Du métro Guy-Concordia à la ville de Westmount

Le 15 juillet 2021









 
Cet été, je me propose de présenter un aperçu de la variété architecturale de Montréal.

Plus tôt cette semaine, je me suis promené dans l’ouest de la ville.

À la sortie du métro Guy-Concordia qui donne sur la rue de Maisonneuve, nous rencontrons l’École des métiers de la restauration et du tourisme. Puis la banque située à l’intersection de l’avenue Green et la rue de Maisonneuve.

Puis sur la rue Sherbrooke, nous voyons successivement :
• le lycée Dawson,
• l’intersection avec l’avenue Elm,
• la sculpture Catching Up de J.-Steward Johnson Jr.,
• l’immeuble résidentiel Le Westmount,
• le mémorial aux soldats décédés au cours de la Seconde Guerre mondiale, et
• l’école Selwyn House School.

(Note : comme d’habitude, on cliquera sur une image pour l’agrandir).

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet, objectifs Lumix 20 mm F/1,7 + filtre Лomo ж3-2* + filtre B+W KB20 + filtre Hoya 80A (1re et 3e photos) et Lumix 14-45 mm + filtre Lzos Ж3-2* + filtre B+W KB20 + filtre Omega 80A (les autres photos)
1re photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 500 — 20 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/3,5 — ISO 320 — 14 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 320 — 20 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 500 — 14 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 2500 — 28 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 640 — 14 mm
7e  photo : 1/160 sec. — F/4,0 — ISO 160 — 14 mm
8e  photo : 1/1250 sec. — F/8,0 — ISO 10000 — 18 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires à Du métro Guy-Concordia à la ville de Westmount

  1. André dit :

    la barbe à papa: pu kapab!!!!!

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Je suis désolé pour vous, monsieur Joyal, mais j’ai bien peur qu’il faudra vous y faire pour encore quelques temps.

      Je suis l’inventeur de ce style photographique, un style qui est impossible à obtenir avec un téléphone multifonctionnel.

      Ce style est un peu la version couleur des images jovialistes et proprettes des années 1950. En temps de pandémie et de révolte, pourquoi ne pas s’offrir un peu d’optimisme ?

      Si le nombre de requêtes sur ce blogue augmente maintenant au rythme d’un million par mois, c’est très certainement parce que les visiteurs y trouvent ce qu’on voit rarement ailleurs.

      Comme des textes qui font contrepoids à la propagande occidentale. Ou qui osent qualifier d’incompétents les responsables de la lutte sanitaire au Québec. Ou qui font la promotion de l’indépendance du Québec.

      Mes photos sont également hors mode. Pas d’égoportraits. Et parfois des photos irréelles… malheureusement, direz-vous.

      Bref, je me lasserai certainement un jour de ce style photographique. D’ici là, il faudra vous armer d’un peu de patience. Tenez bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>