Le quatrième arrondissement de Paris (4e partie)

9 juin 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Introduction

Ce diaporama a pour sujet le nord du quatrième arrondissement de Paris.

Le territoire visité est délimité à l’ouest par le boulevard Sébastopol, au nord par une rue qui porte successivement les noms de Rambuteau, des Francs-Bourgeois et du Pas de la Mule, à l’est par le boulevard Beaumarchais, et au sud par la rue de Rivoli et sa suite orientale, la rue Saint-Antoine.

Le diaporama débute par un aperçu du Bazar de l’hôtel de ville, un des grands magasins de Paris. Il se poursuit par quelques commerces et restaurants le long du côté nord de la rue de Rivoli ou à proximité sur ses rues adjacentes.

De 0:48 à 1:24, nous sommes à la Place du Marché-Sainte-Catherine. Celle-ci se distingue par les arbres qui y poussent; ce sont des muriers blancs de Chine.

Les poissonniers de l’ancien marché Sainte-Catherine ayant besoin d’eau pour nettoyer leur marchandise, une fontaine — appelée fontaine de Jarente — fut aménagée pour eux en 1783 (à 1:25).

De 1:27 à 1:43, nous visitons l’hôtel de Sully, construit entre 1624 et 1630 et acheté quatre ans plus tard par de duc de Sully, ex-conseiller d’Henri IV.

À l’arrière, la porte de droite de l’orangerie (à 1:43) donne accès directement à la Place des Vosges.

Or justement, la voici (de 1:45 à 2:42).

C’est la plus vieille place de Paris. Elle fut aménagée à partir de 1605 (sous Henri IV) et achevée en 1612 (sous Louis XIII). À 1:59, on peut voir la statue équestre de ce dernier qui se trouve au centre de la place.

Fermée sur elle-même et donc protégée des bruits de la ville, cette oasis de verdure est presque carrée (127 x 140 mètres).

Autour de ce parc sont construites des unités d’habitations rigoureusement identiques qui s’alignent de manière continue sur ses quatre faces.

Une de ces unités d’habitations fut occupée par Victor Hugo de 1832 à 1848. C’est devenu un musée consacré à l’écrivain. Le décor n’est pas d’origine mais il donne une idée des gouts de l’époque (de 2:15 à 2:36).

À partir de 2:47, nous voyons quelques établissements le long de la rue du Roi de Sicile ou des rues environnantes.

De 2:55 à 2:58, il s’agit d’un des plus prestigieux salons de thé de la capitale, soit Mariage Frères. Son menu comprend des centaines de thés différents, selon les pays, les années, et même les saisons de la récolte.

À 3:17, nous voici devant le portail de l’hôtel Amelot de Bisseuil, construit entre 1657 et 1660. C’est là que Beaumarchais, locataire de l’immeuble, écrivit Le Mariage de Figaro.

À 3:31, il s’agit de synagogue Agoudas Hakehilos, réalisée par l’architecte Hector Guimard en 1913.

De 3:33 à 4:10, nous visitons l’église Saint-Merri. Ce nom est un diminutif de saint Meredic.

Cette église fut achevée en 1552. Toutefois, les statues de sa façade datent de 1842. L’intérieur, sévèrement endommagé à la Révolution, a été restauré depuis.

Au nord de l’église se trouve la fontaine Stravinsky (de 4:11 à 4:27).

Cette fontaine est adjacente au Centre Pompidou, le musée d’art contemporain public de Paris (de 4:28 à 5:24).

De 5:29 à 5:44, nous voyons l’église Notre-Dame-des-Blancs-Manteaux (1685-1690) dont la façade de 1705 provient de l’église Saint-Éloi-des-Barnabites, démolie depuis.

Sa chaire spectaculaire, d’origine belge, date de 1749 (de 5:33 à 5:36).

De 5:51 à 5:57, il s’agit de l’hôtel d’Albert, reconstruit entre 1586 et 1588.

Et nous terminons (de 6:11 à 6:26) par l’hôtel de Lamoignon, construit de 1584 à 1611.

Son portail est plus récent. Il date de 1718. Au tympan, on y voit deux enfants. Celui de gauche symbolise la Vérité, tournant la tête d’un miroir (qui représente la vanité et l’illusion). Celui de droite symbolise la Prudence, craignant le serpent qu’il empoigne de la main gauche.

Parodié par votre humble serviteur, ce portail sert de page-titre au diaporama.


Détails techniques : Le diaporama présente 171 photos et 5 clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5, et cinq autres réalisées à l’aide d’un Lumix GH1 transformé pour prendre des photos infrarouges.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (152 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (7 photos) et le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (7 photos).

Voir aussi : Liste des diaporamas de Paris

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos de France, Photos de Paris, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le quatrième arrondissement de Paris (3e partie)

7 juin 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Introduction

Ce diaporama a pour sujet la partie la plus au sud du quartier du Marais.

Le territoire visité est compris entre le boulevard Sébastopol à l’ouest, la rue de Rivoli suivie de la rue Saint-Antoine au nord, le Bassin de l’Arsenal à l’ouest et la Seine au sud.

Nous le verrons en suivant principalement les rues qui le traversent d’ouest en est.

Puisque ces photos ont été prises en 2014 et 2015, beaucoup des établissements commerciaux devant lesquels nous passerons ont disparu, remplacés par d’autres ou en voie de l’être.

Mais Paris, même en se transformant, demeure toujours Paris.

Allons y faire un tour.

Le tout commence à la place du Châtelet, par le Théâtre de la Ville, construit de 1860 à 1862 sur le même plan que le théâtre du Châtelet qui lui fait face.

À sa droite, la Tour Saint-Jacques (1509-1522) est tout ce qui reste de l’église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, dédiée à l’apôtre saint Jacques le Majeur. On revoit cette tour à 0:25.

De 1:09 à 1:23, il s’agit de l’hôtel de ville de Paris. Le bâtiment que nous voyons aujourd’hui fut construit de 1874 à 1882 sur les ruines d’un bâtiment plus ancien réduit en cendres lors de la Commune de Paris de 1871.

À l’origine, il était construit perpendiculairement à la Seine, sur un terrain en terre battue où on déchargeait la cargaison des navires. C’était la Place de la grève (au sens d’une plage).

De nombreuses personnes disponibles s’y rendaient dans l’espoir d’y être embauchées. De ceux qui en revenaient bredouilles, on disait qu’ils avaient fait la grève (d’où le double sens du mot).

De 1:25 à 2:19, c’est l’église Saint-Gervais-Saint-Protais (1494-1621), située à l’est de l’hôtel de ville de Paris.

Le 29 mars 1918, au cours de l’office du Vendredi Saint, un obus allemand y tua 88 personnes. Ce fut le bombardement parisien le plus meurtrier de la guerre.

À la gauche de l’autel (à 1:31), on peut voir une sculpture en bois de saint Protais, et à droite, une sculpture en bois de saint Gervais, toutes deux réalisées en 1625.

À 1:41, il s’agit de la chapelle de la Vierge, achevée en 1517. Sa clé de voute est spectaculairement belle (à 1:42).

Cette église se caractérise par sa grande luminosité. Elle est renommée pour ses vitraux de la Renaissance, dont La Sagesse de Salomon, réalisée par Jean Chastellain en 1531 (de 1:47 à 1:49).

Chacun des arrondissements de Paris possède sa propre mairie. À 2:21, nous voyons brièvement celle du quatrième arrondissement.

Au 13 de la rue François-Miron (à 2:23), nous apercevons la maison dite « à l’enseigne du Mouton ». Cette maison à colombages n’est pas médiévale (comme on pourrait le croire), mais date du début du XVIIe siècle.

De 2:45 à 2:56, nous faisons la visite du Mémorial de la Shoah. Il fut créé en 2005 sur le site de l’ancien camp d’internement d’où partirent vers les camps d’extermination nazis environ neuf Juifs sur dix déportés de France.

De 2:59 à 3:02, il s’agit de l’hôtel de Beauvais. Construit entre 1565 et 1660, cette résidence est louée à partir de 1769 à l’ambassadeur du prince électeur de Bavière. En 1763-1764, le diplomate y accueillera pendant cinq mois Mozart, alors âgé de sept ans, de même que sa sœur et son père.

De 3:15 à 3:39, voici l’hôtel de Sens.

Son nom exact est l’hôtel des archevêques de Sens. Pourquoi cette appellation ? C’est que Paris ne devient un archevêché qu’en 1622. Avant cette date, la capitale du royaume dépendait de l’archevêché de Sens.

De 1475 à 1519, l’archevêque de cette ville fit construire ce palais pour être sa résidence parisienne. Il plaça son blason bien en évidence au-dessus de certaines fenêtres (à 3:27).

Le 28 juillet 1830, durant la Révolution de Juillet (en fait, une révolte parisienne qui dura trois jours), un boulet de canon se logea dans la façade de l’hôtel de Sens (à 3:21). Il y est toujours.

De nos jours, ce palais héberge la bibliothèque Forney. Au moment de ma visite, on y présentait une exposition de plus de 400 cuillères.

À 3:43, les murs de ce terrain de sport sont le plus long vestige (soixante mètres) de l’enceinte de Philippe Auguste. Ce roi de France, avant de partir pour la troisième croisade, ordonna la construction d’une muraille afin de protéger la capitale en son absence.

Sur le site des anciens jardins du roi Charles V, on aménagea le Village Saint-Paul (de 3:48 à 3:59), un dédale piétonnier bordé de boutiques, accessible par des portes cochères.

De 4:15 à 4:23, nous voyons l’hôtel Fieubet, du nom de celui qui fit l’acquisition de cette bâtisse en 1676.

Ce que nous apercevons aujourd’hui a peu de rapport avec le palais raffiné qu’il fut originellement. L’intérieur fut transformé en 1866 pour devenir une raffinerie de sucre. Puis en 1877, son nouveau propriétaire, le comte de Lavalette, y boursouffla l’extérieur en le transformant en un pastiche échevelé du baroque italo-espagnol.

De 4:27 à 5:07, nous voyons le Pavillon de l’Arsenal. Celui-ci est le Centre d’information, de documentation et d’exposition d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole parisienne.

De 4:47 à 5:05, on notera l’intérêt d’avoir un appareil photo doté d’un bon stabilisateur d’image en plus d’avoir un bon sens de l’équilibre…

À partir de 5:08, nous effectuons une promenade le long de la rue de Rivoli, une rue qui se poursuit sous le nom de rue Saint-Antoine.

De 5:25 à 6:07, il s’agit de l’église Saint-Paul-Saint-Louis, construite de 1627 à 1641. Puisque nous en avons déjà fait une description détaillée, on cliquera sur cet hyperlien pour accéder à notre texte.

À 6:25, voici le lycée des Francs-Bourgeois, situé dans l’hôtel de Mayenne, construit de 1613 à 1617.

De 6:27 à 6:35, nous apercevons l’ancienne église du couvent de la Visitation Sainte-Marie, construite sur les plans de François Mansart en 1632. L’édifice magnifique sert aujourd’hui au culte réformé, sous le nom du Temple du Marais.


Détails techniques : Le diaporama présente 176 photos et 5 clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (130 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (26 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (9 photos), le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (6 photos) et l’hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (4 photos).

Voir aussi : Liste des diaporamas de Paris

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos de France, Photos de Paris, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le quatrième arrondissement de Paris (1re partie)

18 mai 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Présentation du diaporama

Le quatrième arrondissement comprend deux parties; une partie insulaire et une partie qui ne l’est pas.

La partie ‘continentale’ est le sud du Marais (un quartier appelé ainsi parce qu’autrefois marécageux).

Ce diaporama-ci couvre la partie insulaire de l’arrondissement, soit l’est de l’ile de la Cité (sur laquelle est construite Notre-Dame de Paris) et l’ile Saint-Louis.

Sur l’ile de la Cité

Le diaporama commence par un aperçu du Tribunal de Commerce de Paris (de 0:13 à 0:15), puis de l’entrée de la Préfecture de police qui fait face à la cathédrale Notre-Dame (à 0:17).

Des 51 maisons qui, autrefois, hébergeaient les chanoines de la cathédrale, celle du chanoine Feydeau (à 0:19) est une des rares qui a survécu. Par la fantaisie des légendes parisiennes, elle est surnommée ‘Maison du roi Dagobert’ (celui qui, selon la chanson, a mis ses culottes à l’envers).

Sur l’ile de la Cité, mon restaurant préféré était la Réserve de Quasimodo (de 0:27 à 0:37).

À 0:41, il s’agit d’une statue de la Vierge qui décore la façade de l’édifice situé au 15 rue des Ursins (propriété du séminaire de Paris).

Le no 1 de cette rue (à 0:43) est une maison médiévale reconstituée au XXe siècle par l’architecte-urbaniste Fernand Pouillon.

De 0:47 à 0:49, on peut voir le pont de l’Archevêché à l’époque où les amoureux pouvaient y laisser des cadenas d’amour.

La tradition voulait que les amoureux y verrouillent un cadenas qui symbolise leur relation amoureuse et que la clé soit jetée à la Seine en guise d’éternité. Cette pratique — qui fragilise les rambardes — est aujourd’hui interdite.

Le pont Louis-Philippe (à 0:51) est un des cinq ponts qui donnent accès à l’ile Saint-Louis.

Sur l’ile Saint-Louis

Si on exclut les rues au pourtour de l’ile, celle-ci n’est traversée d’est en ouest que par la rue Saint-Louis-en-l’ile. On y trouve de nombreuses boutiques intéressantes.

À 1:01, le nom du restaurant L’Ilot Vache est un jeu de mots qui fait allusion au fait que l’ile Saint-Louis fut créée par le remblaiement de plusieurs petites iles sous Louis XIV, dont la principale était l’ile-aux-vaches (inhabitée, et qui devait au pâturage des ruminants, d’où son nom).

L’église Saint-Louis-en-l’Isle (de 1:09 à 1:53)

L’église Saint-Louis-en-l’Isle fut construite de 1664 à 1726 selon les plans de François Le Vau.

Son délicat clocher est percé de trous pour atténuer la poussée du vent.

Confisquée à la Révolution, elle est restituée au culte en 1805 alors que la première messe est célébrée par le pape Pie VII (dont nous éviterons de prononcer le nom par rectitude politique).

Derrière le maitre-autel est située la chapelle axiale dédiée à saint Louis (à 1:17). Depuis 1845, elle est ornée de peintures à la cire (de Pierre-Jules Jollivet) qui décrivent des épisodes de la vie du saint. Le vitrail a été réalisé en 1842 par Joseph Vigné d’après un carton de Pierre Jollivet.

C’est dans le bras droit du transept qu’on trouve l’autel de la Vierge. Sa statue en stuc, créée vers 1741 par François Ladatte, est devenue à la Révolution une représentation de la déesse de la Liberté, ce qui l’a sauvé de la destruction (à 1:21).

Quant à la statue de Sainte-Geneviève (la patronne de Paris), située dans le bras gauche du transept (de 1:23 à 1:25), c’est une œuvre du même sculpteur. Elle s’est recyclée en statue de la Liberté durant la Révolution, ce qui l’a également sauvée.

Le chemin de croix est en terre cuite peinte et dorée par Jean-Bernard Duseigneur (à 1:27).

À 1:29, la chapelle des âmes du Purgatoire est décorée du vitrail La Résurection créé en 1866 par Alfred Gérete.

La statue de saint Louis (à 1:35) est en grès émaillé (faite par Louis Müller en 1897) d’après une terre cuite d’André-Joseph Allar.

À la chapelle Saint-François-d’Assise, on peut admirer le vitrail conçu en 1842 par Pierre Jollivet (à 1:39). Il représente Blanche de Castille, mère de saint Louis.

L’autel de la chapelle Sainte-Marie-Madeleine est surmonté de Noli me tangere (Ne me touche pas), une copie de la toile perdue peinte en 1735 par Carl van Loo (à 1:41)

À 1:43, il s’agit de la chapelle de la Communion.

À 1:45, la chapelle des Fonts baptismaux est décorée du Baptême du Christ, peinte en 1645 par Jacques Stella.

Le vitrail dédié à sainte Isabelle de France (à 1:47), sœur de saint Louis, décore la chapelle homonyme. Il a été réalisé par Joseph Vigné en 1842 d’après les cartons de Pierre Jollivet.

L’orgue actuel (à 1:51) date 2005. Installé dans un buffet de chêne et de châtaignier, il est dû au facteur Bernard Aubertin.

Historique de l’hôtel de Lauzun

De tous les hôtels particuliers de Paris ouverts au public, l’hôtel de Lauzun est le seul qui a conservé une bonne partie de ses décors d’origine. On y est admis que sur réservation, accompagné d’un guide.

Dès que le marais situé près du Louvre fut asséché, son territoire servit à la construction d’hôtels particuliers — c’est-à-dire de palais urbains — commandés par des nobles désireux de se rapprocher du Louvre (où vivait la famille royale).

En comparaison, dès que l’ile Saint-Louis fut remblayée et offerte au développement immobilier, ce sont principalement des familles récemment enrichies (et en quête d’anoblissement) qui s’y établirent. Dont Charles Gruÿn, fournisseur aux armées du roi durant la querre de Trente Ans.

C’est lui qui s’adressa aux architectes Louis Le Vau et Charles Chamois pour qu’on lui construise un hôtel particulier. Ce qui fut fait de 1650 à 1659.

Cette résidence fastueuse fut vendue en 1682 à Antonin Nompar, comte de Lauzun (d’où le nom actuel de l’hôtel).

Qui est ce comte de Lauzun ?

À l’origine, c’est un cadet de Gascogne (comme d’Artagnan). Après des faits d’armes qui lui valurent d’être nommé colonel général des dragons, il courtise ardemment la grande Mademoiselle, cousine de Louis XIV. À 43 ans, c’était une des célibataires les plus riches d’Europe.

Quand la cousine du roi tomba amoureuse de ce parvenu, leur liaison devint une affaire d’État.

Après avoir consenti à leur union, Louis XIV se ravisa, ce qui mit le comte de Lauzun en colère. Les injures qu’il prononça parvinrent jusqu’aux oreilles du roi.

Ce qui valut au comte de Lauzun une peine de prison (écourtée en raison de ses relations), puis l’interdiction d’approcher la cour à moins deux lieux (environ 4 km).

Or justement, l’hôtel de la famille Gruÿn (à 18 km du château de Versailles) était à vendre.

Voilà l’essentiel. Maintenant visitons ce palais.

Visite de l’hôtel de Lauzun (de 1:55 à 3:39)

À 2:11, cette porte du rez-de-chaussée est surmontée d’une grosse coquille sous laquelle est coincée une tête de sanglier. Ceci est une allusion au premier propriétaire de l’hôtel, Charles Gruÿn. Ce nom de famille est une variante de ‘groin’ (désignant un museau de porc ou de sanglier).

Au premier étage, on peut voir la Grande salle et le Cabinet aux armoires.

Actuellement vide, la Grande salle servait de bibliothèque au dernier propriétaire des lieux, Jérôme Pichon (de 2:15 à 2:19)

Le Cabinet aux armoires (de 2:21 à 2:42) est adjacent à la Grande salle. On ignore la fonction de cette pièce à l’origine.

Puisque douze de ses boiseries sont en réalité des portes d’armoires fermées à clé, on présume que ce pourrait être là que Charles Gruÿn entreposait ses documents d’affaires et, qui sait, quelques pièces d’or…

Les huit peintures florales (dont celle à 2:25) seraient de Jean-Baptiste Monnoyer.

À l’époque, tout comme aujourd’hui, lorsqu’on vendait sa résidence, on apportait ses portraits de famille. À l’hôtel de Lauzun, on trouve des peintures allégoriques ou mythologiques, des paysages et des natures mortes (principalement des bouquets). Mais tous les portraits qu’on y voit de nos jours sont des toiles ajoutées aux XIXe et XXe siècles tout en étant anciennes.

En conséquence, des quatre personnages représentés au haut des murs, le seul connu est Marc de Beauvau, grand connétable de Lorraine (à 2:31) peint par Hyacinthe Rigaud dans les années 1720.

Le plafond (de 2:35 à 2:37) célèbre le Triomphe de Cérès, déesse romaine des moissons, peint par Michel Dorigny.

La toile est décentrée vers la fenêtre donnant sur la rue. Ce qui laisse à penser qu’une alcôve se trouvait au fond du cabinet. Effectivement, une photo de 1892 montre le lit de repos utilisé par un des derniers propriétaires de l’hôtel.

Au niveau des yeux, dix petits paysages, tous différents les uns des autres, décorent la pièce (à 2:39). On les attribue au peintre Pierre Patel.

Ils sont espacés par d’autres boiseries sur lesquelles on peut voir le monogramme formé des lettres G et M entrelacées, soit les initiales de Geneviève de Moÿ, deuxième épouse de Charles Gruÿn (à 2:41).

Son mari avait fait mettre l’hôtel à son nom afin de l’empêcher d’être saisi par des créanciers dans l’éventualité où ses affaires tournaient mal. Ce qui fut le cas quelques années plus tard (à la suite de la déchéance de Nicolas Fouquet avec lequel Gruÿn entretenait des liens). Ce qui explique la vente de l’hôtel au comte de Lauzun.

Tout le tour de la pièce, une bande de bois servait à éviter qu’en les déplaçant, le dossier des chaises n’abime les murs peints (à 2:43).

En empruntant de nouveau l’escalier d’honneur, on atteint le deuxième étage.

Au haut de cet escalier, on peut voir d’un côté la niche d’Apollon (à 2:45) et de l’autre, la niche de Minerve (à 2:47).

Le plafond est décoré d’une peinture en trompe-l’œil intitulée Le temps dévoilant la Vérité (à 2:49). Ici, sous un ciel lourd, le vieillard Chronos, ailé et armé d’une faux, soulève un grand voile rouge qui cachait la Vérité nue.

On pénètre ensuite dans l’antichambre (de 2:51 à 3:01). À l’intérieur, ses quatre portes sont surmontées d’un médaillon en bois doré qui représente les vertus cardinales : la Justice, la Force, la Prudence et la Tempérance.

À 2:53, la Tempérance est représentée par une femme qui verse de l’eau dans une coupe de vin.

En dessous de ce médaillon (à 2:55) la porte ne donne sur rien. Elle ne possède pas de poignée ni de serrure. En fait, elle ne s’ouvre même pas. C’est une décoration qui sert à faire symétrie avec la (vraie) porte qui lui fait face (à 2:59) et qui donne accès au Salon de musique.

Cette (vraie) porte est surmontée du médaillon représentant la Prudence. Cette vertu cardinale emprunte ici la représentation allégorique de la déesse romaine du même nom, soit une femme au bras duquel est enroulé un serpent et qui tient un miroir de l’autre.

Toujours à 2:59, l’architecte des lieux a créé une illusion de profondeur. La première porte (celle qui donne accès au Salon de musique) est la seule à deux battants. Les autres — ici toutes ouvertes jusqu’au fond — sont à un seul battant. Or il faut savoir qu’elles ont les mêmes proportions mais sont de taille décroissante, créant ainsi un effet de perspective qui donne l’impression que cette suite d’appartements est plus profonde qu’elle ne l’est en réalité.

Avant de quitter l’antichambre, notons que le bas de ses murs est décoré de panneaux de bois décorés de feuillage enroulé d’où surgit un animal assiégé par deux chiens de chasse (à 3:01).

Successivement, on voit un agneau, un cheval, un cerf, une chèvre, un lièvre, un lion, un ours, un renard, etc. Tous ces animaux ont en commun d’être en vedette dans une ou plusieurs fables d’Ésope.

Passons maintenant au Salon de musique (de 3:03 à 3:15).

À 3:03, sur la cloison au centre qui sépare les deux parties de ce salon, on peut voir un paysage mythologique représentant le repos de Diane et ses compagnes de chasse (dans l’encadrement ovale) et, au-dessus de lui, un paysage marin représentant les amours d’Acis et Galatée sous l’œil jaloux du cyclope Polyphème (dans l’ombre, à droite).

À la droite de ces tableaux, sur un autre mur, on voit un paysage avec Eurydice (épouse d’Orphée) mordue par un serpent.

À 3:05, l’agrandissement du paysage marin représentant les amours d’Acis et Galatée nous permet d’observer les détails de la frise qui coure juste sous le plafond. Sur celle-ci, tous les couples de puttos en stuc blanc sur fond doré sont séparés par le monogramme formé des lettres G et M dorées sur fond bleu.

Au plafond, on peut voir La toilette de Vénus (à 3:13).

Suivent la Chambre à alcôve (de 3:17 à 3:31) et le Boudoir de Daphnis et Chloé (de 3:33 à 3:43).

Dans la Chambre à alcôve, on notera (à 3:19) que la porte à gauche (qui donne accès au Salon de musique) est plus haute que celle de droite (qui donne accès au Boudoir de Daphnis et Chloé).

Ces deux portes participent au jeu de perspective dont nous avons parlé plus tôt.

La Chambre à alcôve comprend deux parties.

La partie avant est richement décorée. De bas en haut, cette décoration superpose des grotesques sur fond doré, les jeux d’enfants en ‘grisaille’, des paysages dans un encadrement rectangulaire surmonté de la tête d’une femme entre deux guirlandes, et finalement des peintures circulaires soutenues par deux puttos ou deux angelots, peintures qui alternent avec des bas-reliefs représentant des vases remplis de fruits. Ouf !

Chez les Romains, Diane est à la fois la déesse de la chasse et de la nuit. Voilà pourquoi on la représente souvent armée d’un carquois et coiffée d’un croissant de lune.

Sur le plafond (à 3:31), on la voit attentionnée sur son char (devant une immense lune) alors que des amours ailés couvrent Endymion du voile du sommeil.

L’alcôve proprement dite, aménagée au fond de la pièce, possède un plafond plus bas et était, à l’époque, fermée d’une draperie. Ce qui signifie qu’elle était plus facile à chauffer et donc, plus confortable en hiver.

Sur le devant de l’alcôve, plus précisément sur la bande de bois doré qui fait le joint entre les deux plafonds (à 3:33), deux amours suspendent une guirlande de feuilles de chêne de chaque côté de la tête de Diane, reconnaissable aux deux carquois croisés devant elle.

Sur cette photo, distingue à peine la peinture circulaire qui décore le plafond bas de la chambre. Elle représente Iris semant des fleurs de pavot sur Morphée (dieu des rêves) endormi.

Les murs du Boudoir de Daphnis et Chloé ont trois niveaux superposés. De bas en haut (à 3:37), des grotesques sur fond or, de grands miroirs qui décuplent en apparence la pièce exigüe, et une partie supérieure où se trouvent quatre illustrations de roman Daphnis et Chloé.

Composé au IIe siècle de notre ère, ce roman est le plus célèbre des récits bucoliques de l’antiquité.

Dans l’ovale central du plafond du Boudoir de Daphnis et Chloé est peinte Flore et Zéphyr de Michel Dorigny.

On y voit la déesse des fleurs qui distribue les bouquets que lui présente Zéphyr (le dieu ailé des vents légers).

Autour d’eux, une profusion de fleurs et de feuillage enroulé, de puttos exubérants soulevant des guirlandes, de masques souriants, alors que deux couples (formés d’un satyre et d’une nymphe) encadrent le monogramme formé des lettres G et M.

Cette apothéose picturale marque la fin de notre visite de l’hôtel de Lauzun.

Pour nous reposer de toute cette splendeur, quoi de mieux qu’un parc. De 3:51 à 3:53, voici donc le Square Barye, créé en 1938 à l’emplacement des jardins des Célestins (une communauté religieuse supprimée à la Révolution). Son monument est à la gloire du sculpteur animalier Antoine-Louis Barye (1795-1875).


Détails techniques : Le diaporama présente 118 photos réalisées à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (56 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (35 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (25 photos) et l’hypergone M.Zuiko 8 mm /F1,8 (2 photos).

Voir aussi : Liste des diaporamas de Paris

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos de France, Photos de Paris, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Souvenirs de Notre-Dame de Paris

12 mai 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

À l’exception des chapelles latérales qui se décorèrent au fil des commandites, la cathédrale Notre-Dame de Paris fut construite de 1163 à 1235.

Gravement endommagée les 15 et 16 avril 2019, elle nous apparaitra meurtrie pendant quelques années avant de retrouver son élégance séculaire.

Ce diaporama présente les photos que j’y ai prises avant l’incendie, plus précisément en 2014 et surtout en 2015. Il comprend quatre parties : l’extérieur, les tours, l’intérieur et le trésor de la cathédrale.

Note : Pour consulter un guide illustré des termes techniques d’architecture religieuse, on cliquera sur ceci.

L’extérieur

L’édifice fait 127 mètres de long. Sa façade possède 40 mètres de large. Il occupe 5,5 km².

La façade (côté occidental)

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

De bas en haut, la façade (à 0:09) se compose des trois portails — celui de la Vierge à gauche, celui du Jugement dernier, et le portail Sainte-Anne à droite — de la galerie des rois d’Israël et de Juda, de la rosace occidentale, de la Grande galerie (formée d’une succession de fines colonnettes) et des deux tours percées d’ouvertures ogivales qui laissent paraitre les abat-sons recouverts de plomb oxydé.

Les rois d’Israël et de Juda sont au nombre de 28. Ils symbolisent les 28 générations qui, selon l’évangile de saint Matthieu, séparaient le roi Isaï (père du roi David) de saint Joseph.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le portail central est celui du Jugement dernier (de 0:13 à 0:15). Immédiatement au-dessus des deux portes, aux extrémités du tympan, deux anges sonnent les trompettes (en réalité, il s’agit de saqueboutes) qui déclenchent la résurrection des morts. Au-dessus d’eux, saint Michel procède à la pesée des âmes; à gauche, les élus seront conduits au paradis alors qu’à droite, deux démons entrainent les pécheurs ligotés vers l’enfer.

Au sommet du portail, le Christ rend sentence entouré de deux anges portant les instruments de la Passion (les clous et la Croix), alors qu’agenouillés, la Vierge (à gauche) et saint Jean (à droite) intercèdent en faveur des humains.

Tout cela se déroule sous un ‘arc-en-ciel’ formé de six rangées d’anges, de patriarches, de martyrs et de vierges. En dépit du foisonnement de personnages, chacun d’eux est différent.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À l’exception de la Vierge à l’enfant sur le trumeau et des huit statues à sa hauteur (dont saint Denis décapité à gauche), le portail de la Vierge a conservé la plupart de ses sculptures d’origine (à 0:17).

De bas en haut, son tympan représente trois prophètes et trois rois (situés de part et d’autre de l’Arche d’Alliance), puis la mise au tombeau de Marie et au sommet, le couronnement céleste de la Vierge.

Le côté sud

Au haut du bras droit du transept (à 0:23) on peut voir une petite rosace. Au sommet se trouve une statue du Christ bénissant, entouré de saint Marcel, le neuvième évêque de Paris (à gauche) et de saint Étienne (à droite).

En dessous, la rosace de treize mètres de diamètre (à 0:25) domine la composition. De chaque côté d’elle, on voit les statues de saint Jean-Baptiste (à gauche) et saint Pierre (à droite).

Le portail du bras droit du transept est dédié à saint Étienne (à 0:27). Précisons que Notre-Dame de Paris a été construite sur le site d’une église antérieure consacrée à saint Étienne, le premier martyr chrétien (mort lapidé).

Le chevet (côté oriental)

Au milieu du square Jean XXIII, une fontaine néogothique a été installée en 1845 (à 0:29).

Le côté nord (à 0:31)

Située sur ce côté, la porte des Chanoines (à 0:33) leur permettait d’entrer dans la cathédrale tout près du chœur. Le tympan de cette porte représente des scènes de la vie de saint Marcel.

Le portail du Cloitre (à 0:35) est celui qui permet aux fidèles d’entrer par le bras gauche du transept.

De bas en haut, son tympan représente des scènes de l’enfance du Christ (Nativité, présentation au temple, massacre des Innocents et fuite en Égypte), alors que les parties supérieures illustrent la légende de Théophile.

Qui est donc ce Théophile ? C’est un évêque qui œuvrait dans le sud de la Turquie actuelle et qui, lorsque plus jeune, aurait vendu son âme au diable afin de sortir de la pauvreté. Puis regrettant ce pacte, il le fit annuler par la Vierge. Au sommet, on le voit œuvrer pour le bien après sa délivrance.

À 0:37, il s’agit du palais archiépiscopal.

Les tours

C’est par une entrée située près du côté gauche de la façade qu’on accède aux tours. Pour ce faire, il faut gravir 422 marches en incluant celles qui donnent accès à la billetterie.

Au Moyen-Âge, la salle de la billetterie (à 0:43) servait de refuge nocturne aux sans-abris.

Le flèche de 45 mètres de la cathédrale culmine à 96 mètres du sol. Elle est entourée des statues en cuivre repoussé des apôtres et évangélistes. Elles ont été exécutées par le sculpteur Victor Geoffroy-Dechaume.

La statue de saint Thomas (patron des architectes) emprunte les traits de Violet-le-Duc. C’est la seule sculpture tournée vers la flèche (à 0:53).

Au total, il y a dix cloches; deux dans la tour nord et huit dans la tour sud.

Les cloches s’articulent dans le beffroi en bois à l’intérieur de chaque tour. Cette structure est indépendante de la maçonnerie. Cela évite que les fortes vibrations des cloches en mouvement soient transmises aux tours. Ce qui, à la longue, finirait par les abimer.

Dans la tour nord, la plus belle des deux s’appelle Marie (de 0:57 à 1:00). Fondue en 2012, elle pèse six tonnes et sonne en sol dièse. Le texte du ‘Je vous salue Marie’ y est sculpté en relief.

Beaucoup plus grosse, la cloche Emmanuel pèse 13,3 tonnes (à 1:01). Elle sonne en fa dièse. C’est la seule cloche de la cathédrale qui soit antérieure à la Révolution; elle date de 1681.

En effet, toutes les cloches, sauf le bourdon Emmanuel, ont été fondues pour en faire des canons en 1792.

À l’occasion de la grande restauration de la cathédrale, on reconstitua en 1856 les huit cloches de la tour sud. Toutefois, elles possédaient un défaut majeur; elles ne s’accordaient ni avec le bourdon Emmanuel ni entre elles.

C’est finalement en 2012 qu’on remplaça toutes les cloches de la cathédrale, sauf le bourdon.

Quatre des cloches de 1856 sont exposées à l’arrière de la cathédrale (à 1:03), par respect pour celles qui ont annoncé tous les grands évènements de l’histoire de France aux XIXe et XXe siècles (dont la libération de Paris).

Le bestiaire fantastique de Notre-Dame se divise en chimères et en gargouilles (de 1:05 à 1:16).

On les distingue par le fait que les gargouilles évacuent l’eau de pluie à distance des murs alors que les chimères n’ont qu’une fonction décorative.

L’intérieur

Après 23 ans d’un mariage stérile, Louis XIII apprit en 1638 que son épouse était enceinte. Il fit alors ce qu’on appelle le ‘vœu de Louis XIII’. Il s’agissait d’un ensemble de promesses dont l’une consistait à reconstruire le maitre-autel de la cathédrale avec une image de la Vierge qui tient entre ses bras celle de son précieux fils descendu de la croix. En somme, une Piéta.

Mais le roi décéda cinq ans plus tard sans avoir pu réaliser cette dernière promesse. C’est son fils, Louis XIV qui s’en chargea.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Confié au sculpteur Nicolas Coustou, le nouveau maitre-autel (à 1:23) est surmonté d’une Piéta en marbre. À sa gauche est placée une statue de Louis XIV agenouillé (sculptée par Antoine Coysevox) et à sa droite, une statue de son père (Louis XIII) offrant sa couronne royale (due à Guillaume Coustou, fils de Nicolas).

Le socle du maitre-autel est garni d’un bas-relief en bronze doré représentant la déposition de la Croix.

Devant le chœur, de part et d’autre, s’alignent les stalles de bois permettant aux chanoines de s’assoir durant l’office (de 1:23 à 1:26). Le haut des dossiers est orné d’un bas-relief qui illustre la vie de la Vierge.

La plus ancienne sculpture de la cathédrale est cette Vierge à l’Enfant, datant du XIVe siècle (à 1:27).

Une bonne partie des vitraux originaux ont été détruits au XVIIIe siècle. Après des décennies d’abandon, quand Violet-le-Duc entreprend la restauration de l’édifice au XIXe siècle, il dota la cathédrale de vitraux dans le style du XIIIe siècle.

Au bas gauche du transept, la rosace (de 1:35 à 1:37) mesure treize mètres et représente la Vierge vénérée par 80 personnages de l’Ancien Testament répartis sur trois cercles.

Tout comme la précédente, la rosace du bras droit du transept (de 1:39 à 1:41) mesure treize mètres, soit près de 3,5 mètres de plus que la rosace de la façade. À son centre, le Christ de l’Apocalypse est entouré de quatre-vingts médaillons répartis sur quatre cercles.

De 1:45 à 1:54, nous apercevons la clôture du chœur. Celle-ci est adossée aux stalles des chanoines, comme on peut le voir dans la photo de biais à 1:25.

Illustrant la vie du Christ, la partie nord de la clôture du chœur a été réalisée de 1300 à 1318 par Pierre de Chelles. Illustrant les apparitions du Christ après sa Résurrection, la partie sud fut achevée en 1351 par Jean Le Bouteiller.

Le Trésor

À la Révolution, tous les objets précieux du Trésor de Notre-Dame ont été confisqués. Ils furent envoyés à la fonte en 1793. Seuls les objets jugés sans valeur marchande ont été épargnés. Ceux-ci furent restitués à la cathédrale en 1804 sur ordre de Napoléon Bonaparte.

C’est donc à dire que tous les objets d’orfèvrerie qu’on y voit de nos jours sont postérieurs à la Révolution.

Notre visite du Trésor débute par la tunique de lin que portait Louis IX (le futur saint Louis) en ce jour de 1239 où il présenta la Couronne d’épines du Christ au clergé de la cathédrale réuni à l’occasion d’une cérémonie liturgique avant de la déposer à la Sainte-Chapelle.

Sculpté en 1857 par Jean-Alexandre Chartier d’après un dessin de Violet-de-Duc, le buste reliquaire de saint Louis (à 2:15) était destiné à entreposer une partie des Saintes Reliques achetées par saint Louis au XIIIe siècle.

À 2:27, on voit un reliquaire de la Couronne d’épines, créé par Jean-Charles Cahier, orfèvre du roi Charles X. Il représente le monde surmonté d’une croix embrassée par la Foi.

À 2:45, il s’agit d’une Vierge à l’Enfant terrassant le serpent sculptée au XVIIIe siècle.

De 2:47 à 2:49, on voit la salle capitulaire.


Détails techniques : Le diaporama présente 82 photos réalisées à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (41 photos), le PanLeica 25 mm F/1,4 (29 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (7 photos) et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (5 photos).

Voir aussi : Liste des diaporamas de Paris

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Photographie, Photos de France, Photos de Paris, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au nord-ouest de la gare Centrale d’Helsinki

23 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

La Finlande n’ayant pas le climat pour la culture du raisin, l’État y décourage la consommation du vin (nécessairement importé).

Les seuls vins qu’on peut trouver à l’épicerie sont quelques piquettes dont la teneur en alcool est de l’ordre de 5 %. Lourdement taxés, les vins dignes de ce nom ne s’achètent qu’aux boutiques Alko, propriétés de l’État.

À 0:15, on notera que tous les noms de rue à Helsinki sont indiqués en finlandais et en suédois.

À 0:23, il s’agit d’une sculpture créée en 2006 par Eila Hiltunen. Intitulée Menneet ritarit (‘Héroïnes disparues’), elle commémore le centième anniversaire du droit de vote accordé aux femmes en 1906 et l’élection de 19 d’entre elles au parlement finlandais l’année suivante.

À 0:25, nous voyons Oma maa mansikka (‘Là où poussent les fraises’), une sculpture imposante de Jukka Lehtinen (2007).

De 0:27 à 1:47, nous faisons la visite du remarquable musée d’Histoire naturelle d’Helsinki.

Cette visite débute à 0:28 par le buste de Carl von Linné (1707-1778). Ce naturaliste suédois a classé systématiquement toutes les espèces vivantes connues à son époque.

Le musée utilise une vaste gamme de moyens pour présenter la nature; jeux pour enfants, squelettes, petits animaux baignant dans leur bocal, et vitrines saisissantes d’animaux empaillés.

Avec celui de Toronto et de Glasgow, c’est un des musées les plus intéressants du genre que j’ai eu l’occasion de visiter.

Le musée d’Art contemporain d’Helsinki s’appelle le Kiasma (de 1:59 à 2:41).

Construit de 1996 à 1998 sur les plans de l’architecte américain Steven Holl, le Kiasma comprend cinq niveaux d’exposition.

On y présente des expositions temporaires d’artistes invités ou réalisées à partir de sa collection permanente.

Au sortir du Kiasma, on rencontre la statue (à 2:43) du baron Carl-Gustaf-Emil Mannerheim, maréchal de Finlande et président de la République de 1944 à 1946.

À 2:47, nous voyons l’édifice du parlement finlandais. Conçu par l’architecte finlandais Johan-Sigfrid Sirén et inauguré en 1931, l’édifice est dans le style néoclassique, rehaussé d’une touche décorative finlandaise.

À sa gauche (à 2:47) se trouve la statue de Pehr-Evind Svinhufvud, premier président de la République finlandaise depuis son indépendance.

De 2:57 à 3:05, nous voici à l’église Temppeliaukion.

Dessinée par les architectes Timo et Tuomo Suomalainen en 1969, elle fut creusée dans le roc à partir d’une colline rocheuse.

Elle symbolise l’idéal typiquement finlandais de spiritualité en communion avec la nature.

Elle est recouverte d’un dôme de 24 mètres de diamètre soutenu par des planches de métal orientées pour laisser entrer la lumière.

De 3:21 à 3:31, il s’agit de la plage de Hietaniemi (qui jouxte le cimetière homonyme).

Sauf son extrémité sud (où on trouve quelques cailloux), cette plage est en sable fin.

Dans l’édifice circulaire à 3:21, on trouve des douches et des salles pour se changer. Au cout d’un euro, on peut louer un des nombreux casiers disponibles.

Si l’eau de la plage est plus propre que celle de l’ile de Seurasaari, elle est parfois colonisée par des algues bleues. Voilà pourquoi la douche est recommandée après la baignade.

Qui est Kyösti Kallio (à 3:35) ? Il fut premier ministre à quatre occasions de 1922 à 1937, et président de la République de 1937 à 1940.

Créée en 2011 par le cabinet d’architectes finlandais LPR-arkkitehdit, la Maison de la Musique (de 3:39 à 3:45) abrite une salle de concert de 1 700 places où les mélomanes s’assoient tout autour des musiciens et chanteurs, comme à la Philharmonie de Berlin.

Un peu plus au nord, on trouve le Café Huvila (de 3:47 à 3:53). Il est situé dans la dépendance d’une villa de style italien construite en 1846.

Parmi les mets offerts, il y a une quiche à la betterave accompagnée d’une salade (pour 9€). C’est très bon.

Inauguré en 1916, soit un an avant l’indépendance du pays, le Musée national de Finlande est ‘national’ au sens patriotique du terme (de 3:55 à 6:07).

Quiconque s’intéresse à l’histoire du peuple finlandais se doit de visiter ce musée remarquable.

L’édifice est dans le style Romantique national (la version finlandaise de l’Art nouveau). Avec son imposante tour carrée, il fait penser à une église.

À 4:05, il s’agit de la toile du peintre russe Vladimir Makovsky représentant Nikolaï-Ivanovitch Bobrikov. Celui-ci était gouverneur général du grand-duché de Finlande de 1898 à 1904.

En 1899, la Russie avait signé un décret établissant la suprématie des lois russes sur celles du parlement finlandais. De plus, on imposait la russification de l’administration et de l’enseignement en Finlande.

En 1903, Borikov avait accru la censure de la presse et interdit certains journaux, tout en limitant la liberté de réunion. Bref, il était la personne la plus détestée du pays.

Il fut assassiné en 1904 dans le vestibule du Sénat finlandais.

À 4:09, voici Hyökkäys (‘L’Attaque’), peinte par Edvard ‘Eetu’ Isto. Cette toile patriotique est parmi les plus célèbres de Finlande.

On y voit l’aigle à deux têtes (symbolisant la Russie) tentant d’arracher le grand livre de la Loi des mains de la Finlande. Cette toile a été peinte en 1899, l’année du décret dont nous venons de parler.

Dans ce musée, on y apprend également qu’au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, le pays a été frappé par plusieurs crises importantes.

D’abord une guerre civile au lendemain de l’indépendance, inspirée de la Révolution russe.

Puis l’exode en Suède de 80 000 enfants par crainte d’une invasion soviétique au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Chaque enfant portait une fiche qui l’identifiait au cas où il se perdrait au cours du voyage.

Puis une modernisation de l’agriculture du pays qui, dans les années 1970, chassa de leurs terres 300 000 Finlandais ruinés (qui émigrèrent en Suède).

Et ce, parallèlement à une bulle spéculative qui éclata dans la décennie suivante et qui provoqua l’effondrement du système bancaire. Tout cela propulsa le taux de chômage à 20 % dans les années 1990 et fit culminer à mille le nombre annuel de suicides.

Puis finalement une reconversion récente de l’économie vers les secteurs de haute technologie qui rendit le pays relativement prospère pour la première fois de son histoire.

On comprend entre autres pourquoi, de nos jours, ce peuple est un des plus heureux sur terre.

À 6:14, il s’agit d’un bronze que Veikko Myller créa en 1993 pour honorer la mémoire de Risto Ryti, président de la République de 1940 à 1944.

À 6:18, nous voyons la Maison Finlandia, à la fois salle de concert et palais des congrès, construite de 1962 à 1971 sur les plans de l’architecte Alvar Aalto.

De 6:36 à 6:39, il s’agit de l’Opéra national de Finlande, construit de 1975 à 1993 par les architectes Eero Hyvämäki, Jukka Karhunen et Risto Parkkinen.

Après un aperçu du musée du Tramway (de 6:40 à 6:43), nous nous attardons quelques instants au Craft Beer Garden Festival.

De 6:58 à 7:05, voici au parc Sibelius.

On peut y voir (à 6:58) le bronze Ilmar ja sotka (ou ‘Aviateur et mess’), créé par Aarre Aaltonen et dévoilé en 1946.

On y trouve également le monument à Sibelius (de 7:00 à 7:03), une œuvre en acier créée par Eila Hiltunen et dévoilée en 1967.

L’œuvre — qui fait penser à un orgue — est composée de plus de six-cents tuyaux et pèse vingt-quatre tonnes.

Le diaporama se termine par une promenade sur la piste cyclable le long de la rive occidentale d’Helsinki.


Détails techniques : Le diaporama présente 212 photos et un clip vidéo réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (103 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (76 photos), le M.Zuiko 25 mm F/1,2 (30 photos), et l’hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (3 photos).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Tamminiemi et l’ile de Seurasaari à Helsinki

21 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Le domaine de Tamminiemi

C’est dans le domaine de Tamminiemi, situé dans la partie nord-ouest d’Helsinki, que fut construite en 1904 ce qui devint la résidence officielle du président de la Finlande de 1940 à 1981 (de 0:09 à 0:11).

Dans les années 1950, certaines des négociations en vue de la signature d’un traité de coopération entre la Finlande et la Russie se sont déroulées dans le sauna de cette résidence.

De nos jours, l’édifice abrite le musée Uhro Kekkonen (du nom du dernier président à y résider).

L’ile de Seurasaari

C’est en empruntant un pont de bois qu’on accède à l’ile de Seurasaari, située à quelques pas du domaine de Tamminiemi.

Entièrement piétonnière, l’ile de Seurasaari est longue d’un kilomètre et large d’un demi-kilomètre.

Au cours d’un élan patriotique qui devait mener à l’indépendance du pays en 1917, on y a créé en 1909 sur un musée à ciel ouvert destiné à montrer le mode de vie traditionnel des Finlandais.

À cette fin, on y a déplacé une soixantaine de bâtiments en bois construits au XVIIIe et au XIXe siècle en provenance d’un peu partout à travers le pays.

On y trouve des maisons, deux moulins, une salle de concert, une église, des bâtiments pour entreposer les récoltes, de même que des outils aratoires et des bateaux de pêche.

Dans ces maisons, la fenestration y est parcimonieuse afin de réduire la déperdition de chaleur durant la saison froide. Ce qui fait que les intérieurs sont sombres et que les gens étaient incités à travailler à l’extérieur.

Le métal étant dispendieux, l’assemblage des matériaux se faisait sans utiliser de clous, selon diverses techniques de construction.

Dans les maisons les plus humbles, la décoration est inexistante (quoique dans l’une d’elles, les murs sont tapissés de papier journal).

Ce qui est frappant, c’est la faible empreinte environnementale des Finlandais aux siècles passés. Presque tout y est fait de bois. Non seulement les bâtiments, mais également les récipients pour manger, l’ameublement, et les jouets pour les enfants.

Seuls sont d’essence minérale les foyers, les vitres et les miroirs, les instruments aratoires et les récipients pour la cuisson (en métal ou en céramique).

Par exemple, le toit de l’église (de 2:17 à 2:42) est recouvert de tuiles de bois imperméabilisées par de la résine de conifère.

Devant l’église et dans son vestibule, on peut voir des piloris qui servaient à punir publiquement les malfaiteurs (de 2:18 à 2:23).

Dans l’église, les hommes s’assoyaient à droite, les femmes à gauche. Les paroissiens fortunés à l’avant. Les ouvriers et les paysans à l’arrière.

Sur les côtés, les cierges étaient portés par de longs chandeliers horizontaux en forme de bras afin de réduire les risques d’incendie puisque l’église est entièrement en bois.

À 3:17, qu’est-ce qui justifie que les deux sièges aient trois pattes au lieu de quatre ? C’est que de tels sièges sont les seuls qui soient stables sur un sol irrégulier.

Pour terminer, mentionnons que sur l’ile, on trouve trois plages, dont deux naturistes (une pour les hommes et l’autre pour les femmes).


Détails techniques : Le diaporama présente 104 photos prises à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (57 photos) et le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (47 photos).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

4 commentaires

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au sud-ouest de la gare Centrale d’Helsinki

17 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Notre visite commence à l’autoroute cyclable appelée Baana (de 0:04 à 0:23).

Celle-ci fut aménagée à la place d’une ancienne voie ferrée creusée dans le roc, longue de 1,3 km, dont l’extrémité nord-est se trouve à quelques minutes à pied de la gare Centrale.

Les viaducs qui l’enjambent portent des inscriptions qui permettent aux piétons et aux cyclistes de savoir quelle sortie emprunter.

Tout près de l’extrémité sud-ouest de la piste Baana se trouve le grand cimetière d’Hietaniemi (de 0:33 à 1:22).

De 1:24 à 1:46, nous voici au centre commercial Kamppi (du nom du quartier où il se trouve). Celui-ci est relié au métro.

Au Québec, ‘avoir la gastro’ signifie être atteint d’une gastroentérite. À 1:38, on remarquera ce restaurant appelé ‘Street Gastro’, qui suggère qu’en Finlande, ‘gastro’ n’a pas ce sens péjoratif.

De 1:56 à 3:34, nous entreprenons la visite du cinéma Finnkino (au rez-de-chaussée) et du Musée de la ville d’Helsinki (aux étages supérieurs).

La première partie du musée est consacrée à la finlandaise Tove Jansson (1914-2001). On y voit les fresques qu’elle a réalisées en 1947 pour décorer le restaurant de l’Hôtel de Ville d’Helsinki (de 2:22 à 2:28) et sa première œuvre importante (à 2:32), soit une murale pour la manufacture Strömberg.

Un peu plus loin sur le même étage, le musée présentait en 2018 l’exposition temporaire ‘Air de Paris’, puisée dans la collection de Leonard Bäcksbacka (dont la galerie d’art se trouve dans la capitale).

L’exposition montrait les œuvres d’artistes finlandais qui ont été influencés en se rendant dans cette capitale de l’art occidental qu’était Paris jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Au dernier étage, le musée rappelle l’histoire tumultueuse du graffiti à Helsinki et présente les œuvres contemporaines du musée (de 3:04 à 3:34).

De 3:49 à 4:00, nous sommes à la Place du Palais de Verre (ou Lasipalatsinaukio), sous laquelle se trouve le musée privé Amos Rex.

La firme d’architecture JKMM a réalisé en 2018 cette étonnante sculpture sur le toit du musée sous-terrain.

À deux pas de là se trouve la chapelle de Kamppi (de 4:01 à 4:06), construite en 2012, d’une capacité de soixante places assises. Ses murs sont en épicéa traité à la cire. Le plancher est en aune ciré et les bancs sont en frêne.

Ce lieu de culte luthérien est ouvert aux fidèles de toutes les religions.

C’est de 1824 à 1826 que l’architecte Carl-Ludvig Engel fit construire la Vieille église (ou Vanna Kirkko), la plus ancienne de la capitale (de 4:49 à 4:56).

Son retable intitulé Jésus-Christ bénit les enfants est de Robert-Wilhelm Ekman.

Originellement, cette église luthérienne était adjacente à un cimetière (devenu parc depuis).

C’est sur un extrait (transcrit à l’orgue) de la Musique pour l’eau de Haendel que s’effectue notre visite de l’église luthérienne Saint-Jean (de 5:28 à 5:49). De style néogothique, ce temple fut construit de 1888 à 1891. C’est la plus grande église d’Helsinki.

De 5:51 à 7:05, nous faisons la visite du Musée Sinebrychoffin.

En 1840-1842, le brasseur Nikolai Sinebrychoff se fait construire une somptueuse résidence adjacente à son entreprise. Mort sans enfant, il légua sa résidence à son frère Pavel-Petrovich (encore plus doué en affaires), qu’hérita à son tour son propre fils Paul.

Or Paul Sinebrychoff et son épouse, l’actrice Fanny Grahn, étaient de grands collectionneurs d’objets d’art.

À la mort de Paul, leur collection était la plus importante collection privée de Scandinavie, rivalisant avec les plus grands musées publics des pays voisins (sauf la Russie, évidemment).

Leur résidence devint un musée en 1921.

Les bureaux administratifs de la brasserie et les quartiers des domestiques se trouvaient au rez-de-chaussée. C’est là que, de nos jours, se tiennent les expositions temporaires.

À l’étage vivait la famille Sinebrychoff. On peut y voir leur remarquable collection.

Le musée est à la fois un musée des arts décoratifs (dans les pièces meublées) et un musée des Beaux-arts où s’alignent les Corot, Cranach, Tiepolo, Watteau, en plus de peintres moins connus, mais remarquables.

De 7:11 à 7:17, nous entrevoyons le Hietalahden kauppahalli (ou Halle du district d’Hietalahti).

Cet édifice est une ancienne caserne russe construite en 1903 par l’architecte finlandais Selim-Arvid Lindqvist, à l’époque où la Finlande était un grand-duché russe.

Convertie en halle en 1906, son intérieur ressemble à celui de la Veille Halle de la place du Marché.

Devant cet édifice se tient un marché aux puces. Des rectangles blancs au sol indiquent à chaque marchand l’endroit où il doit dresser son étal.

Le diaporama se termine par une visite aux iles Pihlajasaaret. Il s’agit essentiellement de deux iles jumelles reliées par un pont, entourées de quelques ilots. Celle située à l’Ouest est dotée d’une plage ‘normale’ alors que celle à l’Est possède une plage naturiste à sa pointe méridionale.


Détails techniques : Le diaporama présente 211 photos et trois clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II et un iPad Air 2 (pour 8 de ces photos).

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (123 photos), le M.Zuiko 25 mm F/1,2 (47 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (31 photos), et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (2 photos).


Détails des œuvres présentées dans ce diaporama :

• à 2:24 : Célébration champêtre, de Tove Jansson (1947)
• à 2:28 : Célébration urbaine, de Tove Jansson (1947)
• à 2:30 : Avant la mascarade, de Tove Jansson (1943)
• à 2:32 : Électricité, de Tove Jansson (1945)
• à 2:34 : Repos après le travail, de Tove Jansson (1945)
• à 2:40 : Au jardin du Luxembourg, d’Eero Snellman (1913)
• à 2:44 : Saint-Cloud, de Santeri Salokivi (1925)
• à 2:46 : Paris, d’Eero Snellman (1913)
• à 2:48 : Portrait de Kitty Fazer, d’Hjalmar Hagelstam (1938)
• à 2:52 : La Fille rousse, de Roger Limouse (non daté)
• à 2:54 : Un Café à Paris, d’Yngve Bäck (1950)
• à 2:58 : Le Cirque, de Birger Carlstedt (1937)
• à 3:02 : Nature morte, de Birger Carlstedt (1944)
• à 3:31 : Fan Fiction #2, de Timo Vaittinen (2015)
• à 4:17 : Arcum Tendit Apollo, d’Emil Cedercreutz (1924)
• à 4:45 : Mémorial à Elias Lönnrot, d’Emil Wikström (1902)
• à 5:54 : Paysage, de Jean-Baptiste Camille Corot (XIXe)
• à 5:57 : Étude pour L’Enlèvement des Sabines, de Giovanni-Battista Tiepolo (XVIIIe)
• à 5:59 : La Balançoire (détail), d’Antoine Watteau (vers 1712)
• à 6:03 : Moine franciscain lisant, attribué à Rembrandt (1661)
• à 6:05 : Jeune soldat, de Jacob Duck (XVIIe)
• à 6:07 : Vue d’Overtoom à Amsterdam, inconnu (XVIIe)
• à 6:13 : Portrait d’une jeune femme, de Lucas Cranach (1525)
• à 6:15 : Lucretia, de Lucas Cranach (1530)
• à 6:17 : La Sainte Famille, de Joos van Cleve (vers 1520-30)
• à 6:19 : Saint Jean Baptiste, saint Julien l’Hospitalier, saint Michel et saint Zénobe de Florence, de Bicci Di Lorenzo (XVe)
• à 6:21 : L’Adoration des mages, de Giovanni Boccati (XVe)
• à 6:24 : Faune, de Johan-Tobias Sergel (1774)
• à 6:53 : L’Accompagnement musical, d’Antonie Palamedesz (1632)
• à 6:55 : Portrait de deux sœurs, de Cornelius de Vos (vers 1600)
• à 6:57 : Maria-Odilia Buys, de Jan-Anthonisz van Ravesteyn (1628)
• à 7:09 : Chaise ‘Egg’, d’Arne Jacobsen (1958).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au sud-est de la gare Centrale d’Helsinki

9 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

Histoire

Avant sa défaite militaire contre la Russie en 1808-1809, la Suède comprenait deux grandes régions s’étirant du nord au sud de chaque côté du golfe de Botnie : la Suède proprement dite à l’ouest et la Finlande à l’est.

Annexée par la Russie à l’issue de cette guerre, la Finlande devint alors un grand-duché. Le tsar exigea qu’on déplaçât la capitale finlandaise, de Turku (situé trop près de la Suède) vers Helsinki, un port minuscule situé à mi-chemin entre Turku et la frontière russe.

Mais là où il était situé, caché au fond d’une baie, derrière une multitude de petites iles, Helsinki n’était pas baigné d’eaux assez profondes pour en faire un grand port de navigation. Le tsar ordonna d’en déplacer le centre-ville six kilomètres plus au sud, lui donnant ainsi un accès plus direct au golfe de Finlande.

Et il confia à Carl-Ludwig Engel, un architecte allemand, le soin de doter le nouvel Helsinki d’un centre-ville moderne.

Helsinki fut alors ce que Brasilia (l’actuelle capitale brésilienne) devint en 1960; une ville avant-gardiste née de rien.

En ce début du XIXe siècle, le style à la mode était le néoclassisme. Carl-Ludwig Engel en multiplie donc les exemples.

On lui doit, entre autres, la Bibliothèque nationale de Finlande (à 0:29), la Cathédrale luthérienne d’Helsinki (à 0:41), l’ancien palais du Tsar (devenu palais présidentiel, à 2:53), l’Hôtel de Ville (à 4:05), l’actuel bâtiment du ministère de la Défense (à 5:23), et l’observatoire astronomique (à 6:37).

Bref, tout le quartier porte sa marque.

Présentation du diaporama

La partie d’Helsinki que nous allons découvrir correspond à son centre-ville. C’est l’endroit le plus visité par les touristes qui séjournent brièvement dans la capitale.

À 0:15, il s’agit du musée des Beaux-Arts d’Helsinki, de style néorenaissance. Appelé de l’Ateneum, ce musée fait l’objet d’un diaporama séparé.

De 0:17 à 0:27, il s’agit du pavillon Think Corner de l’Université d’Helsinki, créé en 2017 par le cabinet d’architectes JKMM.

Derrière une façade purement minérale, composée de verre et de béton, on trouve un intérieur tout revêtu de bois. Même le mobilier est en bois.

Détail à noter : les casiers ne sont pas verrouillés par des serrures ni par des cadenas, mais par des verrous électroniques exigeant un mot de passe numérique.

De 0:29 à 0:39, nous visitons la Bibliothèque nationale de Finlande. Celle-ci fut achevée en 1844 selon les plans de Carl-Ludwig Engel.

La bibliothèque contient des titres scientifiques, de la littérature finlandaise (dont plusieurs en livre d’Art), et des livres écrits dans diverses langues, dont l’anglais.

Immédiatement à l’est, on trouve la magnifique Cathédrale luthérienne d’Helsinki, construite en 1852 par Carl-Ludwig Engel. Ses coupoles vert-de-gris sont décorées d’étoiles d’or.

Comme la très grande majorité des temples protestants, l’intérieur est sobre.

Il est à noter que l’Église luthérienne est une des rares confessions religieuses à accepter des femmes à la prêtrise (plus précisément au pastorat, dans ce cas-ci).

Devant la cathédrale est érigée une statue du tsar Alexandre II en remerciement pour avoir doté le grand-duché de sa propre assemblée législative.

La cathédrale occupe le côté nord de la Place du Sénat (à 0:51). À l’est (à gauche sur la photo) on voit le bâtiment principal de l’Université d’Helsinki.

Parmi les édifices jaunes qui font face à la cathédrale, celui dont la façade est décorée de quatre colonnes blanches est la maison Bock, construite en 1818 par Carl-Ludwig Engel.

Sans que les photos soient dans le bon ordre, nous entamons une promenade le long de la rue Aleksanterinkatu (de 0:57 à 1:31)… tout en faisant un petit détour sur quelques rues qui lui sont adjacentes (de 1:33 à 2:05).

Au passage (à 1:13), nous entrevoyons les sculptures Filature et Chasse, créées en 1900 par Robert Stigell.

De retour sur Aleksanterinkatu, nous voyons la Maison Hellenius (à 2:07), construite en 1770, et dont le rez-de-chaussée abrite une boutique de souvenirs.

Puis nous visitons le Musée municipal (de 2:23 à 2:45).

Lauréat du trophée international Museums Heritage 2017, ce musée présente une remarquable collection de photographies et d’objets reliés à l’histoire quotidienne des citoyens de la ville.

En plus de pièces meublées selon différentes époques, on y trouve une section ludique adressée aux enfants.

À 2:51, cette entrée discrète, qui donne directement sur la rue, est celle du bureau du président de la République. Elle est située à la droite du Palais présidentiel (à 2:53). À l’origine, ce dernier était le Palais du tsar, construit en 1841 par Carl-Ludwig Engel.

Sur le promontoire de l’ile de Katajanokka, s’élève la cathédrale orthodoxe d’Ouspenski (ou cathédrale de l’Assomption, de 2:55 à 3:12). Elle fut construite en 1868.

Parmi les moyens de s’y rendre, on peut emprunter le pont pédestre de Rakkaudensilta (ou pont de l’Amour, de 2:50 à 3:01).

Les messes du samedi à 18h et du dimanche à 10h permettent d’entendre les somptueux chœurs à la russe qui résonnent dans les hautes voutes de l’édifice.

Aux pieds de la cathédrale (à 3:15), l’édifice gris au premier plan est le Corps de garde principal d’Helsinki, construit en 1843 par Carl-Ludwig Engel.

De 3:17 à 3:45, nous flânons autour du parc de l’Esplanade. Notre exploration débute à 3:17 par le bronze en l’honneur d’Eino Leino (1878-1926), un des plus célèbres écrivains finlandais.

À 3:27, c’est la statue fantaisiste intitulée Hei vaan (ou Bonjour) créée par Viktor Jansson en 1940.

À mi-chemin (à 3:33 et à 3:39), on trouve la statue en l’honneur de Johan-Ludvig Runeberg (1804-1877), le plus important poète finlandais.

Au passage, nous voyons (de 3:35 à 3:37) un édifice de style romantique national — c’est la version finlandaise de l’Art nouveau — construit par Lars Sonck en 1909 et dans lequel se trouve le ministère des Transports et des Communications.

À 3:45, il s’agit de la statue Havis Amanda, érigée en 1908 à la rencontre de l’Esplanade et de la place du Marché

En Finlande, le Vappuaatto (ou Veille du Premier Mai) correspond à la Nuit de Walpurgis dans les pays germaniques.

Célébrée dans la nuit du 30 avril au 1er mai, elle marque la fin de l’hiver. Dans la capitale finlandaise, la fête du Vappu dure deux jours.

Le 30 avril, selon la tradition, les étudiants de l’université viennent nettoyer la statue Havis Amanda.

Ce long congé est l’occasion pour les familles d’aller piqueniquer dans l’immense parc boisé de Kaivopuisto, aménagé en bordure du golfe de Finlande.

On accède au port d’Helsinki par la Place du Marché (de 3:47 à 4:50).

Cette dernière est le lieu traditionnel où les habitants de la capitale s’approvisionnaient en vivres; aux producteurs maraichers s’ajoutaient alors les pêcheurs (qui pouvaient y accoster).

Encore de nos jours, on y trouve des cantines, des étals de souvenirs et de produits d’artisanat.

C’est de là que partent une bonne partie des bateaux qui offrent des croisières aux visiteurs.

Entre autres, on trouve sur cette place le plus ancien monument public de la capitale (à 3:37). Édifié en 1835 par l’architecte Carl-Ludwig Engel, il commémore la visite effectuée deux ans plus tôt à Helsinki par la tsarine Alexandra-Fiodorovna Romanova.

On y trouve également l’hôtel de ville (de 4:03 à 4:17), le complexe récréatif Allas Sea Pool (de 4:19 à 4:40), et la grande roue Sky Wheel Helsinki (de 4:41 à 4:50).

Le complexe Allas Sea Pool est doté de trois piscines extérieures.

Sur la photo à 4:31, la piscine à gauche et la barboteuse au centre sont chauffées à 27 degrés Celsius alors que celle à droite (moins fréquentée) offre l’expérience unique de vous baigner dans l’eau de la mer Baltique à 15 ou 16 degrés.

Entre les piscines et l’édifice au premier plan — qui abrite les salles de déshabillage, les douches et les saunas — une terrasse permet aux clients de se prélasser au soleil (de 4:35 à 4:38)).

Après avoir acquitté le prix d’entrée, on vous remet un bracelet électronique (à 4:29) qui déverrouille les entrées et les sorties du site, de même que le casier que vous choisirez.

Dans les saunas, le port du maillot de bain est facultatif. Voilà pourquoi hommes et femmes ont des saunas séparés (au rez-de-chaussée, à 4:27).

De 4:51 à 4:53, nous voyons successivement la façade sud-ouest et le côté nord-ouest de l’ancien édifice de la douane, construit de 1898 à 1901.

Sur le côté ouest de la Place du Marché, on trouve une halle (de 4:57 à 5:13), construite en 1889. De nos jours, on y trouve quelques restaurants et des épiceries fines.

À 5:23, ce soldat debout sur un globe d’acier chromé est une sculpture créée en 2017 par Pekka Kauhanen. Elle fait office de mémorial de la guerre d’hiver 1939-1940.

Dans le globe se trouvent 105 photographies représentant les 105 jours du conflit.

Cette sculpture a été placée devant de bâtiment principal du ministère de la Défense, construit par Carl-Ludwig Engel en 1822.

À 5:35, nous voyons la statue érigée en l’honneur de l’écrivain finlandais Zacharias Topelius (1818-1898).

De 5:37 à 6:26, nous visitons le Musée du Design, aménagé dans une ancienne école de style néogothique construite en 1895.

Parmi les nombreuses créations contemporaines où les artistes finlandais se sont illustrés, mentionnons la ligne de porcelaine ‘Suomi’ (qui veut dire Finlande en finlandais, de 6:05 à 6:08). Créée en 1976 par Timo Sarpaneva pour la manufacture allemande Rosenthal, ce fut leur modèle le plus populaire à ce jour.

Tout près se trouve (de 6:26 à 6:36) le minuscule Musée de l’architecture finlandaise qui plaira aux passionnés de cette discipline.

Antithèse de ce musée, à deux pas de celui-ci, on s’affairait à détruire un édifice.

Un peu à l’ouest se trouve un parc à l’anglaise aménagé sur une colline rocheuse qui surplombe le port. Au milieu du parc Tähtitorninmäki (c’est son nom), on trouve un observatoire astronomique de style néoclassique construit de 1831 à 1834 par Carl-Ludwig Engel (de 6:51 à 7:16).

Les télescopes de l’époque ne pouvaient pas pivoter à 360° comme ceux d’aujourd’hui. Voilà pourquoi l’observatoire comporte trois tours d’observation, offrant trois champs de vision complémentaires, une solution copiée par la suite par de nombreux observatoires.

Cessant ses activités astronomiques au début des années 1970, l’ancien observatoire est aujourd’hui un petit musée qui expose les divers instruments de précision qui ont jalonné son histoire.

On peut y voir (à 7:02) ce lit d’observation qui a épargné bien des torticolis aux astronomes.

À 7:17, toujours dans ce parc, se trouve la statue Haaksirikkoiset, créée en 1898 par Robert Stigell.

À 7:26, nous apercevons l’ambassade russe.

De 7:28 à 7:32, il s’agit de la cathédrale catholique Saint-Henri. De style néogothique, elle fut érigée de 1858 à 1860 par Ernst-Bernhard Lohrmann.

De 7:34 à 8:02, nous sommes dans le grand parc Kaivopuisto dont nous avons parlé plus tôt.

Entre autres, on y pratique le soccer bulle. Dans ce jeu, chaque participant joue à l’intérieur d’une énorme bulle gonflable, ce qui nuit un peu à sa visibilité et le rend vulnérable aux plaquages.

Ce qui permet aux observateurs masculins de rire de la maladresse des équipes féminines et, quand les rôles sont inversés, de permettre aux observatrices de constater que les équipes masculines sont tout aussi ridicules.

De retour à la Place du Marché, nous entreprenons le voyage vers la forteresse de Suomenlinna, construite à partir de 1748.

Qualifiée à l’époque de ‘Gibraltar du Nord’, cette forteresse comprenait des éléments défensifs érigés sur huit iles voisines.

Pour s’y rendre, on doit emprunter une embarcation de la J-T Line dont la billetterie (à 8:04) est située à la Place du Marché.

L’aller-retour coute 7€.

Tout près du point d’arrivée, on trouve le musée de Suomenlinna (prix d’entrée de 8€). Sa visite est recommandée, principalement en raison du film de vingt-cinq minutes qu’on y présente en continu et qui explique très bien l’histoire de la forteresse.

Construite en 1854, l’unique église (de 8:45 à 8:51) était originellement orthodoxe. Elle fut attribuée au culte luthérien à l’indépendance.

Lorsqu’on pénètre (à 9:10) dans les sombres murs des fortifications — là où les canons tiraient leurs obus — la température baisse de manière soudaine et marquée.

C’est l’effet climatisant des épais murs de pierre. Ceux-ci accumulent la fraicheur de la nuit et la restituent à mesure que la température s’élève durant le jour.

Plus au sud, sur la côte orientale de l’ile, on peut visiter le sous-marin finlandais Vesikko (à 9:13), utilisé au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Au même niveau, du côté opposé de l’ile, on trouve une plage de sable fin (de 9:17 à 9:21). L’eau du golfe de Finlande y est propre, mais toujours froide.

À 9:21, on peut voir une des deux cabines de bois à la disposition des baigneurs pour se changer.

Au milieu de la Grande Place de l’ile se dresse le monument à Augustin Ehrensvärd, architecte de la forteresse (de 9:33 à 9:35). Sur cette place se trouve également un musée à son nom, aménagé dans la résidence qu’il occupa.

Le diaporama se termine par le retour vers la Place du Marché.


Détails techniques : Le diaporama présente 271 photos et quatre clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (203 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (52 photos), le M.Zuiko 25 mm F/1,2 (10 photos), l’hypergone 8 mm F/1,8 (5 photos), et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (1 photo).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au nord-est de la gare Centrale d’Helsinki

2 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

À 0:05, nous voyons le Théâtre national de Finlande, construit en 1902 d’après les plans de l’architecte Onni Tarjanne.

Viktor Jansson se servit de sa fille Tove comme modèle pour réaliser Convolvulus (à 0:09) en 1931. Le titre de la sculpture fait référence au Liseron des champs (Convolvulus arvensis).

Le Jardin botanique

Notre exploration d’Helsinki débute véritablement au Jardin botanique (de 0:11 à 0:29), situé à deux pas de la gare Centrale. On y accède par son côté nord, celui qui donne sur la baie de Kaisaniemi.

La moitié orientale du Jardin botanique est un agréable parc boisé où des Finlandais viennent fuir la chaleur.

Mais c’est dans la partie occidentale qu’on trouve les serres auxquelles on accède en acquittant un prix d’entrée de 7€. On y présente des plantes bien identifiées, regroupées selon le climat. Le tout est un peu encombré.

À l’extérieur sont aménagées des plantes-bandes de fleurs exposées au soleil.

Globalement, c’est une attraction touristique mineure de la ville.

Le musée de la maison du ‘Burgher’

Sur un promontoire à l’est du Jardin botanique, au 12 de la rue Kristianinkatu, on trouve le musée de la maison du ‘Burgher’. Ce titre est celui du directeur du Service de protection contre les incendies (de 0:37 à 0:51).

Le musée est aménagé dans une maison bourgeoise acquise en 1859 par Alexander Wicklom, alors responsable de ce service.

Les deux bâtiments qui font partie du musée sont les seules maisons anciennes en bois à Helsinki qui sont situées sur leur lieu d’origine. L’accès au musée et la visite guidée en anglais sont gratuits.

L’ameublement d’origine des deux maisons (partiellement conservée) a été complété par des meubles d’époque.

On y apprend que si les rues anciennes de la ville étaient si larges (pour l’époque), c’était afin de prévenir les incendies; les maisons étaient généralement en bois et les saunas familiaux étaient omniprésents. Cette distance permettait d’isoler un pâté de maisons des autres environnants.

De plus, ce qu’on voit dans le coin supérieur droit des photos à 0:43 et 0:49, ce ne sont pas des haltères, mais des miches trouées de pain de seigle.

On les fabriquait en lot et on les suspendait dans la cuisine pour les soustraire à la vermine et aux rongeurs. Évidemment, les derniers pains, devenus secs et durs, étaient consommés avec de l’eau pour les attendrir.

Très intéressant, ce musée est recommandé.

De 1:13 à 1:21, c’est un aperçu de la petite ile de Tervasaari (ile au Goudron) où, par temps ensoleillé, les citoyens de la ville aiment se prélasser.

Zoo de Korkeasaari

À 1:23, nous entreprenons le voyage en autobus vers l’ile de Korkeasaari. On y trouve le zoo municipal, créé en 1889. C’est un des plus anciens zoos au monde.

Pour nous y rendre, nous traversons la grande ile boisée de Mustikkamaa, où se trouvent, au nord, le Parc d’aventure Korkee (de 2:07 à 2:23) et, au sud, la plage de Mustikkamaa (de 2:29 à 2:35).

Autour de la Baie du zoo (de 2:37 à 3:43)

Immédiatement au nord du Jardin botanique se trouve la Baie du Zoo (Eläintarhanlahti). Ce nom vient d’un projet de zoo limitrophe qui ne s’est jamais réalisé.

Autour de cette baie ont été aménagées une piste cyclable et une marina. On y trouve (de 2:45 à 2:47) un édifice construit de 1906 à 1908 par l’Association des travailleurs d’Helsinki.

Dès le départ, un restaurant s’y trouvait sous le même nom de Juttutupa (le nom actuel). De nos jours, on peut encore y voir la ‘Table des révolutionnaires’ où Lénine se serait attablé.

De 3:17 à 3:19, il s’agit de la sculpture Maailmanrauha (Paix mondiale) d’Oleg Kirjuhin, créée en 1989. Don de la ville de Moscou, elle représente des gens provenant de cinq continents, levant les bras en signe de solidarité pour la paix mondiale.

À 3:41, à l’embouchure de la baie, on voit la sculpture Heijastuksia (Réflexion), créée en 1974 par Risto Salonen.

Le quartier de Kallio

Après un repas au buffet végétarien Silvoplee — phonétiquement apparenté à ‘S’il vous plait’ — où la nourriture est facturée au poids, nous voyons à 4:09 le Mémorial des femmes en temps de guerre (ou Sodanajan naisen muistomerkki), de la sculptrice Heikki Häiväoja (1996).

Cette sculpture rend hommage à celles qui ont contribué à leur manière à l’effort de guerre entre 1939 et 1945.

Une autre œuvre, cette fois de la sculptrice Miina Äkkijyrkkä, décore aussi le quartier.

De 4:23 à 4:37, nous voyons la bibliothèque de Kallio, construite en 1912.

De toutes les églises luthériennes de la ville, celle du quartier de Kallio, d’une capacité de 900 personnes, est probablement la plus belle (de 4:51 à 5:21).

Elle est située au sommet d’une colline étendue, haute d’une trentaine de mètres. Son clocher ajoute 64 mètres supplémentaires au-dessus du niveau de la mer.

Quotidiennement, à midi et 18h, son carillon joue un air composé spécialement pour lui par Jean Sibelius.

Alors que le style romantique national triomphait à Helsinki, ce temple fut achevé en 1912 selon les plans de Lars Sonck.

L’intérieur est d’un exquis raffinement, discrètement décoré de motifs floraux rehaussés de dorure. Ceux-ci sont réalisés au pochoir ou creusés dans la pierre.

C’est un peu l’équivalent luthérien de l’église catholique Saint-Léopold-du-Steinhof de Vienne.

Le quartier de Alppiharju

On y trouve le parc d’attractions Linnanmäki, à l’intérieur duquel se trouve Sea World.

Helsinki possède une multitude d’espaces verts. Mais peu sont aménagés avec autant de soin que le parc à l’anglaise de Lenininpuisto (de 6:59 à 7:07). Créé en 1960-1961, le parc a été renommé en 1970 en l’honneur de Lénine pour marquer le centième anniversaire de sa naissance.

Le quartier de Vallila

Un peu au sud de la rue Strurenkatu et bordé par les rues Vallilantie au sud, Roineentie à l’est, et Vanajantie à l’ouest, on trouve un ensemble résidentiel dont l’histoire est étonnante.

Avant la création du quartier ouvrier d’Het Schip à Amsterdam, et avant Vienne la rouge, Helsinki a construit dans les années 1910 une minicité ouvrière modèle appelée Puu Vallila (de 7:09 à 7:29).

Sans posséder l’audace architecturale des cité-sœurs dont on vient de parler, Puu Valilla était constitué de maisons de bois qui tournaient le dos à la rue; l’entrée se fait généralement sur les côtés ou à l’arrière.

Plus spacieuses que les maisons qu’on construisait à l’époque pour les ouvriers, elles possèdent à l’arrière un jardin arboré parfois clôturé ou parfois accessible aux voisins. En somme, tout était conçu pour le plaisir de vivre de ses occupants.

Le quartier d’Hermanni

Le diaporama se termine (de 7:43 à 7:47) par un aperçu de l’Helsinki Distilling Company, réservé au moment de ma visite pour un évènement privé.


Détails techniques : Le diaporama présente 228 photos et trois clips vidéos réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (192 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (21 photos), le M.Zuiko 25 mm F/1,2 (6 photos), le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (5 photo) et l’hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (4 photos).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les moyens de transport à Helsinki

23 mars 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

À Helsinki, piétons et cyclistes voyagent en périphérie de la voie publique. Dans quelques rues très importantes, les tramways circulent au centre (encadrés par des embarcadères surélevés). Autrement, ils n’ont pas de voie réservée et se déplacent là où circulent les voitures (à 0:05).

On peut y voir plusieurs modèles de tramways (de 0:07 à 0:11).

La plaque tournante du réseau de transport de la capitale est la Gare Centrale (de 0:13 à 0:38). De style Romantique national — c’est la version finlandaise de l’Art nouveau — cette gare fut construite de 1909 à 1914 sur les plans de l’architecte finlandais Eliel Saarinen.

Les titres de transport vendus par des machines distributrices s’apparentent aux correspondances utilisées autrefois à Montréal. Ce sont des billets en papier (à 0:41). Leur période de validité débute au moment de l’émission.

Par contre, les titres de transport disponibles aux dépanneurs (appelés supérettes en France) sont en carton plastifié (à 0:43).

Leur couleur varie selon qu’ils sont à usage unique (bleu) ou à usage multiple d’une durée déterminée (jaune banane pour une carte valide pour une semaine).

Ils contiennent un circuit électronique en sandwich entre deux couches de papier plastifié (à 0:45). Ce circuit électronique permet de les programmer différemment selon les zones territoriales à parcourir.

Contrairement aux billets en papier, on peut différer le début d’utilisation d’une carte à circuit électronique. C’est au moment où cette carte est initialisée (ou ‘compostée’) par un lecteur que débute sa période de validité (à 0:47).

Les titres de transport peuvent également être achetés sur l’internet et téléchargés sur son téléphone multifonctionnel.

C’est la solution préférée des citoyens de la capitale (à 0:49). L’initialisation se fait en présentant son téléphone multifonctionnel à un lecteur, comme on le fait avec une carte à circuit électronique.

Et comme il est essentiel que ces téléphones soient opérationnels, tous les trains possèdent des bornes de recharge (à 0:51).

À Helsinki, on entre librement dans les stations de métro et dans les gares ferroviaires. En raison de l’absence de tourniquets, il n’y a jamais de congestion à l’entrée du métro ou des gares.

Occasionnellement, à l’aide d’un lecteur mobile, des contrôleurs vérifient la validité des titres de transport détenus par les passagers. Ils commencent leur travail dès que les portes d’un train se ferment. Puis ils débarquent à la gare suivante et vont de train en train pour effectuer leur travail.

Si on exclut le personnel nécessaire au bon fonctionnement du matériel roulant, le système de transport en commun de Finlande repose sur un personnel réduit d’une très grande efficacité.

Afin de relier Helsinki à sa banlieue et aux autres villes du pays, la Finlande a développé son réseau de voies ferrées.

Pour un territoire qui représente 22 % de la taille du Québec, le réseau finlandais est de 5 865 km de voies ferrées, soit à peine moins qu’au Québec (6 678 km).

Son électrification a débuté en 1968. Un demi-siècle plus tard, seulement la moitié du réseau est électrifié. Mais c’est la partie la plus utilisée. Si bien que la traction électrique est responsable de 65 % des déplacements par chemin de fer dans tout le pays.

Inauguré en 1982 et prolongé une vingtaine d’années plus tard, le métro d’Helsinki est le plus nordique au monde (de 1:03 à 1:28).

Dans les autobus d’Helsinki, les passagers pénètrent par la porte à l’avant. Toutefois, les mamans qui trimballent leurs enfants en poussette peuvent emprunter de larges portes situées vers l’arrière du véhicule (à 1:33).

Helsinki possède son système de vélo-partage (de 1:37 à 1:44). Inauguré en 2016, il se compose de 1 500 vélos répartis dans 150 stations.

La ville est aussi parcourue par un vaste réseau de pistes cyclables, dont celle, longue de 1,3 km, qui a remplacé une voie ferrée qui traversait autrefois la capitale (à 1:47). De nos jours, cette piste est utilisée par 700 000 cyclistes par an.

Entourée d’une multitude d’iles habitées, la capitale est également desservie par plusieurs services de transport maritime.


Détails techniques : Le diaporama présente 56 photos réalisées à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (53 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (2 photos) et le M.Zuiko 75 mm F/1,8 (1 photo).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :