L’immigration et le français au Québec

La langue, facteur de rétention

Après avoir obtenu leur citoyenneté, 81 % des néoQuébécois vivaient toujours au Québec cinq ans plus tard. Ce taux de rétention est moindre qu’en Ontario (91 %), qu’en Alberta (90 %), et qu’en Colombie-Britannique (87 %).

Au Québec, ce taux est toutefois très élevé (95 %) chez les immigrants qui, à leur arrivée, connaissaient le français sans savoir l’anglais.

Ce taux tombe à 84 % chez ceux qui parlaient les deux langues officielles du pays, à 73 % chez ceux qui parlaient anglais sans savoir le français, et à seulement 53 % chez ceux qui ne parlaient aucun des deux.

On peut donc présumer que l’unilinguisme français au travail (là, par exemple, où l’anglais n’est pas nécessaire) favorise à la rétention des immigrants au Québec.

L’ascension sociale

Selon Statistique Canada, le revenu annuel médian des Canadiens était d’environ 35 000$ en 2017.

En 2015, les personnes qui avaient déjà acquis de l’expérience au Canada à l’occasion d’un permis temporaire de travail ou d’un permis d’études et qui demandaient ensuite la citoyenneté canadienne avaient un salaire médian de 34 400$ un an après leur demande, contre 19 800$ pour ceux sans expérience.

De 2006 à 2016, l’immigrant au Québec passait d’un salaire annuel de 15 600$ (un an après son arrivée en 2006) à 30 700$ dix ans plus tard (en 2016). En Ontario, il passait de 18 200$ à 30 300$. Dans l’ensemble du Canada, c’était de 19 100$ à 31 700$.

Références :
Le français, un facteur essentiel de la rétention des immigrants au Québec
Les poches percées de la classe moyenne

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>