Jardins de lumière 2018 à l’heure bleue

Il ne reste plus que deux jours pour visiter la 26e édition de l’exposition annuelle de lanternes chinoises au Jardin botanique de Montréal.

J’y suis allé une première fois le 9 octobre et j’y suis retourné hier soir à l’heure bleue, c’est-à-dire à cette période entre le jour et la nuit où le ciel est encore légèrement lumineux.

Voici ce que j’en ai rapporté.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 Mark II, objectif Voigtländer 17,5mm F/0,95
1re photo : 1/100 sec. — F/1,1 — ISO 1250 — 17,5 mm
2e  photo : 1/100 sec. — F/1,1 — ISO 640 — 17,5 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/1,1 — ISO 1250 — 17,5 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/1,1 — ISO 500 — 17,5 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/1.1 — ISO 400 — 17,5 mm
6e  photo : 1/100 sec. — F/1,1 — ISO 250 — 17,5 mm
7e  photo : 1/125 sec. — F/1,1 — ISO 800 — 17,5 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

6 commentaires à Jardins de lumière 2018 à l’heure bleue

  1. Louise Bernier dit :

    Plus beau que la 1ere fois ! Je lis avec grand plaisir tes analyses et réflexions, il y a beaucoup de travail et de rigueur !
    Merci Jean-Pierre !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Merci Mme Bernier,

      En raison de leur longueur, mes longues analyses sont exigeantes pour les lecteurs, sollicités de toutes parts par leurs obligations familiales et/ou professionnelles.

      Je suis donc reconnaissant aux lecteurs qui, comme vous, prenez le temps de manifester votre appréciation (positive ou non) puisque chaque texte publié ici est un peu une bouteille jetée à la mer.

      Merci encore Louise. J’apprécie.

  2. sandy39 dit :

    AMIE NUIT…

    Pour commenter cette nouvelle édition des Jardins de lumière, je choisis le titre d’une chanson… pour vous dire :

    Puisque certains garçons parmi Nous sont à la recherche du meilleur objectif ; aujourd’hui, les filles se joignent à eux pour vous féliciter de rapporter vos meilleures photos de vos soirées…

    Si les garçons apprécient vos photos prises au cours de certains de vos Rendez-Vous, je saisis l’occasion pour vous dire, qu’à la Maison, la deuxième de mes filles apprécie aussi. Parfois, il lui arrive de me dire : “C’est super ce qu’Il fait, et le beau matériel qu’Il doit avoir…”

    Cette fois, en ouvrant les nouvelles, je me suis vu tourner les pages d’une bande dessinée.

    Alors, pourquoi parler d’un texte publié qui est comme une bouteille jetée à la mer ?

    Je dirais même : une bouteille qui vient éclairer nos vies comme viennent illustrer vos photos et leurs couleurs. Des photos qui nous posent à l’instant présent, sur lesquelles on médite…, à la Frontière du Réel et d’un Monde imaginaire que vous nous offrez.

    Sur ce Blogue, on attrape, on saisit l’occasion de vivre au Présent… On apprend à respirer lorsque la nuit tombe… Et, le Monde du meilleur (une partie) commence, Ici, sur ce Blogue… comme on trouve, dans la Chanson “AMIE NUIT”, “le Monde commence à partir d’aujourd’hui”.

    “Avoir un Soleil rouge” nous dit, aussi, la chanson car on le dessine un petit peu, Ici, ce Soleil…, ce petit bout d’Espoir que Vous nous tendez avec cette bouteille jetée à la mer !

    BRAVO !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      C’est cette poésie délicate, toujours enracinée dans le réel, qui me plaît chez vous, ma chère sandy39.

      Je vous remercie pour ce texte magnifique. Et je suis heureux qu’il me suffise d’appuyer sur le déclencheur de mon appareil photo pour susciter le meilleur de vous-même.

      En tant que lectrice de ce blogue, la deuxième de vos filles a toutes les raisons d’être fière de la maman talentueuse qui est la sienne.

  3. sandy39 dit :

    AU DOUX PARFUM DES TALENTS…

    Ce fut le fruit du Bénéfice du doute car je ne savais pas comment m’y prendre pour vous féliciter après les garçons.

    J’ai douté pendant 8 jours sur mon brouillon, si j’allais écrire des paroles de chansons… C’est lorsque j’ai lu votre réponse à Louise que je me suis lancée sur cette bouteille jetée à la mer, où j’ai ressenti une petite pointe de désespoir.

    Alors, à ma façon, j’ai apporté un petit peu de lumière et d’Espoir comme j’ai fait, dans le Passé, une suite à votre texte “Les malheurs artificiels“, en écrivant sur le Bonheur.

    Sur la Misère d’un homme (sur une partie, à mon avis, traînée depuis des générations), sur des nuits d’insomnie décrites dans cette chanson “AMIE NUIT”, on cherche, comme l’Auteur, un peu de lumière et d’Espoir.

    A travers des paroles de chansons, je ne pensais y trouver mon talent (encore un bien grand mot pour Moi)… comme quoi, aurais-je eu raison de dire qu’il fallait le laisser chanter ?

    D’autre part, il y a une chose que je ne comprends pas : je ne retrouve pas les photos des anciennes expositions. Habituellement, en octobre, vous êtes loin de chez Vous… et, il me semble qu’on en a déjà parlé… et, Louise nous dit que c’est encore plus beau que la première fois !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Dans son commentaire ci-dessus, Louise Bernier faisait allusion à la première des deux visites que j’ai effectuées cette année.

      Pour voir toutes les textes au sujet des diverses éditions de ‘Jardins de lumière’ — des plus récentes aux plus anciennes — il vous suffit de cliquer sur ceci.

      Vous passerez en revue les photos rapportées de mes visites en 2018, 2015, 2013 et 2012.

      Merci pour votre nouveau commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :