Les mares de Broméliacées

Nidularium Innocentii var. lineatum
Néorégélia ‘luxurians’
Nidularium Innocentii var. striatum

Les Broméliacées sont des plantes originaires principalement des zones tropicales d’Amérique.

La plupart de ces plantes vivent accrochées aux arbres sans se nourrir d’elles. Dans ce sens, ce ne sont pas des plantes parasites.

De tout le règne végétal, les feuilles des Broméliacées sont celles qui offrent le plus de variations quand à la forme et la couleur.

Les variétés dont je veux vous parler aujourd’hui ont des feuilles qui se superposent de manière étanche à leur base, formant de petites mares.

Dans celles-ci vivent des petites grenouilles, des salamandres, des moustiques, des insectes aquatiques et des crustacés. Certaines de ces espèces animales n’ont pas d’autre habitat naturel que les Broméliacées.

En contrepartie, ces plantes assimilent les substances nutritives issues de la décomposition des « rejets organiques » — comme c’est bien dit — des petits animaux qui y ont élu domicile et des insectes qui s’y noient.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 60mm Macro F/2,8
1re photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 60 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/4,5 — ISO 1250 — 60 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/4,5 — ISO 800 — 60 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires à Les mares de Broméliacées

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    Monsieur Martel,

    Superbes et intéressantes ces plantes ! Mais où donc les avez-vous photographiées ? En les voyant, me sont venues à l’esprit les œuvres d’art dont nous fait part Marie D. Martel dans « Carnet de notes : des films sur l’architecture, le design et la photo ».

    Mme Martel est bibliothécaire, blogueuse, curatrice culturelle. Elle serait proche parente avec vous que cela ne serait pas surprenant vu la qualité et le contenu fort généreux en photos de son carnet de note.

    Vous nous faites voir des choses excellentes (c’est le bon mot) que n’aurions probablement jamais vues de notre courte vie.

    • Les photos de plantes et de papillons que je publie ces jours-ci ont été prises au Jardin botanique de Montréal, situé à quelques rues de chez moi.

      Je ne connais pas Mme Martel. Toutefois la grande majorité des Martel québécois descendent d’Honoré Martel et de Marguerite Lamirault. Nous sommes probablement des parents éloignés.

      Je prépare depuis des semaines un diaporama qui portera le titre d’Abstracción cubana. Il s’agit d’une série de photos frontales des portes et des fenêtres des maisons les plus pauvres de la Vieille Havane. Ce sera donc une succession géométrique de rectangles et de carrés sur des fonds de couleurs différentes, d’où le titre du diaporama. Ce diaporama sera le plus « artistique », mais aussi le moins accessible, parmi ceux que j’ai créé à ce jour.

      À la lecture du blogue de Mme Martel, je découvre que le couple de photographes Bernd et Hilla Becher ont eu une idée très semblable bien avant moi. Et grâce à vous, M. Pinsonnault, je m’éviterai une accusation de plagiat en leur rendant hommage. Je vous remercie donc de m’avoir fait découvrir ce blogue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :