Anatomie d’une fleur de tomate

Le 18 octobre 2020

Le terme ‘tomate’ — qui désigne autant la plante que son fruit — est apparu en français en 1598 dans la traduction d’un livre écrit par un missionnaire espagnol.

Effectivement, avant la conquête du continent américain, ce fruit, né en Amérique du Sud, était inconnu en Europe. La cuisine italienne était donc très différente de ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

Comme beaucoup d’autres plantes, les plants de tomate produisent des fleurs hermaphrodites, c’est-à-dire qu’elles contiennent des organes mâles (appelés étamines) et un organe femelle (appelé pistil).
 

 
De l’extérieur vers l’intérieur, la fleur se compose de cinq ou six sépales verts (parfois jusqu’à dix), du même nombre de pétales jaunes (que la fleur recourbe vers l’arrière en s’ouvrant), et d’une gaine renflée et striée formée d’étamines soudées. Au centre, le pistil.

Puisque la fleur de tomate ne produit pas de nectar, elle laisse indifférents un bon nombre de pollinisateurs (dont les abeilles).
 

 
Lorsqu’une variété de tomate possède des fleurs dont le pistil est plus long que sa gaine d’étamines (comme ci-dessus), ces fleurs peuvent être fécondées par du pollen provenant d’autres variétés. Le fruit obtenu sera alors un croisement entre les deux plantes.

Au contraire, lorsque le pistil est plus court que sa gaine d’étamines, la fleur ne peut être fécondée que par autopollinisation (grâce à l’intervention d’un agent extérieur).

En serre, certains producteurs utilisent des vibreurs afin de libérer le pollen des étamines et de féconder le pistil des fleurs d’un plant de tomate.

Mais le moyen le plus fiable est le bourdon. Ce gros insecte est amateur de pollen. Lorsqu’il se fixe à l’ouverture d’une fleur, le battement de ses ailes la secoue et fait tomber du pollen. Une partie de ce pollen se colle au bout du pistil et féconde la fleur.
 

 
À leur base, les étamines ne sont pas soudées. En les coupant à cet endroit, on peut facilement disséquer la fleur et révéler son pistil.
 


 
La fleur ci-dessus est un exemple où le pistil est plus court que sa gaine d’étamines.

Dans tous les cas, le pistil se compose de trois parties.

À sa base, on trouve une partie charnue qui ressemble, en miniature, à une tomate. Effectivement, il s’agit de l’ovaire qui, fécondé, grossira et deviendra un fruit.

De l’ovaire se dresse une longue tige (appelée ’style’) dont l’extrémité (appelée ‘stigmate’) sert à recevoir le pollen.
 

 
Une fois la fleur fécondée, ses sépales allongent, tandis que ses pétales sèchent et tombent.

Au début, le fruit est poilu.
 

 
Il arrive parfois que le jeune fruit tarde à se départir de ses étamines et de son pistil desséchés.
 

 
Le fruit grossira jusqu’à sa taille maximale…
 

 
…puis adoptera les couleurs qui sont typiques de sa variété.

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (9e photo) et M.Zuiko 60 mm F/2,8 Macro (les autres photos)
1re photo : 1/160 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/11,0 — ISO 500 — 60 mm
3e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 60 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/9,0 — ISO 320 — 60 mm
6e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 60 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 5000 — 60 mm
8e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 60 mm
9e  photo : 1/160 sec. — F/11,0 — ISO 200 — 40 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>