La gestion de l’offre

7 octobre 2018

Fluctuation des prix et production agricole

C’est seulement au XXe siècle que l’amélioration des moyens de transport et leur climatisation ont permis l’acheminement d’aliments sur de longues distances.

Conséquemment, les cultivateurs se sont mis à produire pour des marchés de plus en plus vastes, bien au-delà de leur village comme ils le faisaient depuis toujours.

De nos jours, l’agriculture met en concurrence des millions de producteurs qui adaptent, indépendamment les uns des autres, leur production en fonction de la fluctuation des prix.

Lorsque le prix d’un produit alimentaire augmente soudainement, plus d’agriculteurs se mettent à en produire.

Lorsque cet engouement est tel qu’il provoque une surproduction, cette dernière fait chuter les prix. Ce qui décourage la production.

Lorsque l’abandon est excessif, la pénurie qui en résulte fait augmenter les prix.

Et ainsi de suite.

La gestion de l’offre

Dans les années 1970, afin de contrer la fluctuation des prix, le gouvernement canadien a mis en place le système de la gestion de l’offre.

Un système analogue, limité au lait, fut créé en France, puis dans l’Union européenne à partir de 1984 et ce, jusqu’en 2015.

Au Canada, il s’applique à trois catégories de produits alimentaires qui correspondent à autant d’aliments de base : le lait, les œufs et la volaille (le poulet et la dinde).

Ce système comprend trois volets :
• le contrôle de la production
• le contrôle des prix
• la limitation des importations

Le contrôle des prix se fait en ajustant la production à la demande des consommateurs.

Pour limiter la production, tout producteur qui veut vendre du lait, des œufs ou de la volaille doit détenir un permis de production, c’est-à-dire un quota.

L’ensemble des quotas est revu à la hausse ou à la baisse chaque année en fonction des fluctuations de la demande canadienne.

À l’origine, ces quotas étaient gratuits. Mais puisqu’ils limitent l’accès au marché à tout nouveau producteur, les quotas déjà émis ont pris de la valeur depuis.

De nos jours, leurs prix peuvent atteindre des dizaines de milliers de dollars, ce qui décourage la relève.

Le prix de ces aliments est ajusté non seulement en fonction de la demande, mais également en tenant compte des couts de production des agriculteurs, ce qui leur garantit un revenu stable.

Cette garantie maintient en vie de plus petites unités de production qui, autrement, auraient fait faillite lors d’un effondrement de prix ou qui seraient incapables de faire face à la concurrence de gros producteurs mondiaux.

C’est ainsi que le Québec possède la moitié des fermes familiales de tout le pays. Cela assure la survie de nombreux villages et favorise une meilleure occupation du territoire.

La gestion de l’offre touche 69 000 fermes québécoises.

La stabilité des prix au Canada fait en sorte que les consommateurs canadiens paient moins cher lorsque les prix mondiaux s’emballent, et paient plus cher quand les prix s’effondrent comme c’est le cas actuellement pour le lait.

Des tarifs douaniers pouvant atteindre 300% s’appliquent aux produits sous gestion de l’offre importés au Canada.

La Chine, la Nouvelle-Zélande et le monde

Les Chinois ne boivent pas de lait à l’âge adulte. La consommation de lait est limitée aux nourrissons et aux enfants.

Comme tous les peuples qui cessent de boire du lait après l’adolescence, les Chinois font de l’intolérance au lactose. Chez eux comme chez les autres peuples, cette intolérance n’est pas innée puisqu’elle n’existe pas à l’enfance.

Adultes, les Chinois apprécient donc les préparations de lait fermenté (dont le yogourt), mais pas le lait nature.

Dans les années 2000, le gouvernement chinois a établi une norme minimale de teneur protéique de cet aliment afin de lutter contre la fraude par dilution du lait.

Toutefois, des distributeurs peu scrupuleux ont ajouté de la mélamine au lait qu’ils avaient pris l’habitude de diluer.

Or cette protéine est toxique pour les bébés; leur système digestif immature ne dégrade pas cette protéine en acides aminés inoffensifs, comme c’est le cas chez l’adulte.

Trois-cent-mille bébés chinois furent intoxiqués, provoquant six décès.

Le scandale a fait chuter la production intérieure, boudée par les consommateurs chinois. Ces derniers se sont rabattus sur le lait importé.

En conséquence, la Chine devenait le premier importateur mondial de produits laitiers. C’est ainsi que les importations de lait en poudre sont multipliées par neuf de 2008 à 2014.

Afin de combler cette demande, la Nouvelle-Zélande est devenue un des principaux fournisseurs du marché chinois.

Ce pays de moins de cinq-millions d’habitants produit autant de lait que la France. Environ 95% de sa production est exportée (principalement en Chine), faisant de la Nouvelle-Zélande le premier exportateur mondial de produits laitiers.

Depuis, la Chine a entrepris de reconquérir son marché national alors que la consommation chinoise diminuait légèrement en 2014, pour la première fois depuis des années. Ces deux facteurs ont pris de court les industriels néozélandais qui anticipaient une augmentation des importations chinoises.

La surproduction néozélandaise, associée à la surproduction européenne consécutive à l’abandon des quotas en avril 2015, a fait chuter le cours mondial du lait en 2015-2016.

Mondialisation et gestion de l’offre

Comme l’agriculteur d’autrefois qui cultivait tout ce dont il avait besoin, qui coupait le bois des arbres à proximité et qui chassait à l’occasion, le Canada ne compte sur personne pour faire vivre ses producteurs laitiers et ses producteurs d’œufs et de volaille.

Grâce à son système de gestion de l’offre, le Canada vit en autarcie… du moins en ce qui concerne les aliments concernés.

Bref, la gestion de l’offre est l’antithèse de la mondialisation.

Pour certains pays, la gestion de l’offre est le grain de sable intolérable qu’il faut expulser des bottes du capitalisme triomphant.

Strictement parlant, la gestion de l’offre n’est pas une mesure anticapitaliste puisque chaque ferme sous gestion de l’offre est une unité de production capitaliste.

Mais dans le processus d’accaparement des ressources mondiales aux mains du grand capital, ce petit capitalisme à visage humain fait figure de village gaulois qui s’oppose à l’Empire romain.

À chaque négociation en vue de la signature d’un nouveau de libre-échange, la gestion subit de nouveaux revers.

Les ratés de la mondialisation

La mondialisation conduit inexorablement à la concentration des ressources entre les mains d’un nombre toujours plus faible de producteurs.

C’est ainsi que certains médicaments ne sont plus produits qu’en Inde ou en Chine.

Il suffit d’un problème d’approvisionnement — causé par un conflit interethnique ou interreligieux, une catastrophe naturelle locale, un conflit ouvrier ou des bris mécaniques — pour provoquer une pénurie de médicaments partout à travers le monde.

Quand un des rares fabricants du médicament valsartan modifie sa méthode de production pour réduire encore davantage ses couts (et augmenter ses bénéfices), des millions de personnes seront exposés à la toxicité de dérivés qui ont échappé à ses méthodes d’analyse.

Dans le domaine agricole, la mondialisation entraine un gaspillage des ressources. Mentionnons la destruction massive de millions de litres de lait produits en trop, l’alternance d’années maigres et d’années grasses et ses faillites en série dans le premier cas, le matériel agricole jeté à la ferraille parce qu’il ne trouve plus preneur lors de ventes aux enchères à la suite de faillite, etc.

Et pour soutenir les agriculteurs en difficulté à chaque phase de chute des prix, les gouvernements leur offrent des milliards$ pour compenser leurs pertes.

C’est ainsi que le gouvernement américain a versé 22,2 milliards$ en subventions à ses producteurs laitiers en 2015. Ces subventions prennent la forme d’aide à l’irrigation des champs, des crédits à l’exportation, des prêts à taux avantageux, le rachat des surplus, etc.

On calcule qu’ils représentent 35 cents américains du litre de lait, soit 73% des profits que les producteurs en tirent.

Avec la gestion de l’offre, l’agriculteur n’a pas besoin de subventions de l’État. Mais ce que le citoyen épargne en tant que contribuable, il le paie en tant que consommateur par le biais du prix plancher de l’aliment.

Avec la différence qu’on peut s’abstenir d’acheter du lait, mais on ne peut éviter de payer ses impôts…

Références :
Aperçu de l’industrie laitière
Crise laitière de 2015
La gestion de l’offre
La gestion de l’offre, un éternel cheval de bataille pour les agriculteurs canadiens
Le Canada peut-il régler les problèmes de l’industrie laitière américaine?
Les ambitions de la Nouvelle-Zélande et de la Chine
Les pénuries de médicaments
Les producteurs de lait américains reçoivent 35 $ l’hectolitre en subventions
Quota laitier en Europe
Scandale du lait frelaté en 2008
Quota laitier en Europe
Valsartan: des médicaments potentiellement cancérigènes en circulation pendant trois ans

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Agriculture, Économie | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Lait : Trudeau capitule

1 octobre 2018
Le premier ministre Justin Trudeau

Introduction

« C’est une bonne journée pour le Canada » a déclaré le premier ministre Justin Trudeau en annonçant la conclusion in extrémis d’un accord commercial avec les États-Unis.

Bonne nouvelle pour le Canada peut-être, mais de quel Canada s’agit-il ? De toute évidence, c’est un Canada dont le Québec ne fait pas partie.

Alors que le président Trump qualifie l’accord d’historique et de merveilleux (‘wonderful’), le gouvernement Trudeau essaie de sauver la face en insistant sur ce qui n’a pas été perdu. Mais a-t-il gagné quelque chose ?

’Pas tellement’, comme dirait une électrice le soir d’un débat télévisé.

Du côté des ‘plus’

Le seul gain majeur du nouvel accord est la disparition presque totale du chapitre 11 de l’ALÉNA.

Conçu pour éroder la souveraineté des petits pays comme le Canada et le Mexique, ce chapitre accordait aux investisseurs le droit de poursuivre les pays lorsque leurs gouvernements adoptaient de nouvelles mesures préjudiciables à leurs intérêts.

L’ardeur américaine en faveur du chapitre 11 s’est considérablement refroidie lorsque cette disposition a été invoquée par une pétrolière canadienne pour poursuivre le gouvernement Obama.

Cet abandon permettra à un gouvernement du Québec de révoquer sans compensation le droit d’expropriation accordé par le gouvernement Couillard aux pétrolières.

Mais pour ce faire, il faudra attendre un autre gouvernement que celui que les Québécois s’apprêtent à porter au pouvoir aujourd’hui.

Du côté des ‘moins’

la protection accrue de la propriété intellectuelle

Le nouvel accord ne contient rien de neuf pour combattre la piraterie dont sont victimes les citoyens qui sont des créateurs de contenu.

Mais il prolongera la durée des brevets détenus par les grandes corporations et protègera mieux leurs marques de commerce (dont les noms de domaines sur l’internet).

Ce qui retardera, par exemple, la mise en marché de copies de médicaments brevetés et fera augmenter les couts de l’assurance médicaments défrayés par les provinces.

une nouvelle brèche dans la gestion de l’offre

Déjà, lors de l’AECG — l’Entente économique et commerciale global entre le Canada et l’Union européenne — les producteurs de fromage du Québec avaient été sacrifiés sur l’autel du libre échange.

Seize-mille tonnes de fromages européens pourront être importées en vertu de l’AECG. Cela représente des pertes de 1,5 milliard$ pour les producteurs québécois, en contrepartie d’une compensation insuffisante de 250 millions$ par Ottawa.

Quant au Partenariat Trans-Pacifique, il fera passer en vingt ans l’importation de lait asiatique de 8 300 tonnes à 57 000 mille tonnes. Et ce, sans compensation financière d’Ottawa.

Une fois de plus, la gestion de l’offre a été amputée. Cette fois non pas dans le but d’obtenir des gains au profit de l’industrie automobile ontarienne, mais pour la protéger d’éventuels et hypothétiques tarifs douaniers que menaçait d’imposer Trump.

En vertu du nouvel accord, les fermiers américains obtiennent une part de 3,5% du marché du lait canadien. Ce marché est évalué à seize-milliards$ dont les trois quarts sont produits du Québec.

C’est une perte annuelle de 420 millions$ pour les petites fermes laitières familiales du Québec, au profit des producteurs laitiers industriels américains.

Seront exclus de la gestion de l’offre les produits laitiers de classe 7, c’est-à-dire le lait en poudre, les concentrés de protéines laitières, et les substances laitières utilisées dans la fabrication des laits maternisés.

Pour compenser cette perte du marché intérieur, les producteurs canadiens ne pourront pas augmenter leurs ventes à l’Étranger puisque le gouvernement Trudeau a accepté de limiter les exportations de produits laitiers à travers le monde, c’est-à-dire non seulement aux États-Unis, mais également partout ailleurs.

En contrepartie, Ottawa a promis des subsides aux producteurs laitiers du Canada. Dans la mesure où il n’a pas respecté antérieurement cette promesse, on ne voit pas pourquoi il devrait tenir parole aujourd’hui.

Et, contre toute attente, si Ottawa décidait de dédommager les producteurs laitiers, ce ne serait qu’une question de temps pour qu’un parti politique canadien remettre en question cette dépense annuelle de 420 millions$ et fasse campagne contre les ‘assistés sociaux agricoles’ du Québec.

Conclusion

Dans la belle relation sadomasochiste que Justin Trudeau entretient avec Trump, il est évident que cette capitulation du premier ministre canadien est un jour sombre pour le Canada.

Puisque toutes les circonscriptions où se concentrent les fermes laitières du Québec votent pour des partis fédéralistes provinciaux, on ne voit pas ce qu’Ottawa aurait à craindre de la colère futile des agriculteurs québécois.

Références :
ALENA : Trump salue un « accord historique », Trudeau une « bonne journée pour le Canada »
« Il ne pouvait pas y avoir pire entente pour les producteurs laitiers » du Québec, dit leur président
Trump heralds ‘wonderful new trade deal’ to replace Nafta after Canada talks
Un nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique
U.S., Canada and Mexico just reached a sweeping new NAFTA deal. Here’s what’s in it.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 75mm F/1,8 — 1/160 sec. — F/1,8 — ISO 1250 — 75 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Agriculture, Économie, le prix du fédéralisme, Politique canadienne | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’ALÉNA et les élections québécoises

10 septembre 2018

Avant-propos

En 2007, lors de la crise des prêts à haut risque (ou subprimes), Henri-Paul Rousseau — PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec — avait informé confidentiellement le premier ministre Jean Charest des pertes colossales subies par son institution financière.

Jean Charest avait alors décidé de déclencher prématurément des élections.

C’est seulement après l’issue du scrutin qu’on avait appris que la Caisse avait perdu quarante-milliards$ en spéculant sur ce qu’on appelle ‘le papier commercial’.

Grâce à cette ruse, Jean Charest passait d’un gouvernement libéral minoritaire à un gouvernement libéral majoritaire.

L’anguille sous roche

Au sujet de la renégociation de l’ALÉNA, la première date butoir imposée par Donald Trump était le 31 aout 2018.

Tous les observateurs s’entendent pour dire que le Canada devra céder sur la gestion de l’offre, bête noire de Donald Trump.

Déjà, lors de l’AECG — l’Accord économique et commerciale global entre le Canada et l’Union européenne — les producteurs de fromage du Québec avaient été sacrifiés sur l’autel du libre échange.

Seize-mille tonnes de fromages européens seront autorisées à être importées. Cela représente des pertes de 1,5 milliard$ pour les producteurs québécois, en contrepartie d’une compensation insuffisante de 250 millions$ par le fédéral.

Quant au Partenariat Trans-Pacifique, il fera passer en vingt ans l’importation de lait asiatique de 8 300 tonnes à 57 000 mille tonnes. Et ce, sans compensation financière d’Ottawa.

Le 1er octobre prochain, c’est le jour du vote à l’élection québécoise.

Si le fédéral se trouvait dans l’obligation d’annoncer de nouveaux sacrifices aux agriculteurs du Québec, il aura intérêt à le faire après la fermeture des boites de scrutin.

Dans le cas contraire, si les agriculteurs québécois ont encore le temps de voter, la meilleure manière pour eux de manifester leur colère contre cette nouvelle trahison du fédéral, ce sera de voter massivement pour un parti indépendantiste.

Or la gestion de l’offre touche directement plus de 6 900 fermes — principalement des exploitations familiales — desquelles dépendent 92 000 emplois directs et indirects.

Cela représente un faible pourcentage de l’électorat québécois. Toutefois, ce bloc de citoyens possède une influence considérable en raison de leur habitude d’obéir massivement aux mots d’ordre de leur syndicat professionnel et du capital de sympathie qu’ils ont accumulé auprès du public.

Bref, le gouvernement canadien pourrait très bien déterminer l’issue du scrutin. S’il veut un interlocuteur provincial fédéraliste, il aura tout intérêt à annoncer la défaite cuisante de Trump au sujet de la gestion de l’offre.

Ce qui est très improbable.

Références :
ALENA: les négociations achoppent sur le lait, répète Larry Kudlow
La façade ministérielle de l’État canadien
La gestion de l’offre, un éternel cheval de bataille pour les agriculteurs canadiens
La guerre du fromage complique l’entrée en vigueur de l’accord commercial entre l’Europe et le Canada
Le nouveau Partenariat Trans-Pacifique ouvre la porte à des tonnes de denrées étrangères

Paru depuis :
ALENA : des élus du Congrès se disent «frustrés» des «tactiques» du Canada (2018-09-19)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Agriculture, Économie, Politique québécoise | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :