Le saut à l’élastique : vaut mieux savoir nager

Le saut à l’élastique — aussi appelé bungee — est une activité sportive de plein air qui ne nécessite aucun entrainement physique : il consiste à se jeter dans le vide avec une corde élastique accrochée aux chevilles ou au torse, destinée à ralentir la chute puis à immobiliser le sauteur. L’objectif visé est de restituer les sensations ressenties lors d’une chute libre.

Erin Langworthy est une jeune touriste australienne de 22 ans qui a survécu à une chute inusité. Le 31 décembre 2011, lors d’un voyage en Afrique, elle a décidé de sauter du pont des Chutes Victoria qui enjambe la rivière Zambezi. Malheureusement sa corde s’est brisée.

Tombant tête première dans une rivière normalement infestée de crocodiles, retenue de manière intermittente sous l’eau par la corde attachée à ses chevilles (qui se coinçait entre les pierres jusqu’à ce qu’elle plonge sous l’eau afin de la déprendre), emportée vers des rapides qui sont parmi les plus dangereux au Monde, la sauteuse-nageuse a finalement réussi à atteindre la rive, d’où elle a été transportée vers un hôpital sud-africain où elle a été admise pour une cervicale brisée et des blessures superficielles.

Référence : Tourist survives 365-foot plunge when bungee cord snaps

Le saut à l’élastique : vaut mieux savoir nager
Votre évaluation :

3 commentaires à Le saut à l’élastique : vaut mieux savoir nager

  1. sandy39 dit :

    Pas la peine d’aller si loin pour obtenir de fortes sensations ! Il y en a plein les Fêtes Foraines où l’on a la tête en bas. Mais il paraît qu’il n’y a rien de plus fort que le saut à l’élastique et ce n’est pas le même décor. Enfin, personnellement, je n’ai jamais essayé.

    Et vous Jean-Pierre, qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà essayé ? Il doit bien y avoir moyen de faire çà, chez-vous, au Canada. Chez nous aussi, on a de sacrés ravins, ou tout simplement, se jeter d’un pont, dans les gorges de nos rivières…. Finalement, il vaut mieux avoir la rivière en bas et comme vous dites, savoir nager ! Cela évite d’avoir le visage abîmé…

    Que conseillez-vous, à cette jeune fille ? Si elle a des cicatrices sur le corps- je suis en train de penser à votre article, sur les imperfections de la peau- elle pourra toujours essayer la crème !

    • Je n’ai jamais essayé le saut à l’élastique et, franchement, j’en n’ai pas vraiment envie, surtout depuis ce que je sais.

      Quand à la jeune femme, je crois qu’elle s’en remettra sans séquelle. Sauf peut-être une faiblesse au cou la prédisposant aux torticolis ou à des douleurs rhumatismales qui apparaîtront avec l’âge.

  2. sandy39 dit :

    Les rhumatismes nous rappelleront les folies de la jeunesse…

    Je connaissais déjà votre réponse car votre blogue est tellement sérieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :