Covid-19 : la cigale québécoise

Le 28 septembre 2020
La Cigale et la Fourmi (gravure de Gustave Doré)

Masques : la cigale et la fourmi

Avant même l’arrivée de la pandémie au Québec, la santé publique faisait campagne contre le port du masque dans les établissements de Santé.

Pendant ce temps — comme la fourmi de la fable de La Fontaine — l’Alberta se hâtait de faire des provisions de matériel de protection en prévision de ce qui allait suivre.

Deux jours avant l’apparition du premier cas de Covid-19 au Québec, le directeur de la Santé publique — comme la cigale de la même fable — partait en vacances au Maroc pour deux semaines (du 26 février au 8 mars).

À son retour, c’était la panique; pas moyen de se procurer des masques sur le marché international. Heureusement, le gouvernement albertain a généreusement offert des gants et des masques au Québec, pris au dépourvu.

En dépit de cette générosité, les réserves québécoises de matériel de protection sont rapidement devenus insuffisants.

D’où la décision, en fin mars, de rationner les masques N95 et les masques chirurgicaux, et de les réserver aux professionnels de la santé qui travaillaient au front à lutter contre le virus.

Parallèlement à ce rationnement, on menaçait de sanctions les employés ‘subalternes’ des établissements de Santé qui réussissaient à procurer du matériel de protection à leurs frais ou qui se fabriquaient un masque artisanal.

Compter sur l’immunité ‘naturelle’

En avril dernier, la Santé publique du Québec annonçait son intention de laisser se développer l’immunité ‘naturelle’ au sein de la population québécoise.

Évidemment, le but n’a jamais été que les gens en décèdent, mais que le maximum de gens l’attrapent et en deviennent immunisés… tout en se croisant les doigts pour que cela n’entraine pas trop de morts.

Dès le 22 avril, sur le site du quotidien Le Devoir, j’écrivais le commentaire intitulé ‘Doit-on s’empresser à faire 250 000 morts ?’.

Une semaine plus tard, je réitérais sur ce blogue cette même critique sévère contre l’immunité grégaire.

Ce qui n’a pas empêché la Santé publique de poursuivre cette politique désastreuse… avec les résultats qu’on sait.

La cigale des tests

Les études scientifiques au sujet du Covid-19 ont prouvé hors de tout doute qu’une bonne partie des personnes contagieuses n’en sont pas conscientes car elles n’en éprouvent aucun symptôme.

On apprend ce matin que le ministère de la Santé a décidé d’optimiser le dépistage.

Que veut-on dire par là ?

Cette ‘optimisation’ des tests consistera à les rationner au bénéfice des personnes symptomatiques et de leurs contacts.

Dorénavant, on laissera les personnes contagieuses qui n’éprouvent pas de symptômes continuer de répandre involontairement l’infection.

Dans toute guerre, le renseignement est la première étape de la stratégie. Et dans une guerre sanitaire, le renseignement c’est le dépistage et la recherche de contacts.

En laissant la moitié des personnes contagieuses passer sous le radar des autorités sanitaires, on effectue un dépistage de façade qui n’a pas la moindre chance de réussir à vaincre la pandémie.

En raison du caractère explosif de la ‘deuxième vague’, on peut anticiper une aggravation des pénuries qui nécessitera une optimisation maximale des tests, réservés aux personnes déjà symptomatiques, en laissant faire leurs contacts.

Puis, lorsqu’il y aura encore trop de monde pour le nombre de tests disponibles, on optimisera à mort (sic) en restreignant encore davantage ceux qui y auront droit.

En avril dernier, le réputé Harvard Global Health Institute recommandait qu’en juillet, les États-Unis en soient rendus à effectuer vingt-millions de tests par jour.

De son côté, The Rockefeller Foundation suggérait aux autorités sanitaires américaines une cible plus facile à atteindre dès novembre 2020, soit six-millions de tests par jour (ou trente-millions de tests par semaine).

Toutes proportions gardées, pour le Québec, cela correspond à effectuer quotidiennement entre 155 000 et 517 000 tests, selon qu’on suit les recommandations de la Rockefeller Foundation ou d’Harvard.

Les autorités de Santé publique ont eu cinq mois pour se préparer à une ‘deuxième vague’ et n’ont rien fait. Si bien qu’aujourd’hui on rationne les tests comme on rationnait les masques au début de la ‘première vague’.

Cela fait pitié.

La cigale de la recherche de contacts

Selon les critères internationaux, les pays doivent consacrer à la recherche de contacts environ mille enquêteurs par million d’habitants.

Au Québec, la santé publique ne dispose que de 750 personnes à cette fin au lieu de 8 500.

La semaine dernière, la journaliste Mélanie Meloche-Holubowsi de Radio-Canada écrivait : « À Laval, les enquêteurs réalisaient 5 à 6 enquêtes par jour durant la première vague. Désormais, ils réussissent à en effectuer seulement 1 à 2 par jour, puisqu’il faut désormais contacter jusqu’à 75 personnes par personne infectée.»

Le nombre actuel de cas positifs au Québec est de 72 651 personnes, soit 97 cas par enquêteur.

Pourtant, la santé publique a eu des mois pour embaucher tout le personnel nécessaire. Elle ne l’a pas fait probablement dans l’espoir chimérique que bientôt les téléphones multifonctionnels feraient ce travail automatiquement.

Dès le début du mois de juin, j’expliquais sur ce blogue que jamais les applications téléphoniques ne seraient capables d’effectuer ce travail de manière fiable.

Quatre mois plus tard, il n’existe pas la moindre preuve de leur efficacité; aucune étude n’a mesuré leur pourcentage de faux positifs et de faux négatifs. On sait seulement qu’ils finissent par signaler des contacts, sans savoir si c’est vrai.

Conclusion

Jusqu’à tout récemment, la santé publique du Québec faisait campagne contre le port du masque en dépit de son efficacité.

Sept mois après la découverte du premier cas de Covid-19 au Québec, on en est rendu à restreindre le nombre de personnes qui peuvent être testées en raison de pénuries.

Quant à la recherche de contacts, la plupart du temps elle est impossible à effectuer à cause du manque de personnel et des délais excessifs à obtenir le résultat des tests.

Presque tous les pays du monde ont eu moins de morts par million d’habitants que le Québec. Cela n’est pas une coïncidence; c’est la conséquence d’une volonté officielle de laisser se développer l’immunité grégaire.

Au début du mois d’aout, notre immunité collective en était à 2,25 %. Et ce, après plus de six-mille morts.

Jusqu’ici, la fourmie albertaine a eu à déplorer 60,6 morts par million de personnes au sein de sa population. La cigale québécoise en a eu onze fois plus, soit 684 morts par million…

Pour savoir ce qui nous attend au cours des prochaines semaines, il suffit de lire La Fontaine : « La cigale ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quand la bise — c’est-à-dire le vent froid — fut venue

Références :
Covid-19 et l’hôpital chinois de Montréal
Covid-19 : les outils de recherche de contacts
Covid-19 : l’utilisation ‘judicieuse’ des masques
Doit-on s’empresser à faire 250 000 morts ?
Legault mise sur l’«immunité naturelle» des Québécois
Les Montréalais infectés devront appeler eux-mêmes certains contacts
Près de 3% des adultes auraient contracté la COVID-19 au Québec
Québec modifie ses priorités de dépistage
« Qui avez-vous côtoyé? » 6000 traceurs pour retrouver les contacts des personnes infectées
Tests Covid-19: l’embouteillage se confirme dans le monde
Traçage : le quart des contacts refusent de collaborer
US needs to conduct 20 million coronavirus tests per day to reopen fully, Harvard report says
Voyage au Maroc : le Dr Arruda s’est absenté 12 jours au début de la crise

Parus depuis :
Le Québec tarde à prévenir les personnes infectées par le coronavirus (2020-09-30)
Jusqu’à 10 jours d’attente pour un résultat de test dans la région de Québec (2020-10-06)

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires à Covid-19 : la cigale québécoise

  1. sandy39 dit :

    Gustave : c’est bien, toujours, l’arrière-arrière (je ne me trompe pas, j’espère) grand-père de Julien, le Chanteur…

    L’Alberta est bien une région plus pauvre que le Québec… comme quoi, il n’y a pas besoin d’être riche pour faire des provisions.

    Les plus pauvres sont, finalement, les plus généreux…

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Il est certain que le chanteur Julien Doré et le graveur Gustave Doré ont plus de 99,5 % de chromosomes en commun.

      Parce que c’est le cas de tous les êtres humains entre eux, peu importe la couleur de leur peau.

      Mais est-ce le chanteur est un descendant de Gustave Doré, je ne suis pas compétent pour répondre à cette question. 😉

      Peuplée de 4,4 millions d’habitants, l’Alberta est une des provinces riches du Canada en raison de ses importantes ressources pétrolières.

      Insuffisamment diversifiée, son économie connait actuellement de grandes difficultés en raison de l’effondrement du prix des hydrocarbures.

      En dépit de cela, c’est une province dynamique, accueillante et agréable à visiter, dont l’avenir est prometteur si ses dirigeants politiques se donnent la peine de favoriser la transformation sur place de ces hydrocarbures plutôt que de se contenter stupidement d’exporter du brut à travers le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>