Deux semaines à Palm Desert (4e partie)

Quand le cannabis se fait luxueux

The Leaf sur l’avenue El Paseo

Dès que j’ai réalisé que je m’étais arrêté devant une boutique de cannabis, le portier m’invita à pénétrer à l’intérieur.

Mais il me fallait d’abord attacher mon vélo électrique.

« Ne vous donnez pas cette peine » me dit-il. « Entrez avec votre vélo, nous le surveillerons

Dès mon entrée dans le vestibule qui donne accès à la salle d’exposition, j’ai demandé s’il m’était possible de prendre des photos à l’intérieur.

À ma grande surprise, on m’accorda cette permission (c’est interdit au Québec).

Tout nouveau client du Leaf doit s’inscrire. J’ai donc présenté ma carte d’assurance-maladie du Québec à la réceptionniste.

Dès cette première étape franchie, le portier appela une troisième personne pour m’accompagner à l’intérieur de la salle d’exposition (dont l’accès est protégé).

Salle d’exposition

Tout à l’intérieur respire le luxe. Le personnel y est d’une extrême courtoisie. Comme dans un hôtel cinq-étoiles.

Parmi tout ce qui est offert sur le marché, l’établissement semble avoir privilégié les produits dont la présentation est soignée. Ceux-ci sont disposés avec raffinement dans ses vitrines.

On y trouve d’abord les appareils (pipes à eau et pipes à conduction).

Breuvage au THC

Dans une armoire vitrée et réfrigérée, voici un cola auquel une dose de 10 mg de THC a été ajoutée.

Quelques produits dérivés

De gauche à droite : des chocolats au THC, des pastilles sublinguales au CBD ou au THC, des cigarettes électroniques Leune, des menthes Petra au THC. À l’arrière, des teintures de cannabis et des biscuits au THC.

D’autres produits dérivés

Voici des cartouches, des menthes Petra, des tisanes kikko et des friandises Kanha au cannabis.

Un comptoir est réservé aux fleurs de cannabis. Certaines préparations sont vendues sous des marques de commerce. Sur place, une application sur iPad permet de savoir quels sont les cultivars qui entrent dans la composition de ces préparations.

Afin de vaincre la réticence des clients qui hésiteraient à acheter des biscuits au cannabis par crainte de ne pas en aimer le gout, un employé offre gratuitement les mêmes biscuits sans cannabis, réchauffés au microonde.

Extrait de Green…

Je n’ai pas résisté à la tentation d’y gouter, de même qu’à me procurer le livre Green, a Field Guide to Marijuana de Dan Michaels. Ce bouquin luxueux présente la monographie de 138 cultivars de cannabis, dont seize sont actuellement vendus par la SQDC.

L’établissement n’accepte que les payements en argent comptant. Toutefois, un guichet automatique se trouve dans la salle d’exposition. Des frais de 2,50$US s’appliquent à chaque retrait.

Sur le même sujet : Le cannabis récréatif

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/6400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 20 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 29 mm
4e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 24 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 18 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 250 — 36 mm


Pour lire les comptes-rendus du voyage à Palm Desert, veuillez cliquer sur ceci.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires à Deux semaines à Palm Desert (4e partie)

  1. François F Martelé dit :

    Et la question demeure…En as-tu fumé du bon??

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Non, je me suis contenté sagement d’acheter un livre.

      Il serait très imprudent pour un Canadien d’avouer publiquement consommer du cannabis s’il songe à voyager aux États-Unis.

      Des douaniers américains ont refusé de laisser des Canadiens entrer aux États-Unis après que ces derniers aient avoué candidement qu’il leur arrivait de consommer du cannabis au Canada.

      Les États-Unis prétendent à l’extraterritorialité de leurs lois. Cela signifie qu’ils estiment que les lois américaines s’appliquent même lorsque le délit est commis hors du sol américain.

      C’est pourquoi les États-Unis demandent l’extradition d’une dirigeante de la compagnie chinoise Huawei arrêtée à Vancouver.

      Sa compagnie aurait vendu, hors du sol américain, des ordinateurs à l’Iran, enfreignant ainsi non pas une loi canadienne, non pas un embargo de l’ONU, mais un embargo décrété unilatéralement par les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :