L’ouest de Santo Ildefonso

 

Cliquez sur l’image pour démarrer

Ce deuxième diaporama consacré à Santo Ildefonso en présente la partie occidentale. Plus précisément, il s’agit de la partie située à l’ouest de la rua de Sá da Bandeira, cette rue nord-sud qui, sur la carte à 0:05, passe en diagonale sous le ‘n’ de ‘Santo’.

Sans être totalement arbitraire, l’ordre des photos dans ce diaporama ne suit pas scrupuleusement un circuit particulier.

De 0:08 à 0:17, nous faisons le tour de la Capela de Nossa Senhora da Boa Hora de Fradelos (ou chapelle Notre-Dame-de-la-Bonne-Heure de Fradelos).

C’est Jorge Colaço — le créateur des azuléjos de la gare ferroviaire São Bento — qui a dessiné ceux qui décorent depuis 1929 la façade et l’intérieur de cette chapelle néoclassique, inaugurée en 1893.

Parmi les guirlandes de la façade, on peut voir la représentation de saint Joseph à gauche de la porte d’entrée et, à droite, celle de Notre-Dame-de-la-Bonne-Heure.

À 0:34, nous voyons O Cantinho do Amor de Nuno Costah, un des muralistes les plus actifs de Porto. À 0:36, le voici associé à David Selor.

De 0:44 à 0:50, il s’agit du stationnement de la station de métro Trindade, décoré de murales, une d’Hazul Luzah et l’autre, ‘Nobre & Leal’ (2014), de MrDheo.

De 1:00 à 1:30, nous visitons l’Igreja da Santissima Trindade, c’est-à-dire l’église de la Très-Sainte-Trinité.

En forme de croix latine (ce qui inhabituel au Portugal), cette église présente un intérieur propre décoré essentiellement par un maitre-autel et huit autels latéraux en bois doré d’excellente facture.

Chaque statue nichée dans un autel latéral est mise en valeur par un fond doré dont le motif lui est propre.

L’église fait face à la partie arrière de la Câmara Municipal do Porto (l’Hôtel de Ville, 1:33 à 1:38), devant lequel se trouve la statue (à 1:40) de l’écrivain romantique Almeida Garett, réalisée en 1954 par le sculpteur Barata Feio.

À 2:02, le graffiti d’un rongeur est du muraliste Mesk.

Populaire à Lisbonne, le fado est un style musical beaucoup moins apprécié à Porto. Les spectacles présentés au restaurant Guarany se déroulent dans le bruit, sans égard pour les musiciens.

De 2:20 à 2:22, c’est le théâtre Rivoli. Il est adjacent à la place Jean Ier de Portugal où se trouvent deux statues équestres dont celle créée en 1957 par João Fragoso.

De 2:42 à 2:44, c’est la Fonte da Juventude (la fontaine de la Jeunesse), réalisée en 1929 par Henrique Moreira. Son modèle s’appelait Aurélia Magalhães-Monteiro.

Au centre de la Praça de Liberdade (place de la Liberté) se trouve le monument à Pierre IV de Portugal (de 2:48 à 2:53). Elle fut réalisée en 1866 par le sculpteur français Célestin-Anatole Calmels. De la main droite, le roi tient la Charte constitutionnelle de 1826.

Les deux bas-reliefs en bronze qui décoraient le bas du monument ont été volés en 2007. Ils ont été remplacés l’année suivante par des copies réalisées à partir de photographies.

Sur le côté ouest de la place, on peut voir une sculpture d’Ulysse (à 2:56), fondateur (selon la légende) de Lisbonne (à qui la capitale doit son nom).

Sous l’Empire romain, Lisbonne portait le nom d’Olissipo en honneur d’Ulysse. Selon la mythologie romaine (héritière de la mythologie grecque), Ulysse aurait fondé cette ville après avoir quitté Troie.

Et d’Olissipo, la ville a porté le nom latin d’Olissipona au début du Moyen-Âge, puis Ulishbona en visigoth et finalement Lisboa en portugais.

À 2:58, c’est la statue Ardina, créée en 1990 par Manuel Dias. Elle rend hommage aux vendeurs de journaux.

De 3:00 à 3:10, nous voici à l’Igreja de Santo António dos Congregados.

Inaugurée en 1680, l’église Saint-Antoine est décorée d’azuléjos représentant des scènes de la vie de ce saint.

Deux magnifiques autels Art déco sont à l’entrée, suivis de quatre autels latéraux néoclassiques d’un intérêt limité et, près du chœur, de deux superbes autels baroques en bois doré qui font ombrage au maitre-autel, le tout surmonté de grisailles au plafond.

Le diaporama se termine par une promenade le long de la rua de Gonçalo Cristóvão. Au passage (à 3:16), on notera un autre graffiti de Mesk.

Rare exemple d’église de style néogothique à Porto, la Capela dos Pestanas (de 3:28 à 3:31) fut construite de 1878 à 1890 par José de Macedo Araújo Jr. La statue de saint Joseph à la droite du portail est une œuvre de António Soares dos Reis (à qui Porto consacre un musée à son nom).


Détails techniques : Le diaporama présente 104 photos réalisées à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (75 photos), M.Zuiko 25 mm F/1,2 (24 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (4 photos) et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (1 photo).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :