Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés (4e partie)



Aperçu de la quatrième salle

C’est dans sa quatrième salle que l’exposition présente le meilleur aperçu de la vie égyptienne à l’époque des pharaons.

Conformément aux règles d’éthique dont il s’est doté, le British Museum a toujours résisté à la tentation d’ouvrir le cartonnage de ses momies.

Dans le cas de cette quatrième momie, cela était d’autant plus tentant que les hiéroglyphes à sa surface ne nous révèlent pas le nom de la personne qu’y s’y trouve.

Tout ce qu’on sait, c’est qu’il s’agit d’une femme, prêtresse de son métier, décédée vers 800 avant notre ère.

Décoration de la quatrième momie

C’est aux IXe et VIIIe siècles avant notre ère que se répand la coutume d’envelopper les corps momifiés dans un cartonnage plutôt que de les déposer dans un ou plusieurs cercueils de bois.

Pour ce faire, on créait d’abord un mannequin grandeur nature du décédé. Fait de boue et de paille, ce mannequin était ensuite recouvert d’une mince couche de plâtre. Une fois le plâtre séché, on enveloppait le tout de plusieurs couches de tissu et d’une couche extérieure de plâtre, plus épaisse, lissée soigneusement.

Puis on pratiquait une ouverture tout le long de l’arrière du cartonnage. Ce qui permettait de retirer la paille et la boue afin de faire place à la momie. Une fois celle-ci en place, on cousait l’arrière du cartonnage pour finalement le décorer.

À la poitrine de cette momie, le cartonnage est décoré d’un dieu ailé à tête de bélier dont les ailes protectrices sont déployées jusqu’aux épaules. Le bassin est enveloppé d’un faucon couronné d’un disque solaire.

L’un et l’autre représentent le dieu soleil. Sous forme d’un scarabée poussant devant lui un disque solaire ou sous forme d’un homme ou d’un animal à tête de mouton, c’est Khépri, l’aspect du dieu soleil à l’aube.

À son zénith, le dieu soleil s’appelle Rê (ou Amon-Rê), à tête de faucon.

Sa forme vespérale est Atoum, assimilé à Rê dès la Ve dynastie (ce qui explique sans doute son absence sur ce cartonnage).

Les côtés des jambes de la momie sont décorés de divers dieux ailés à tête humaine ou animale.

Stèle de Mes (entre 1550 et 1295 avant notre ère)

Dans la partie supérieure de la stèle, le dieu de la lune, Khonsou — décrit au deuxième texte de cette série — est reconnaissable à sa tresse sur le côté de la tête.

Son disque lunaire vole au travers de la partie supérieure de la stèle.

À droite, le défunt (qui a vécu plusieurs siècles après la prêtresse en vedette à la quatrième salle) présente des offrandes au jeune dieu.

Dans la partie basse de la stèle, la veuve du défunt, revêtue d’une robe transparente, offre un miroir à la Taouret, la déesse hippopotame, représentée ici sous forme humaine.

Miroir (entre 1472 et 1052 avant notre ère)

En bronze ou en cuivre, les miroirs égyptiens étaient soigneusement polis et fixés à un manche décoratif. Légèrement concave, celui-ci permettait d’appliquer plus facilement le khôl aux yeux.

Nécessaire à khôl (entre 2055 et 1069 avant notre ère)

Utilisé pour souligner le contour des yeux, le khôl est le cosmétique emblématique de l’Égypte ancienne.

On lui prête des vertus antibactériennes.

Toutefois, lorsqu’il est de mauvaise qualité, ses particules de sulfure de plomb obstruent les petites glandes situées le long du bord des paupières, ce qui provoque des orgelets.

Bracelet de Nimlot (vers 940 avant notre ère)

En or, ce bracelet à charnières était incrusté de lapis-lazuli importé d’Afghanistan.

Il représente le dieu Horus enfant, assis sur une fleur de lotus symbolisant la création.

Ce bracelet appartenait au prince Nimlot, fils du premier pharaon de la XXIIe dynastie, originaire de Libye.

Stèle de Déniouenkhonsou (vers 800 avant notre ère)

À l’époque du décès de la prêtresse en vedette dans cette quatrième salle, Déniouenkhonsou était chanteuse au culte dédié à Amon-Rê.

On la voit ici, revêtue d’une robe semi-transparente, offrant des vivres et des présents à Amon-Rê.

Figurine féminine (entre 1295 et 1275 avant notre ère)

Cette figurine en bois porte une robe au plissé délicat qui rappelle celle portée par la chanteuse Déniouenkhonsou.

Statue de Bès (vers 1300 avant notre ère)

Bès est le dieu protecteur de la cellule familiale. Mais c’est également un des dieux associés à la musique.

On le représente habituellement en train de danser et de jouer du tambourin, la langue tirée.

Harpe cintrée (entre 1550 et 1070 avant notre ère)

Le joueur de harpe se tenait debout, tenant son instrument à hauteur de la poitrine, appuyé contre l’épaule droite (s’il était droitier) alors que la main gauche en saisissait le manche.

Sa caisse de résonance se termine par une tête couronnée d’un pschent (représentant la Haute et la Basse-Égypte).

Sistre (entre 664 et 306 avant notre ère)

Les rondelles trouées de cet instrument émettaient un son semblable à celui des clochettes d’un tambourin qu’un agite.

Le haut du manche porte le visage d’Hathor, la déesse de l’amour, de la beauté, de la musique, de la maternité et de la joie.

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (2e photo), et objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (1re photo), PanLeica 8-18 mm (3e, 6e et 12e photos) et M.Zuiko 25 mm F/1,2 (les autres photos)
  1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 12 mm
  2e  photo : 1/60 sec. — F/1,8 — ISO 2500 — 8 mm
  3e  photo : 1/60 sec. — F/3,1 — ISO 3200 — 9 mm
  4e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 250 — 25 mm
  5e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 1000 — 25 mm
  6e  photo : 1/60 sec. — F/4,0 — ISO 2500 — 18 mm
  7e  photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
  8e  photo : 1/125 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 500 — 25 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 250 — 25 mm
11e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 320 — 25 mm
12e  photo : 1/80 sec. — F/3,2 — ISO 4000 — 11 mm


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’exposition Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>