Covid-19 : doit-on s’inquiéter des rebelles antimasques ?

Le désamour des contraintes

Le port d’un masque protecteur est rarement agréable.

On se plie à l’obligation d’en porter un par civisme. Et on est rassuré de voir les gens autour de soi séquestrer leurs propres gouttelettes respiratoires par un couvre-visage.

Pour la personne habillée de pied en cap dont seuls les mains et le visage sont à découvert, porter un masque en pleine canicule correspond à bloquer une bonne partie de la surface corporelle dont elle dispose pour dissiper la chaleur.

Pensons également au cuisiner qui doit travailler dans une cuisine surchauffée, dépourvue de ventilation extérieure…

Gravir une côte à pic est plus difficile quand l’air qu’on inspire se compose en partie de l’air appauvri en oxygène qu’on vient d’expirer.

Et il y a des maskaphobes qui angoissent même à l’idée de porter un masque…

À toutes ces réticences s’ajoutent celles des rebelles antimasques qui y voient une entrave à leur liberté.

Pour bien comprendre le présent, rien de mieux qu’un retour dans le passé.

Le combat pour le ‘droit’ des fumeurs

Souvenons-nous de l’époque où on adoptait les premières mesures antitabagiques.

Dès qu’on a fait la preuve scientifique que la fumée secondaire était elle aussi cancérigène, fumer devenait un acte asocial.

Puisqu’il était impossible pour un fumeur de conserver sa boucane pour lui, on a considérablement réduit le nombre d’endroits où le tabagisme était permis.

Se rappelle-t-on des accusations de ‘fascisme’ adressées aux antifumeurs par ceux qui se disaient victimes de leurs persécutions ?

Aujourd’hui, la poussière est retombée. Et les fumeurs respectent le droit des non-fumeurs à respirer de l’air sain.

La même chose attend les antimasques; leur combat est voué à l’échec.

Même sans répression policière, l’étau se refermera sur ces irréductibles, bientôt victimes de l’ostracisme de l’immense majorité des Québécois qui voient dans l’obligation du port du masque une question de civisme le plus élémentaire.

Conclusion

Comment peut-on s’imaginer sérieusement qu’il existe un droit d’obliger les autres à inspirer ses gouttelettes respiratoires ?

L’obligation de porter un masque, c’est comme l’obligation de boucler sa ceinture de sécurité en auto; cela sauve des vies en contrepartie d’inconforts mineurs.

Il y eut une époque où on ignorait que simplement en parlant, deux inconnus s’échangent leurs gouttelettes respiratoires.

Maintenant qu’on le sait, n’est-ce pas franchement répugnant ?

Paru depuis :
Sondage CROP: les trois quarts des Québécois favorables au port du masque (2020-07-22)


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire à Covid-19 : doit-on s’inquiéter des rebelles antimasques ?

  1. Je vous conseille la lecture du livre de Claire Séverac: “Complot Mondial contre la Santé” 2011-12. Je n’ai plus envie de suivre votre Blog pcq vous n’avez pas compris encore que la crise du Coronavirus a été créée de toute pièce, et que c’est un virus de grippe commun qui a toujours existé et qui continuera toujours d’exister. Les statistiques des médias officiels sont toutes trafiquées. Ce qui est le plus dangereux dans cette fausse pandémie, c’est l’atteinte à la liberté humaine inégalée dans toute l’histoire de l’humanité. Mais ce n’est pas la première fois qu’ils/les Puissances de l’argent s’essayent. Claire Séverac, qui a été assassinée/morte d’un cancer fulgurant le 26 décembre 2016, explique très bien ce qu’il se passe sur la planète depuis quelques décennies. Je souhaite que tous les gens intelligents lisent ce livre. Vous prenez de bonnes photos, pour moi, c’est le meilleur de votre Blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>