Le français au Québec : l’exemple chinois

23 décembre 2011

 

Fabrique d’objets en jade à Xi’an

Lors de mon premier séjour en Chine, je faisais partie d’un groupe d’une trentaine de Québécois francophones. Parmi les nombreuses visites organisées par notre agence de voyage, nous avons eu l’occasion d’aller dans une fabrique d’objets précieux en jade.

Ce qui m’avait surpris, c’est qu’au moment de cette visite, tous les employés de cette entreprise parlaient français. Certains le parlaient un peu, d’autre bien d’avantage, mais tous pouvaient se débrouiller dans notre langue.

En fait, les coûts de la main-d’œuvre chinoise étant très bas, cette entreprise possédait plusieurs équipes de vente. Lorsqu’un groupe de touristes allemands débarquaient à l’usine, on mettait à leur disposition une équipe de vendeuses parlant leur langue. Dès leur départ, si l’autobus suivant amenait des touristes italiens, l’équipe de vendeuses germanophones était remplacée par une équipe de vendeuses parlant l’italien. Et ainsi de suite.

Toutefois, tous ces employées étaient chinoises. À l’interne, les directives, les réunions, les rapports, bref toutes les communications entre employés se faisaient en mandarin (c’est-à-dire en chinois). Mais dès qu’on devait traiter avec un client, on faisait tout pour que ce soit dans sa langue à lui.

Ici, ce devrait être pareil.

Au Québec, un employé unilingue anglais — tout comme un employé unilingue français — est une personne handicapée. Il y a tellement d’Anglophones bilingues et de Francophones bilingues au Québec qu’il est injustifiable qu’une entreprise comme la Banque nationale ou Bombardier — dont j’ai parlé dans mon billet d’avant-hier — embauche des dirigeants unilingues anglais.

Parce que le résultat d’une telle embauche, c’est que les Francophones subalternes sont alors obligés de parler en anglais pour accommoder cet officier qui ne parle pas notre langue. C’est le cas de la comptabilité et des services informatiques de la Banque nationale et de milliers de personnes au siège social de Bombardier.

Jusqu’ici, le gouvernement Charest ne s’est pas illustré par la défense du français au Québec. Ses nominations politiques à l’Office de la langue française ont eu pour effet que cet organisme a distribué les dispenses à la loi 101 comme si c’était des bonbons. Il est grand temps que cela change.

Il est anormal qu’on ne puisse pas travailler en français au Québec. Que la charge de travail d’un employé francophone prévoit qu’il doivent parler anglais à la clientèle anglophone, c’est normal. Mais qu’il lui soit interdit de communiquer en français avec un autre employé francophone et, de manière générale, qu’il doive s’exprimer en anglais à l’interne, cela est totalement inacceptable.

Laissez un commentaire »

| Anglicisation du Québec | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’anglais vient d’en haut

21 décembre 2011

Des patrons de la Caisse de dépôt incapables de comprendre leurs employés francophones

Ivanhoé Cambridge est la filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec. C’est l’un des dix plus grands propriétaires immobiliers du monde, avec un actif de plus de 30 milliards de dollars comprenant la Place Ville-Marie, le Centre Eaton de Montréal, et la Place Laurier de Québec. Environ 1600 employés y travaillent dont la moitié au Québec.

Ce printemps, ses dirigeants ont choisi David Smith, un unilingue anglophone, pour occuper le poste de Vice-président principal ressources humaines et services corporatifs. Quelques mois plus tard, plus précisément en juillet 2011, c’était le tour d’un autre unilingue anglophone, Kim McInnes, d’être choisi à un poste encore plus important, soit celui de Président de l’exploitation d’Ivanhoé Cambridge.

Depuis ce temps, les réunions du comité d’investissement d’Ivanhoé Cambridge se déroulent en anglais et tous les employés francophones qui ont à s’adresser à l’un ou l’autre de ces dirigeants, ici même à Montréal, doivent le faire dans la langue de Shakespeare.

La Banque nationale hostile aux francophones

Un unilingue anglophone, John B. Cieslak, a été embauché en 2007 comme Premier vice-président des technologies de l’information de la Banque nationale. Or les services informatiques de cette banque occupent deux étages complets au siège social de Montréal et des centaines d’employés.

Dès son arrivée, M. Cieslak aurait demandé à ses subalternes francophones faire leurs présentations techniques en anglais au Conseil d’administration de la banque, de façon à ce qu’il puisse les comprendre. Cette politique de l’anglais au travail s’est étendue aux entrevues de sélection des candidats pour des postes à pourvoir, qui se déroulent entièrement en anglais. Les évaluations aussi seraient faites en anglais.

Pire encore, l’échange de courriels en français entre employés francophones est maintenant sujet à des réprimandes officielles. Conséquemment, plusieurs employés ont dû quitter cette banque pour trouver un emploi en français.

C’est aussi le cas de la vérification interne des marchés financiers et de la trésorerie. Un comptable qui a quitté cette banque dernièrement a confié que tout ce qu’il faisait était en anglais, ici même à Montréal. Tous les rapports de son service étaient en anglais et une grande partie des gens qu’il côtoyait ne parlaient pas français.

Les porte-parole de la banque font valoir qu’en tant qu’institution de compétence constitutionnelle fédérale, la Banque nationale n’est pas soumise aux dispositions de la loi 101 mais qu’elle a la bonté de s’y soumettre lorsque cela lui convient.

Pour cette raison, plus tôt ce mois-ci, j’ai transféré tous les REER que je détenais à la Banque nationale vers une autre institution financière québécoise.

Post-scriptum : Après discussions avec la direction de la Banque nationale, la Société St-Jean-Baptiste et le Mouvement Québec français ont levé, en février 2012, l’appel lancé deux mois plus tôt au boycottage de cette banque.

Progression de l’anglais chez Bombardier

L’article 144 de la loi 101 permet à une entreprise québécoise de ne pas avoir à se soumettre aux dispositions de cette loi relativement à la langue de travail. Renouvelable, cette dispense n’est bonne que pour cinq ans. Chez Bombardier, la connaissance fonctionnelle du français n’est un critère d’embauche que depuis 2010. Si bien que beaucoup d’employés sont unilingues anglophones.

Afin de compenser pour cet état de fait, Bombardier dispose d’une entente particulière avec l’Office québécois de la langue française qui lui permet d’utiliser l’anglais comme langue de fonctionnement à son siège social de Dorval. La dernière entente date de 2006 et est en voie d’être renouvelée. Celle-ci portait sur 2454 employés. La demande de renouvellement présentée cet automne englobe 4022 employés, soit une augmentation de 64%.

Références :
Caisse: David Smith préféré à deux francophones bilingues
Des patrons unilingues anglais à la Caisse de dépôt
Français au travail: la Banque Nationale réagit
Loi 101: Bombardier veut une dispense pour 4022 employés
L’appel au boycottage de la Banque Nationale est levé
La Société Saint-Jean-Baptiste appelle à boycotter la Banque nationale
Louis Vachon ne demandera pas la démission d’un vice-président unilingue
Unilinguisme anglais à la CDPQ : inacceptable, dit Jean Charest
Français à la Caisse de dépôt: 10 ans de cours for nothing

Publiés depuis :
L’ex-patron unilingue de la Caisse de dépôt s’est trouvé un emploi (2013-07-13)
La rondelle ne roule pas pour le français dans la LHJMQ (2017-08-26)

Un commentaire

| Anglicisation du Québec | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :