Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés (3e partie)

Aperçu de la salle 3B

La salle 3B met en vedette la troisième momie de l’exposition (au premier plan) et son cercueil de bois (à l’arrière).

Cercueil d’Irthorrou

Les hiéroglyphes du cercueil nous apprennent que ce dernier renfermait la momie d’Irthorrou, un prêtre de la ville d’Akim (près de Thèbes).

Il est décédé vers l’an 600 avant notre ère.

La tomodensitométrie de sa momie a révélé que ce prêtre faisait de l’embonpoint. Il était atteint d’athérosclérose et sa dentition était en très mauvais état (comme en font foi plusieurs abcès).

Statue de Sekhmet (entre 1390 et 1352 avant notre ère)

La déesse Sekhmet est la fille guerrière de Rê (le dieu soleil).

Elle est habituellement représentée comme une femme à tête de lionne auréolée d’un disque solaire (ici abimé) devant le lequel se trouve un uræus (un petit cobra femelle qui a pour fonction de la protéger).

Cette photo nous permet de comparer les tailles respectives de la momie d’Irthorrou (à gauche) et de son cercueil (à droite).

Encensoir rituel (entre 664 et 332 avant notre ère)

Toute substance végétale qui, brulée, répand une bonne odeur était considérée comme de l’encens. Celui-ci purifiait l’air afin de rendre la chambre funéraire agréable aux dieux.

Stèle de Qeh (vers l’an 1250 avant notre ère)

De la même manière qu’actionner un moulin à prières tibétain a la même valeur spirituelle que de réciter la prière soi-même, l’offrande représentée sur une stèle placée dans une chambre mortuaire dispensait l’âme de la momie de le faire elle-même au cours de son voyage vers l’au-delà.

C’est ainsi que dans la partie supérieure de cette stèle, un prête vêtu d’une peau de léopard (à droite) verse une libation sur une table d’offrandes destinées à trois dieux. De la main gauche, il tient un encensoir rituel. Ce prêtre officie au nom du défunt.

Les trois dieux représentés sont, de droite à gauche : Osiris (assis), la déesse Imentèt et Anubis (à tête de chacal).

De manière analogue, dans la partie centrale de la stèle, le défunt Qeh et son épouse (tous deux assis, à gauche) reçoivent de leurs enfants les mets qui leur permettront de se sustenter durant leur voyage.

Stèle de Sobekka (entre 2125 et 1985 avant notre ère)

À base de céréales, la diète des anciens Égyptiens était riche et variée. Les deux aliments de base étaient le pain et une bière épaisse à base d’orge.

À cela s’ajoutaient des haricots, du poisson, de la volaille et divers légumes (concombres, ail et ognons), de même que des fruits (dattes, figues, fruits de doum, et grenades).

Sur la stèle de Sobekka, le défunt est assis en haut à droite. Tout comme sur la stèle précédente, la représentation de nourriture assurait dans ce cas-ci à l’âme de Sobekka un approvisionnement éternel en pain frais, et en viande de bœuf, de mouton et de volaille.

Amulette en forme de chapelle (entre 800 et 750 avant notre ère)

Cette amulette reproduit en miniature une chapelle et le dieu Amon-Rê à qui elle est dédiée.

Statuette d’Imhotep (entre 664 et 332 avant notre ère)

Né au troisième millénaire avant notre ère, le chancelier Imhotep fut également prêtre, médecin et architecte.

Il est l’inventeur des pyramides à degrés (c’est-à-dire en escalier), ancêtre de la pyramide à faces lisses qu’on connait aujourd’hui.

En raison de son influence considérable sur la civilisation égyptienne, il fut divinisé après sa mort et considéré comme le dieu de l’écriture et de la médecine. Ses sanctuaires devinrent des lieux de pèlerinage pour les malades et les infirmes.

On le représente assis, un rouleau de papyrus sur les genoux.

Détails techniques des photos : Olympus OM-D e-m5 mark II, hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (1re photo), et objectifs PanLeica 8-18 mm (2e photo) et M.Zuiko 25 mm F/1,2 (les autres photos)
1re photo : 1/60 sec. — F/1,8 — ISO 800 — 8 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 8 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 500 — 25 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 320 — 25 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 250 — 25 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’exposition Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires à Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés (3e partie)

  1. André Joyal dit :

    Décédé 1 500 avant notre ère…

    Ne serait-il pas plus simple d’écrire simplement: Décédé il y a 3 500 ans

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Oui, vous avez raison. Votre suggestion évite d’avoir à ajouter deux-mille ans à chaque fois.

      Par contre, dire de quelqu’un est décédé il y a 3 500 ans, cela peut donner l’impression qu’on commémore cette année le 3 500e anniversaire de son décès.

      À l’opposé, dire qu’il est mort au troisième millénaire avant notre ère ou voilà cinquante siècles, cela est plus approximatif; l’évènement est survenu quelque part au cours du millénaire ou du siècle en question.

      Dans les textes qui suivront, je verrai ce qui le plus approprié. Je vous promets de faire mon possible pour simplifier la lecture de mes textes.

      Merci pour votre suggestion. J’apprécie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>