Voyage à Paris : jour 1

7 octobre 2014

Surprise ! Je suis à Paris.

La décision de prendre mes vacances dans la capitale française s’est prise en quelques secondes, il y a cinq semaines.

Après avoir échoué à obtenir un visa touristique pour l’Iran et pour la Turquie (cette dernière tout simplement parce que son site web n’accepte pas les paiements par la carte VISA Desjardins), j’ai décidé d’aller là où les Canadiens n’ont pas besoin d’un visa touristique.

Ce seront les troisièmes vacances annuelles prises dans la capitale française. Les précédentes remontent à 2003 et 2004.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À Paris, il y a deux réseaux de transport ferroviaire urbain : le métro (duquel celui de Montréal est copié) et le RER (qu’on prononce en épelant chacune des lettres). Ce dernier est un métro express, desservant des stations plus éloignées les unes des autres.

Avant de prendre le RER pour Paris, je prends quelques instants pour acheter une passe autobus-métro. Mensuellement, cette passe coûte 76,10 euros pour les quartiers touristiques de Paris.

Sur le RER, je me surprends à conseiller la famille bolivienne Gumucio, de La Paz, venue passer quelques jours à Paris, sur les endroits à voir absolument. Les « Musts », comme on dit ici.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La sortie du métro près de mon hôtel a conservé son décor Art nouveau imaginé par Hector Guimard en 1908.

En passant devant les restaurants du quartier, je suis surpris de constater que dans cette partie de Paris, le prix des repas n’a pas changé depuis une décennie. C’est toujours 12 à 14 euros pour deux plats: une entrée et un mets principal ou un mets principal et un dessert. Et le verre de vin est encore environ 4 à 5 euros.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Après avoir pris possession de ma chambre et défait mes valises, il est environ 15h. Je vais manger à La Penderie, un restaurant à proximité. Une bonne portion de veau confit (extrêmement tendre), accompagné d’un verre de rouge, et précédé d’une salade au fromage de chèvre me coûteront 18 euros (service non compris).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Puis je marche jusqu’à l’église St-Merri (un diminutif de Saint Meredic), achevée en 1552 mais dont les statues de la façade datent de 1842. C’est justement cette façade qu’on est en train de rénover, avant le réparer l’intérieur, sévèrement endommagé à la Révolution, restaurée au XIXe, et redevenu en piteux état de nos jours.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je visite ensuite le Centre Georges-Pompidou, situé à quelques pas de St-Merri. Dédié à l’art contemporain, ce musée est ouvert jusqu’à 21h aujourd’hui. Le droit d’entrée est de 13 euros. Les collections sont divisées par styles; on montre les différents mouvements qui ont façonné le milieu de l’Art aux XXe et XXIe siècles.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Finalement, vers 20h, je prends le repas du soir aux Têtes brûlées. Une généreuse portion d’escalope de saumon et un verre de Chardonnay blanc me coûteront 17,80 euros.

Puis c’est le retour à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 16 mm
2e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 20 — 12 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 12 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 6400 — 12 mm
6e  photo : 1/160 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 17 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 2

8 octobre 2014

Pour un supplément de 6,5 euros, on m’apporte le petit déjeuner à ma chambre, à l’heure que j’ai choisie.

Donc à 7h45, on m’apporte un plateau sur lequel on trouve une bouteille de 250ml de jus d’orange, un tiers de baguette de pain, un pichet de métal contenant deux tasses de café (délicieux, au goût particulier), des sachets de sucre, deux ou trois petits contenants de confiture et des ustensiles. Cela me sauve beaucoup de temps.

Aujourd’hui mon programme est simple; visiter deux églises du quartier : St-Eustache et St-Germain l’Auxerrois. Ce sont deux églises que j’ai vues il y a une décennie mais que je désire revoir.

La première était l’église paroissiale de mon ancêtre, Honoré Martel, né en 1632 et fils d’un vendeur de chevaux à Paris. La deuxième était l’église paroissiale de mon ancêtre Marguerite Lamirault, née en 1645 et fille d’un cocher de la reine de France.

Leurs pères respectifs se sont probablement connus pour des raisons professionnelles. On suppose qu’Honoré et Marguerite étaient des amis d’enfance puisque le premier part pour l’Amérique en 1664 et s’établit en Nouvelle-France en 1665, alors que la seconde traverse l’océan deux ans plus tard pour l’épouser. Leur histoire ferait peut-être un beau film d’amour…

Ancienne façade de l’église St-Eustache

Construite de 1532 à 1633, l’église St-Eustache est de style gothique, avec une façade totalement inappropriée de style néo-classique. Ce qu’on voit ci-dessus, c’est l’ancienne façade, maintenant du côté droit de l’église actuelle.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Les parties de l’intérieur qui ont été restaurées depuis ma dernière visite sont de toute beauté.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Quant à la rosace du transept de gauche, ses bords se terminent par un motif de coeur qu’on retrouve également au sommet des vitraux de tout le premier étage.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’église St-Germain l’Auxerrois était non seulement l’église où Marguerite Lamirault a été baptisée (de même que Molière), c’était également l’église paroissiale de la cour puisqu’avant la construction du château de Versailles, le roi habitait une bonne partie de l’année au Louvre, situé l’autre côté de la rue.

Si la basilique Saint-Denis était le mausolée des rois de France, St-Germain l’Auxerrois était celui de beaucoup de grands serviteurs de l’État sous l’ancien régime.

C’est le tocsin de cette église qui annonça le début du massacre de la Saint-Barthélemy.

Convertie notamment en magasin de fourrage sous la Révolution, l’église redevient un lieu de culte sous la Restauration pour être sérieusement endommagée lors d’une émeute en 1831. Elle ne s’en est jamais vraiment remise.

L’intérieur a été nettoyé et certaines fresques ont été restaurées. De façon générale, l’intérieur est en meilleur état que lors de ma visite précédente.

En gros, cela termine ma visite du quartier.

Et puisqu’il s’est mis à faire soleil, j’entame ma visite du Marais, un de mes quartiers favoris.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

L’hôtel de ville de Paris a été construit sur un terrain où on déchargeait la cargaison des navires. C’était la Place de la grève (au sens d’une plage). De nombreuses personnes disponibles s’y rendaient dans l’espoir d’y être embauchées. De ceux qui en revenaient bredouilles, on disait qu’ils avaient fait la grève (d’où le double sens du mot).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au passage, je vois ces voitures électriques en libre-service en train d’être rechargées…

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

…et ces maisons à colombages sur la rue François-Miron.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Puis je visite l’église Saint Gervais et Saint Protais qui renferme de nombreux trésors dont ce vitrail intitulé La sagesse de Salomon (réalisé en 1531), et cette clé de voûte spectaculaire.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je m’achète des biscuits à la maison Georges Larnicol et visite l’église Église Saint-Paul-Saint-Louis, la toute première église parisienne que j’ai visitée en 2003.

Puis je prends le repas du soir Au Bouquet St-Paul : oeufs au bleu d’Auverge, saumon à l’aneth et verre de Chardonnay pour 18,90 euros.

Je me rends ensuite à la succursale de la FNAC (l’équivalent d’Archambault Musique à Montréal) prendre deux billets achetés sur l’internet et en profite pour acheter les DVD des saisons 3, 4 et 5 de la série télévisée Nicolas Le Floch, diffusée chez nous sur TV5 mais qui n’est jamais sortie en DVD au Québec.

Signalons que Le Floch est un personnage de fiction dont le nom de famille est extrêmement courant en Bretagne (l’équivalent des Tremblay au Lac-St-Jean). Cette série rend hommage à la naissance des enquêtes policières scientifiques sous Louis-XV.

Avant, on arrêtait un suspect qui avouait son méfait spontanément ou sous la torture, ce qui permettait de clore l’enquête. S’il décédait sous la torture sans avoir avoué, cela permettait à la fois de clore l’enquête et d’avoir puni le coupable présumé.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le magasin offre en vente des coffrets réunissant l’oeuvre de différents cinéastes, dont un consacré au jeune Xavier Dolan.

Après avoir pris 294 photos aujourd’hui, je rentre à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm R (la 4e photo) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
  1re photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 22 mm
  3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 32 mm
  4e  photo : 1/125 sec. — F/4,5 — ISO 640 — 62 mm
  5e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 17 mm
  6e  photo : 1/160 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
  7e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 12 mm
  8e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 16 mm
10e  photo : 1/1250 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 23 mm
11e  photo : 1/30 sec. — F/6,3 — ISO 6400 — 28 mm
12e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
13e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 3

9 octobre 2014

Matin pluvieux. Je rédige dans la chambre le compte-rendu du deuxième jour de ce voyage, publié à 12h44, heure de Paris.

Donc ma visite d’aujourd’hui commence en après-midi. Cela tombe bien; il a cessé de pleuvoir.

En allant au métro, je me rappelle avoir passé devant Duthilleul & Minart, une boutique d’uniformes. J’y entre et achète un uniforme à mon goût. Pour un léger supplément, on y brodera mon nom. Le tout sera prêt vendredi.

Je me rends en métro dans le Marais. Celui-ci tire son nom du fait qu’une bonne partie de ce quartier était autrefois un marécage. Les jours chauds d’été, lorsque le vent venait de l’est, une puanteur envahissait le palais royal.

Alors on déménageait dans un autre château. On partait avec non seulement les vêtements dont on avait besoin, mais également le mobilier, appelé ainsi parce qu’il était mobile.

Bien après que ce marais fut asséché, il devient le lieu préféré de la noblesse française pour ériger de somptueux palais (appelés hôtels particuliers) et ce, à proximité du Louvre, où vivait la famille royale.

Cette année, au lieu d’avoir apporté les vieux circuits que j’avais préparés pour visiter Paris en 2003 et 2004, je me fie plutôt aux circuits du coffret 50 itinéraires dans Paris.

De plus, puisque je traine avec moi mon iPad, j’adore l’application Plans d’Apple. Grâce au géolocalisateur intégré à l’ardoise d’Apple, sur la rue, un point bleu m’indique là où je suis sans que j’aie besoin d’être connecté à l’internet.

Une autre application appelée Paris Metro me permet de consulter en tout temps la carte du métro de Paris

J’ai également avec moi une boussole (en dépit du fait que j’en ai une, électronique, sur mon iPad). Je trouve plus commode de sortir ma boussole d’une poche plutôt que de sortir mon iPad de mon sac à dos.

Bref, voici quelques-unes des 169 photos prises cet après-midi.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À la boutique Les exprimeurs, je me suis procuré cet objet en papier découpé qui, en se déployant, donne ce décor tridimensionnel tout à fait romantique

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Voici la boulangerie Christian Vabret, décoré meilleur ouvrier de France. J’y ai acheté une pointe de guiche lorraine que j’ai mangée froide en visitant le quartier (il faut bien reprendre le temps perdu).

Cour et façade intérieures de l’Hôtel de Beauvais vues du péristyle de l’entrée

Construit entre 1565 et 1660, l’hôtel de Beauvais est loué à partir de 1769 à l’ambassadeur du prince électeur de Bavière. En 1763-1764, le diplomate y accueillera pendant cinq mois Mozart, alors âgé de 7 ans, de même que sa soeur et son père.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je visite ensuite brièvement l’exposition de plus de 400 cuillères à la bibliothèque Forney. D’où me vient cet intérêt soudain pour les ustensiles de cuisine ? Eh bien, cette bibliothèque est sise à l’hôtel de Sens, un des rares édifices de style Renaissance française à Paris (un autre étant le musée de Cluny).

Pourquoi y en a-t-il si peu ? Au XVe siècle, Paris est occupée par les Anglais. Retranchés le long de la Loire, les rois de France y construiront leurs plus beaux châteaux de style Renaissance aux XVe et XVIe siècles.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le portail de l’hôtel de Lamoignon date de 1718. Au tympan, on y voit deux enfants. Celui de gauche symbolise la Vérité, tournant la tête d’un miroir (qui représente la vanité et l’illusion). Celui de droite symbolise la Prudence, craignant le serpent qu’il empoigne de la main gauche.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ci-dessus, il s’agit de trois photos prises dans le Marais.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

J’ai pris une vingtaine de minutes pour parcourir les différents étages du magasin BHV (pour Bazar de l’Hôtel de Ville). Effectivement, il est situé à côté de l’Hôtel de Ville. Puisque son concurrent La Samaritaine est fermé présentement, le BHV rivalise maintenant avec Les Galeries Lafayette et Au Bon Marché comme un des grands magasins à rayons de la capitale.

Je prends le repas du soir Aux Têtes brûlées : escalope de saumon et un verre de Chardonnay blanc pour 18,5 euros. Je rentre ensuite à l’hôtel pour y rédiger partiellement le compte-rendu que vous avez lu (et qui sera terminé le lendemain).

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
  1re photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
  2e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 18 mm
  3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  4e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 16 mm
  5e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 19 mm
  6e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  7e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
  8e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 16 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 16 mm
10e  photo : 1/500 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 4

10 octobre 2014

Dès 9h40, je quitte l’hôtel, mon compte rendu d’hier étant déjà publié.

Aujourd’hui, j’ai trois circuits au programme : deux aux Tuileries et l’autre, mon dernier dans le Marais.

Je vais en métro jusqu’au Louvre et me rends aux guichets la Comédie française afin d’acheter un billet (28 euros) pour la comédie Le Chapeau de paille d’Italie, que je verrai le lundi 20 septembre prochain. Ce sera la première pièce de théâtre à laquelle j’assisterai en France. Je ne sais rien de cette pièce sinon que j’ai vu le film muet que René Clair en a fait en 1928.

Je visite ensuite le Palais Royal, situé à deux pas. On effectue des travaux et, conséquemment, j’y ai pris peu de photos.

Intérieur de la Galerie Vivienne

Puis je me rends dans trois galeries situées à proximité : la Galerie Colbert, la Galerie Vivienne et la Galerie Vero-Dodat. À mon avis, la plus belle des trois est la deuxième. Précisons qu’une galerie est un passage couvert bordé de boutiques. On peut donc y magasiner à l’abri des intempéries.

Mon second circuit est une ligne droite qui part de la cour carrée du Louvre (c’est la partie la plus à l’Est) et qui se termine à la Place de la Concorde.

Je traverse donc le Jardin des tuileries. Ceux-ci ont une superficie de 25,5 hectares répartis sur presque un kilomètre de long. La partie la plus à l’Est est décorée de haies taillées, assez hautes, entre lesquels on a placé des sculptures en bronze. La partie la plus à l’ouest est plantée de différentes espèces d’arbres, dont des marronniers. Deux grands bassins circulaires rythment le parcours.

Il y a dix ans, j’étais venu à Paris au cours de la saison des marrons. Sur la rue de Rivoli, on trouvait des vendeurs de rues qui offraient des marrons chauds qu’on distribuait dans des cônes de papier journal. Les marrons étaient délicieux.

Je n’en ai pas vu cette année, soit parce que cela n’est plus permis ou parce que ce n’est pas encore la saison des marrons.

Pour gagner du temps, je m’achète un sandwich au jambon et fromage, que je mange en me rendant à la Place de la Concorde.

Obélisque de Louqsor à la Place de la Concorde
Détail d’une fontaine à la Place de la Concorde

C’est au centre de cette place qu’on a placé l’obélisque de Louqsor, provenant du temple de Ramsès II à Thèbes. Les deux fontaines qui s’y trouvent également sont de toute beauté.

Puis j’entame le dernier circuit de la journée, celui qui traverse le Marais dans sa partie la plus séduisante.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le tout débute à la Place des Vosges, la plus vieille place de Paris. Celle-ci est un des endroits les plus agréables de la capitale. Imaginez : un parc quasi carré (127 x 140 mètres) autour duquel sont construits des unités d’habitations rigoureusement identiques et qui s’alignent de manière continue sur ses quatre faces. Oubliez la pollution et les bruits de la ville. La Place des Vosges est une véritable oasis de paix.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

J’en profite pour visiter le logement dans lequel Victor Hugo a habité de 1832 à 1848. Au vestiaire, je suis surpris d’y voir un défibrillateur. La préposée m’apprend qu’un tel appareil — utilisable dans certains cas d’accidents vasculaires cérébraux — est obligatoirement présent dans chacun des musées appartenant à la ville.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En quittant la Place des Vosges par son coin sud-ouest, on traverse l’Hôtel de Sully de l’arrière — c’est à dire du jardin — vers l’avant. Cet hôtel particulier a été construit en 1624 pour le duc de Sully, ministre d’Henri-IV. Le plafond du local qui sert de nos jours de librairie a conservé son plafond à poutres peintes.

Vers 16h, je mange tout près, au Bistrot de la Place, situé sur la minuscule Place du marché Sainte-Catherine. Soupe au potiron (note : le potiron est une sorte de courge) et une poitrine de canard pour 14,5 euros.

Hôtel d’Almeras

Le reste du circuit est une longue promenade sur la rue des Francs-Bourgeois, où furent construits plusieurs des plus beaux hôtels particuliers de la ville, dont celui qui abrite de nos jours le Musée Carnavalet.

D’ici la fin de mes vacances, j’espère avoir le temps de visiter ce musée pour lequel j’ai une affection particulière. En 2003, vers 17h, je passe à proximité de ce musée consacré à l’histoire de Paris. Ce musée ne me dit rien. Mais le soleil commence à baisser. Par curiosité, je décide d’y aller.

Première surprise, c’est gratuit. En parcourant le musée, on a des toiles qui reproduisent des vues de Paris qui n’ont presque pas changé depuis des siècles, des maquettes de la ville, des boiseries superbes provenant de lieux aujourd’hui disparus (dont la salle d’accueil de la bijouterie de Lalique, décorée par le peintre Alfons Mucha).

Bref, je passe près d’une fenêtre au travers de laquelle je vois un charmant jardin à la française. Mais l’appareil photo que j’avais alors était lent. N’ayant pas de trépied, je regarde autour de moi pour m’assurer qu’aucun gardien de sécurité n’est en vue et j’approche délicatement l’objectif que je dépose sur un des losanges de la fenêtre. Mais au moment précis où je prends la photo, je vois surgir une silhouette menaçante du coin de l’oeil. Effectivement, c’était un gardien.

Je m’attends à me faire dire que cette fenêtre date de plusieurs siècles, que c’est un bijou du patrimoine, et qu’il n’a d’autres choix que de faire venir le directeur du musée ou pire, un agent de police. Pendant que dans ma tête, tourbillonnent les prétextes ou les excuses qui pourraient me justifier, j’entends le gardien s’excuser. Pendant que, stupéfait, je recule, je le vois m’ouvrir la fenêtre afin de me permettre de prendre une meilleure photo. Sans que je lui demande. Vous vous rendez compte ?

C’est de là que me vient mon affection particulière pour ce musée…

En soirée j’assiste à un concert de la pianiste Elena Filonova. Celle-ci joue quatre sonates pour clavier de C.P.E. Bach données à la Chapelle très réverbérée de la Fondation Eugène-Napoléon. Ce concert est une occasion de visiter cette chapelle qui, normalement, n’est pas accessible au public.

Puis je rentre à l’hôtel pour la nuit. Dans mon wagon de métro en marche, un duo interprète avec entrain une version instrumentale de Stand by me, au saxophone et à la guitare.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 12 mm
2e  photo : 1/4000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/2000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 23 mm
4e  photo : 1/800 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 15 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 19 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 25 mm
7e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 5

11 octobre 2014

En premier lieu, je parcours l’avenue Montaigne. Même si on trouve des boutiques de grands couturiers un peu partout à Paris, cette avenue est renommée pour être celle de la haute couture. Les collections les plus chères et les plus extravagantes y sont en vente ici. On y trouve aussi l’ambassade du Canada mais, curieusement, il est interdit de la photographier.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À deux pas, sur la rue Jean-Goujon, se trouve la chapelle Notre-Dame de Consolation. En 1897 cette chapelle n’existait pas. À la place, un ensemble de bâtiments en bois abritait les comptoirs où les œuvres de charité de Paris présentaient leurs réalisations. Au Bazar annuel de la Charité, un incendie se déclara et fit 117 victimes. Parmi celles-ci, la duchesse d’Alençon, sœur de l’impératrice d’Autriche. La Chapelle fut édifiée en l’honneur de ces victimes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En allant sur la rue du Faubourg St-Honoré, je passe devant le Palais de l’Élysée. La cour extérieure devant le Palais est fermée par un mur de pierre alors qu’à l’arrière, le jardin extérieur est complètement hors de vue des passants. Tout autour, des gardes interdisent aux piétons d’emprunter le trottoir qui donne du côté du Palais. Bref, la sécurité y est bien meilleure qu’à la Maison-Blanche de Washington.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Tout près de l’intersection avec la rue Royale se trouve une succursale de la pâtisserie Ladurée. Il y a une décennie, j’avais goûté à un Baiser de Ladurée. Ce gâteau en forme de bouche féminine pulpeuse (à la Wesselmann), était parfumé à la fraise ou la framboise (je ne me rappelle plus).

Mais ils ont cessé d’en faire. Je prends donc un Saint-Honoré Rose Framboise pour sept euros. Couronnée d’un pétale de rose comestible, la pâtisserie est une orgie de crème fouettée très froide, parfumée à l’eau de rose, décorée de framboises, le tout sur une pâte feuilletée au centre de laquelle est cachée une rondelle de confiture aux framboises.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Puisque la gourmandise est un péché capital, je vais expier sans repentir ma faute à l’église Notre-Dame de l’Assomption, située à proximité. Ce lieu de culte est surmonté d’une énorme coupole qui chapeaute presque tout l’intérieur de l’église. On y célèbre la messe en polonais.

À l’ouest de la Place de la Concorde, il y a un parc à l’anglaise (appelé Espace Pierre-Cardin). Vers le milieu, ce parc est traversé perpendiculairement par l’avenue de Marigny que j’emprunte vers le sud. À ma droite, je rencontre aussitôt le Grand Palais (qui présente une exposition de l’artiste japonais Hokusai), alors qu’en face (soit à ma gauche) se trouve le Petit Palais.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ce dernier est un petit musée généraliste qui, vu des airs, a la forme d’un trapèze isocèle. Son architecture est organisée autour d’un jardin semi-circulaire. Puisque c’est la première fois que je vois ce musée, j’en profite pour en voir rapidement toutes ses collections.

Au pont Alexandre-III, je prends l’autobus pour le pont de la Concorde (qui est l’arrêt suivant). Ce pont sépare la Place de la Concorde de l’Assemblée Nationale. Or celle-ci possède la particularité suivante; le côté arrière (celui qu’on voit du pont) ressemble à un temple grec alors que sa façade possède une architecture complètement différente. Pourquoi ?

C’est que le côté arrière fait symétrie avec l’église de la Madeleine, qui a également l’allure d’un temple grec. Avec la Place de la Concorde, ces deux édifices forment un ensemble urbain; l’Assemblée Nationale au sud est séparée de la place par un pont, alors que La Madeleine au nord est séparée de la place par la rue Royale. Vraiment, à Paris, rien n’est laissé au hasard.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je remonte donc la rue Royale vers la Madeleine. Celle-ci est probablement la seule église chrétienne de Paris qui n’est pas surmontée d’un crucifix. Dépourvu également d’ouverture, ce temple religieux est plutôt sombre.

Je remonte jusqu’au boulevard Haussmann, où je prends le métro jusqu’à la station Miromesnil, près de laquelle se trouve la salle Gaveau (où j’ai un concert à 20h30).

Autrefois, on appelait poulailler l’étage le plus élevé de la salle d’opéra probablement parce que les spectateurs les plus bruyants y prenaient place. C’est de là que partaient les huées ou les bravos les plus forts. À la salle Gaveau, cet étage s’appelle le Paradis en raison de sa hauteur. À l’entracte, j’irai occuper une loge inoccupée au parterre, tout près de l’orchestre.

L’acoustique de la salle est remarquable; on entend aussi bien du Paradis que lorsqu’on est collé à la scène.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le programme comprend une symphonie de Haydn et trois oeuvres de Mozart. Pour le concerto No 9 pour clavier et orchestre, le pianiste est le virtuose Miroslav Kultyshev. Toutes les oeuvres sont jouées par le Salzburg Chamber Soloists.

Mozart est un séducteur et un jouisseur. Tout musicien qui jouit en exécutant sa musique et qui le montre, devient un séducteur s’il ne l’est pas déjà. Les membres de cet orchestre de chambre l’ont bien compris. Leur interprétation de Mozart — à l’exception du percussionniste, excessif — est impeccable, très « autrichienne ».

Je rentre ensuite à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 23 mm
4e  photo : 1/500 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
5e  photo : 1/640 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
6e  photo : 1/500 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 34 mm
7e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 25 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 32 mm
9e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 400 — 40 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 6

12 octobre 2014

Étant revenu tard de mon concert d’hier soir, je passe le matin à rédiger mon compte rendu de la veille. Je pars donc de ma chambre vers 13h.

Ce soir, c’est un autre concert, cette fois à la Capelle Royale du Château de Versailles. Et puisqu’il fait soleil, je pars en RER (ligne C) pour les jardins du château, ce qui me permettra d’être déjà sur les lieux pour ce concert. L’aller-retour pour le château coûte 6,9 euros.

La ligne C longe la rive gauche de la Seine. Les entrées ne sont pas aussi visibles que les bouches du métro. Donc il faut consulter les panneaux placés çà et là dans Paris et qui indiquent là où on peut prendre le RER.

Une fois rendu au quai d’où partent les trains vers Versailles, il est important de ne pas prendre le premier qui passe puisque plusieurs trains, pour différentes directions, empruntent le même quai.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Puisque les trains ne sont pas identifiés, il faut donc consulter un écran qui précise quand passera le prochain train pour Versailles Rive gauche ou Versailles Chantiers. Le terminus du premier est environ quinze minutes de marche plus près du château.

Quand votre train est bien en gare, le nombre de minutes est remplacé par À quai. De plus, prenez note qu’il y a des trains longs (qui font toute la longueur du quai) et les trains courts (qui n’en font qu’une partie). Cela est également précisé sur l’écran.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À mon arrivée, je vois pour la première fois le Château de Versailles avec toute cette dorure recouvrant la cime des toits et le tour des fenêtres, comme c’était le cas sous Louis-XIV.

L’accès aux bosquets seulement coûte 9 euros. Le temps d’attente à la billetterie est raisonnable (environ cinq minutes).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un peu partout dans les bosquets, on a caché des enceintes qui diffusent de la musique créée sous Louis-XIV et ce, seulement durant les samedis et dimanches d’ici le 26 octobre. Je ne le savais pas mais cela tombe bien; nous sommes un samedi.

Comparativement à ma dernière visite, il y a une décennie, les parterres à la française sont maintenant en gravier et en gazon, alors qu’il y a une décennie, c’étaient des mosaïcultures multicolores.

En raison de mon arrivée tardive, je n’ai pas le temps de voir tous les bosquets mais seulement mes préférés.

Parce qu’il utilise une quantité phénoménale d’eau, le Bassin de Neptune n’est en activité que dix minutes par jour, quelque part entre 17h10 et 17h30. C’est le plus spectaculaire. Mais les seules photos qu’on en peut prendre sont en contrejour, dans une lumière rasante. Toutefois, mes clips vidéo en donnent une meilleure idée et je me ferai un plaisir de vous les monter dans le diaporama que je réaliserai à ce sujet à mon retour.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le Bosquet des bains d’Apollon met en scène trois sculptures placées dans une grotte créée pour l’occasion. Ces sculptures représentent les soins prodigués à Apollon et à ses chevaux. Le parcourt pour y accéder est plus facile. Autrefois, on ne l’apercevait qu’au dernier moment après une marche interminable. Mais l’effet était saisissant.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Un peu partout sur le site, on trouve des dizaines, si ce n’est des centaines de copies de sculptures en marbre. Sous le prétexte de thèmes mythologiques, ces oeuvres célèbrent la beauté du corps humain.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je prends le repas du soir dans la brasserie La Flotille : potage aux légumes d’automne et onglet de boeuf pour 24 euros.

Le soir, j’assiste à un Requiem sur Castor et Pollux d’après Rameau et, après l’entracte, un De Profundis de Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville. L’exécution est excellente.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

À mon avis, la Chapelle Royale est un des plus beaux endroits au monde. Mais pour en apprécier toute la beauté, il faut la visiter le jour. En tant que salle de concert, l’endroit est très réverbéré mais la musique qu’on y joue habituellement est celle qui a été conçue spécifiquement en fonction de cette acoustique.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Ce soir, le choeur formé également de chanteurs adultes et d’une maitrise de sopranos enfants donnait l’impression d’être formé d’une centaine de chanteurs.

Après le concert, ma voisine de droite, Sonia Donabedian (claveciniste de son métier) m’offre de me reconduire en auto à Paris. Pourtant, nous ne nous étions jamais rencontrés auparavant. Voilà, c’est çà, Paris.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
2e  photo : 1/1000 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/1250 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
4e  photo : 1/1000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 26 mm
5e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
6e  photo : 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 12 mm
8e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 12 mm
9e  photo : 1/80 sec. — F/3,2 — ISO 1250 — 14 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 7

13 octobre 2014

Aujourd’hui, petite journée. Selon la Genèse, le septième jour est une journée de repos. Alors…

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Donc au programme, une projection d’un enregistrement de l’opéra Samson et Dalila de Camille Saint-Saëns. Cette projection a lieu à l’Auditorium du Louve. Mais je n’en sais pas plus.

Donc, j’ai décidé d’avance que si c’est une retransmission du Metropolitan Opera de New York, je sors de l’auditorium pour plutôt visiter Paris. Je verrai le spectacle sur DVD.

Par contre, si c’est une retransmission de l’Opéra Garnier ou de la Bastille, je reste puisqu’il nous est impossible de voir ces spectacles au Canada (sauf peut-être sur Art-TV).

Les présentateurs m’apprennent qu’il s’agira de la transmission d’une vidéo captée en 1978 à l’Opéra Garnier. La qualité de l’image est médiocre. Mais la Production est fastueuse et les chanteurs, excellents.

À l’époque, l’Opéra Garnier disposait d’un budget colossal. La ville avait l’ambition d’être LA capitale mondiale de l’art lyrique.

Mais j’ai dormi la moitié du spectacle, sans doute parce que j’étais fatigué et que je n’avais mangé jusque là.

Ce qui m’a réveillé, c’est la voix extraordinaire de la contralto Francine Arrauzau, que je ne connaissais pas. Celle-ci a très peu fait d’enregistrements et est décédée trois ans plus tard. En fait, j’ai dormi à peu près tout le temps où elle ne chantait pas. Bref, cet opéra m’a fait le plus grand bien…

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je prends mon premier repas de la journée à la cafétéria Mira autogrill restauration Carrousel. Entrée de bruschetta, paella au poulet et verre de rouge espagnol pour 17,4 euros. C’est le premier repas médiocre que je mange depuis que je suis à Paris.

Pour dessert, je me prends un macaron cassis et violette à un comptoir de Ladurée pour 1,9 euros.

Je me rends à la boutique de la Comédie française située sous la pyramide du Louvre pour acheter quatre DVDs de pièces de théâtre captées dans les années 1970 et que je regarderai une fois revenu à Montréal.

Il y a tellement d’excellents acteurs en France que je ne vois pas pourquoi la Comédie française en aurait embauché de mauvais. Donc je m’attends à ce que ce soit bon.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

En sortant du Louvre pour aller faire la sieste à l’hôtel, j’aperçois pour la première fois cette année, un vendeur de marrons chauds. Les siens sont trop petits; on est en fin de journée et c’est probablement tout ce qui lui reste. Et surtout, je n’ai plus faim. Mais je compte bien me reprendre puisque c’est là un des petits plaisirs de la visite à Paris en automne.

Le Louvre des Antiquaires
Louvre
Place Saint-Michel

Après une sieste de 19h à 21h, je décide d’aller faire des photos de nuit au Louvre, à l’Hôtel de Ville, et devant Notre-Dame de Paris.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au cours de cette promenade, je vois une borne de location des autos en libre service dont je vous ai parlé dans mon compte-rendu du jour 2 à Paris…

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

…et, voilà une entrée du RER parfaitement bien identifiée, située près de Notre-Dame de Paris.

Puis je rentre à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 15 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 2000 — 12 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 5000 — 17 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 34 mm
6e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 16 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 16 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 8

14 octobre 2014

Depuis le début de ce voyage, le temps gris ou pluvieux du matin se transformait respectivement en temps ensoleillé ou couvert en après-midi. Aujourd’hui, il fait beau dès le lever du jour. Je décide donc d’aller au Jardin du Luxembourg.

À l’époque romaine, ce qui allait devenir Paris était principalement peuplé sur la rive gauche. Un millénaire plus tard, c’était le contraire. Quand Catherine de Médicis veut construire un palais accompagné d’un immense jardin, elle choisit son emplacement sur la rive gauche, où de grands terrains servent encore à des fins agricoles.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

De nos jours, le Jardin du Luxembourg est un endroit apprécié notamment des amateurs de jogging. C’est un endroit paisible et charmant.

Je prends le repas du midi au restaurant La Maison de la Chine, situé en face de l’église Saint-Sulpice, où je choisi le Menu du Tigre (composé de délicieux raviolis chinois à 17,9 euros).

Si jamais vous venez à Paris, il vous faut visiter ses églises. Ce sont des endroits extraordinaires, parfois négligés, mais toujours intéressants.

Pensez que sur l’Ile de la Cité — l’ile sur laquelle la cathédrale Notre-Dame de Paris est construite — il n’y a plus qu’une autre église, soit la Sainte-Chapelle. Au XVIe siècle, il y en avait deux douzaines. Donc la disparition d’innombrables lieux de culte ont concentré les trésors (confessionnaux, chaires, autels, etc.) dans les églises restantes.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Commencée en 1646, l’église de Saint-Sulpice est une des plus vastes de Paris. C’est une église superbe. Toutefois ses fresques sont en mauvais état.

Le Combat de Jacob avec l’Ange, d’Eugène Delacroix

Précisons que de nombreuses oeuvres d’art éparpillées dans la ville sont des copies; les originaux se trouvent maintenant dans des musées. Mais ici, ces fresques sont originales, trop fragiles pour être retirées de leur support.

Puis je vadrouille un peu au sud du boulevard St-Germain-des-Prés. Au passage, vers 14h30, je commande une crêpe jambon fromage que je mange en visitant le quartier.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je termine au grand magasin Au Bon marché. L’édifice repose sur un squelette de métal. Puisqu’on n’a plus affaire à des murs porteurs, on peut percer les murs de grandes fenêtres, compter sur la lumière du jour et diminuer ainsi les risques d’incendie de l’éclairage au gaz de l’époque de la construction de l’édifice.

À deux pas, je vais à la chapelle de la Médaille miraculeuse. Cette chapelle est l’objet d’une intense dévotion.

En me dirigeant vers le métro, je rencontre Claude Mailhot, une collègue que je n’ai plus revue depuis des années. Nous allons prendre un café. Nous parlons de nos voyages et y allons de nos suggestions respectives.

Puis je rentre à l’hôtel. Sur mon chemin, je passe chercher ce que j’ai commandé dans la boutique d’uniformes Duthilleul & Minart.

À la réception de l’hôtel, une surprise m’attend.

Les lecteurs assidus de ce blogue se rappelleront peut-être que le 23 juillet dernier, j’avais été témoin d’un incident lors des feux d’artifice de La France à Montréal. Un soudain changement de direction du vent avait fait en sorte que quelques spectateurs s’étaient retrouvés sous une pluie de tisons (dont votre serviteur).

Personne n’avait été blessé. Mais mon coupe-vent avait été percé de quelques dizaines de petits trous. Puisque nous sommes privilégiés de pouvoir assister gratuitement à ces spectacles, je n’avais pas jugé bon porter plainte à ce sujet auprès des autorités.

Mais, semble-t-il, les artificiers français ont eut vent de la chose. Si bien que le 8 octobre dernier, je reçois un courriel de Dominique Brézac, directeur de Brézac Artificiers, se déclarant désolé d’avoir brulé mon coupe-vent et me proposant de m’en envoyer un autre à mon hôtel lors de mon passage en France.

Puisque, coïncidence, je suis justement en France, je lui communique mes coordonnées et le remercie d’avance.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le colis de Brézac Artificiers m’attendait donc à la réception. En l’ouvrant, non seulement y avait-il un coupe-vent à ma taille, mais également un gaminet (c’est-à-dire un T-Shirt) noir 100% coton, imprimé aux couleurs du spectacle. Et comble de délicatesse : une boite de 18 carrés de chocolat de 9 saveurs différentes.

Voilà le savoir-vivre à la française.

Puis je pars pour le Théâtre des Champs-Élysées pour y voir l’opéra Castor et Pollux de Rameau à 19h30.

Au foyer de cette salle de spectacle, j’achète le DVD de l’opéra Persée de Lully (principalement pour le ténor français Cyril Auvity qui en assume le rôle-titre), et les CDs de deux autres opéras : Daphnis & Chloé de Bodin de Boismortier (en raison du talent mélodique du compositeur) et Sémiramis de Charles-Simon Catel (dont je ne sais rien).

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Quant au spectacle de la soirée, nous assistons ce soir à la première. Les choeurs sont impressionnants, l’orchestre et les solistes, impeccables. Le chorégraphe sera hué par une partie de l’assistance, à juste titre.

Puis je rentre à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
  1re photo : 1/2500 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 15 mm
  2e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 20 mm
  3e  photo : 1/2000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 12 mm
  4e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 14 mm
  5e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 15 mm
  6e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 21 mm
  7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 12 mm
  8e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  9e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 16 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 2000 — 17 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 9

15 octobre 2014

Aujourd’hui, c’est ensoleillé. Mais je passe le matin à rédiger le compte-rendu de la veille en espérant que la météo ne change pas. Effectivement, il fera beau toute la journée.

