Les changements climatiques et l’ours polaire


 
Le 26 novembre dernier, Valérie Théorêt et sa fillette de dix mois ont été tuées au Yukon par un grizzli. Ces temps-ci de l’année, ces attaques sont rares puisque normalement l’ours brun hiberne.

L’ours polaire est un animal encore plus redoutable. Jamais domestiqué, l’ours blanc ne craint pas l’humain en qui il ne voit qu’une proie.

Même si l’ours polaire n’est pas en voie d’extinction, il est considéré comme une espèce menacée par la modification de son habitat.

On estime entre 20 000 et 25 000 le nombre d’ours blancs dans l’Arctique (puisqu’il n’en existe pas en Antarctique). La majorité, soit 16 000 se trouvent en territoire canadien.

Au Canada, la chasse à l’ours polaire est sévèrement règlementée. Les quotas couvrent à la fois les ours tués par les Inuits pour leur subsistance et ceux tués par les chasseurs sportifs. Dans ce dernier cas, les chasseurs ‘blancs’ doivent être accompagnés d’un guide inuit.

L’unique raison pour laquelle le Canada permet la chasse sportive à l’ours polaire, c’est que c’est une des rares sources de revenus des peuples inuits.

En 2017-2018, pour l’ensemble du Nunavut, un maximum de 497 ours polaires pouvaient être tués. Lorsqu’on dépasse les quotas une année, cela est soustrait des quotas prévus pour l’année suivante.

Le problème est qu’il arrive de plus en plus souvent que les quotas soient dépassés.

Parmi les conséquences du réchauffement climatique, la fonte prématurée des glaces fait en sorte que les ours polaires passent plus de temps sur la terre ferme, à proximité des habitations humaines, à la recherche de nourriture.

Ce qui augmente les occasions où les Inuits doivent abattre des ours pour se protéger. Or même dans ces cas, les ours tués sont comptabilisés dans les quotas.

L’habitat naturel de l’ours polaire est l’Arctique tout entier. De nos jours, si la majorité des ours polaires à travers le monde vivent en territoire canadien, c’est que leur habitat est peuplé également d’Inuits. S’il était peuplé de Blancs, l’ours polaire aurait été décimé ici comme ailleurs.

Notre civilisation est l’unique responsable de la destruction de la planète et, en particulier, du réchauffement de l’habitat des Inuits; ces derniers n’y sont pour rien.

Au nom de la sauvegarde des espèces menacées, certains voudraient qu’on interdise aux Inuits de sécuriser leur environnement en les empêchant de réduire le nombre d’ours rôdeurs près des habitations humaines.

De nos jours, alors que bien des peuples se sentent menacés par les vagues de réfugiés, comment réagiraient-ils si leurs enfants, au retour de l’école, se retrouvaient nez à nez non pas avec un migrant, mais plutôt avec un ours polaire en train de fouiller dans les poubelles de leur cours arrière ?

Bref, le nombre d’ours polaires autrefois jugé sécuritaire devra inévitablement être revu à la baisse, à la recherche d’un nouvel équilibre entre l’humain et l’animal.

Et si nous voulons la croissance du cheptel d’ours polaires canadiens, il nous faudra modifier de manière draconienne nos habitudes de vie, et non de culpabiliser les Inuits pour le tort que nous causons à leur environnement.

Références :
Breaking news: One hunter killed, two injured in polar bear attack in Foxe Basin
Inuit hunters frustrated by polar bear conservation rules that put their lives at risk
Nunavut hunter calls for changes to polar bear rules after fatal summer attacks
Photo of legally hunted polar bear draws social media outrage, racist comments
Trop nombreux, les ours polaires?
Une Québécoise et sa fillette tuées par un grizzly au Yukon
Why Does Canada Still Allow Hunters to Kill Polar Bears for Their Fur?

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

2 commentaires à Les changements climatiques et l’ours polaire

  1. Lloyd dit :

    Entre deux mots, choisir le moindre. Quel danger un homme court-il face à une otarie (c’est une humble question)

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Si j’exclus des cas très particuliers comme celui-ci…

      https://m.youtube.com/watch?v=IThAX5Srpmk

      …et le cas d’une mère otarie qui protège ses petits d’un humain qui s’en approche de trop près, cet animal est très maladroit et trop lourd pour se déplacer rapidement sur de longues distances sur la terre ferme.

      Bref, il est facile de fuir cet animal, contrairement à l’ours polaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :