La chasse à l’Autochtone

15 novembre 2021

Introduction

Tout comme pour le racisme tout court, il existe différents degrés de sévérité dans le racisme systémique.

Celui-ci est patent dans le refus du gouvernement québécois de mettre en tutelle le service de police de la ville de Repentigny, dont le racisme, qui dure depuis des années, est une gêne nationale.

De plus, lorsqu’un enfant Autochtone tombe à ce point malade qu’il faut d’urgence le transporter par avion à un hôpital situé dans le Sud, le Québec est la seule province canadienne qui refuse que l’enfant soit accompagné de sa mère ou d’un autre parent.

Mais il y a pire. Parce qu’il y a toujours pire…

Le racisme colonial anglais

Il y eut une époque où les colons anglais pratiquaient la chasse à l’Autochtone. Comme on pratique, de nos jours, la chasse à l’orignal (l’élan d’Amérique).

Le génocide réussi des Béothuks à Terre-Neuve (devenu province canadienne en 1949) est le résultat de cette chasse.

Elle fut également pratiquée aux États-Unis.

De 1675 à 1760, les gouvernements de la Nouvelle-Angleterre ont émis 69 décrets accordant une prime équivalente à douze-mille dollars d’aujourd’hui pour le scalp d’un Autochtone mâle, la moitié pour le scalp d’une Autochtone et un peu moins pour celui d’un enfant.

Une cinquantaine d’autres décrets ont été promulgués ailleurs aux États-Unis, jusqu’aussi récemment que 1885.

En principe, la prime était accordée uniquement pour l’homicide d’un Autochtone issu d’une des nombreuses nations hostiles. Mais comme il était impossible de distinguer, par exemple, le scalp d’un ‘bon’ Iroquois d’un ‘mauvais’ Algonquin, n’importe quel scalp était récompensé.

Cette récompense équivalait à la solde d’un soldat anglais pour deux ans de service.

Parfois, quand un groupe de colons exterminaient tout un village, en plus de la prime, on leur accordait le territoire occupé par les scalpés afin qu’ils puissent s’y établir. C’est ainsi que des milliers d’acres de terres en Nouvelle-Angleterre sont devenus des territoires ‘non cédés’.

En 1755, l’honorable Spencer Phips, en sa qualité de lieutenant-gouverneur de la baie du Massachusetts, promulguait un décret qui déclarait la nation des Penobscots comme cible d’extermination et ordonnait aux sujets de sa Majesté de saisir toutes les occasions de traquer, de capturer, de tuer, et de les éradiquer tous.

Une recherche en cours dans les archives coloniales de la Nouvelle-Angleterre a documenté jusqu’ici 375 primes versées à la suite de 94 réclamations, représentant des déboursés équivalents à plus de quatre-millions de dollars d’aujourd’hui.

Dès 1790, une fois par décennie, le recensement effectué par le gouvernement fédéral américain servait, entre autres, au décompte national des esclaves.

En 1860, on ajouta l’item ‘Indians’ au choix de réponses à la question qui portait sur la ‘race’ du citoyen afin de documenter le génocide en cours des Autochtones du pays.

Références :
Ces cowboys de Repentigny qui déshonorent le métier de policier
Le génocide des Béothuks à Terre-Neuve
Le racisme systémique en mode binaire
Le transport aérien d’urgence d’enfants autochtones malades : la cruauté de l’État québécois
L’obsession américaine de la ‘race’
New England once hunted and killed humans for money. We’re descendants of the survivors

Laissez un commentaire »

| Racisme, Sociologie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :