Covid-19 : de bonnes nouvelles d’Israël

Le 3 avril 2021


 
Après six mois de vaccination, 58,0 % de la population israélienne a reçu au moins une dose du vaccin de Pfizer/BioNTech et 53,1 % des gens sont complètement vaccinés.

Chez les gens de plus de soixante ans, plus des huit dixièmes sont complètement immunisés. Si bien que ce groupe d’âge — qui, le mois dernier, représentait 72 % des admissions aux soins intensifs — n’en représente plus que 29 % (pour des raisons diverses).

Dans le graphique ci-dessus, la ligne bleue représente la moyenne quotidienne établie sur sept jours (afin d’atténuer les variations d’un jour à l’autre).

Le nombre de nouveaux décès chutait d’une moyenne quotidienne de soixante-deux le 26 janvier à huit hier, soit une réduction de 87,1 %.

Quant au nombre de nouveaux cas, la diminution est encore plus importante. Au début de cette année, on atteignait plus de dix-mille nouveaux cas quotidiens de Covid-19. Hier, on n’en comptait plus que 251, soit une réduction de 97,5 %.

Ces résultats auraient été encore meilleurs si le vaccin avait été recommandé aux enfants et aux adolescents.

Déjà, le fabricant possède des données qui prouvent la très grande efficacité de son vaccin chez les jeunes de douze à quinze ans.

Dès que les autorités sanitaires auront donné le feu vert à la vaccination dans ce groupe d’âge, le pays espère devenir le premier à atteindre l’immunité grégaire.

Références :
Covid-19 Coronavirus Pandemic in Israel
Le vaccin efficace à 100 % chez les 12-15 ans
‘We’re in a really good place’: is Israel nearing the Covid endgame?

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

2 commentaires à Covid-19 : de bonnes nouvelles d’Israël

  1. sandy39 dit :

    J’aurais une question : “Pourquoi on n’utilise pas les mêmes vaccins suivant les âges de la population ?”.

    Pour les 16 ans et plus, la vaccination comporte t-elle un risque en stimulant fortement le système immunitaire ?

    J’ai lu aussi que Pfizer teste différentes doses chez les enfants les plus jeunes… donc, certains servent encore de cobayes…

    Ma cadette dit qu’elle voudra se faire vacciner… Moi, toujours réticente, je dis : “Vous êtes majeures, vous ferez ce que vous voudrez de votre corps !”.

    Et, Vous, J.Pierre, vous attendez encore ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Pourquoi on n’utilise pas les mêmes vaccins suivant les âges de la population ?

      Les connaissances scientifiques au sujet des vaccins évoluent. De plus, contrairement aux médicaments, les vaccins s’administrent aux personnes en parfaite santé. Idéalement, les vaccins doivent donc être efficaces et inoffensifs. Ce qui est possible.

      Les problèmes de coagulation causés par le vaccin d’AstraZeneca, même s’ils sont extrêmement rares, divisent les experts.

      La majorité d’entre eux estiment qu’on doit le réserver aux vieillards pour deux raisons. La première est que cela affecte essentiellement les sujets jeunes. Et deuxièmement parce qu’on possède des alternatives chez les gens plus jeunes.

      Quand à la vaccination des adolescents, des études tendent de déterminer quels sont les meilleurs vaccins à leur administrer. L’atteinte de l’immunité grégaire est impossible sans leur immunisation.

      Pour les 16 ans et plus, la vaccination comporte t-elle un risque en stimulant fortement le système immunitaire ?

      L’immunité créée par un vaccin s’attaque spécifiquement au microbe contre lequel ce vaccin est conçu. Voilà pourquoi certains vaccins sont moins efficaces contre certains variants.

      Cette sélectivité fait qu’il n’a pas de danger à être ‘trop’ immunisé contre un virus.

      J’ai lu aussi que Pfizer teste différentes doses chez les enfants les plus jeunes… donc, certains servent encore de cobayes…

      Oui. On doit encore découvrir comment immuniser toute la population… du moins, 70 % des gens.

      Et, Vous, J.Pierre, vous attendez encore ?

      La peur des variants a eu raison de mes réticences.

      Toutefois, j’ai dû renoncer à une première tentative mardi dernier parce que pour être vacciné au lieu choisi (le stade olympique de Montréal), on m’obligeait à retirer mon masque N95 pour le remplacer par un simple masque chirurgical, ce qui offre une protection moindre. De plus, je sais que la Santé publique du Québec cherche à écouler de vieux masques chirurgicaux périmés.

      Je dois être vacciné demain dans une pharmacie. Ce sera ma deuxième tentative. J’espère qu’on y est moins stupide…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>