Baies et petits fruits

Aronie noire
Cotonéaster
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Groseilles
Sureau noir
Pommes surettes

Tout comme l’oiseau femelle pond des œufs qui procurent à l’embryon toutes les substances nutritives dont il a besoin pour grandir jusqu’à son éclosion sous forme d’oiselet, certaines plantes placent leurs graines dans des poches contenant de l’eau et les nutriments nécessaires à leur germination, favorisant ainsi la reproduction de l’espèce.

Détails techniques : Panasonic GH1, objectif Lumix 14-45 mm (4e photo) et Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/400 sec. — F/7,1 — ISO 200 — 26 mm
2e  photo : 1/160 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 31 mm
3e  photo : 1/160 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 25 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/7,1 — ISO 100 — 35 mm
5e  photo : 1/125 sec. — F/3,5 — ISO 200 — 35 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 28 mm

Baies et petits fruits
Votre évaluation :

6 commentaires à Baies et petits fruits

  1. Pierre Pinsonnault dit :

    M. Martel, bravo, je crois bien que c’est la première fois depuis 65 ans que l’idée me traverse l’esprit — si j’ai bien compris — que ce sont en quelque sorte des œufs qui pendent aux bouts des branches de certains arbres.

    Encore une fois, un enseignement de votre part qui nous permet de regarder les choses d’un autre œil. Ainsi on pourra donc dire aussi qu’on juge un arbre à ses œufs !

    Je ne me rappelle pas de bandes dessinées pour enfants dont les personnages seraient, par exemple, des bébés pommettes qui vont à l’école, font du tricycle ou commettent des bévues. Ce serait amusant. Pas pire, vraiment.

    J’ai hâte de faire impression mardi prochain avec cette nouvelle approche auprès de mon club de marche quand on déambulera en forêt, ce qui est presque toujours le cas. Je souris déjà à toutes sortes de déductions que nous ne manquerons pas d’essayer d’en tirer. J’ai hâte à mardi. Bonne journée !

    • Dans l’éventualité où vous aimeriez épater les collègues de votre club de marche, demandez-leur pourquoi nous plions le genou vers l’avant alors que d’autres animaux (ex.: la vache ou le lion, par exemple, mais ce n’est pas vrai de tous les mammifères) plient les pattes de derrière vers l’arrière…

      La raison, c’est que l’articulation de ces mammifères-là qui plie vers l’arrière est l’équivalent de notre talon : ces animaux ne marchent pas sur l’équivalent de notre pied, mais sur les orteils (ou sur les ongles dans certains cas). Leur “genou” plie plus haut, le long du corps.

      Maintenant que vous le savez, vous ne verrez plus jamais votre chat ou votre chien de la même manière… 😉

  2. sandy39 dit :

    Mon Dieu, il y en aurait des promenades à faire avec des Hommes intelligents ! On en tirerait, certainement, des leçons de Vie…

  3. sandy39 dit :

    Voilà que j’y pense seulement : elles sont tirées d’où vos photos ? De la pleine Nature, j’espère, pas des bouquins ! (Je vous connais plus observateur et sensible à la contemplation du Monde). Sinon, le plaisir n’est pas le même et le charme qu’elles dégagent, certainement pas le même non plus.

    En même temps, vous allez nous dire ce qu’elles représentent…

    • De manière générale, toutes les photos publiées sur ce blogue sont de moi. Lorsque ce n’est pas le cas, je me fais un devoir de préciser le nom du détenteur des droits d’auteur.

      Dans ce cas-ci, j’ai pris ces photos en revenant de chez mon dentiste et à une station de métro. Dans le cas de la troisième photo, je ne me rappelle plus très bien où elle a été prise.

      Lors de mes expéditions au Jardin botanique de Montréal — situé dans mon quartier — j’aime bien prendre note et publier le nom des plantes que je photographie parce que je sais que cela intéresse les amateurs de botanique

      Mais n’étant pas botaniste moi-même, je suis un peu dépourvu lorsque je photographie de plantes rencontrées sur mon chemin. Je sais que, sur la dernière photo, ce sont des pommes surettes au métro Pie-IX. Mais pour les autres, je ne sais pas… Désolé.

  4. sandy39 dit :

    Nous voilà bien, si personne ne sait !

    Même mon Homme ne sait pas. Pourtant, il sait mettre plus souvent que Moi, des noms sur les espèces de la Nature. (Décidément, il n’y en a pas un pour rattraper l’Autre et je ris !). Et même avec ses longues promenades, le samedi, avec son fusil, il n’en sait pas plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :