Le derrière miraculeux de la ministre

 

 
Dans un texte publié le 7 mars dernier, je suggérais que la meilleure manière de lutter contre le protectionnisme américain, c’est d’en tirer parti.

Par exemple, lorsque l’administration Trump impose une surtaxe de 10% sur notre aluminium, il suffit d’aller voir nos alumineries, d’obtenir les noms de leurs meilleurs clients américains et de proposer à ces derniers de délocaliser une partie de leur production au Québec, celle destinée au marché international.

Ils jouiront ici de tous les avantages qu’ils ont déjà aux États-Unis mais, en plus, d’une matière première —  l’aluminium — 10% moins chère qu’aux États-Unis, d’un tarif d’électricité probablement le plus économique en Amérique du Nord, d’une main-d’œuvre qualifiée qu’ils peuvent compléter, si nécessaire, de l’Étranger (alors que les frontières américaines se ferment à l’immigration).

Le 31 mai dernier, à l’Assemblée nationale du Québec, le député péquiste Nicolas Marceau interrogeait Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation.

Le député cherchait à savoir les mesures concrètes qu’entendait employer le gouvernement Couillard pour contrer les effets du protectionnisme de Donald Trump.

Dans la première de ses trois réponses, la ministre parle des nombreuses rencontres auxquelles elle a assisté et proclame son intention de défendre bec et ongles les intérêts des travailleurs des secteurs de l’acier et de l’aluminium.

Sans douter des intentions de la ministre, le député veut connaitre les mesures concrètes qu’entend adopter le gouvernement.

Dans sa deuxième réponse, la ministre réaffirme sa volonté de tout mettre en œuvre pour faire en sorte qu’il n’y ait pas de perte d’emplois.

Revenant à la charge, le député insiste pour aller au-delà des bonnes intentions et demande de savoir précisément ce que la ministre compte faire.

C’est alors que la ministre révèle l’arme secrète qu’elle hésitait à divulguer jusque là; elle va s’assoir avec les travailleurs.

Parce qu’il faut le dire : la ministre Anglade règle les problèmes en s’assoyant.

Les Américains voulaient taxer notre bois d’œuvre. La ministre s’est assisse et cette intention est devenue réalité. Sans qu’elle n’ait eu besoin d’intervenir. Comme par magie.

Une chaine américaine de matériaux de construction voulait acheter Rona, un fleuron de l’économie québécoise. La ministre s’est assise et contre toute attente, c’est plutôt Rona qui a été vendu à cette chaine américaine.

De la même manière, Loblaws voulait acheter les épiceries Provigo. La ministre est demeurée assise et miraculeusement c’est Provigo qui a été vendu à Loblaws.

Une entreprise ontarienne voulait acheter les Rôtisseries St-Hubert. La ministre n’a pas hésité à s’assoir et c’est au contraire St-Hubert qui a été vendu à cette entreprise ontarienne. Qui l’eut cru ?

Contrairement à la volaille des rôtisseries, la ministre a une réputation de dure à cuire.

Après de tels succès, celle-ci aurait pu se reposer sur ses deux lauriers. Mais le meilleur s’en venait.

Après que le gouvernement Couillard ait investi 1,3 milliard$ dans la CSeries de Bombardier, celle-ci a été acquise gratuitement par Airbus sans que la ministre ait eu besoin de se lever de son siège.

Dans toute l’histoire du Québec, jamais personne n’a fait autant avec si peu d’effort.

Et de triomphe en triomphe, la ministre passe pour invulnérable.

Même Donald Trump en personne ne pourrait pas la graber par le poucis puisqu’assise, cela est impossible. Il s’agit donc d’une stratégie défensive réfléchie, soigneusement adaptée au protectionnisme américain.

En conséquence, les travailleurs de l’acier et de l’aluminium peuvent être rassurés; la ministre défendra leurs intérêts jusqu’au bout et n’hésitera pas à s’assoir pour eux s’il le faut.


Annexe : Transcription des réponses de la ministre
Note : Les caractères gras sont de nous.

• Première réponse :

Nous n’avons pas évidemment attendu aujourd’hui pour agir sur le dossier de l’aluminium et de l’acier.

Il y a déjà plusieurs semaines que nous avons rencontré les présidents d’entreprises, les représentants, pour nous assurer d’avoir une cohérence dans la manière de défendre les intérêts du Québec.

On parle de quoi ? On parle de plus de 30 000 travailleurs dans ce domaine. Tant dans l’acier que dans l’aluminium. 30 000 travailleurs. Et nous avons dit dès le départ que nous allions défendre leurs intérêts bec et ongles.

Nous avons rencontré les leadeurs du secteur. Lundi de cette semaine, lundi qui s’en vient, nous avons à nouveau une rencontre en marge du G7 pour discuter des enjeux.

Et nous avons dit dès le départ que nous allions (…) défendre les intérêts avec les Américains et présenter notre position.

Il faut se rappeler la chose suivante : la décision, qui est prise par les Américains, ne dessert ni les intérêts américains ni les intérêts québécois.

Il fait le rappeler systématiquement et c’est ce que nous allons continuer à faire.

D’autre part, Raymond Chrétien [ex-ambassadeur du Canada aux États-Unis] a été nommé sur ce dossier particulier. À partir du moment où nous avons su qu’il y avait un enjeu, Raymond Chrétien a été nommé pour nous assurer de développer en détail l’argumentaire que nous allons avoir auprès des Américains pour la suite des choses.

• Deuxième réponse :

Dans les dossiers concernant les négociations avec les États-Unis, jamais nous n’avons laissé les travailleurs québécois tomber. Jamais. Au contraire.

Tant dans le bois d’œuvre, tant dans le dossier de l’aérospatiale, nous avons défendu les intérêts des travailleurs.

Alors, nous allons tout mettre en œuvre pour faire en sorte qu’il n’y ait d’emplois qui soient perdus. Au contraire, qu’on continue d’exporter.

Je vous rappelle que malgré les situations aujourd’hui qui varient aux États-Unis, on constate que les exportations continuent d’augmenter sur le marché américain.

Donc nous allons continuer à utiliser la technique qui fait en sorte que, jusqu’à présent, l’économie du Québec se porte bien.

• Troisième réponse :

Lorsque l’on dit qu’on fait des choses concrètes, on l’a fait encore une fois dans les dossiers du bois d’œuvre. On l’a fait dans les dossiers de l’aérospatiale.

Nous allons nous assoir avec les travailleurs et nous assurer de représenter les intérêts avec… Premièrement, les représenter auprès des Américains. Mais deuxièmement de nous assoir et de faire en sorte qu’il n’y ait pas de perte d’emplois, qu’il y ait quoi que ce soit qu’on soit capable de protéger. D’avoir un plan de match qui va faire en sorte qu’on va défendre les intérêts des travailleurs jusqu’au bout.


 

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire à Le derrière miraculeux de la ministre

  1. Lloyd dit :

    Superbe texte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :