Le Premier arrondissement de Paris (3e partie)

Le 1 mars 2015
Cliquez sur l’image pour démarrer

Le premier arrondissement de Paris est pratiquement l’arrondissement du Louvre tant ce musée occupe une partie importante de son territoire.

En effet, sur les 1,83 km² de l’arrondissement, le Louvre et le jardin des Tuileries en occupent le quart.

En raison de l’importance des musées, des institutions publiques et des commerces qui s’y trouvent, l’arrondissement n’est peuplé que d’environ 18 000 personnes, soit moins du centième de la population parisienne.

Jusqu’ici, nous avons publié trois diaporamas à son sujet.

Le premier montrait la partie de l’arrondissement qui se trouve à l’ouest de l’ile de la Cité, à l’exclusion toutefois de la Sainte-Chapelle (qui possède son propre diaporama).

Un troisième diaporama était consacré au Louvre.

Ce dernier diaporama complète les trois autres. Il présente la partie de l’arrondissement située sur la rive droite (à l’exclusion du Louvre).

Notre visite commence au musée de l’Orangerie (de 0:01 à 0:50). Consacré aux peintres impressionnistes et postimpressionnistes, il met en vedette le cycle des Nymphéas de Claude Monet.

Puis nous traversons le jardin des Tuileries (de 0:51 à 1:02).

De 1:17 à 1:26, il s’agit de l’église Notre-Dame de l’Assomption. Construite de 1670 à 1676, c’est aujourd’hui la principale église polonaise de Paris. Elle se caractérise par son immense dôme, qui couvre tout l’intérieur de l’église.

La place Vendôme se trouve à proximité. Dessinée par Jules Hardoin-Mansart — le dernier grand architecte de Louis XIV — cette place est occupée de nos jours par les boutiques des plus grands bijoutiers de la capitale.

Fortement inspirée de la colonne Trajane à Rome, la colonne Vendôme (à 1:43) est recouverte du bronze des canons pris aux armées russes et autrichiennes battues par l’armée française à Austerlitz. Elle est surmontée d’une statue de Bonaparte, habillé en empereur romain.

Au moment de ma visite en 2015, sa célèbre colonne était l’objet d’une restauration tandis l’œuvre gonflable Tree, de Paul McCarthy, y prenait place (à 1:45).

À 1:50, cette pièce de la verrerie Daum fait partie d’une édition limitée à 99 exemplaires, au cout unitaire de 24 000 euros.

De 1:56 à 2:15, nous parcourons la rue Saint-Honoré jusqu’à l’église Saint-Roch (de 2:16 à 3:16).

Celle-ci a été construite de 1653 à 1722 sur les plans originaux de Jacques Le Mercier (l’architecte préféré de Richelieu), complétés par Jules Hardouin-Mansart (dont nous avons parlé plus tôt).

Vandalisée à la Révolution, l’église collectionna ensuite des œuvres d’art provenant de nombreuses églises détruites aux alentours et passa des commandes auprès de quelques-uns des meilleurs artistes du XVIIIe siècle.

C’est originellement pour l’église Val-de-Grâce que Michel Anguier sculpta le groupe de la Nativité (de 3:08 à 3:12) qui décore aujourd’hui l’autel de la chapelle de la Vierge.

À la place des Pyramides, on trouve une statue dorée de Jeanne d’Arc (3:22).

L’automne est la saison des marrons. Puisque le jardin des Tuileries est planté d’un grand nombre de marronniers, de jeunes entrepreneurs s’improvisent vendeurs de marrons chauds à proximité du Louvre. Cette activité commerciale nécessite peu d’investissements. Mais elle est interdite par la ville. En dépit de cela, savourer des marrons chauds est un des grands plaisirs de la visite automnale de Paris.

Règle générale, les marrons sont servis dans un cône de papier journal. Chaque vendeur (à 3:24) s’associe à des copains dont la fonction consiste à le prévenir de l’arrivée des policiers.

De 3:28 à 3:38, nous avons un aperçu du siège de la Comédie-Française, décorée des bustes de Marivaux (à 3:32), de Molière (3:34) et de Beaumarchais (à 3:36).

À 3:40, nous voici devant le Conseil d’État. Sa façade a été refaite de 1763 à 1770 par Pierre-Louis Moreau-Desproux.

De 1633 à 1639, l’homme le plus riche d’Europe, soit le cardinal de Richelieu, se faisait construire un nouveau domicile, appelé originellement Palais-Cardinal. Connu aujourd’hui sous le nom de Palais-Royal (de 3:46 à 4:08), il s’agit d’un vaste complexe immobilier rectangulaire, au centre duquel se trouve une cour intérieure.

Celle-ci se divise en trois parties. On y rencontre successivement une installation moderne appelée Les Colonnes (1986) de Daniel Buren (à 3:46), la fontaine Les Sphérades (1985) de Pol Bury (à 3:48), puis finalement les jardins du Palais-Royal (de 3:50 à 3:58).

Tout autour de ce jardin, on trouve des boutiques et des restaurants.

À 4:10, c’est la fontaine Molière, érigée en 1844 tout près de la maison où l’homme de théâtre décéda en 1653.

De 4:15 à 4:18, voici la place des Victoires, dessinée par Jules Hardoin-Mansart en 1685. Cette place célèbre le traité de Nimègue qui mit fin quelques années plus tôt à la guerre de Hollande dont la France sortit victorieuse, dit-elle. Ici, Louis XIV est habillé en empereur romain. C’est une des cinq places royales de la capitale.

Puis nous voyons successivement plusieurs édifices :
• la Galerie Vero-Dodat (de 4:20 à 4:24),
• le temple protestant de l’Oratoire du Louvre (de 4:30 à 4:36), construit de 1621 à 1750,
• la mairie du Premier arrondissement (à 4:38), construite de 1858 à 1860, et dont la façade s’inspire fortement de celle de l’Église Saint-Germain-l’Auxerrois, et
• l’église Saint-Germain-l’Auxerrois (de 4:44 à 5:36), construite du XIIe au XVe siècle.

C’est le tocsin de cette église qui annonça le début du massacre de la Saint-Barthélemy.

Avant la construction du château de Versailles, le roi habitait une bonne partie de l’année au Louvre, situé l’autre côté de la rue. Conséquemment, Saint-Germain-l’Auxerrois était l’église paroissiale de la cour.

À 4:56, on voit le banc de bois sculpté sur lequel Louis XIV prenait place, face à la chaire (4:58).

Si la basilique Saint-Denis était le mausolée des rois de France, Saint-Germain-l’Auxerrois était celui de beaucoup de grands serviteurs du royaume.

Convertie notamment en magasin de fourrage sous la Révolution, l’église redevient un lieu de culte sous la Restauration. Elle fut tellement endommagée lors d’une émeute en 1831 qu’elle demeura fermée pendant plusieurs années : on considéra même la possibilité de la détruire. Mais en 1838, on entreprit la restauration de sa structure.

Depuis quelques années à peine, on se consacre à lui créer une décoration intérieure.

Poursuivant notre visite, nous voyons :
• de 5:40 à 5:42, voici la fontaine de la Croix-du-Trahoir, reconstruite en 1775.
• le Forum des Halles (à 6:30),
• l’ancien édifice de la Bourse du Commerce (de 6:34 à 6:36),
• la plus ancienne fontaine de Paris (à 6:46), soit la fontaine des Innocents, réalisée en 1548,
• des vélos en libre-service (appelés Vélib), disponibles à Paris depuis 2007.

De 6:50 à 7:58, nous visitions l’église Saint-Eustache.

Construite de 1532 à 1633, celle-ci est de style gothique flamboyant. Elle est complétée d’une façade totalement inappropriée de style néoclassique.

À la suite d’une restauration qui s’est étendue sur une décennie, l’intérieur est superbe.

C’est dans cette église que Molière fut baptisé et qu’eurent lieu les obsèques de la mère de Mozart, décédée à Paris en 1778 lors d’une tournée de son fils dans la capitale française.

Pour la première de son solennel Te Deum, Berlioz jugea l’acoustique réverbérée des lieux parfaitement apte à en magnifier la grandeur.

Le diaporama se termine par une visite (de 8:50 à 9:13) de l’église Saint-Leu-Saint-Gilles. Construite et remaniée plusieurs fois entre 1235 et 1780, cette église gothique est relativement sobre.

François-Henri Clicquot réalisa son orgue en 1788. Datant du XIXe siècle, ses vitraux sont remarquablement bien exécutés.


Détails techniques : Le diaporama présente 261 photos et six clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (201 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (29 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (19 photos en 2015), le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (9 photos), le M.Zuiko 40-150 mm R (2 photos) et le Lumix 7-14 mm F/4,0 (une photo en 2014).

Voir aussi : Liste des diaporamas de Paris

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires à Le Premier arrondissement de Paris (3e partie)

  1. sandy39 dit :

    Un diaporama superbe ! Je viendrai, plus tard, car on va bien rigoler…

  2. sandy39 dit :

    UN ARRONDISSEMENT POUR LE LOUVRE…

    Un arrondissement sous une couverture nuageuse…

    Et, nous commençons à 1:10 par Toraya, de la pâtisserie japonaise. Est-ce étrange ? Peut-on goûter ?

    A 1:32 : 896 euros qui en deviennent 448 pour une chemise chez Fray ! Vous pensiez vous l’acheter ?

    A 1:40 : une belle parure pour -je calcule- 3415 euros ! Mon Dieu, c’est presque le prix de ma première voiture… il y a plus de 20 ans !

    A 1:46 : le Ritz : dès que l’on voit la Place Vendôme, j’y pense tout de suite… à Lady Diana, traquée par les Anglais…

    On dirait que le temps se lève pour poursuivre notre visite…

    A 1:54 : elle est belle, cette montre de chez Breguet, en Suisse, Canton de Vaud, Vallée du lac de Joux… voilà pour la localisation et, pour leur économie, les Suisses ne renouvellent plus les contrats d’intérim.

    A 3:24 : Vous avez dit que c’est interdit : il vaut mieux, dans ce cas, lui cacher son visage. Mais, vous lui avez demandé son avis, avant de prendre la photo ?

    C’est super bon, les marrons chauds et se cuisent dans une poêle à trous et avec, normalement, on boit le vin fermenté, avant de le passer en alcool.

    A 3:44 : Oh là, là, le fourgon blanc Wolkswagen : cette année, il faut que nous pensions à changer notre vieil engin… enfin, notre vieux véhicule…, donc pas de bijoux pour Madame !

    A 3:46 : De quoi jouer à cache-cache, derrière les piliers…

    A 4:04 : Tout est aligné parfaitement, que ce soit les arbres du parc, les tables ou les couverts…

    A 4:08 : C’est super joli et me fait penser à l’Arbre Magique : un jouet qui contenait de multiples personnages, il y a une trentaine d’années. C’était l’époque, aussi, du Singe KIKI.

    A 4:10 : Molière veille sur Nous, entre deux rues, du haut de sa fontaine.

    A 4:18 : une image pleine de suggestions ! N’auriez-vous pas fait exprès ?

    Au bout de cette rue, je sens que nous sommes pris et obligés de faire un choix. Une voie au milieu du Doute, soit à gauche, soit à droite, soit foncer dans cette grosse porte noire, robuste… car on sait que tout se paie… Et, l’argent, peut-il donner tous les pouvoirs ?

    Pour une literie d’exception : je pense aux matelas Mémoire de Formes, même s’ils ne sont pas séparés, on ne sent pas l’autre bouger… à condition de ne pas boire un café trop Noir, ni trop tard…, pas trop Désir, non plus…

    Entre le Noir et le Désir -quelqu’un avait dit, dans sa Jeunesse, qu’il ne pouvait pas choisir…-, alors Moi, je choisis la Banque de France !
    Parce que la caféine, elle débine…

    Ah, j’oubliais : la Banque de France doit nous changer nos billets de 20 euros, à l’Automne !

    A 4:20 : A la Galerie, on farfouille avec quelques billets en poche.

    A 4:24 : Rubis ou émeraude ? A chacun son Pied, à chacun sa Chaussure !

    A 4:30 : c’était qui Gaspard de Coligny ?

    A 5:46 : L’Auberge du Louvre, avec des plats de chez Nous et, très raisonnable en prix.

    Ces petites boutiques, ces petits restos, on les appellerait des “bouis bouis” (langage parlé) où l’on trouve de tout et pas cher.

    A 5:48 : On trouve même le dessert.

    A 5:50 : On doit se trouver à une sortie de Cours : les Jeunes, à vélo…

    A 5:54 : Le Liberty Club Privé : ça sent la Boîte de Nuit, avec une Clientèle à scooters…

    A 6:00 : J’hésite entre celui aux framboises et celui aux kiwis ! Pour les prix, c’est comme chez Nous !

    A 6:02 : Après le gâteau, un petit pétillant serait le bienvenu !

    C’est que des restos où il y a de quoi découvrir beaucoup de Régions de France, par les papilles.

    A 6:04 : Viande d’Aubrac, Aligot : Auvergne.

    L’Aubrac : c’est un haut plateau du Massif Central, entre les Vallées du Lot et de la Truyère.

    Ils ont de Sacrées vaches, en Auvergne et belles : ce ne sont pas les mêmes races que chez Nous : Nous, ce sont plus des laitières et des charolais pour la viande en Bresse (une partie de la Bourgogne, Région d’à côté). Des viandes très parfumées, en Auvergne et un relief… à couper le souffle, quand j’y pense…

    La Tête d’Or : c’est un Parc, un Zoo, à Lyon !

    A 6:13 : Châtelet les Halles (Pagny)… Allez, une petite pièce !… Mais, je rajouterais : “Je suis un homme pressé!”…

    A 6:26 : Un jeans chez Levis, au moins 100 euros !

    A 6:38 : Mêmes drapeaux à la Bourse de Commerce qu’à la Banque de France !

    A 6:40 : Prêt pour une bière ? Moi, j’aime bien la Leffe de Belgique, déclinée en rubis, à la cerise…

    A 6:58 : Ce n’est que 11H30 ! On a grignoté, tout le matin, on peut, donc, sauter le repas de Midi !

    A 8:18 : Je ne sais pas si dans cette laverie, on trouve, encore, des planches en bois…

    A 8:24 : les assiettes se suivent et, c’est pas cher !

    16H29 : Pas besoin de manger le soir !

    Pour les bonbons gélifiés, je préfère les acidulés ou le carré de chocolat !

    Little Marcel : c’est une marque de fringues, super chère !

    FIN sur une Eglise ! Que Dieu nous pardonne… nos plaisirs de vivre !

    • Et, nous commençons à 1:10 par Toraya, de la pâtisserie japonaise. Est-ce étrange ? Peut-on goûter ?

      Oui, évidemment, après avoir payé…

      À 1:32 : 896 euros qui en deviennent 448 pour une chemise chez Fray ! Vous pensiez vous l’acheter ?

      Jamais de la vie. La photo avait pour but de montrer comment Paris peut être outrageusement dispendieuse. Et il ne vous a suffit que de deux secondes pour le remarquer. Bravo.

      À 3:24 : Vous avez dit que c’est interdit : il vaut mieux, dans ce cas, lui cacher son visage. Mais, vous lui avez demandé son avis, avant de prendre la photo ?

      Il me l’a dit après que la photo ait été prise. J’ai donc masqué ses traits pour qu’on ne puisse pas le reconnaître.

      À 4:18 : une image pleine de suggestions ! N’auriez-vous pas fait exprès ?

      Mais je le fais toujours par exprès… sans savoir pourquoi. 😉

      À 4:30 : c’était qui Gaspard de Coligny ?

      C’était un important chef huguenot. Une tentative d’assassinat ratée contre lui sera l’élément déclencheur du Massacre de la Saint-Barthélemy (au cours duquel il sera finalement tué. Je vous fais grâce des détails de son assassinat).

  3. sandy39 dit :

    EXPRES OU PAS EXPRES…

    Si Vous, vous l’avez fait exprès, Moi, je n’ai, jamais, fait exprès… Et, aujourd’hui, je ne le fais pas, non plus, exprès, de l’aimer toujours… et, au fil des jours, tout un tas d’autres raisons s’y ajoutent… Enfin, j’aime, toujours, ce que je fais… J’espère que vous aussi…

    En tous cas, le clin d’œil est bienvenu… mais, aussi, très intéressant !

    POUR UN SENS… QUI PREND DU SENS…

    Et, tant pis, si je fais exprès ou pas exprès de vous dire tout ça !

  4. sandy39 dit :

    COMPLEMENT D’INFORMATIONS…

    Permettez-moi, J.Pierre, de revenir sur la Bourse de Commerce !

    Mercredi soir, sur France 3, nous avons eu droit à un petit tour à Paris, au cours de l’émission “Des Racines et des Ailes”. Nous avons, donc, visité l’Eglise Saint Eustache (longue, large et haute !), Montmartre -où je n’ai vu personne s’entraîner pour le Marathon !…- et la Bourse de Commerce qui, m’a donnée envie de rajouter quelques petites choses, après avoir découvert un peu de son Intérieur.

    D’après Wikipédia : La Bourse de Commerce de Paris est un édifice de plan circulaire surmonté d’une coupole, situé Rue de Viarmes, dans le Premier Arrondissement de Paris. Il est construit sur l’emplacement de l’ancienne halle au blé. La coupole est le seul élément subsistant de cette ancienne halle.

    Quelques Artistes (cinq) nous ont représenté à leur façon, l’Histoire du Commerce entre les Cinq Continents.

    Voilà, c’était pour vous dire que c’est son côté circulaire qui m’a attiré !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :
>