Aperçu de la partie sud de l’ile Sainte-Hélène

Le 9 août 2021

Longue de 2,8 km et large de 600 mètres, l’ile Sainte-Hélène est située au sud-est de l’ile de Montréal.

Samuel de Champlain la nomma ainsi par amour pour son épouse Hélène (née Boullé).

Pendant un siècle et demi, elle fut la propriété de la famille Le Moyne.

Porte du fort de l’ile

Après l’échec de la conquête du Canada par les États-Unis en 1812, l’Angleterre acheta l’ile six ans plus tard afin d’y construire un fort destiné à mieux protéger le pays contre notre belliqueux voisin.

Transformée en parc public en 1874, elle n’était alors accessible que par traversier. En 1930, la construction du pont Jacques-Cartier facilita la fréquentation de l’ile par les piétons et les automobilistes.

De nos jours, on y vient en famille principalement pour s’amuser à La Ronde, son parc d’attractions, au nord du pont.

De l’autre côté du pont, on trouve également de nombreuses installations dignes d’intérêt.

Phare de l’ile Sainte-Hélène

Un premier phare, construit en 1907, fut remplacé par celui-ci quatre ans plus tard. Son appareillage lui fut retiré lorsqu’il devint inutile avec l’ouverture de la voie maritime du Saint-Laurent.
 


 
En se rendant à la tour de Lévis par le nord, il est plaisant de prendre quelques instants pour s’arrêter à ce plan d’eau alimenté par une cascade.

Tour de Lévis

Construite dans les années 1930, la tour de Lévis sert habituellement de belvédère. Elle est actuellement fermée pour rénovation.

Cimetière militaire anglais

C’est ici qu’entre 1828 et 1878, on ensevelit les corps des soldats décédés au fort de l’ile Sainte-Hélène. En 1915, on exhuma les sépultures à Montréal. Mais on conserva ce monument commémoratif.

Restaurant Hélène-de-Champlain

Construit de 1938 à 1953 sur les plans de l’architecte Émile Daoust, ce restaurant luxueux est fermé depuis 2010.

Dôme géodésique

Symbole d’Expo67, l’ancien pavillon des États-Unis — conçu par l’architecte Richard Buckminster-Fuller — est le plus important dôme géodésique au monde. Il est considéré comme un des chefs-d’œuvre mondiaux de l’architecture du XXe siècle.

Grand bassin du complexe aquatique

Le complexe aquatique de l’ile comprend trois bassins. D’une superficie de 3 557 m², le plus grand des trois est à pente progressive. Son fond est muni d’un tapis de caoutchouc rembourré pour le confort et la sécurité des enfants.

Trois disques (ou l’Homme), de Calder (1967)

Alexandre Calder créa Trois disques pour décorer le site de l’Expo67. Haute de 21,3 mètres. c’est une des plus grandes sculptures du XXe siècle.

Elle fut le don à l’Expo67 de l’International Nickel Compagny of Canada. Celle-ci convainquit Calder de la réaliser dans un alliage brut d’acier et de nickel (et non en fer peint, comme il en avait l’habitude).

Lac des Cygnes

Près de la pointe sud de l’ile, on trouve à l’état sauvage le lac des Cygnes. Circulaire, son diamètre est d’environ 134 mètres.

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet, objectifs M.Zuiko 12 mm F/2,0 (8e et 9e photos) ou Lumix 20mm F/1,7 (11e photo) ou Lumix 14-45 mm (les autres photos) + filtre Лomo ж3-2* + filtre B+W KB20 + filtre Omega 80A
  1re photo :1/60 sec. — F/8,0 — ISO 640 — 14 mm
  2e  photo : 1/100 sec. — F/8,0 — ISO 640 — 45 mm
  3e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 500 — 14 mm
  4e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 1250 — 16 mm
  5e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 320 — 14 mm
  6e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 21 mm
  7e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 320 — 18 mm
  8e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 12 mm
  9e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 12 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 31 mm
11e  photo : 1/12 sec. — F/5,6 — ISO 160 — 29 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>