Les D qui se prononcent T

Il arrive qu’une lettre à la fin d’un mot se prononce différemment de son orthographe.

C’est le cas des verbes en ‘…dre’ — comme entendre, fendre, vendre et prendre — au présent, à la troisième personne du singulier, lorsque le sujet est inversé, en posant une question.

Par exemple, on écrit ‘Prend-il son repas ?’ mais on prononce ‘Pren Til son repâ ?’. De la même manière, on écrit ‘Vend-il des pommes ?’ alors qu’on dit ‘Ven Til dè pom ?’

C’est le cas également de certains adjectifs — comme grand — lorsqu’ils précèdent une voyelle. On écrira donc ‘Vivre au grand air’ alors qu’on prononcera ‘Vi vro gran Tèr’.


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Les D qui se prononcent T
Votre évaluation :

2 commentaires à Les D qui se prononcent T

  1. pierre pinsonnault dit :

    :o) Coudon M. Martel, d ké c ki vou a pri de choi zir un tel sujet : les fugues du D ! Fo le fer. Pis en plusse, vou ne nou donnez pas dex plica scion sci an tific. On nait abitué à plus, nou, vos lecteurs assidus. Yé tan que l’a née finisse, hein ! Mais vous ne vous en tirerez pas à si bon compte. (o:

    Laissez-moi en effet vous relancer en matière de langue française.

    Sans le vouloir, hier j’ai trouvé la plus ancienne traduction connue (XIIe siècle) du Notre Père, le texte qui serait le plus connu de la Bible. Et, en prime, tel qu’écrit en texto moderne. Les voilà :

    La plus ancienne traduction connue en français – XIIe siècle

    Li nostre Perre ki ies es ciels,
    seit seintefiez li tuns nuns.
    Avienget le tuens regnes.
    Seit feite la tue volentez, si cum en ciel, e en la terra.
    Nostre pein chaskejurnel dune nus hoi,
    E pardune a nus les noz detes,
    si cum, nus pardununs a noz deturs,
    E ne nus meines en tenteisun,
    meis delivre nus de mal.
    Issi seit.
    (Eadwin de Cantorbéry – 1120)

    Vous ne vous en rappelez pas par coeur ? Le voici en français informatique :

    en SMS (texto)

    Ntr pR kié o 6E
    ke tn nm 60 ifié
    ke tn règn viN
    keta volonT swafêt sr la tR como 6L
    don-ns aujdh ntr p1 2 ce jr
    pardon-ns no ofenç cm ns pardonon o6 à cE ki ns on ofenC
    &ne ns soumépa à latentation
    mè Dlivr-ns dumal
    car C atoi KpartiN
    lerègN lapuiçans &lagloir
    pr lé 6ècl D6ècl
    amN

    En plus vous pourrez le lire en Jèrriais (langue de l’île de Jersey), en Créole Haïtien, en Basque, et en breton !

    Et, DIVINE SURPRISE, vous pouvez l’écouter tel que chanté en araméen qui était la langue parlée de Jésus (au bas de la page web de l’Oratoire du Louvre) !

    https://oratoiredulouvre.fr/prier/Le-Notre-Pere.php

    Bonne fin d’année, Monsieur Martel, ainsi qu’à tous vos lecteurs !

  2. sandy39 dit :

    Voilà tout un enrichissement de la langue française !

    Que dire de plus ?… A part Bonne fin d’année ! Vous revenez, les Gars, en 2016 ?

    Et dire que je ne connaissais pas le français informatique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :