Le Devoir, un quotidien emballant

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Chacun d’entre nous choisit sa manière de favoriser l’environnement.

Depuis plus d’une décennie, j’enveloppe mes cadeaux dans du papier journal. Mais pas n’importe lequel; mes cadeaux sont trop précieux pour être emballés avec autre chose qu’avec des pages du Devoir.

Ce qui a semblé longtemps être une extravagance dictée par l’avarice a soudainement fait sensation l’an dernier auprès de mes jeunes nièces, préoccupées par l’environnement.

Par crainte d’être copié, j’ai décidé cette année d’ajouter une corde en guise de ruban décoratif.

On en trouve facilement chez n’importe quel quincailler. Celles en coton sont jolies, mais tellement bien faites qu’on les croirait en plastique.

J’ai donc opté pour une corde de chanvre ou de jute, d’aspect beaucoup plus rustique (qu’on doit couper avec des pinces tellement elle est résistante).

Avouez que ç’a de la classe…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif Lumix Leica 42,5mm F/1,2 — 1/40 sec. — F/1,2 — ISO 6400 — 42,5 mm

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires à Le Devoir, un quotidien emballant

  1. sandy39 dit :

    Biensûr que ç’a de la classe… J’avais bien rigolé. J’en rigole encore, car dans LE DEVOIR, on y trouve toujours de bons articles écrits par de bons journalistes, d’après Moi…

    Et, on peut lire à l’endroit… Un paquet posé sur du carrelage noir et blanc… c’est très rétro tout ça…

    Chez Nous, je crois qu’on va pouvoir enlever le vieux pour poser le nouveau, qui n’est pas encore choisi… Un peu dur ce début d’année… C’est toujours un peu le tintamarre ce pognon…

    Mais, au fait, elles étaient contentes… de leurs cadeaux venus du Tonton ?

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Il s’agissait d’un ensemble de récipients en porcelaine destiné à leur mère (l’épouse d’un de mes frères). Oui, elle a bien apprécié.

      Pour ce qui est de mon plancher de cuisine, je voulais un carrelage octogonal à cabochons noirs (de style Louis-XIII).

      Malheureusement, à Montréal, on ne trouvait pas de tuiles en vinyle qui possédaient ce motif.

      Alors on a acheté des tuiles blanches mouchetées et d’autres noires.

      Il a fallu plus de mille-six-cents coupes à mon homme à tout faire (Paul Bouchard) pour créer ce plancher.

      Je ne me lasse jamais de le regarder.

  2. sandy39 dit :

    Promis, j’en parlerai à mon Mari…

  3. sandy39 dit :

    Du coup, il a trouvé très joli et bien fait !

    Et, en même temps, je saisis l’occasion de vous demander de faire des recherches (ou nous écrire un article) sur le style Louis XIII ou sur les cordes… pas pour se pendre, bien évidemment !…Si, d’ici, Février, vous trouviez le temps long, avec le mois le plus froid de l’année…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :