Covid-19 : masques vs vaccins

6 mai 2022

La contagion

Les masques sont des vaccins amovibles dont l’efficacité est constante.

Parce que ce sont des barrières physiques, les masque N95, par exemple, bloquent 95 % des particules virales, peu importe leur composition génétique. Conséquemment, leur protection est remarquable, peu importe le variant.

Par opposition, la protection offerte par les vaccins actuels — conçus sur mesure contre le Covid-19 ‘classique’, aujourd’hui disparu — diminue d’un variant à l’autre.

Si bien que les masques les plus performants, soit les masques N95 ou N99, sont aujourd’hui plus efficaces pour lutter contre la propagation de la pandémie que les vaccins.

L’atteinte

L’avantage des vaccins, c’est lorsque la protection échoue.

La personne qui porte généralement le masque, mais qui attrape le Covid-19 quand même subira de plein fouet les conséquences de la pandémie.

En effet, une fois le virus attrapé, le masque protège les autres de la contagion, mais n’est d’aucune utilité pour la personne atteinte.

Par contre, la personne vaccinée qui attrape le Covid-19 quand même bénéficie de la protection demeurée très grande des vaccins contre les effets graves de la pandémie, notamment l’admission aux soins intensifs et la mort.

Parce qu’essentiellement, la diminution de l’efficacité des vaccins concerne le risque d’attraper l’infection et leur protection contre les effets légers de la pandémie.

Conclusion

Les vaccins et les masques les plus performants ne sont pas des moyens concurrents de combattre la pandémie, mais plutôt des moyens complémentaires.

Ces derniers diminuent grandement le risque d’attraper le virus tandis que les vaccins révèlent toute leur efficacité lorsqu’on attrape le Covid-19 en dépit des moyens pris pour l’éviter.

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La surmortalité du Covid-19 au Québec

3 mai 2022


 
Dans certains pays, la cinquième vague du Covid-19 a fait très peu de victimes. Si bien que ces pays ont senti le besoin de lever toutes les restrictions sanitaires, présumant que la pandémie tirait à sa fin.

Au Québec, la cinquième vague a causé trois fois plus de morts que les troisième et quatrième vagues réunies. Et ce, en quatre fois moins de temps.

Quant à la dangerosité du Covid-19, voici les taux annuels de mortalité causée par la grippe (de 2010 à 2019) et par le Covid-19 (de 2020 à aujourd’hui).

Il est à noter que les 3219 morts de 2022 sont ceux pour les quatre premiers mois de cette année seulement.

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

2 commentaires

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : évolution depuis seize mois

1 mai 2022

Voici la liste des pays les plus durement affectés par la pandémie au Covid-19.

À titre comparatif, cette liste est complétée par le cas de quelques pays d’Extrême-Orient.

Ont été exclus de cette liste, les pays de moins d’un million d’habitants.

Tableau comparatif des pays les plus atteints en nombre cumulatif de morts par million d’habitants au premier jour du mois, en janvier et en juillet de l’an dernier, puis aux mois en 2022.

Pays Jan’21 Juil. Jan’22 Fév. Mars Avril Mai
Pérou 1136 5753 6022 6108 6245 6284 6295
Bulgarie 1099 2620 4510 4866 5194 5331 5387
Bosnie-Herzég. 1249 2965 4136 4463 4761 4843 4860
Hongrie 1002 3113 4072 4310 4579 4732 4805
Macédoine du N. 1205 2633 3825 4053 4333 4429 4455
Géorgie 634 1338 3484 3776 4074 4212 4229
Croatie 968 2012 3091 3418 3716 3837 3901
Rép. Tchèque 1093 2825 3369 3468 3601 3694 3737
Slovaquie 412 2290 3050 3267 3391 3544 3645
Roumanie 826 1772 3086 3159 3342 3421 3446
Lithuanie 588 1633 2777 2967 3171 3346 3429
Slovénie 1312 2125 2692 2826 3038 3122 3171
Latvie 343 1351 2467 2638 2839 3045 3117
Brésil 916 2430 2882 2922 3021 3067 3082
Pologne 766 1985 2582 2791 2954 3051 3073
États-Unis 1074 1864 2537 2735 2921 3014 3051
Chili 868 1690 2022 2051 2186 2919 2963
Arménie 953 1522 2684 2711 2852 2898 2900
Moldavie 746 1539 2558 2654 2794 2846 2860
Grèce 469 1224 2015 2283 2507 2668 2824
Argentine 954 2078 2558 2650 2752 2789 2797
Trinité-et-Tobago 91 610 2050 2426 2579 2667 2721
Italie 1235 2113 2279 2436 2570 2645 2713
Colombie 850 2083 2515 2600 2682 2694 2695
Belgique 1681 2163 2429 2490 2585 2640 2691
Paraguay 315 1786 2289 2391 2527 2562 2588
Russie 394 931 2121 2274 2413 2527 2575
Royaume-Uni 1089 1878 2174 2279 2356 2417 2552
Ukraine 428 1205 2217 2318 2437 2495 2506
Mexique 971 1789 2286 2335 2425 2460 2468
Tunisie 398 1262 2131 2194 2311 2354 2370
Espagne 1087 1729 1911 2001 2135 2192 2233
France 991 1698 1891 2005 2115 2173 2227
Portugal 685 1682 1869 1967 2078 2124 2197
Uruguay 55 1612 1767 1865 1999 2049 2059
Autriche 693 1182 1514 1554 1632 1749 1996
Équateur 790 1206 1867 1911 1947 1956 1963
Estonie 180 956 1459 1534 1694 1852 1912
Serbie 373 810 1467 1577 1761 1822 1845
Panama 935 1493 1682 1748 1826 1843 1844
Suède 861 1436 1498 1562 1686 1796 1835
Bolivie 780 1417 1652 1757 1796 1832 1831
Québec 958 1321 1379 1565 1649 1651 1764
Afrique du Sud 484 1016 1509 1575 1642 1651 1654
Iran 655 992 1538 1546 1598 1633 1641
Costa Rica 427 909 1424 1466 1554 1605 1623
Allemagne 410 1089 1340 1410 1469 1547 1613
Suisse 882 1250 1404 1466 1511 1564 1580
Liban 240 1156 1348 1420 1491 1522 1534
Namibie 80 601 1397 1519 1531 1533 1533
Irlande 453 1001 1178 1221 1294 1348 1407
Jordanie 376 947 1010 1277 1335 1349 1352
Pays-Bas 672 1033 1219 1237 1254 1279 1293
Hong Kong 20 28 28 28 98 1045 1224
Albanie 411 854 1120 1167 1209 1216 1217
Eswatini 185 578 1110 1166 1178 1180 1182
Turquie 248 584 963 1021 1103 1142 1149
Israël 365 689 884 957 1096 1125 1147
Botswana 18 483 1009 1064 1078 1103 1102
Malaisie 14 160 955 969 993 1057 1073
Honduras 315 696 1029 1034 1055 1069 1069
Danemark 256 444 564 650 798 982 1058
Palestine 273 683 885 916 986 1008 1007
Jamaïque 101 360 831 893 943 968 992
Guatemala 263 507 875 889 919 936 949
Azerbaïdjan 262 488 814 851 917 941 942
Libye 212 457 814 859 892 913 913
RoC* 256 518 639 711 777 799 833
               
Corée du Sud 17,9 39,4 110 132 159 323 447
Vietnam 0,4 0,8 331 383 407 430 435
Japon 27,4 117 146 149 188 223 235
Singapour 4,9 6,1 140 145 174 214 225
Taïwan 0,3 27,7 35,6 35,6 35,7 35,7 36,3
Chine 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2 3,5

*— ‘RoC’ signifie le Canada sans le Québec.

En avril 2022, la propagation de différentes souches virales pourrait expliquer pourquoi certains pays ont beaucoup moins été affectés que d’autres.

Dans le tableau ci-dessus, par million d’habitants :
• 25 pays ont eu entre 0 et 10 morts de plus,
• 15 pays ont eu entre 11 et 20 morts de plus,
• 13 pays ont eu entre 21 et 50 morts de plus,
• 13 pays ont eu entre 51 et 80 morts de plus.

Seulement huit pays ont eu plus de 80 morts supplémentaires : la Lithuanie (+83), la Slovaquie (+101), le Québec (+113), la Corée du Sud (+124), le Royaume-Uni (+135), la Grèce (+156), Hong Kong (+179), et l’Autriche (+247).

Références :
Covid-19 Coronavirus Pandemic
Données COVID-19 au Québec

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

2 commentaires

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Résidence Herron : le SOS du camp de la mort

16 avril 2022
Cliquez sur l’image pour démarrer

Voici la question posée mardi dernier à l’Assemblée nationale par la députée Monique Sauvé.

En moins d’une minute, elle donne concrètement une idée de la tragédie qui s’est déroulée à la Résidence Herron.

Cette résidence était un hospice privé (aujourd’hui fermé) dans lequel 47 des 133 résidents sont décédés en quelques jours du Covid-19.

Selon les protocoles sanitaires établis par la Santé publique, la visite des membres des familles était interdite afin d’éviter la contagion. Et derrière les portes closes et les fenêtres scellées, personne ne veillait à soigner les résidents, condamnés à mort par négligence…

Références :
CHSLD Herron
Des appels au secours dans le vide

Laissez un commentaire »

| 2018-202X (années Legault), Covid-19, Politique québécoise | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Résidence Herron : les crimes de guerre sanitaire

10 avril 2022
Cliquez sur l’image pour démarrer

La lutte de l’humanité contre la pire pandémie depuis plus d’un siècle correspond à une guerre sanitaire. Une guerre qui a fait des millions de victimes.

La Résidence Herron était un hospice privé (aujourd’hui fermé) dans lequel 47 des 154 résidents sont décédés du Covid-19 au début de la pandémie.

Déserté par son personnel insuffisant et sous-payé dès les premiers jours de la contagion, cet hospice a rapidement été mis sous tutelle par l’État. Ce qui n’a pas empêché l’hécatombe de se poursuivre.

Cette résidence est située dans la circonscription de Marquette, représentée depuis 2018 à l’Assemblée nationale par le député Enrico Ciccone.

Bénévolement et à titre personnel, M. Ciccone est allé prêter mainforte aux employés débordés, à l’époque où on trouvait chaque matin les cadavres des personnes décédées dans la nuit et qui jonchaient le sol en baignant dans leurs selles et leur urine séchée.

Voici la question essentielle que posait le député Ciccone mercredi dernier à l’Assemblée nationale du Québec.

Je vous dispense des platitudes qu’on lui a répondues.

Contrairement aux pertes civiles infligées par une puissance ennemie, les sévices subis à la Résidence Herron ont pour cause la négligence criminelle de l’État québécois envers son propre peuple.

Références :
CHSLD Herron
Des appels au secours dans le vide

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19 | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vaccination : la question-piège

7 avril 2022
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La Santé publique a dernièrement annoncé que les Québécois qui le souhaitent pourront recevoir une nouvelle dose de vaccin contre le Covid-19.

La prise de rendez-vous se fait par le biais du site Clic Santé.

Parmi les questions auxquelles vous aurez à répondre, on vous demandera si vous avez déjà contracté le Covid-19.

Il est très important de ne pas répondre « oui » à cette question puisque dans ce cas, la Santé publique refusera de vous accorder un rendez-vous.

Au cours de la cinquième vague, l’école publique a été le tremplin de la contamination massive de la population québécoise. Environ deux-millions de personnes ont été contaminées par la pandémie soit, en quatre mois, le double de la contagion survenue au cours des deux années précédentes.

En excluant ces deux millions de personnes, la Santé publique espère épargner des doses de vaccin.

Cette décision n’est pas basée sur la science, mais sur l’avis des experts autoproclamés de son Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ).

Qu’on parle de la Santé publique ou de n’importe lequel de ses nombreux comités, il s’agit la même poignée de hauts fonctionnaires. Selon qui s’assemble avec qui, cela donne des comités différents. En un mot, tout cela est très consanguin.

Sur quoi se base le CIQ ?

Attraper le Covid-19 provoque la fabrication d’anticorps qui permettent habituellement à la personne infectée d’en guérir.

De plus, des expériences in vitro (c’est-à-dire en éprouvette) ont prouvé que les anticorps produits lors de la contagion par un variant sont capables d’inactiver d’autres membres de la famille covidienne.

Toutefois, il n’existe pas d’étude concrète (clinique ou populationnelle) qui ait mesuré dans quelle mesure attraper le Delta, par exemple, protège contre l’Omicron.

Tout ce qu’on sait, c’est que l’immunité ‘naturelle’ varie beaucoup d’une personne à l’autre. Elle dépend notamment de la sévérité de l’infection; les personnes ayant éprouvé des symptômes légers sont moins protégées à l’avenir que ceux qui ont été gravement atteints.

L’efficacité des vaccins décroit d’un variant à l’autre, au fur et à mesure que la génétique des variants s’éloigne de celle du Covid-19 ‘classique’ (contre lequel les vaccins sont taillés sur mesure).

Toutefois, leur pouvoir protecteur contre les conséquences graves de la pandémie se maintient. Il a été observé cliniquement et mesuré scientifiquement. Ce qui n’est pas le cas de l’immunité ‘naturelle’.

Voilà pourquoi l’Organisation mondiale de la Santé écrit :

Même si vous avez déjà eu la COVID‑19, vous devez être vacciné(e). La protection obtenue après avoir contracté la COVID‑19 varie fortement d’une personne à l’autre.

En somme, on ne peut pas se fier sur elle.

C’est également l’avis du Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Les autorités américaines précisent que les tests in vitro ne permettent pas de prédire qu’on attrapera ou non un variant lorsqu’on y est exposé.

Bref, les justifications de la Santé publique du Québec n’ont aucune base scientifique. Puisqu’il n’existe pas de danger à être ‘trop’ vacciné, son refus est une autre de ses économies de bouts de chandelles qui expliquent le fiasco de la lutte sanitaire au Québec (comme partout en Occident).

Dès qu’on est guéri d’un épisode de Covid-19, on devrait recevoir cette nouvelle dose si la vaccination précédente remonte à plus de quatre mois.

Voilà pourquoi il est nécessaire de répondre négativement à la question-piège de la Santé publique du Québec.

De plus, si possible, choisissez de vous faire vacciner en pharmacie plutôt qu’à un des centres de vaccination de la Santé publique.

Parce que dans ce dernier cas, on pourrait vous obliger à changer de masque à l’intérieur de ce centre, vous exposant inutilement à la contagion par les gouttelettes respiratoires laissées par des gens contagieux mais asymptomatiques qui vous ont précédé.

Références :
Frequently Asked Questions about COVID-19 Vaccination
La vaccination au stade Olympique : à éviter
Maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) : vaccins

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

8 commentaires

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : évolution depuis quinze mois

1 avril 2022

Voici la liste des pays les plus durement affectés par la pandémie au Covid-19.

À titre comparatif, cette liste est complétée par le cas de quelques pays d’Extrême-Orient.

Ont été exclus de cette liste, les pays de moins d’un million d’habitants.

Tableau comparatif des pays les plus atteints en nombre cumulatif de morts par million d’habitants au premier jour du mois, en janvier et en juillet de l’an dernier, puis aux mois en 2022.

Pays Jan’21 Juil. Jan’22 Fév. Mars Avril
Pérou 1136 5753 6022 6108 6245 6284
Bulgarie 1099 2620 4510 4866 5194 5331
Bosnie-Herzég. 1249 2965 4136 4463 4761 4843
Hongrie 1002 3113 4072 4310 4579 4732
Macédoine du N. 1205 2633 3825 4053 4333 4429
Géorgie 634 1338 3484 3776 4074 4212
Croatie 968 2012 3091 3418 3716 3837
Rép. Tchèque 1093 2825 3369 3468 3601 3694
Slovaquie 412 2290 3050 3267 3391 3544
Roumanie 826 1772 3086 3159 3342 3421
Lithuanie 588 1633 2777 2967 3171 3346
Slovénie 1312 2125 2692 2826 3038 3122
Brésil 916 2430 2882 2922 3021 3067
Pologne 766 1985 2582 2791 2954 3051
Latvie 343 1351 2467 2638 2839 3045
États-Unis 1074 1864 2537 2735 2921 3014
Chili 868 1690 2022 2051 2186 2919
Arménie 953 1522 2684 2711 2852 2898
Moldavie 746 1539 2558 2654 2794 2846
Argentine 954 2078 2558 2650 2752 2789
Colombie 850 2083 2515 2600 2682 2694
Grèce 469 1224 2015 2283 2507 2668
Trinité-et-Tobago 91 610 2050 2426 2579 2667
Italie 1235 2113 2279 2436 2570 2645
Belgique 1681 2163 2429 2490 2585 2640
Paraguay 315 1786 2289 2391 2527 2562
Russie 394 931 2121 2274 2413 2527
Ukraine 428 1205 2217 2318 2437 2495
Mexique 971 1789 2286 2335 2425 2460
Royaume-Uni 1089 1878 2174 2279 2356 2417
Tunisie 398 1262 2131 2194 2311 2354
Espagne 1087 1729 1911 2001 2135 2192
France 991 1698 1891 2005 2115 2173
Portugal 685 1682 1869 1967 2078 2124
Uruguay 55 1612 1767 1865 1999 2049
Équateur 790 1206 1867 1911 1947 1956
Estonie 180 956 1459 1534 1694 1852
Panama 935 1493 1682 1748 1826 1843
Bolivie 780 1417 1652 1757 1796 1832
Serbie 373 810 1467 1577 1761 1822
Suède 861 1436 1498 1562 1686 1796
Autriche 693 1182 1514 1554 1632 1749
Afrique du Sud 484 1016 1509 1575 1642 1651
Québec 958 1321 1379 1565 1649 1651
Iran 655 992 1538 1546 1598 1633
Costa Rica 427 909 1424 1466 1554 1605
Suisse 882 1250 1404 1466 1511 1564
Allemagne 410 1089 1340 1410 1469 1547
Namibie 80 601 1397 1519 1531 1533
Liban 240 1156 1348 1420 1491 1522
Jordanie 376 947 1010 1277 1335 1349
Irlande 453 1001 1178 1221 1294 1348
Pays-Bas 672 1033 1219 1237 1254 1279
Albanie 411 854 1120 1167 1209 1216
Eswatini 185 578 1110 1166 1178 1180
Turquie 248 584 963 1021 1103 1142
Israël 365 689 884 957 1096 1125
Botswana 18 483 1009 1064 1078 1103
Honduras 315 696 1029 1034 1055 1069
Malaisie 14 160 955 969 993 1057
Hong Kong 20 28 28 28 98 1045
Palestine 273 683 885 916 986 1008
Danemark 256 444 564 650 798 982
Jamaïque 101 360 831 893 943 968
Azerbaïdjan 262 488 814 851 917 941
Guatemala 263 507 875 889 919 936
Libye 212 457 814 859 892 913
Bahreïn 201 769 779 784 809 815
RoC* 256 518 639 711 777 799
             
Vietnam 0,4 0,8 331 383 407 430
Corée du Sud 17,9 39,4 110 132 159 323
Japon 27,4 117 146 149 188 223
Singapour 4,9 6,1 140 145 174 214
Taïwan 0,3 27,7 35,6 35,6 35,7 35,7
Chine 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2 3,2

*— ‘RoC’ signifie le Canada sans le Québec.

En mars 2022, la pandémie n’a progressé significativement qu’à Hong Kong (+947) et au Chili (+733). Dans un autre ordre de grandeur, la situation se dégrade en Corée du Sud.

Références :
Covid-19 Coronavirus Pandemic
Données COVID-19 au Québec

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Un commentaire

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le variant québécois : l’omerta de la Santé publique

30 mars 2022

Au cours de la deuxième vague de la pandémie au Covid-19, plus précisément à l’automne 2020, des chercheurs ont trouvé au Québec un nouveau variant, unique au monde.

Son séquençage génétique a révélé qu’il descendait du variant B.1.160, détecté en France quelques mois plus tôt.

En comparaison avec ce dernier, le variant québécois se distinguait par au moins sept mutations additionnelles.

Il n’eut pas le temps de contaminer un grand nombre de personnes puisqu’il fut bientôt supplanté par le variant Alpha (B.1.1.7), découvert en Grande-Bretagne.

La Santé publique du Québec — qui connaissait l’existence du variant québécois — n’a pas cru bon de le signaler à l’Organisation mondiale de la Santé et a maintenu secrète sa découverte pendant un an et demi. Voilà pourquoi ce variant ne possède pas de nom officiel.

Puisque tout cela est une vieille histoire, pourquoi en parler maintenant ?

Selon la Santé publique, la cinquième vague aurait été causée par l’Omicron. Comme ce fut le cas ailleurs à travers le monde.

En quelques jours, en décembre dernier, notre Omicron présumé a remplacé le Delta comme principal agent infectieux au Québec.

Il a déjà infecté deux-millions de Québécois, soit le double en quatre mois de ce qu’ont fait tous les autres membres de la famille covidienne réunis en deux ans.

Quant à sa virulence, elle est incontestable.

Il a causé au Québec trois fois plus de morts (2 772) que les troisième (599) et quatrième (325) vagues réunies.

Et cela, en quatre fois moins de temps. En somme, il fut douze fois plus mortel que le variant ‘britannique’ et le variant Delta qui, respectivement, causèrent la troisième et la quatrième vague.

S’il fut plus mortel, ce n’est pas en raison d’un taux de mortalité plus élevé; c’est à cause de la contamination massive de la population québécoise, soit une personne sur quatre en cent-vingt jours.

 
Au contraire, en Afrique du Sud, l’Omicron (le vrai) causa beaucoup moins de morts que n’importe laquelle des vagues antérieures.

D’où la question : est-il possible que la Santé publique nous mente de nouveau et qu’elle ait caché l’existence d’un deuxième variant québécois ?

En supprimant ces jours-ci presque toutes les mesures sanitaires alors que celui-ci court toujours, on maintient une contagion résiduelle qui fait office de pouponnière à mutants.

En d’autres mots, l’agent causal de la cinquième vague au Québec aura toutes les occasions d’accumuler d’autres mutations et possiblement, de réapparaitre cet automne, au moment des élections, plus dangereux que jamais…

Références :
Covid-19 : du Yo-yo à la roulette russe
Covid-19 : la nécessité d’une enquête au sujet de Santé publique du Québec
L’histoire du variant « québécois » dont vous n’avez jamais entendu parler
Hypothèse : a-t-on donné naissance à un variant québécois ?

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le respect volontaire des mesures anticovidiennes

18 mars 2022
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Entre le 1er et le 4 mars dernier, la maison de sondage Angus Reid a demandé à 2 550 Canadiens choisis aléatoirement s’ils ont l’intention, d’ici la fin de la pandémie, de poursuivre volontairement le respect de certaines mesures sanitaires même lorsque cela ne sera plus obligatoire.

De manière générale, les différentes régions du pays ont exprimé des intentions assez similaires.

Notons toutefois que seulement 38 % des Québécois comptent continuer de porter le masque à l’intérieur des endroits publics clos.

Puisque le masque est l’équivalent d’un vaccin amovible — dont l’efficacité n’est pas décroissante à chaque nouveau variant — il y a lieu de s’inquiéter de l’abandon de cette mesure protectrice.

Référence : As 24 months of pandemic restrictions lift, are Canadians ready – or reluctant – to let go?

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Un commentaire

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La Grande peste et le Covid-19

6 mars 2022

L’origine

Dans l’histoire de l’humanité, il y eut plusieurs pandémies de peste noire. Mais aucune ne fut plus mortelle que la Grande peste.

Pendant des siècles, on crut que cette pandémie était née en Chine et qu’elle s’était propagée le long de la route de la soie.


 
Depuis quelques décennies, on croit plutôt qu’elle serait apparue en Asie centrale, dans les rangs des Mongols qui assiégeaient en 1346 le port de Caffa, situé en Crimée.

Au cours de ce blocus terrestre (et non maritime) qui dura deux ans, des milliers de soldats mongols moururent de la peste.

Constatant leur impossibilité de conquérir la ville, l’armée mongole décida d’utiliser des trébuchets afin de catapulter les cadavres des pestiférés par-dessus les murailles de Caffa.

C’est un des tout premiers exemples de guerre bactériologique.

Atteints à leur tour par la peste, les assiégés signèrent une trêve avec les Mongols à la suite de quoi les premiers abandonnèrent la ville maudite pour se disperser dans les ports méditerranéens.

Réservoirs de la peste, les rats qui infestaient la cale de leurs bateaux propagèrent la peste dans tous les ports où on fit escale.

La propagation en Europe

En cinq ou six ans, plus précisément de 1347 à 1353, la Grande peste fit vingt-cinq-millions de victimes en Europe, soit entre 30 et 50 % de la population du continent.

Présentée comme une punition divine, la Grande peste provoqua un regain de ferveur religieuse au sein de la population médiévale, déjà encline à une grande religiosité.

Cette époque fut l’âge d’or des charlatans et des illuminés.

Les processions expiatoires de flagellants au torse ensanglanté déambulaient dans les villes, frappant l’imagination des spectateurs en prière et contribuant à l’anxiété générale.

Et bientôt les populations se laissèrent convaincre que les Juifs, les lépreux, les sorcières et les mendiants étaient la cause de la Grande peste.

En raison de la dépopulation, de nombreux villages furent abandonnés, les moins bonnes terres retournèrent en friche et les forêts s’étendirent.

D’outre-tombe, écoutons la voix du poète et compositeur Guillaume de Machaut. En 1349, sous le titre du Jugement du roi de Navarre, il écrit une chronique qui témoigne de son temps.

En voici un extrait (en français moderne) :

Nul ne faisait les champs labourer
ni les blés faucher ni les vignes faire,
même en donnant triple salaire, (…)
tant nombreux étaient les morts. (…)

Dans les champs, les bêtes mues
gisaient toutes éperdues.
Çà et là, elles paissaient (note : du verbe paitre)
partout où elles le voulaient.

Il n’y avait ni seigneur, ni berger,
ni homme qui leur allait autour.
Personne ne les réclamait.
Ni pour siennes, les revendiquait.

Des héritages, il y en eut plusieurs
qui restèrent sans seigneur.
Dans les manoirs, nul n’osait pénétrer
là où les morts avaient été…

Avant la pandémie, les gens s’étaient résignés à leur vie de misère. La pandémie bouleversa les mentalités.

La rareté de la main-d’œuvre agricole força les propriétaires terriens à améliorer les conditions de travail de leurs travailleurs et, dans certains pays, à abolir le servage.

La Grande peste en Angleterre

En Angleterre, la moitié de la population était serf. Ce qui signifie qu’on était tenu au travail forcé pour un propriétaire terrien (habituellement un noble ou un membre du clergé issu de la noblesse).

Dans la première moitié de la pandémie, plus précisément de 1348 à 1350, la pandémie provoqua d’importantes perturbations économiques; le prix des biens de consommation (sauf les céréales) augmenta de 27 %.

Et puisque la main-d’œuvre agricole se faisait plus rare, les travailleurs qui n’étaient pas liés par le servage exigèrent de meilleurs salaires. À défaut de quoi, ils partaient là où ils étaient mieux traités.

Cette hausse du cout de la main-d’œuvre agricole réduisit les profits des propriétaires terriens. Ce qui, à leurs yeux, était inacceptable.

Afin de combattre le ‘chaos’, le parlement de Londres — dont la chambre haute est peuplée exclusivement de propriétaires terriens — adopta en 1349 une loi destinée à plafonner les salaires à leur niveau d’avant la peste.

Peu appliquée, cette loi n’empêcha pas les conditions de vie du peuple anglais de s’améliorer en dépit de l’inflation. Mais elle rendit le pouvoir royal très impopulaire, apparemment à la solde des ennemis du peuple.

En 1381, soit plusieurs années après la fin de la pandémie, Richard II adopta une succession de taxes de plus en plus lourdes afin de financer la guerre de Cent Ans.

Les paysans se révoltèrent. Ils marchèrent sur Londres et y tuèrent toutes les personnes associées à l’autorité royale qu’ils rencontrèrent.

Cette révolte fut écrasée dans le sang quelques mois plus tard.

Covid-19 et guerres

La guerre culturelle américaine

Au cours de la pandémie actuelle, les opposants et les partisans des mesures sanitaires se sont affrontés aux États-Unis à coup d’insultes et de menaces de mort.

Au Moyen-Âge, les boucs émissaires de la Grande peste étaient les Juifs, les lépreux et les sorcières.

De nos jours, des millions d’Américains se sont laissé convaincre que leur belle ‘race blanche’ était en train d’être remplacée par les Juifs et les personnes à la peau foncée.

Ils avaient mis tous leurs espoirs dans un président messianique. Malheureusement pour eux, ce dernier devait perdre le pouvoir en raison des maléfices de sorciers ‘woke’ qui réussirent à imposer au pays un président illégitime.

Et les charlatans, de même que les illuminés du Moyen-Âge, renaissent aujourd’hui sur les médias sociaux.

La Grande démission

Cette guerre civile culturelle a entaché de nombreux milieux de travail d’un climat toxique.

Si bien que des millions de travailleurs américains ont quitté leur emploi pour un meilleur alors des millions d’autres, principalement des femmes, ont tout simplement abandonné le marché du travail.

Tout comme la pénurie de travailleurs agricoles au XIVe siècle, la Grande démission pousse actuellement les salaires à la hausse.

Pénuries et inflation

La congestion des ports américains donnant sur le Pacifique a raréfié l’approvisionnement de biens asiatiques.

Or il s’agit non seulement de biens de consommation courants, mais également d’items essentiels à la fabrication de produits américains.

C’est ainsi que l’industrie automobile a connu des ralentissements de production liés à une pénurie de semiconducteurs taïwanais.

S’ajoutent les sanctions économiques prises récemment contre la Russie qui font grimper le prix des matières premières dont ce pays est un important exportateur.

Tout cela a provoqué la plus importante hausse du taux d’inflation depuis quarante ans.

Alors que la mondialisation baignait dans l’huile depuis des décennies, aucun grand groupe industriel n’est aujourd’hui à l’abri de bouleversements économiques.

La guerre télévisée


 
La Grande peste n’a duré que cinq ou six ans, de 1347 à 1353. Mais elle fut accompagnée de la guerre de Cent Ans (de 1337 à 1453).

En France, celle-ci fut une guerre de pillage au cours de laquelle les armées anglaises ont méticuleusement détruit le bétail et les instruments de production agricole de centaines de villages français.

Au cours de ce conflit, les paysans étaient exposés aux horreurs de la guerre au fur et à mesure de l’avancée des chevauchées anglaises.

Par contre, de nos jours, des milliards de personnes assistent en temps réel aux reportages concernant le conflit russo-ukrainien.

Si bien que le jovialisme de nos autorités sanitaires, annonçant un peu vite la fin de la pandémie, a cédé le pas à une autre angoisse; celle de la guerre.

Le Yo-yo sanitaire

Le fiasco de la lutte sanitaire dans tous les pays occidentaux a sérieusement ébranlé la confiance des populations à l’égard de ceux qui ont pour mandat de les protéger.

Au lieu de dépister les personnes infectées et de les placer en quarantaine — comme on l’a fait en Extrême-Orient — on a adopté la stratégie du Yo-yo.

Celle-ci consiste à élaborer de savantes modélisations basées sur l’évaluation des contacts et sur les effets de leur réduction.

Concrètement, la politique du Yo-yo consiste à limiter la capacité d’accueil ou à fermer les petits commerces, les restaurants et les salles de spectacle lorsque les hôpitaux se remplissent. Et, au contraire, à jeter du lest lorsque les choses s’améliorent.

Et puisque le relâchement des mesures sanitaires occasionne toujours un rebond des hospitalisations, on se voit bientôt dans l’obligation de resserrer la vis. Ce qui diminue les hospitalisations…

Et ainsi de suite.

Cette succession de pénalités cycliques est l’équivalent moderne de la série de taxes imposées par Richard II au Moyen-Âge. Avec le même résultat.

Les propriétaires de milliers de petites ou moyennes entreprises ont été appauvris au cours de la pandémie : restaurants, salles d’exercice, salons de coiffure, salles de spectacles, créateurs de produits culturels, agences de voyages, etc.

Conclusion

Jusqu’ici, le Covid-19 a fait près d’un million de morts aux États-Unis et y a fait chuter l’espérance de vie, particulièrement chez les Américains à la peau très pigmentée.

D’une certaine manière, la pandémie au Covid-19 ressemble un peu à la Grande peste. Non seulement en raison de son pouvoir pathogène, mais également en raison des bouleversements économiques qu’elle a occasionnés.

Tout comme l’Église s’est avérée impuissante à combattre la peste, il en fut de même de nos gouvernements. Face à la pandémie, ils se sont empressés de jeter la serviette, déclarant qu’il fallait laisser se développer l’immunité ‘naturelle’ ou apprendre à vivre avec le virus.

Pour la population assiégée de Caffa, c’était l’équivalent de lui dire qu’elle devait apprendre à vivre avec ses conquérants.

La pandémie a révélé les faiblesses de notre filet de protection sociale, notamment dans le système hospitalier, et provoqué un retard académique chez nos enfants (dont on a volontairement provoqué la contamination sans que des catapultes aient été nécessaires).

D’autre part, le sous-investissement chronique dans le logement social fait actuellement flamber le prix des loyers.

Face à cela, les pays occidentaux ne trouvent rien de mieux à faire que de battre le tambour de la guerre afin de faire oublier le fiasco de leur lutte sanitaire.

Il est douteux que ceux qui nous ont si mal protégés depuis deux ans puissent échapper à l’âge des révoltes…

Références :
Covid-19 : du Yo-yo à la roulette russe
Guerre de Cent Ans
In Medieval Europe, a Pandemic Changed Work Forever. Can It Happen Again?
La Grande démission aux États-Unis
Ordonnance des Travailleurs
Peste noire
Révolte des paysans
Siège de Caffa

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

3 commentaires

| Covid-19, Histoire, Politique internationale | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :