Quand les universitaires parlent chiffon (sans le dire)

Dans l’édition d’aujourd’hui du Devoir, le professeur Daniel Turp (de la faculté de Droit de l’université de Montréal) signe un document intitulé « Un modèle authentiquement québécois de laïcité ».

En gros, le professeur Turp propose qu’au Québec, le port de signes ostentatoires d’appartenance religieuse soit interdit au personnel des institutions publiques, notamment aux enseignants. Cette interdiction s’appliquerait aux élèves des écoles primaires et secondaires (mais pas aux CÉGEPs — l’équivalent des lycées français — ni aux universités) afin, dit-il, de « mener à terme le processus de laïcisation au Québec ».

J’insiste sur le qualificatif « ostentatoire » : il concerne ici l’étalage jugé excessif d’une appartenance religieuse. Concrètement, cela permet de cibler le voile islamique sans interdire les pendentifs et broches en forme de crucifix, plus discrets.

À mon avis, cela ressemble beaucoup à de la discrimination déguisée. D’autant plus qu’il mentionne la possibilité d’invoquer la clause dérogatoire de la Constitution canadienne pour appliquer sa Charte de la laïcité.

Ce qu’il faut rechercher, c’est la neutralité religieuse de l’État. Pour le professeur Turp, cela exige qu’on ne puisse pas deviner l’appartenance religieuse de ses représentants.

Mais cette neutralité peut s’affirmer d’une autre manière, soit en laissant la liberté de chacun de vivre sa religion comme il l’entend, du moment que cela ne porte pas atteinte aux droits des autres de vivre selon leurs principes à eux. C’est donc une autre forme de neutralité : en n’intervenant pas.

En d’autres mots, cette neutralité, c’est l’indifférence totale des institutions publiques face aux croyances religieuses du citoyen. Ce dernier n’aurait donc pas à renier sa foi (ni aux manifestations extérieures de celle-ci) avant de recourir à un service public.

Le principe qui doit nous guider, c’est « vivre et laisser vivre ». Si quelqu’un est coiffé d’un turban ou d’une calotte juive, cela ne me regarde pas. Tant que cette personne n’exige pas que moi aussi, je porte sa coiffure, je ne vois pas où est le problème.

Cela signifie donc que les employés de l’État et les citoyens confiés à leurs soins (dont les élèves) reflèteraient la diversité de la Nation; plusieurs pigmentations de la peau, des sexes différents, des croyances religieuses diverses, des tenues vestimentaires variées, des colorations capillaires semblables à ce qu’on voit dans la rue, et des accents linguistiques qui reflètent mon pays. Voilà comment l’État peut être neutre sans imposer par la force de la loi une homogénéité artificielle.

Malgré tout, afin de refléter les limites de notre propre tolérance, il serait interdit aux serviteurs de l’État d’être masqués lorsqu’ils exercent leurs fonctions. De plus, la croix au sommet du Mont-Royal resterait là, de même que les grands crucifix qui décorent déjà nos routes de campagne. Quant au crucifix de l’Assemblée nationale (qui date des années 1930), à part les députés, personne ne remarquait son existence avant qu’on fasse un drame de la possibilité qu’il soit retiré. Il devrait donc être confié à un musée.

Bref, la Charte de la laïcité imaginée par ce distingué professeur ressemble trop à de la discrimination sublimée pour que je puisse y adhérer avec enthousiasme. J’inviterais donc le professeur Turp à poursuivre sa réflexion à ce sujet pendant que je poursuivrai la mienne, jusqu’à ce que nos avis se rejoignent finalement.

Quand les universitaires parlent chiffon (sans le dire)
Votre évaluation :

2 commentaires à Quand les universitaires parlent chiffon (sans le dire)

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    La phrase suivante que vous connaissez peut-être déjà mais que je n’ai lue qu’il y a quelques jours (phrase secrète de la section détente de sympatico.ca), attribuée à Einstein, parle de la croyance en Dieu, probablement en faveur de la liberté de choisir sa religion: “Avant de me demander si je crois en Dieu, décrivez-moi celui auquel vous croyez et je vous dirai si j’y crois.”

    Ceci étant dit, sans prendre partie pour ou contre ce que préconise Turp, l’idée m’est venue que les exercices tant du pour que du contre sont susceptibles de générer des effets secondaires non désirables chez les membres de notre société, effets secondaires qui nuisent à l’objectif ou un des objectifs sous-entendu(s) recherché(s) à savoir une certaine paix sociale. Là-dessus, je continue la réflexion, votre idée, M. Martel, méritant certes d’être analysée.

  2. M.Martins dit :

    Sur notre planète, il existe plus de 6000 religions, autant de langues. Les conflits partout la planète sont énormes. Le sport est venu depuis longue date jeter son huile sur le feu.

    Les extrêmement riches ont vu la grosse manne, due à leurs connaissances privilégiées… vulgo études, ils s’en servent à profusion!!

    Les guerres, la cupidité entre familles, et les religions sont venus donner un gigantesque coup de “fusil”.

    Non… il ne devrait pas être autorisé à personne le droit, en public, de montrer aucune signe religieux!! Parce qu’aussi simple que ça, la majorité des sapiens-sapiens n’ont pas les connaissances pour savoir c’est quoi Dieu!! Vous en doutez? Il a plusieurs années une grande majorité de recteurs d’université aux U.S.A ont écrit au président Bush une lettre pour qu’il arrête le lavage de cerveaux qu’on était en train de faire aux élèves dans tous les écoles supérieures.

    Mais je continue à vous lire, parce que vos écrits sont d’un extrême intérêt, et ça n’est plus que mon opinion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :