Le Festival de jazz de Montréal — le 3 juillet 2016

4 juillet 2016

À mon arrivée sur le site à 19h45, plusieurs artistes terminent leurs spectacles. D’un pas alerte, je papillonne…

Simon Denizart Trio

…du Simon Denizart Trio (récipiendaire du Prix du public à la 29e édition du Fest jazz de Rimouski), en vedette au Club Jazz du Casino de Montréal…

Mimi Blais

…à Mimi Blais qui jouait brillamment du ragtime à la Place Heineken (au lieu de Worn Out Porch dont le spectacle a été annulé)…

Shane Murphy

…et Shane Murphy venu présenter son Blues sur stéroïdes sur la scène Bell.

À 20h, les festivaliers étaient sollicités par trois autres concerts simultanés.

Ilam

En premier lieu, le charismatique Ilam, d’origine sénégalaise, qui a décroché toute une série de prix dont celui de la Révélation Radio-Canada 2016-2017 en musique du Monde depuis son installation au Québec en 2014.

Makaya

Puis, sur la scène Hyundai, les excellents musiciens du quintette montréalohaïtien Makaya, jouant une musique métissée de jazz fusion contemporain et de musique créole.

Malika Tirolien

Et pour compléter ce triplet de spectacles, celui de Malika Tirolien. Celle-ci a plusieurs réalisations à son actif dont celui d’avoir été la voix principale du spectacle La Nouba du Cirque du Soleil.

Jireh Gospel Choir

À 21h, c’était le tour de la scène TD d’accueillir le spectacle ambitieux de l’énergique et puissant Jireh Gospel Choir de Montréal.

Jim Zeller et ses musiciens, de même que le trompettiste Roger Walls (invité-surprise)
Jim Zeller

Pendant ce temps, la scène Bell accueillait le chanteur de blues et harmoniciste endiablé Jim Zeller, accompagné de ses musiciens.

Afrodizz

Et tout cela pendant qu’Afrodizz présentait une reprise de leur spectacle d’hier au Club Jazz du Casino de Montréal.

À 22h, Makaya et Malika Tirolien reprenaient leur spectacle respectif, présenté deux heures plus tôt.

Il y avait bien également le duo montréalais The Lyonz sur la scène Turkish Airlines mais j’ai plutôt choisi d’aller au cabaret L’Astral où un spectacle spécial avait lieu.

Jamie Cullum

Dans le cadre du festival, la BBC — la télévision britannique — présentait à Montréal trois groupes de jazz prometteurs en provenance du Royaume-Uni, spécialement choisis par la vedette Jamie Cullum.

Chacun de ces groupes présente un spectacle d’environ quarante-cinq minutes, suivi d’une pause de quinze minutes.

Remi Harris et ses musiciens
Remi Harris

Le premier spectacle fut celui du trio mettant en vedette le guitariste surdoué Remi Harris. Dans une salle totalement attentive, ce spécialiste du Gypsy Swing donna une brillante démonstration de son immense talent.

Je vous invite à cliquer sur la première des deux photos ci-dessus afin d’accéder à un clip vidéo exclusif le mettant en vedette. N’oubliez pas de regarder la version à haute définition de ce clip, en plein écran.

Dakhla

Une heure plus tard, c’était le tour d’un quintette principalement composé de cuivres qui jouait un jazz syncopé atonal. Leur musique très cérébrale et très écrite semble peu propice à l’improvisation et contrastait donc vivement avec la souplesse de jeu de Remi Harris.

Mirror Signal

Après cette traversée du désert, je suis resté entendre Mirror Signal, au cas où la magie des choix de Jamie Cullum opèrerait de nouveau.

Mirror Signal est un groupe plaisant. En raison de l’heure tardive, j’ai écouté une vingtaine de minutes de ce spectacle pour afin renter chez moi…

Jordan Officer et ses musiciens

…non sans avoir croqué au passage une photo de Jordan Officer à la Place Heineken. Ce guitariste a considérablement acquis de l’assurance et de la maturité depuis la dernière fois que je l’ai vu, il y a plusieurs années.

Vidéo :

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm F/2,8
  1re photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 44 mm
  2e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 150 mm
  3e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 150 mm
  4e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 150 mm
  5e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 60 mm
  6e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 150 mm
  7e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 250 — 110 mm
  8e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 73 mm
  9e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 150 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 40 mm
11e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 150 mm
12e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 40 mm
13e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 150 mm
14e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 40 mm
15e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 150 mm
16e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 40 mm


Cliquez sur 2016, 2015, ou 2012 pour consulter les reportages photographiques de l’édition du Festival de jazz de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Culture, Festival de jazz, Musique | Mots-clés : , , , , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les FrancoFolies de Montréal — le 19 juin 2015

20 juin 2015

Aujourd’hui, la soirée est ensoleillée et la température, agréable.

Ilam

À 18, sur la scène Hydro-Québec, le Sénégalais Ilam présente sa musique métissée de funk, d’afrorythme et de jazz.

Une heure plus tard, les festivaliers se partagent pour assister à trois concerts simultanés.

David Marin

Au Pub Richard’s, l’auteur-compositeur David Marin (à gauche sur la photo ci-dessus) présente les ballades et les chansons folk de son deuxième opus, Le choix de l’embarras.

Sophie Pelletier

À la Place des Festivals, Sophie Pelletier présente son premier album pop, intitulé Le désert, la tempête.

Nevché

L’ancien professeur de littérature Frédéric Nevchehirilian — Nevché pour les intimes — nous fait partager l’amour des mots sur la scène SiriusXM en interprétant seul des plages de son troisième album, Rétroviseur.

Passé les premières minutes d’un répertoire exigeant, les festivaliers pouvaient découvrir un poète capable d’aller chercher son public et le séduire par son immense talent d’interprète.

À 20h, deux spectacles très différents.

Joseph Edgar

Sur la scène Loto-Québec, l’Acadien Joseph Edgar interprète ses compositions folk rock.

Julien Doré
Le bain de foule de Julien Doré

Il est rare que les FrancoFolies permettent à un artiste de jouer deux fois la même année. C’est pourtant le cas de Julien Doré.

Légèrement moins plaisantin qu’hier soir mais tout aussi plaisant, le baryton français s’est permis le luxe de descendre de scène et de traverser presque toute la foule au cours d’une pause instrumentale de son spectacle.

Les soeurs Boulay

À 21, la Place des festivals était déjà pleine lorsque je m’y suis rendu. J’ai donc péniblement frayé mon chemin le long de l’étroit passage qui longeait le côté droit de la foule, me contentant au passage cette photo prise au bout des bras…

Cabadzi

…pour assister brièvement au spectacle du quintette nantais Cabadzi, venu présenter les récitatifs de son troisième album, Des anges et des épines.

Et puis je suis rentré à la maison.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R
1re photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 150 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 40 mm
3e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 150 mm
4e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 150 mm
5e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 150 mm
6e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 150 mm
7e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 150 mm
8e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 4000 — 150 mm
9e  photo : 1/124 sec. — F/5,6 — ISO 4000 — 58 mm


Cliquez sur 2019, 2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, pour consulter les reportages photographiques de l’édition des FrancoFolies de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Culture, FrancoFolies, Musique | Mots-clés : , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :