FrancoFolies 2013 : Jour 4

17 juin 2013
Alex Beaupain
Mysk
Isabel Tassé
Philippe Brach
Cyndy Bédard
Set & Match
Ben Mazué
Rouge Pompier
Gardy Fury
Le Couleur

C’est un dimanche pluvieux, et plutôt froid pour ce temps de l’année.

Le programme débute à 17h par Alex Beaupain. Dans la grande tradition de la chanson française, M. Beaupain chante l’amour, le tout entrecoupé de présentations humoristiques. Bref, un spectacle sympathique, de la part du lauréat 2008 du Grand-prix international du disque de l’Académie Charles-Cros.

À 18h, pour au moins la deuxième année consécutive, les FrancoFolies font une place de choix à de jeunes talents franco-ontariens. Au total huit exécutants nous présenteront chacun leur numéro dans un gala sans prétention animé par Patrick Groulx.

À 19h, les festivaliers sont sollicités par trois spectacles. Originaire du Liban, Mysk (gagnant du prix Vision Diversité 2012), nous présente une musique du monde vive et ensoleillée. Pendant ce temps, on peut entendre les trois gagnants de cette année du concours « Ma première Place des Arts », soit Isabel Tassé (excellente), Philippe Brach et David Fleury (que je n’ai pas vu, trop occupé que j’étais à courir plusieurs lièvres à la fois). Finalement, Cindy Bédard présente un tour de chant country et folk-rock.

À 20h, trois autres spectacles. La grande scène Ford accueille le duo Rouge Pompier qui nous livre un rock lourd et pesant qui m’a laissé indifférent. Au même moment, les Français de Set & Match y vont d’un spectacle Hip-hop et rap qui sera présenté en rappel ce soir à 22h. Pour terminer, Ben Mazué nous revient sur la scène Loto-Québec (il était hier au Pub Richard’s).

À 21, sur l’Esplanade de la Place des Arts, Gardy Fury brule la scène dans un spectacle dansant tenté de pop, de funk, de reggae et de disco.

Je quitte le site des FrancoFolies vers 22h30, après avoir entendu Le Couleur (sic) nous livrer de la musique disco un peu trop fade à mon goût.

Mes préférés de la journée : Mysk, Gardy Fury, et Alex Beaupain.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R
  1re photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 4000 — 150 mm
  2e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 145 mm
  3e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 150 mm
  4e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 150 mm
  5e  photo : 1/125 sec. — F/5,6 — ISO 3200 — 58 mm
  6e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 40 mm
  7e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 96 mm
  8e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 40 mm
  9e  photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 40 mm
10e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 5000 — 150 mm


Cliquez sur 2019, 2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, pour consulter les reportages photographiques de l’édition des FrancoFolies de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Culture, FrancoFolies, Musique | Mots-clés : , , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


FrancoFolies 2013 : Jour 3

16 juin 2013
Rommel Ribeiro
Sophie Vaillancourt
Ben Mazué
Francesca Blanchard
Pierre Kwenders
Jean-Marc Couture
Mathieu Lippé
Féfé
Maxime Landry
Émile Proulx-Cloutier
Jason Bajada
Zaho
Gazoline

Aujourd’hui il fait 25 degrés Celsius, il fait beau et le site des FrancoFolies est plein de monde.

Le programme débute à 17h par Rommel Ribeiro, vainqueur du Grand Prix de la Diversité de Montréal 2010-11 et Révélation Radio-Canada 2012-13. Né au Brésil en 1987 et immigré au Québec depuis l’âge de 19 ans, M. Ribeiro présente un tour de chant en portugais et en français. Avec son répertoire dansant et ses présentations sympathiques, l’artiste a tôt fait de séduire son auditoire.

Une heure plus tard, sur la Place des festivals, Sophie Vaillancourt présente un spectacle plaisant composé de musique pop mélodieuse.

A 19h les festivaliers avaient le choix entre Ben Mazué (de France), Francesca Blanchard (des États-Unis) et Pierre Kwenders (du Congo). Lauréat du prix Félix-Leclerc 2012, Ben Mazué est un auteur-compositeur qui utilise le slam (à la Grand corps malade), le hip-hop, et tout autre style afin d’assurer la primauté du texte. Francesca Blanchard propose essentiellement des ballades de style folk. Quant à Pierre Kwenders, dont la timidité fait qu’il chante souvent dos au public, ses compositions bercent l’auditoire sur un rythme éclectique (souvent africain).

À 20h, encore trois spectacles. En vedette, Jean-Marc Parent présente sa pop énergique à une foule immense, conquise d’avance et réunie devant la scène Ford (sur la rue Sainte-Catherine). Au même moment, devant un public comprenant moins d’adolescents, Mathieu Lippé — grand gagnant des Francos de Granby en 2011 — jongle avec les mots sur une musique plaisante. Puis Féfé (de France) présente un excellent spectacle de blues puissant devant une foule enthousiaste.

Troisième chanteur à avoir connu la célébrité grâce à Star Académie (après Sophie Vaillancourt et Jean-Marc Couture, plus tôt aujourd’hui), Maxime Landry est en vedette pendant plus de 90 minutes, à partir de 21h, sur la Place des festivals. Sur la photo ci-dessus, il interprète une chanson dédiée à son père décédé.

Pendant la première heure du spectacle de M. Landry, Émile Proulx-Cloutier lui fait concurrence sur l’Esplanade de la Place des Arts. Cet artiste, connu comme comédien, est aussi un bon musicien et un remarquable interprète. Ses textes intelligents (souvent politiques) sont portés par une diction exemplaire.

Au cours de la seconde moitié du tour de chant de Maxime Landry, à l’autre extrémité du site des FrancoFolies, Jason Jabada présente une musique pop qui ne m’a rien dit. Au même moment (mais avec 17 minutes de retard), la chanteuse algérienne Zaho présente du hip-hop.

À 23h, la scène Ford s’anime avec le jeune trio Gazoline (à ne pas confondre avec le groupe punk rock français du même nom). Originaire du Saguenay, celui en vedette aux FrancoFolies est formé d’un batteur et de deux guitaristes qui font preuve d’une remarquable assurance scénique en dépit de leur âge (ils sont au tout début de la vingtaine). Je soupçonne que plus jeunes, ils se sont beaucoup pratiqué devant leur miroir puisqu’ils maîtrisent parfaitement la mimique et la gestuelle des groupes heavy métal. Bref, un bon show.

Mes préférences aujourd’hui : Féfé (or), Émile Proulx-Cloutier (argent), puis Gazoline et Ribeiro (bronze ex-æquo).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 40-150mm R
  1re photo : 1/80 sec. — F/5,0 — ISO 250 — 40 mm
  2e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 150 mm
  3e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 1000 — 150 mm
  4e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 500 — 150 mm
  5e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 150 mm
  6e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 640 — 145 mm
  7e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 150 mm
  8e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 5000 — 150 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 3200 — 40 mm
10e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 2000 — 150 mm
11e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 3200 — 150 mm
12e  photo : 1/200 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 150 mm
13e  photo : 1/125 sec. — F/4,6 — ISO 2500 — 70 mm


Cliquez sur 2019, 2018, 2017, 2016, 2015, 2014, 2013, 2012, 2011, pour consulter les reportages photographiques de l’édition des FrancoFolies de cette année-là.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Culture, FrancoFolies, Musique | Mots-clés : , , , , , , , , , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :