La cathédrale de l’Assomption de Marie, à Trois-Rivières (fin)

28 mars 2019

Voici d’autres vitraux que Guido Nincheri a créé pour la cathédrale de Trois-Rivières.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 25 mm F/1,2 (5e et 6e photos) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
2e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
3e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
4e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
5e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
6e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
7e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
8e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos de Trois-Rivières, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La cathédrale de l’Assomption de Marie, à Trois-Rivières (2e partie)

27 mars 2019

De 1923 à 1967, le peintre et verrier montréalais Guido Nincheri s’affaira à créer 125 vitraux pour la cathédrale de Trois-Rivières, parallèlement à ceux qu’il créait pour l’église Saint-Léon-de-Westmount.

Même si cette dernière est généralement considérée comme son chef-d’œuvre, dans le cas précis de ses vitraux, l’artiste lui-même considérait que ceux de la cathédrale de Trois-Rivières étaient ce qu’il avait fait de mieux.

Ce qui est frappant, c’est l’étendue de la palette chromatique de Nincheri, osant ici de l’orange, là du vert lime, ailleurs du mauve, du pourpre, du corail et du bleu sarcelle.

Bref, on est loin des couleurs primaires des vitraux du Moyen-Âge.

Certains vitraux, probablement plus anciens, se caractérisent par la symétrie de la composition, le foisonnement des personnages, et le désir de limiter les effets de profondeur et de volume avec une utilisation parcimonieuse des jeux d’ombres et de lumière.

Moins symétriques, d’autres dénotent plus de liberté dans la composition de l’image, une maitrise de la lumière, et une audace chromatique extraordinaire.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (1re, 7e et 8e photos) et M.Zuiko 25 mm F/1,2 (les autres photos)
1re photo : 1/640 à 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
2e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
3e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
4e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
5e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
7e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
8e  photo : 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 34 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos de Trois-Rivières, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La cathédrale de l’Assomption de Marie, à Trois-Rivières (1re partie)

26 mars 2019
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Conçue par l’architecte québécois Victor Bourgeau, la cathédrale de Trois-Rivières a été construite de 1854 à 1858. Toutefois, il fallut attendre 1905 pour que le clocher néogothique actuel remplace le clocheton cubique d’origine.

Les horloges du clocher

Le clocher de la cathédrale est le seul au Québec qui soit doté d’une horloge à chacune de ses faces.

Nef

En forme de croix latine, l’église néogothique possède une nef composée d’un vaisseau central flanquée de deux bas-côtés.


Note : Pour consulter un guide illustré des termes techniques d’architecture religieuse, on cliquera sur ceci.

Maitre-autel
Autel du bas-côté de gauche
Autel du bas-côté de droite

Inspirée du gothique flamboyant, la décoration intérieure sobre et raffinée contraste avec les vitraux spectaculaires dont l’église s’est dotée de 1923 à 1967.

Exclusivement consacrés à la Vierge Marie, ces vitraux seront en vedette au deuxième texte de cette série.

Monseigneur Luc-A. Bouchard

Musicien, détenteur d’un baccalauréat ès arts depuis 1971 et une maîtrise en théologie depuis 1977, monseigneur Luc-A. Bouchard a été nommé évêque de Trois-Rivières en 2012.

En 2001, il avait été nommé évêque du diocèse de Saint-Paul, en Alberta où sa présence n’a pas passé inaperçue. En effet, en 2009, il donnait une dimension écologiste à son magistère en publiant une lettre épiscopale dans laquelle il soulignait que l’exploitation des sables bitumineux allait à l’encontre d’une bonne gestion de l’Œuvre de Dieu…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 25 mm F/1,2 (6e photo) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/5000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 20 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 40 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 13 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 22 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/1,2 — ISO 320 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Photos de Trois-Rivières, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Conseil national du PQ à Trois-Rivières

25 mars 2019
Sylvain Gaudreault, député péquiste de Jonquière

Samedi et dimanche derniers, les délégués péquistes de chaque circonscription du Québec se réunissaient en Conseil national.

Contrairement à un congrès (où les membres décident du programme électoral), le Conseil national est une réunion administrative des dirigeants des cellules locales du PQ.

À cette occasion, diverses instances font rapport et le budget de l’année est adopté.

Mais en plus, dans ce cas-ci, on a jeté les bases d’un Congrès extraordinaire (le deuxième de l’histoire du PQ) qui doit se tenir cet automne.

Dans ce but, on a déterminé la composition du comité directeur, et adopté un vague canevas servant de base de discussion.

De retour à la maison, j’ai appris que ce Conseil national avait été le théâtre d’un important clivage intergénérationnel.

En réalité, toutes les propositions présentées par l’aile jeunesse ont été adoptées sauf une qui aurait réservé la moitié des sièges du Congrès extraordinaire à des délégués de 25 ans ou moins.

En temps normal, le quart des délégués sont des jeunes.

Puisqu’aucun groupe d’âge ne possède le monopole des bonnes idées, le Conseil national a refusé d’accorder une importance démesurée à l’aile jeunesse du parti.

C’est ça, le drame médiatique de cette fin de semaine au PQ.

Bien malin celui qui pourrait deviner ce qui résultera du Congrès extraordinaire de cet automne. Mais il sera certainement l’occasion d’une réforme administrative majeure sous la direction de Carole Poirier, la nouvelle directrice générale du PQ.

Pourquoi ? Parce que le PQ traine une dette d’un peu plus de deux-millions de dollars et parce que les statuts du PQ sont inutilement compliqués.

À titre d’exemple, l’association des membres du PQ de ma circonscription (Hochelaga-Maisonneuve) dispose d’un budget de moins de trois-mille dollars par année (sauf en année électorale).

Et pour surveiller la bonne gestion de cette somme dérisoire, on doit former un Comité de surveillance de trois personnes.

C’est beau la transparence. Mais il y a une limite à gaspiller le temps des bénévoles.

En raison de sa nécessité, cette réforme sera adoptée. Le reste sera une surprise…

Pour terminer, voici quelques photos de participants au Conseil national de Trois-Rivières.

Dieudonné Ella Oyono, économiste
Joël Arseneau, député péquiste des Iles-de-la-Madeleine
Vincent Couture
Cédric G-Ducharme (entre Alexis Gagné-LeBrun et Simon St-Pierre)
Simon Girard
Discussion intergénérationnelle
Darcy L’Italien et Marie-Laurence Desgagné
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectifs M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (1re photo) et M.Zuiko 25 mm F/1,2 (les autres photos)
1re photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 40 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
3e  photo : 1/160 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
6e  photo : 1/1250 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
7e  photo : 1/160 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
8e  photo : 1/250 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
9e  photo : 1/250 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| 2018-202X (années Legault), Politique québécoise | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :