Le pluriel des mots composés d’un verbe et d’un nom lorsqu’ils sont séparés par un trait d’union

Introduction

Il est facile de conjuguer au pluriel les mots composés d’un verbe et d’un nom lorsqu’ils sont soudés l’un à l’autre. C’est ainsi qu’on écrira ‘un portefeuille’ et ‘des portefeuilles’.

Mais lorsqu’ils sont séparés par un trait d’union, que doit-on faire ?

Dans le cas de plusieurs séchoirs à cheveux, il est évident qu’il faut dire ‘des sèche-cheveux’. Mais qu’en est-il au singulier ? Doit-on dire ‘un sèche-cheveu’ ou ‘un sèche-cheveux’ ?

À moins de n’avoir qu’un seul cheveu sur la tête, l’appareil (même au singulier) sèche toujours plusieurs cheveux à la fois. Il serait donc logique de parler d’un ‘sèche-cheveux’.

Mais qu’en est-il de la pipette qui compte les gouttes ? Ne peut-elle pas servir à dispenser une seule goutte à la fois ? Conséquemment, faut-il écrite ‘un compte-goutte’ ou un ‘compte-gouttes’ ?

Avant 1990

Jusqu’à la dernière réforme orthographique, tout cela était un véritable casse-tête (au singulier).

D’un côté, il y avait tous ces mots qui, au singulier, portaient la marque du pluriel : un casse-noisettes, un compte-gouttes (ah, ah !), un coupe-légumes, un pare-chocs, un porte-avions, un porte-bagages, un repose-pieds, un sèche-cheveux (évidemment), un serre-livres, etc.

Et il y avait de l’autre, tous ces mots qui, même au pluriel, portaient la marque du singulier : des chasse-neige, des chauffe-eau, des coupe-papier, des pare-brise, des porte-bonheur, des serre-tête, etc.

Depuis l’orthographe rectifiée de 1990

Depuis la dernière réforme de l’orthographe, les choses sont simples.

Au lieu de dépendre du sens ou de la fonction de l’objet, le singulier et le pluriel obéissent à la règle de base en français; aucune marque au singulier et l’ajout d’un ‘s’ ou d’un ‘x’ final au pluriel.

Notre pipette devient donc ‘un compte-goutte’ et ‘des compte-gouttes’. Et on dira ‘un sèche-cheveu’ (eh oui) et ‘des sèche-cheveux’.

Et comme cette règle ne connait pas d’exception, il faut noter qu’on dira ‘un couvre-œil’ et ‘des couvre-œils’ (et non ‘des couvre-yeux’).


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

4 commentaires à Le pluriel des mots composés d’un verbe et d’un nom lorsqu’ils sont séparés par un trait d’union

  1. Michel dit :

    J’adore ce genre d’article

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Alors je vous promets d’essayer d’en écrire plus souvent.

      À l’école primaire, je trouvais la grammaire et l’orthographe tellement ennuyantes.

      Mais de nos jours, je trouve cela à la fois très intéressant et plutôt frustrant.

      Ce qui est intéressant, c’est d’apprendre qu’il est facile d’écrire spontanément en français de manière correcte lorsqu’on en connait la logique relativement simple.

      Mais pour moi, ce qui est frustrant, c’est de découvrir que j’ai été dans l’erreur pendant des années…

  2. sandy39 dit :

    UN TRAIT D’UNION…

    Pour Moi, il n’y a rien de plus logique de dire : “un sèche-cheveux”, un “compte-gouttes” au pluriel même si l’outil dont on se sert est au singulier ! Par contre, je ne trouve pas beau des “couvre-oeils”, je préfère les “couvre-yeux” !

    … QUI DERANGE !

    • Jean-Pierre Martel dit :

      L’avantage de la nouvelle orthographe, c’est qu’elle est facultative.

      Donc si vous préférez “un sèche-cheveux” et un “compte-gouttes” (au pluriel), libre à vous.

      Par contre, à mon avis, le mot “couvre-œils” est phonétiquement tellement plus élégant que “couvre-yeux”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :