 704 841 885
Israël 365 626 692 689 760 869 884
Guatemala 263 350 412 507 656 822 875
Jamaïque 101 142 260 360 516 753 831
Azerbaïdjan 262 316 445 488 554 692 814
Libye 212 316 433 457 611 732 814
Bahreïn 201 257 368 769 779 781 779
Oman 286 300 383 598 774 778 776
Cuba 13 29 58 115 476 728 735
Sri Lanka 10 22 32 145 437 639 696
Kazakhstan 94 120 168 230 495 635 681
RoC* 256 401 461 518 538 602 639
               
Vietnam 0,4 0,4 0,4 0,8 121 225 331
Japon 27,4 62,5 81,1 117 127 145 146
Singapour 4,9 4,9 5,3 6,1 9,3 71,4 140
Corée du Sud 17,9 31,3 35,7 39,4 44,7 55,7 110
Taïwan 0,3 0,4 0,5 27,7 35,0 35,4 35,6
Hong Kong 19,7 26,7 27,8 27,9 28,0 28,0 28,0
Chine 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2

*— ‘RoC’ signifie le Canada sans le Québec.

Discussion : Pour la très grande majorité des pays ci-dessus, l’année qui vient de se terminer fut plus meurtrière que l’année 2020.

Pour la douzaine de pays où ce fut l’inverse, tout s’est joué dans les premières semaines de la pandémie; on les trouve déjà parmi les plus atteints dès le 1er avril 2020.

Plus récemment, en novembre et en décembre 2021, les augmentations les plus importantes ont été rapportées dans la partie orientale de l’Europe.

Dans les Balkans : en Bulgarie (+976) et en Boznie-Herzégovine (+569). Dans le Caucase : en Géorgie (+948). En Europe centrale : en Hongrie (+864) et en Slovaquie (+662). En Europe de l’Est, plus précisément en Croatie (+819). Puis dans les pays baltes : en Latvie (+709).

À cette liste s’ajoute Trinité-et-Tobago (+834).

Signalons qu’en Afrique australe (où le variant Omicron a été découvert), on ne note pas d’augmentation importante de la mortalité en dépit d’un taux de double-vaccination très bas : en Afrique du Sud (+30), en Namibie (+31), au Botswana (+13), et en Eswatini (+54).

Références :
Covid-19 Coronavirus Pandemic
Covid-19 : le nombre de cas en temps réel
Données COVID-19 au Québec
Pays les plus atteints au 1er avril 2020

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vœux pour l’année 2022

1 janvier 2022
Cliquez sur l’image pour l’agrandir


 

2 commentaires

| Carte de souhait, Graphisme | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :