Le deuxième débat des candidats à la course à la chefferie du PQ

26 septembre 2016

Introduction

Au lendemain de sa cuisante défaite, le Parti québécois avait hésité à s’engager dans un bilan post-électoral qui aurait été l’occasion de déchirements internes.

Dans ce que disent les candidats à la course actuelle à la chefferie du Parti Québécois (PQ), on note l’apparition d’idées qui rapprochent cette formation politique de l’opinion publique québécoise.

L’option indépendantiste

Ceux qui souhaitent que le PQ abandonne son option indépendantiste doivent comprendre que cela n’arrivera jamais. Ce serait d’ailleurs une grave erreur.

Les Québécois fédéralistes ont déjà le choix entre deux partis fédéralistes. Si ces gens n’aiment pas les Libéraux, ils ont la CAQ comme solution de rechange. Pourquoi le PQ devrait-il se disputer cette clientèle ?

En fait, les fédéralistes peuvent aussi voter pour le PQ puisqu’on ne fait pas au Québec d’élections référendaires; on vote pour un gouvernement et, par la suite, on tient des référendums sur l’indépendance s’il y a lieu.

Déclin de l’appui à l’indépendance du Québec depuis une décennie

L’option indépendantiste est partagée par près de 40% des Québécois. En raison du rejet massif de cette option chez les Anglophones, c’est près de 50% du reste (Francophones et Allophones) qui sont indépendantistes.

Compte tenu des suspicions légitimes des Anglophones au sujet d’une conversion feinte du PQ au fédéralisme, le PQ se partagerait à trois le vote du 50% des Francophones fédéraliste alors qu’il possède actuellement un quasi-monopole de l’autre 50%, celui des Francophones indépendantistes.

C’est clair : le PQ se tirerait dans le pied.

Mais si l’option fondamentale n’est remise en question par personne au sein du PQ, on voit toutefois poindre des suggestions audacieuses qui, il y a peu de temps encore, auraient fait sourciller les gardiens du dogme péquiste.

La défense du français

La Canadian Constitution de 1982 est une loi ethnique votée par le Canada anglais qui vise, entre autres, à étouffer les lois linguistiques dont le Québec s’est doté pour protéger le français.

À maintes reprises sur ce blogue, j’ai exprimé l’avis que le Québec était stupide de se soumettre volontairement à des dispositions constitutionnelles qui menacent sa survie.

À la course précédente à la chefferie, M. Péladeau — qui a finalement été élu — soutenait, au nom du respect de l’État de droit, la soumission au carcan constitutionnel canadien; si le Québec voulait être libre, il n’avait qu’à faire l’indépendance.

Cette approche a du mérite. Toutefois, le déclin démographique des Francophones québécois est inquiétant, notamment à Montréal. Cette situation justifie des correctifs plus immédiats que l’attente d’une accession hypothétique du Québec à l’indépendance.

Or surprise : voilà qu’au cours de ce dernier débat, dimanche dernier, Martine Ouellet proposait le recours à la clause dérogatoire de la Canadian Constitution afin de revenir aux dispositions originelles de la Loi 101 quant à la langue d’affichage.

L’opposition d’Alexande Cloutier à cette suggestion fut huée par la salle. Ce furent les seules huées de la soirée.

Je présume qu’il y a là matière à réflexion de sa part.

La neutralité religieuse de l’État

Mais la bombe de la soirée — qui a peu été rapportée par les quotidiens le lendemain — est la suggestion de Jean-François Lisée d’appuyer le projet de loi libéral relatif à la neutralité religieuse de l’État.

Sur ce blogue, je me suis déjà prononcé à de multiples reprises en faveur d’une telle neutralité.

Indépendamment des motifs invoqués pour M. Lisée pour soutenir sa position, il est clair qu’il entend tourner la page sur le douloureux épisode de la Charte de la laïcité.

Je ne doute pas que cette position courageuse sera l’objet d’interminables discussions au sein du PQ.

Mais c’est la seule qui soit susceptible de rapprocher le PQ de sa base montréalaise (de loin la plus importante) et également des jeunes d’aujourd’hui, beaucoup plus ouverts que les babyboumeurs à l’expression vestimentaire de l’appartenance religieuse.

Références :
La Charte de la laïcité : un mauvais départ
Le projet de loi libéral au sujet de la neutralité de l’État (2e partie : laïcité vs neutralité religieuse)
Le français en péril

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| 2014-2018 (années Couillard), Politique québécoise | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Rencontre avec Pierre-Karl Péladeau

5 mai 2015
Pierre-Karl Péladeau s’entretenant avec un militant

Après être allé aux conférences données à Montréal par Alexandre Cloutier et Martine Ouellette, j’ai assisté hier soir à celle donnée par un autre candidat à la chefferie du Parti québécois (PQ), soit Pierre-Karl Péladeau.

Celui-ci offre un contraste saisissant avec son principal rival, Alexandre Cloutier. Autant ce dernier dégage l’assurance tranquille d’un politicien habile, rassurant et particulièrement compétent, autant M. Péladeau se présente comme un diamant brut, passionné et encore un peu à l’étroit dans son nouvel habit de politicien.

Au-delà de ses professions de foi répétées en faveur de l’indépendance du Québec, les deux thèmes majeurs qui se dégagent nettement des propos de M. Péladeau concerne sa préoccupation relative l’avenir du français au Québec et sa détermination à développer l’économie d’un Québec souverain.

À ma question qui lui demandait pourquoi le Québec se soumet-il volontairement aux dispositions de la Constitution canadienne-anglaise qui mettent en péril sa survie — une question qui avait déstabilisé Martine Ouellet — M. Péladeau a répondu que s’il devenait Premier ministre du Québec, il entendait respecter le Droit. Toutefois, selon lui, si le Québec veut assurer son avenir, il n’a pas d’autre choix que de faire son indépendance…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150 mm R — 1/60 sec. — F/4,0 — ISO 6400 — 40 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| 2014-2018 (années Couillard), Politique québécoise | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Rencontre avec deux candidats à la chefferie du PQ

8 avril 2015

Dans le cadre de la course à la chefferie du Parti Québécois, cette formation politique organise deux types de rencontres.

Premièrement, il y a des débats contradictoires — qui font salles combles — et qui permettent de comparer les cinq candidats entre eux. Ces face-à-face sont aussi diffusés en temps réel sur l’internet.

Deuxièmement, on organise des rencontres régionales — réunissant quelques dizaines de personnes — qui permettent à chaque candidat de présenter son programme électoral aux sympathisants de l’endroit, et de répondre à leurs questions.

Implicitement, en choisissant un chef, les membres du Parti québécois adopteront les mesures proposées par ce candidat. Certains d’entre eux ont un programme détaillé : chez d’autres, c’est plus sommaire.

J’étais disponible pour deux de ces rencontres.

Prévues pour débuter à 19h, celles-ci commencent avec vingt minutes de retard. Le conférencier fait d’abord un exposé d’une vingtaine de minutes. Suivent des questions préparées par l’exécutif régional du PQ (et qui sont les mêmes posées à chaque aspirant à la chefferie). Des représentants de l’aile jeunesse posent ensuite les leurs et finalement le public est invité à poser les siennes. Le tout se termine vers 21h.

Alexandre Cloutier

La première des rencontres auxquelles j’ai assisté, le 22 mars 2015, mettait en vedette Alexandre Cloutier.

Âgé de 37 ans, ce spécialiste en droit constitutionnel a occupé des fonctions ministérielles sous le bref gouvernement de Pauline Marois, principalement à titre de ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes.

À ses apparitions télévisées, ce ministre m’a toujours semblé superficiel.

Au contraire, la rencontre avec M. Cloutier permet de découvrir un politicien remarquablement compétent. En effet, M. Cloutier semble avoir pris connaissance de tous les rapports et études qui concernent les affaires de l’État.

Le discours qu’il tient est positif, dit d’un ton rassurant. Et le programme qu’il défend est particulièrement bien étoffé. Toutefois, presque toutes les mesures qu’il propose sont réalisables dans le cadre constitutionnel canadien.

Martine Ouellet

Lundi soir dernier, c’était l’occasion d’entendre Martine Ouellet, la seule femme de cette course à la chefferie.

Âgée de 45 ans, Mme Ouellette est ingénieure mécanique et possède une longue expérience au sein d’Hydro-Québec où elle a occupé brillamment différentes fonctions supérieures.

Elle fut ministre des Ressources naturelles dans le bref gouvernement de Pauline Marois. On lui doit la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-II, non rentable, dont la réfection aurait coûté 4,3 milliards$ aux contribuables québécois.

Lundi dernier, le discours de Mme Ouellet soulignait que les investissements structurants du gouvernement canadien s’effectuent presque toujours dans les provinces anglophones du pays.

Contribuant à hauteur de 42 milliards$ des revenus du fédéral, le Québec paie pour ces emplois créés ailleurs et ne reçoit que le prix de consolation qu’est la péréquation canadienne.

Mme Ouellet croit que le PQ doit recentrer son message sur la sociale Démocratie et sur la promotion de l’indépendance.

Avec un PIB par habitant plus élevé qu’en Grande-Bretagne, le Québec est suffisamment riche pour devenir un pays autonome, selon Mme Ouellet.

Se sentant de moins en moins chez elle dans le pétroÉtat militariste canadien, Mme Ouelllet souhaite que dès son premier mandat péquiste, un gouvernement péquiste procède à un référendum sur l’indépendance du Québec.

Conclusion

Lorsque des personnes occupent des fonctions ministérielles, il est presque impossible de les rencontrer sauf lors des soirées de collecte de fonds dont de prix d’entrée est hors de portée du modeste citoyen.

Ces rencontres régionales, gratuites et ouvertes à tous, permettent d’évaluer les qualités personnelles de futurs dirigeants politiques et de leur faire des représentations informelles.

Il existe des personnes remarquables dans tous les partis politiques. Parce qu’ils sont en mode séduction, ceux du PQ sont présentement les plus accessibles. C’est une occasion pour ceux qui, comme moi, s’intéressent aux affaires publiques.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs PanLeica 42,5 mm F/1,2 (1re photo) et M.Zuiko 12-40 mm (2e photo)
1re photo : 1/100 sec. — F/1,2 — ISO 400 — 42,5 mm
2e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 40 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| 2014-2018 (années Couillard), Politique québécoise | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Course à la chefferie : pourquoi tant d’argent ?

22 octobre 2012


 
Les militants du Parti libéral ont récemment précisé les règles du financement de la course à la chefferie de ce parti : il faut effectuer un dépôt sécurisé de 50 000$ (38 500 €) et respecter une limite de dépenses de 600 000$ (462 000 €).

S’il s’agissait du Parti Québécois ou de la CAQ, ces montants seraient différents mais dans le même ordre de grandeur. D’où la question : pourquoi les partis politiques fixent-ils des critères hors de portée du commun des mortels ?

Le dépôt sert à s’assurer du sérieux de chaque candidat et diminuer le risque de discrédit que comporterait une course dans laquelle un candidat présenterait un programme électoral extravagant. Ce dépôt se veut donc dissuasif.

Quant à la limite des dépenses, il s’agit d’une somme maximale. Théoriquement, on pourrait devenir chef en ne dépensant rien. Dans les faits, toute course à la chefferie est d’abord une course à l’argent. Cela ne veut pas dire que celui qui en possède le plus sera nécessairement le gagnant, mais il est absolument certain que celui qui n’en a pas du tout sera parmi les perdants.

Pour réussir, il faut embaucher des gens qui motiveront des bénévoles à vendre des cartes de membres du parti, noyauter les assemblées régionales afin que les délégués soient acquis à votre candidature, payer l’hébergement, le transport et la belle vie aux délégués qui vous sont favorables, payer les macarons, banderoles, affiches tape-à-l’œil qui donneront l’impression que vos supporteurs sur le parquet du congrès sont beaucoup plus nombreux qu’ils ne le sont en réalité (afin d’attirer les opportunistes qui seraient tentés de se ranger du bord du gagnant), etc.

Toute cette machine coûte cher.

Ajoutez-y les conseils de faiseurs d’image, quelques slogans accrocheurs, une stratégie de marketing qui vous permet de faire les manchettes sans avoir à vous prononcer sur quoi que ce soit et voilà, vous avez la recette gagnante, surtout si vous êtes photogénique et de ce fait, avez gratuitement accès à la couverture des magazines « people ».

Finalement, contraindre les journalistes à analyser sociologiquement l’engouement pour votre candidature plutôt que de parler de votre programme électoral anémique, et voilà votre réussite assurée.

Mais qu’arriverait-il si toute dépense importante (ex.: le transport et l’hébergement des délégués, la tenue des débats contradictoires) étaient à la charge du parti ? Si la limite maximale était dérisoire (quelques milliers de dollars) et si tout financement illégal entrainait la disqualification du candidat, que perdrait-on ? Essentiellement, le « glamour » de la campagne à la chefferie et, dans une certaine mesure, l’intérêt pour l’événement.

En contrepartie, qu’y gagnerait-on ? On éviterait qu’avant même leur accession à la tête d’un parti, les candidats sont déjà redevables au pouvoir occulte de l’argent.

Si on regarde attentivement les travaux de la Commission Charbonneau, ce qui est étonnant, c’est que les sommes impliquées qui bénéficient aux politiciens eux-mêmes sont dérisoires : un bouquet de roses et quelques billets de concerts. Personne ne se laisse corrompre pour si peu.

En réalité, quand le candidat doit se soucier du financement de sa campagne, quand chaque ministre doit rapporter au parti 100 000$ par année au cours d’événements de levée de fonds organisés en son nom, cela l’oblige à servir de façade aux collecteurs de fonds.

Or ceux-ci sont d’autant plus efficaces qu’ils donneront l’impression aux donateurs que leur contribution s’accompagnera éventuellement de marques de reconnaissance de la part du bénéficiaire. Leur efficacité sera même maximale si ce parti possède la réputation d’être loyal et généreux à l’égard de ses financiers.

Bref, on touche à la cause de la corruption gouvernementale.

Références :
100 000 $ par ministre
Course à la direction du PLQ : les règles sont fixées

Paru depuis : Parti libéral du Québec – Où est le renouveau? (2012-10-16)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| 2012-2014 (années Marois), Politique québécoise | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :