Le Canada et les masques N95

La guerre des masques

Puisque la pandémie au Covid-19 se propage principalement par l’air que nous respirons, toute personne qui désire se protéger à l’aide d’un masque N95 devrait pouvoir le faire.

Mais voilà, on en manque. Ce qui oblige nos gouvernements à les réserver pour ceux qui sont au front de la lutte contre la pandémie. À juste titre.

« Ça joue dur.» C’est par ces mots que le premier ministre du Québec faisait allusion à la compétition féroce que se livrent les pays afin d’acquérir du matériel médical de protection.

Le 15 mars, on apprenait la tentative des États-Unis de s’approprier l’exclusivité — pour la somme d’un milliard de dollars — d’un vaccin que cherche à mettre au point un laboratoire allemand.

Ces jours-ci, sans viser directement Washington, la présidente du Conseil régional d’Ile-de-France accuse ‘des Américains’ d’avoir détourné des masques destinés à la région parisienne.

Dans un pays aussi contrôlé que la Chine, on voit mal comment des contrebandiers américains pourraient exercer sur le tarmac d’aéroports chinois sans que les États-Unis aient officieusement obtenu la permission des autorités chinoises de les laisser opérer.

Une accusation analogue a été formulée par le ministre terre-neuvien de la Santé et le président français du Conseil régional du Grand Est.

Le 2 avril, un importateur québécois recevait une partie de sa commande de masques chinois; il a bien reçu les masques sanitaires, mais pas les 10 000 masques KN95 qui, eux, ont été expédiés par erreur en Ohio. On ignore si l’erreur a été corrigée par le transporteur.

Le 3 avril, un ministre de la cité-État de Berlin a accusé les États-Unis de piraterie après que 200 000 masques N95 destinés à la police berlinoise eurent été détournés à Bankok vers les États-Unis.

Cette semaine, les États-Unis ont officiellement interdit à un fabricant américain de masques N95 d’exporter une partie de sa production vers le Canada.

La France fait pareil. En vertu d’un décret adopté récemment, les masques fabriqués par la succursale française de Medicom seront uniquement destinés à la France.

La Chine fait l’inverse. Dans ce pays, les simples citoyens ont de la difficulté à obtenir des masques parce que leur pays préfère vendre au plus vite (et aux plus offrants) des milliards$ d’équipement de protection médicale pendant que les pays occidentaux se battent pour en avoir.

Bref, c’est la foire d’empoigne entre les pays pour obtenir des masques.

L’atout secret du Canada

Ces jours-ci, la France attend la livraison de près de deux-milliards de masques chinois.

Dans la lutte contre le Covid-19, vouloir une telle quantité de masques est raisonnable pour un grand pays.

Le Canada pourrait, lui aussi, obtenir autant de masques et même, les obtenir assez rapidement.

Mais comment est-ce possible ?

Parmi tous les pays qui se battent pour obtenir des masques, le Canada possède un atout qui vaut de l’or, à donner à la Chine en plus du prix usuel pour les masques; Mme Wanzhou, une des dirigeantes de Huawei.

Celle-ci est détenue au Canada en vertu d’un mandat d’arrestation que les États-Unis mirent trois mois à justifier.

Essentiellement, cette affaire est une farce, pour les raisons expliquées dans le texte ‘L’affaire Huawei : dure pour le Canada, la vie de caniche américain’.

Donald Trump a déjà déclaré que si elle était détenue aux États-Unis, il l’aurait libérée en échange d’un bon accord commercial avec la Chine.

Au Canada, elle pourrait être exfiltrée vers la Chine et remplacée par un sosie. Cela serait fait clandestinement puisque la résidence où elle est confinée est certainement épiée par des espions américains.

Lorsque la substitution sera découverte après l’élection présidentielle américaine, on fera semblant d’être surpris. Ce qui justifiera une enquête-bidon qui aboutirait à un cul-de-sac, raison d’État oblige.

Tout dépend d’Ottawa : est-ce que les vies de centaines ou de milliers de Canadiens — qu’on pourrait sauver en se procurant suffisamment de masques — valent plus que l’issue d’une affaire juridique qui est une source d’embarras pour le pays depuis plus d’un an ?

Références :
Coronavirus: anger in Germany at report Trump seeking exclusive vaccine deal
COVID-19 : des Américains rachètent en Chine un lot de masques destinés à la France
Des masques destinés au Canada détournés vers d’autres pays?
Des masques perdus à cause d’une erreur informatique?
La guerre des masques
La France a commandé près de 2 milliards de masques en Chine
La République Tchèque aurait détourné des masques et des appareils respiratoires destinés à l’Italie
Les États-Unis demandent à 3M de ne plus envoyer de masques au Canada
US accused of ‘modern piracy’ after diversion of masks meant for Europe
Washington assure n’avoir jamais acheté à la Chine de masques destinés à la France

Parus depuis :
Plus d’un million de masques commandés pour le Canada resteront en Inde (2020-04-23)
90 000 masques destinés au Québec disparaissent à l’aéroport de Toronto (2020-05-28)

Complément de lecture :
La bataille pour fabriquer du liquide désinfectant québécois (2020-04-20)


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

7 commentaires à Le Canada et les masques N95

  1. Bernier Louise dit :

    Ça ferait un bon scénario pour Hollywood!

  2. sandy39 dit :

    J.Pierre : si de nombreux pays se font la guerre pour les masques… Moi, je ne sais plus bien quoi faire !

    Parce que tu entends dire que des familles se fabriquent des masques pour sortir, en tissus, et même avec des serviettes en papier… et, tu vois des gens, dans la rue, avec des masques… et, qui te disent qu’ils seront bientôt obligatoires.

    Je suis passée, aussi, à la Pharmacie, ce matin, pour du collyre pour un œil… et, Nicolas me dit que pour déconfiner (je ne le trouve pas dans le dictionnaire) une population, nous serons, peut-être, obligés de porter des masques.

    Mais Moi, ça me dérange ! Comme mon homme à écouter les infos, au début… il s’est quand même calmé… Parce que dans ma tête, je me suis dit (je préfère vous écouter Vous que la télé !) : “Si tu n’es pas malade, tu ne portes pas de masque !”.

    Je sais pour les distances, je préfère rentrer dans les boutiques (Boulangerie, Boucherie, Pharmacie) quand il n’y a personne et, je mets uniquement des gants pour le supermarché.

    L’Homéopathe m’avait rassuré et, dit que les gants, juste pour les courses, c’est bien, avec souvent le lavage des mains et, qu’il n’y a pas de raison d’attraper ce virus ! Et, que ce sont surtout des personnes à problèmes qui risquent le plus.

    Je sais qu’il faut rester prudent et, je m’épate, aussi. je garde bien le Moral mais je ne veux surtout pas céder la place à la peur qui s’installerait en Moi !

    Je suis persuadée que si on laisse la place à des sentiments négatifs, un virus peut se propager d’autant plus.

    Je sais que vous avez du boulot, en ce moment, mais vous allez me rassurer… car je suis remontée par le parc, pour rentrer chez Moi… et, j’ai encore vu cette foutu pancarte qui nous dit que l’on n’a plus le droit d’emprunter les chemins pédestres !

    Mais, ils vont faire exprès pour que les gens se flinguent !?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Le Covid-19 ne peut pas traverser la peau. C’est impossible.

      Toutefois, si on se frotte les yeux, qu’on se met un doigt contaminé dans le nez ou dans la bouche, qu’on touche à de la nourriture avant de la manger, c’est différent.

      D’où l’importance de se laver fréquemment les mains avec de l’eau savonneuse.

      Lorsque je vais à l’épicerie, je ne porte pas de gants. Parce qu’en les enlevant, je me contaminerais les mains de toute manière.

      Je préfère présumer qu’en revenant chez moi, mes mains sont contaminées. Je me lave les mains en arrivant. Je me déshabille et mets les vêtements d’extérieur dans une penderie spéciale (différente de mes vêtements d’intérieur). Puis je me lave les mains une deuxième fois avant de mettre mes vêtements d’intérieur.

      Il est incontestable que l’hygiène des mains est très importante.

      Mais si cette pandémie s’était répandue principalement par le toucher, elle n’aurait pas fait le tour du globe en trois mois. Pour s’être répandue aussi facilement, c’est qu’elle se propage par l’air que nous respirons.

      Selon le directeur général du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, le port du masque est essentiel puisque le virus se transmet principalement par les gouttelettes respiratoires, de personne à personne.

      Prochainement, j’écrirai un texte sur la transmission sous-estimée du Covid-19 par des porteurs asymptomatiques. Pour l’instant, je dirais qu’il est faux de croire que si on n’a pas de symptôme, on n’est pas dangereux.

      D’où l’importance des masques. Les N95 sont l’idéal; ils filtrent 95 % des particules en suspension dans l’air (d’où leur nom).

      Mais ils ne sont pas essentiels; des masques artisanaux peuvent très bien faire l’affaire pour des gens comme vous et moi qui ne vivons pas dans un milieu hypercontaminé.

      Dans le texte suivant (en anglais), les illustrations vous montrent comment fabriquer un masque artisanal :
      https://www.theguardian.com/us-news/2020/apr/06/how-to-make-no-sew-face-mask-coronavirus

      S’il est humide, un masque artisanal peut s’avérer être d’une redoutable efficacité; dans les meilleurs cas, son efficacité est comparable à celui d’un masque chirurgical ordinaire (généralement de couleur bleue).

      Il suffit de le vaporiser d’un peu d’eau juste avant d’entrer dans l’épicerie ou la pharmacie pour bloquer totalement les gouttelettes que vous émettez et bloquer une bonne partie (sinon l’immense majorité) des gouttelettes que vous pourriez inhaler.

      Dans les les pays où le port du masque est une habitude sociale, le nombre de morts par million d’habitants suggère que cette habitude est salutaire en temps de pandémie.

      Complément de lecture : Derrière les masques

  3. sandy39 dit :

    Je sais que les gants sont plein de microbes. Je les jette sitôt sortie du supermarché. Je ne les ramène pas à la Maison.

    Du coup, hier, j’ai lu pas mal d’articles sur La Presse qui m’ont bien éclairé.

    Et, ils m’ont aidé à comprendre l’importance du port du masque pour protéger les autres. Je savais que même si on n’a pas de symptôme, on peut être dangereux pour les autres.

    Il est vrai, aussi, qu’en rentrant, je remets souvent des vieilles fringues.

    Et, avant de sortir les courses de l’auto, je me lave les mains et, dès que j’empoigne quelque chose.

    Même si, à la Radio, dès le lever, on nous dit que ça se calme un peu, même avec 1000 décès, en France, en phase ascendante.

    J’ai lu, aussi, que pour déclarer une épidémie vaincue, il faut normalement attendre qu’une période correspondant à 2 fois la période d’incubation maximale du virus concerné se soit écoulée sans apparition d’un nouveau cas.

    Et, dans ma tête, la période d’incubation est de 14 jours. Est-ce que je me trompe ?

    Merci pour les conseils sur les masques !

    En attendant, cela fait plus d’un mois que le soleil brille, sécheresse à l’Horizon : un vrai printemps où les choses sont moins dures à accepter… et, dont on se souviendra car les 2 années d’avant, il neigeait et, généralement, la météo n’est jamais top durant la semaine sainte !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Pour ce qui est de la période d’incubation — qui s’étend de la contagion à l’apparition des premiers symptômes — vous avez raison; on estime qu’elle peut durer 14 jours.

      Donc il faut un mois sans un seul nouveau cas pour qu’un pays s’estime guéri de la Covid-19.

      Toutefois, puisque l’immunité n’est pas acquise par plus de 60 % des gens, l’épidémie peut revenir si on ne met pas systématiquement en quarantaine les nouveaux arrivants.

  4. sandy39 dit :

    En France, nous continuons donc avec un mois de confinement mais, il me restait une question : Que fait-on des 40 % des gens qui ne seront pas immunisés après le confinement ? On les vaccine ?

    Mais, il faut bien plus de temps à la Science pour fabriquer un vaccin…

    • Jean-Pierre Martel dit :

      À l’heure actuelle, la France compte 143 303 personnes infectées et 28 805 autres guéries.

      En ajoutant 50 % de porteurs asymptomatiques, cela signifie que seulement 0,5 % de la population française développe ou a développé des anticorps au Covid-19.

      Donc à ce jour, 99,5 % de la population française est sujette à une deuxième vague épidémique si le confinement était supprimé d’un coup sec.

      Quant à un vaccin contre le Covid-19, on pourrait le voir apparaitre dans quelques mois à peine si aucune mesure n’est prise pour s’assurer de son innocuité.

      À mon avis, on pourrait lever le confinement de manière sécuritaire si nous avons la modestie de nous inspirer de tous les peuples qui ont fait mieux que nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :