Vaccination : la question-piège

Le 7 avril 2022
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La Santé publique a dernièrement annoncé que les Québécois qui le souhaitent pourront recevoir une nouvelle dose de vaccin contre le Covid-19.

La prise de rendez-vous se fait par le biais du site Clic Santé.

Parmi les questions auxquelles vous aurez à répondre, on vous demandera si vous avez déjà contracté le Covid-19.

Il est très important de ne pas répondre « oui » à cette question puisque dans ce cas, la Santé publique refusera de vous accorder un rendez-vous.

Au cours de la cinquième vague, l’école publique a été le tremplin de la contamination massive de la population québécoise. Environ deux-millions de personnes ont été contaminées par la pandémie soit, en quatre mois, le double de la contagion survenue au cours des deux années précédentes.

En excluant ces deux millions de personnes, la Santé publique espère épargner des doses de vaccin.

Cette décision n’est pas basée sur la science, mais sur l’avis des experts autoproclamés de son Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ).

Qu’on parle de la Santé publique ou de n’importe lequel de ses nombreux comités, il s’agit la même poignée de hauts fonctionnaires. Selon qui s’assemble avec qui, cela donne des comités différents. En un mot, tout cela est très consanguin.

Sur quoi se base le CIQ ?

Attraper le Covid-19 provoque la fabrication d’anticorps qui permettent habituellement à la personne infectée d’en guérir.

De plus, des expériences in vitro (c’est-à-dire en éprouvette) ont prouvé que les anticorps produits lors de la contagion par un variant sont capables d’inactiver d’autres membres de la famille covidienne.

Toutefois, il n’existe pas d’étude concrète (clinique ou populationnelle) qui ait mesuré dans quelle mesure attraper le Delta, par exemple, protège contre l’Omicron.

Tout ce qu’on sait, c’est que l’immunité ‘naturelle’ varie beaucoup d’une personne à l’autre. Elle dépend notamment de la sévérité de l’infection; les personnes ayant éprouvé des symptômes légers sont moins protégées à l’avenir que ceux qui ont été gravement atteints.

L’efficacité des vaccins décroit d’un variant à l’autre, au fur et à mesure que la génétique des variants s’éloigne de celle du Covid-19 ‘classique’ (contre lequel les vaccins sont taillés sur mesure).

Toutefois, leur pouvoir protecteur contre les conséquences graves de la pandémie se maintient. Il a été observé cliniquement et mesuré scientifiquement. Ce qui n’est pas le cas de l’immunité ‘naturelle’.

Voilà pourquoi l’Organisation mondiale de la Santé écrit :

Même si vous avez déjà eu la COVID‑19, vous devez être vacciné(e). La protection obtenue après avoir contracté la COVID‑19 varie fortement d’une personne à l’autre.

En somme, on ne peut pas se fier sur elle.

C’est également l’avis du Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Les autorités américaines précisent que les tests in vitro ne permettent pas de prédire qu’on attrapera ou non un variant lorsqu’on y est exposé.

Bref, les justifications de la Santé publique du Québec n’ont aucune base scientifique. Puisqu’il n’existe pas de danger à être ‘trop’ vacciné, son refus est une autre de ses économies de bouts de chandelles qui expliquent le fiasco de la lutte sanitaire au Québec (comme partout en Occident).

Dès qu’on est guéri d’un épisode de Covid-19, on devrait recevoir cette nouvelle dose si la vaccination précédente remonte à plus de quatre mois.

Voilà pourquoi il est nécessaire de répondre négativement à la question-piège de la Santé publique du Québec.

De plus, si possible, choisissez de vous faire vacciner en pharmacie plutôt qu’à un des centres de vaccination de la Santé publique.

Parce que dans ce dernier cas, on pourrait vous obliger à changer de masque à l’intérieur de ce centre, vous exposant inutilement à la contagion par les gouttelettes respiratoires laissées par des gens contagieux mais asymptomatiques qui vous ont précédé.

Références :
Frequently Asked Questions about COVID-19 Vaccination
La vaccination au stade Olympique : à éviter
Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : vaccins

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Avez-vous aimé ce texte ?

Prière de choisir un nombre d’étoiles.

Moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez la première personne à voter.

10 commentaires à Vaccination : la question-piège

  1. sandy39 dit :

    EN CE DIMANCHE…

    Vous allez me gronder, J.Pierre, car j’ai attrapé, une nouvelle fois le Covid !

    Non, ce n’est pas grave ! Même si on en parle moins, ça circule, toujours.

    Je sentais, depuis le week-end d’avant, mon estomac. Ah, j’ai beau faire mon argile dans un verre d’eau le soir et, le boire à jeun, le matin, ben, ça ne jouait pas !

    Et puis, il faut dire, aussi, que le week-end dernier, je suis allée à un marché de producteurs, sous des serres, à l’abri, mais il ne faisait pas chaud, entre éclaircies et giboulées.

    Non, mais, c’est le Mercredi matin, j’ai eu comme (je dis COMME !) l’impression que je choppais la crève. Bon, je suis descendue, comme prèvu, l’après-midi, au lac de Chambly, à l’Atelier Ecriture et Madame aux yeux bleus était aphone alors, j’ai dû faire l’interprète !

    Oh, j’ai juste passé le Jeudi au lit avec 38 de fièvre, en me disant que j’irai au labo, le lendemain.

    Ah, mais moi, je voulais en avoir le coeur net… Je voulais me faire tester et, surtout, qu’à la fin du mois, j’ai dentiste. Enfin, je me suis décidée à boucher un trou qui date de 25 ans… et dont, j’en aurai pour un peu plus de 900 euros…

    Du coup, week-end à la discorde (peut-être plus nombreux que les bancs ?), il fallait que j’annule… Attends, il faut des mois pour avoir un rendez-vous !… mais ces messieurs n’annulent pas toujours…, dans le sens contraire…

    En arrivant au labo, la nana pointant sa tige, en attendant que je me mouche… “Vous l’avez déjà eu”. “Ben oui, j’ai eu le Delta en juin”, lui répondis-je.

    Je vous dirai lequel j’ai, cette fois. Normalement, dans 10 jours, on doit en savoir plus.

    Mais, vous n’allez pas m’en vouloir ? Si j’avais dû mourir, il y a longtemps que ça aurait dû m’arriver !

    C’est un rhume, je fais Rhino-horn et inhalations aux huiles essentielles. Il n’y a rien besoin de plus. Ah si, 10 jours d’isolement car je ne suis pas vaccinée alors que c’est 7 jours pour les vaccinés !

    Encore une chose : j’ai payé mon test PCR (41,36 euros) car Monsieur Macron a dit, avant les élections : “Les non-vaccinés, je vais les faire chier !”.

    Et, je compte bien aller voter Dimanche prochain ! Entre Emmanuel et Marine, on a guère le choix. Comme ça, si on nous emmerde encore à remettre le Pass : j’en ai un nouveau qui est valable 4 mois…

    Sur tout ça, Bon Dimanche à Vous !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Non seulement je ne vais pas vous gronder, mais je vous dirais que j’attends avec impatience la suite de cette histoire.

  2. sandy39 dit :

    Vous êtes adorable, alors…

  3. sandy39 dit :

    POUR LA SUITE DE L’HISTOIRE…

    De l’histoire d’Amour ou du virus ?

    Si je peux me permettre, je vais bien mieux du virus… car je ne suis, jamais, allée très mal.

    Je sais que ça vous intéresse parce que dans l’histoire de ce blogue, j’ai, souvent, donné plus de témoignagnes que de commentaires.

    Alors, j’avais prévenu mes cas-contact bien avant que l’Assurance Maladie ne me le dise… Donc, les contacts étaient le Mardi 12 et Mercredi 13 Avril.

    J’avais changé et fixé mon rendez-vous de Psy le Mardi, pour pouvoir me rendre à l’Atelier Ecriture le Mercredi.

    Mais, puisque je garde le masque et que l’on garde la distance, Monsieur le Docteur remet le sien, dès qu’il bouge alors, il n’est pas considéré comme un cas-contact.

    Par contre, dehors, au lac, nous étions 4 dont un couple. Je n’ai pas sû quoi faire comme nous étions dehors. J’ai, juste, signalé, Madame aux yeux bleus et mon homme.

    Et, demain, je dois faire un test antigénique : si positif, je reste en isolement jusqu’au 23.

    Non, mais, je ne suis pas malheureuse. J’ai, juste, un peu de mal à m’endormir, j’ai eu un peu chaud, à peine de toux, je cause du nez. Je ne suis pas abattue du tout comme avec le Delta et, je n’ai pas perdu l’appétit sauf que j’ai vomi une fois.

    Sinon, mon homme a dû faire un test pour pouvoir aller bosser. Donc, négatif… sinon, ça aurait été plus vite que ça… Bien sûr que ça le faisait chier, quand ses intérêts sont contrariés : un collègue est en vacances, cette semaine, donc ça repose tout sur lui…

    Mon Aînée est arrivée, juste, avant que je connaisse les résultats. Elle non plus, n’était pas considérée comme cas-contact.

    Tout ça c’est pour ce que l’on voit. Si nous devions y mêler d’autres facteurs…, je me demande si, Moi, je n’aurais pas fait une autre réaction.

    Certains ont 4 jours pour le weekend de Pâques et, mon homme cherchait à aller faire un tour en Bourgogne. Je proposais le Morvan, 3 heures de route. “C’est trop”, me disait-il.

    Alors, nous devions aller, pas loin en Haute-Saône, une grosse heure de route. J’étais tombée sur un mec super sympa qui ne voulait même pas de sous, à la résevation ! Alors, j’ai annulé.

    J’ai dû capituler, inconsciemment et, j’ai attapé le Covid, une nouvelle fois. C’est pas le même, il est moins virulent !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Votre cas est très intéressant. On commence à peine à réaliser qu’avec les variants les plus récents du Covid-19, on peut en attraper deux (le Delta et l’Omicron) en aussi peu de temps que vingt jours d’intervalle.

      Ce qui prouve bien l’incompétence des autorités qui font reposer la lutte sanitaire sur le développement de l’immunité dite ‘naturelle’.

      Référence :
      Woman, 31, catches Covid twice within three weeks in Spain

  4. sandy39 dit :

    J’aurais parié que vous auriez fait des recherches, de votre côté… Attends, on ne sait pas, encore, si c’est toujours l’Omicron qui rôde !

    Au bout de 10 mois, après le Delta, l’attraperait-on, une fois par an ?

    Au 7e jour (hier), test antigénique négatif, mais il faut limiter les contacts encore pendant 7 jours… enfin ça, ça dépend lesquels, vu que certains seraient, aussi, bons qu’une séance de psy… bien que, dans certaines circonstances, les limites peuvent-être vite franchies…

    Sinon, par rapport à votre référence, j’en mets, bientôt, 20 de plus… alors, plus on vient vieux, plus on l’attraperait souvent ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      La réinfection par le Covid-19 est un sujet trop nouveau pour qu’on ait des données fiables.

      Des experts américains soutiennent que certains des variants les plus récents ne seraient pas nécessairement beaucoup plus contagieux ni plus virulents; ils seraient tout simplement moins immunogéniques.

      En d’autres mots, après avoir contracté le Covid-19, l’immunité ‘naturelle’ serait plus courte et moins fiable, non seulement contre d’autres variants, mais également pour ce même variant.

      D’autre part, il semble que les infections répétées, même mineures, augmentent le risque de syndrome postcovid.

      Il ne fait aucun doute que cette pandémie aura une fin. Mais si on la laisse durer trop longtemps, il est possible qu’elle sonne le glas de notre civilisation, alors que les peuples asiatiques en sortiront intacts, épargnés par les effets débilitants à long terme de cette pandémie.

      Complément de lecture : Les variants et sous-variants du SARS-CoV-2

  5. sandy39 dit :

    Merci J.Pierre, pour toutes ces précisions !

    Décidément, je ne suis plus rien, sans ce blogue !

    Donc, j’ai redéveloppé, certainement, un sous-variant d’Omicron, un hybride, alors…

    J’attends, toujours, les résultats complémentaires.

    Sinon, dois-je m’attendre à traîner le syndrome post-covid ?

    Non mais, je suis bien moins abattue qu’avec le Delta… puisque j’écris…

    Ah, encore une chose ! Les peuples asiatiques sauraient-ils faire mieux que Nous ?

  6. sandy39 dit :

    Ils n’ont rien envoyé du tout alors, on ne saura pas… et, de toute façon, un rhume est, toujours, un coronavirus… Est-ce-que je me trompe ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Il existe bien des coronavirus grippaux.

      Ils font partie de la famille hétéroclite des virus qui peuvent provoquer la grippe.

      Lorsqu’une année, la grippe est causée par un coronavirus, le taux d’efficacité des vaccins est toujours plus faible.

      Cela pourrait être différent si on crée contre eux des vaccins à ARN messager comme on l’a fait contre le Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :
>