Les FrancoFolies de Montréal — le 18 juin 2016

19 juin 2016

Belle et chaude journée de clôture du festival.

Giedré

Aujourd’hui j’ai invité mon frère François à assister au spectacle de Giedré sur la scène de la zone Molson. Nous sommes arrivés vingt minutes à l’avance : il ne restait déjà plus que quatre sièges libres.

Le répertoire fantaisiste de cette chanteuse française m’a beaucoup plu la veille et j’avais le gout de partager ce plaisir avec mon frère. Il s’agit donc d’un cadeau qui ne m’a rien couté.

À 20h, nous avons effectué le circuit des trois spectacles concurrents, soit…

H’Sao

…le mariage musical du groupe montréalais d’origine tchadienne H’Sao sur la scène Hydro-Québec…

Rosie Valland

…celui de la ténébreuse Rosie Valland (ici superbement mise en valeur par les éclairagistes de la scène Loto-Québec)…

Gabriel Joseph

…pour terminer par le dernier des trois finalistes dans la catégorie Auteur-compositeur du concours Étoile montante Ford.

Puis nous nous sommes quittés, mon frère et moi, lui pour aller manger.

Jean-Louis Cormier, ses musiciens et ses chanteurs
David Goudreault

De 21h à 22h, j’ai alloué les quarante-cinq premières minutes au grand spectacle que Jean-Louis Cormier avait concocté pour les festivaliers.

Parmi ses invités, le poète, romancier et slameur québécois David Goudreault.

Sarahmée

Le dernier quart d’heure fut consacré à la Sénégalaise Sarahmée, au répertoire original, à la croisée du rap et du R&B.

À 22h, nouveau duo de spectacles.

Mehdi Cayenne

D’abord celui du Franco-Ontarien Mehdi Cayenne. Celui-ci possède la particularité d’être la seule vedette des FrancoFolies à avoir apporté à Montréal son propre décor de scène.

Laurence Nerbonne

Pendant ce temps, l’ex-soliste d’Hôtel Morphée, Laurence Nerbonne, présentait son répertoire solo plaisant sur la scène Loto-Québec.

La Smala

Puis, un peu après 23h, j’ai quitté le site du festival en croquant sur le vif les rappeurs belges de La Smala sur la scène La Presse+…

Les Goules

…et le groupe punk québécois Les Goules sur la scène Ford.

En résumé, cette 28e édition des FrancoFolies de Montréal — le plus important festival de musique francophone au monde — fut comme à son habitude; un moyen de découvrir de nouveaux talents et une belle occasion de réentendre des vedettes déjà consacrées que les organisateurs de l’évènement (et leurs commanditaires) ont choisi de nous présenter gratuitement.

On n’est pas obligé de tout aimer. Voilà pourquoi le festival fait alterner sur six scènes des propositions contrastées en nous laissant libres d’y trouver notre plaisir.

Merci donc aux organisateurs de l’événement et aux bénévoles qui rendent un tel festival possible.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8
  1re photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 150 mm
  2e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 40 mm
  3e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 125 mm
  4e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 150 mm
  5e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 40 mm
  6e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 150 mm
  7e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 150 mm
  8e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 40 mm
  9e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 150 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 40 mm
11e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 40 mm


Cliquez sur 2019, 2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, pour consulter les reportages photographiques de l’édition des FrancoFolies de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Culture, FrancoFolies, Musique | Mots-clés : , , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


FrancoFolies 2013 : Jour 5

18 juin 2013
MeLL
Marcie
Bambino et ses musiciens
Un guitariste de Bambino
Sarahmée et son collègue
Carl-Éric Hudon
Fermin Muguruza et ses musiciens

Quelle journée extraordinaire.

Je me suis rendu sur le site des FrancoFolies une première fois à 17h, croyant qu’il s’y déroulait quelque chose. Je n’ai rien vu d’autre que des tests de son en préparation du spectacle principal de ce soir.

Après être parti souper à la maison, je suis revenu à 19h pour voir la soliste française MeLL donne un spectacle rock très ‘années 1950’, plein d’entrain et d’humour. Au même moment, sur l’esplanade de la Place des Arts, Marcie (lauréate 2013 à Petite-Vallée) présente un tour de chant tout en douceur à partir de ses compositions et de ballades françaises. Pendant ce temps, la scène Hydro-Québec reçoit Bambino, un chanteur du Niger, accompagné de ses musiciens.

L’an dernier, au Festival de Jazz de Montréal, j’avais beaucoup apprécié Sidi Touré et ses musiciens — originaires du pays voisin, le Mali — et dont la musique comporte de nombreuses similitudes avec celle de Bambino.

À 20h, les festivaliers sont également sollicités par trois spectacles simultanés. Les amateurs de Hip-hop sont invités à voir Sarahmée (la sœur de Karim Ouellet). Pendant ce temps, un peu plus loin, on peut entendre le folk-pop hypnotique de Carl-Éric Hudon. Et enfin, sur la scène Ford, le chanteur basque Fermin Muguruza fait danser son auditoire sur des rythmes de ska et de reggae.

Il est à noter que le programme du Festival (page 59) précise que dans ce dernier cas, le chanteur est accompagné d’un groupe 100% féminin : la photo ci-dessus prouve bien qu’on peut à la fois être féminin et porter la barbe ou la moustache.

Hier soir, j’ai raté Lynda Thalie, croyant que son spectacle avait lieu en salle. Cette fois-ci, je n’ai pas voulu risquer de manquer le spectacle principal de la journée. Je me suis pointé vingt minutes d’avance à la Place des festivals, mais celle-ci était déjà noire de monde.

Il s’agissait d’une célébration du 25e anniversaire des FrancoFolies, le plus gros festival de musique francophone au monde. J’ai ramené tellement de photos du spectacle « 25 ans, 25 artistes, 25 chansons » que celui-ci ferai l’objet d’une publication ultérieure.

De telles commémorations cèdent parfois à la nostalgie et l’auto-gratulation ennuyeuse. Ce ne fut pas le cas.

Les artistes ont successivement présenté la chanson qui les a rendus célèbres. Ce fut un show extraordinaire, dont je vous reparlerai.

Mes préférés aujourd’hui : « 25 ans, 25 artistes, 25 chansons » (or et argent) et Bambino (bronze).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R
1re photo : 1/250 sec. — F/5,4 — ISO 1600 — 128 mm
2e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 150 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/4,2 — ISO 400 — 49 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 150 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 640 — 40 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/5,2 — ISO 3200 — 114 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 320 — 40 mm


Cliquez sur 2019, 2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, pour consulter les reportages photographiques de l’édition des FrancoFolies de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Culture, FrancoFolies, Musique | Mots-clés : , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :