Les pigments et l’infrarouge

Le 28 février 2022

Introduction

Lorsqu’un objet est noir, c’est qu’il absorbe toute la lumière qu’il reçoit.

À l’opposé, une surface est blanche lorsqu’elle peut réfléchir la totalité de la lumière visible du soleil.

Les pigments sont des substances colorées qui donnent aux objets leur coloration particulière.

Les pigments végétaux

Le feuillage des arbres possède différents pigments dont le plus connu est la chlorophylle, principal responsable de la photosynthèse.


 
Lorsqu’elle est frappée par la lumière solaire, la chlorophylle absorbe le violet, le bleu et le rouge et rejette le reste.

La lumière visible rejetée par la chlorophylle est principalement le vert et, dans une moindre mesure, le jaune et l’orange.

En automne, lorsque les feuilles des arbres agonisent, elles perdent en bonne partie leur chlorophylle. Mais elles conservent un peu plus longtemps leurs pigments secondaires (soit les caroténoïdes, dont les xanthophylles). C’est ce qui confère aux feuilles leurs teintes automnales, notamment le jaune, l’orange et le rouge.

En plus de certaines couleurs visibles, la chlorophylle rejette massivement l’infrarouge (représenté à droite du spectre solaire ci-dessus). Pour toutes les plantes, l’infrarouge représente un danger mortel.

Nos yeux sont incapables de voir le rayonnement infrarouge. Mais notre peau peut le sentir; c’est la chaleur du soleil.

Or la chaleur dénature les protéines. C’est ce qui explique que le blanc d’œuf coagule à la cuisson.

Puisque tous les enzymes sont des protéines, les plantes doivent impérativement se débarrasser de l’infrarouge.

Exposée au soleil, une feuille se réchauffe. Surtout lorsqu’elle est foncée. Mais l’évaporation d’eau ne suffirait pas à la protéger de l’infrarouge si elle l’absorbait. En plus de son rôle dans la photosynthèse, c’est la chlorophylline qui est responsable de cette protection.

Dans l’accomplissement de sa tâche, la chlorophylle le fait avec l’efficacité d’un miroir qui serait spécialisé dans la réflexion de l’infrarouge.

Les pigments minéraux

La peinture extérieure, tout comme la couleur d’une carrosserie, doit résister à la décoloration par le soleil. Voilà pourquoi des sels minéraux sont ajoutés à la peinture.

Une voiture ou une corniche bleue réfléchit principalement cette couleur.

Puisque nos yeux ne captent pas l’infrarouge, est-il possible que cet objet réfléchisse également l’infrarouge ?

Un appareil photo infrarouge à spectre complet capte à la fois la lumière visible et l’infrarouge. Si cet objet est de la même couleur lorsque photographié avec un tel appareil, c’est que sa surface ne reflète rien d’autre que ce qui est visible (soit sa couleur bleue).

Toutefois, s’il réfléchit de l’infrarouge, il paraitra violet, pourpre, mauve, etc. Bref, il sera de couleur différente.


 
Voici, par exemple, les couleurs de maisons victoriennes telles qu’elles apparaissent normalement et telles qu’on peut les voir à l’infrarouge couleur.

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Avez-vous aimé ce texte ?

Prière de choisir un nombre d’étoiles.

Moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez la première personne à voter.

3 commentaires à Les pigments et l’infrarouge

  1. André dit :

    Hey ho! Vous ne suivez pas la tragédie vécue par les Ukrainiens? Pas le temps pour divaguer. Après la covid-19: Poutine.

  2. André dit :

    Vous me censurez?????????

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Mon blogue ne vise pas à renseigner au sujet de ce qui se passe dans le monde, mais à expliquer pourquoi les choses se passent ainsi.

      Ce que j’aime faire, c’est de prendre un sujet difficile, d’essayer de le comprendre et, lorsque je crois avoir réussi, de tenter de l’expliquer de manière simple sans que cela soit simpliste.

      Ce qui se passe en Ukraine n’a rien de surprenant; c’était parfaitement prévisible.

      Deux textes parus ici à ce sujet :
      Les malheurs de l’Ukraine
      Résumé de géopolitique mondiale (1re partie)

      Dans un autre ordre d’idées, je n’ai jamais censuré vos commentaires.

      Toutefois, plusieurs caches logicielles accélèrent l’affichage des documents offerts sur ce blogue. En contrepartie, ils ne tiennent pas compte des commentaires qui viennent d’être soumis.

      Concrètement, cela prend parfois plusieurs heures avant qu’un commentaire s’affiche.

      Autrefois, un petit logiciel m’avisait de la publication d’un commentaire et je m’empressais de purger la cache pour forcer le blogue à en tenir compte immédiatement.

      Depuis un mois, un bogue dans le blogue (sic) m’empêche de le savoir. Tout retournera à la normale dès que ce bogue sera corrigé.

      Merci d’être patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :
>