Je vais sur la rue piétonnière Montorgueil prendre le repas du midi au restaurant Marie-Stuart : crème de champignons et endives puis, en mets principal, croustillant de canard et purée de pommes de terre accompagnés d’un verre de Brouilly rouge pour 19,5 euros.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Vers 13h29, je prends le RER pour Versailles puisque je veux être sur place pour le spectacle auquel je dois assister en soirée.

Arrivé à la gare Versailles Château, je fais un quadrilatère en direction du château puis je tourne à droite pour visiter d’abord l’église Notre-Dame de Versailles, construite en 1686.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Commandée par Louis XIV à Jules Hardouin-Mansart (l’architecte de La Chapelle Royale), il s’agit d’une église baroque sans prétention avec de beaux vitraux de couleurs vives. Au fond, la Chapelle du Sacré-Coeur est élégante et simple : c’est là que sont célébrés les baptêmes, entre autres.

Puis je prends le chemin du château. J’y arrive vers 15h30. Si jamais je n’avais pas le temps de tout visiter, ce n’est pas grave; j’ai un autre concert à l’Opéra Royal dans deux jours et je ferai le reste à ce moment-là.

Mais tout va bien. Non seulement je passe dans tous les appartements accessibles au public, mais j’ai le temps de visiter l’exposition temporaire consacrée à l’influence de la Chine sur la cour de Louis XV.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le Château de Versailles est perpétuellement en train d’être amélioré. Il y a une décennie, les travaux effectués à la Galerie des batailles n’étaient pas encore complétés. Ils le sont maintenant. Et si vous visitez le château dans quelques années, il sera encore plus beau.

Portail des Petites écuries du Roi

Pour terminer, je me rends à la cathédrale Saint-Louis de Versailles. Je passe devant les anciennes Petites écuries du Roi, occupées maintenant par l’École d’architecture de Versailles.

Quant à la cathédrale, elle fut construite de 1743 à 1754. J’espère qu’elle est encore ouverte. Il est 17h15. Heureusement, c’est le cas.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

C’est une belle église de style Louis-XV, aux clochers en bulbe d’ognon, typiques des églises catholiques d’Europe centrale. Il s’agit d’un clin d’œil à l’épouse de Louis XV, née princesse polonaise.

Je me rends à quelques pas au restaurant Saint Claire. Pavé de saumon, verre de Chardonnay blanc et expresso pour 21,4 euros.

Puis je retourne au château, plus précisément à l’Opéra Royal pour une version concert — c’est-à-dire sans décor et sans mise en scène — de l’opéra Le Temple de la Gloire de Rameau.

Scène de l’Opéra Royal
Ciel de l'Opéra royal de VersaillesPlafond de l’Opéra Royal

L’Opéra Royal est entièrement fait de bois doré et peint. L’acoustique y est excellente.

Parce qu’ils ne sont pas faits de matériaux nobles, ses éléments décoratifs n’ont pas été prélevés pour être vendus aux enchères à la Révolution. Le lieu est donc intact, tel qu’on pouvait le voir sous Louis XV.

C’est une des plus belles salles d’opéra au monde.

Encore une fois, chœur et orchestre sont impeccables. Les solistes féminines chantent les voyelles mais ne prononcent pas les consonnes. Ce qu’elles chantent est donc totalement incompréhensible. C’est un peu le cas de la basse. Le ténor Mathias Vidal, avec sa voix puissante, son sens dramatique et sa diction impeccable, domine cette distribution inégale.

À la gare de Versailles, il n’y plus de vendeur de titres de transport. Or la seule distributrice automatique n’accepte que la monnaie. J’ai des billets de banque, une carte de crédit mais pas de monnaie. Je passe donc les portes automatiques en talonnant une dame âgée qui ne s’est rendu compte de rien.

Le train quitte la gare à 23h27. Il arrivera à Paris environ 35 minutes plus tard.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
  1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 12 mm
  2e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 320 — 35 mm
  3e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 22 mm
  4e  photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 2500 — 12 mm
  5e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 12 mm
  6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 12 mm
  7e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
  8e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
  9e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 31 mm
10e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 21 mm
11e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1250 — 12 mm
12e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 17 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à Paris : jour 10

16 octobre 2014

Aujourd’hui, pluie légère.

Après la publication, à l’hôtel, du compte-rendu de ma neuvième journée à Paris, je traverse la rue pour me faire couper les cheveux.

Après la douche, je prends le repas du midi au restaurant Le Dénicheur, à côté de l’hôtel. Gaspachio (délicieuse, portion abondante), croustillant aux épinards (bien) et verre de rouge pour 18,1 euros.

De la station de métro Alma-Marceau, je me rends à la Place du Trocadéro en empruntant l’avenue du Président-Wilson. Sur mon chemin, le Palais Galliera qui abrite le musée de la mode et du costume.

En face, le Palais de Tokyo. Cet édifice Art Deco se compose de deux pavillons réunis par une colonnade. Il abrite le musée d’Art moderne de la ville de Paris.

Puis à la Place du Trocadéro, je décide de visiter le Musée national des Arts asiatiques-Guimet. Prix du billet : 7,5 euros.

L’Asie, c’est grand. En réalité, ce musée couvre un territoire qui part de l’Inde et se termine au Japon.

Portait d’un moine de la secte Zen (Corée, XVIe siècle)
Bol impérial à décor d’orchidées sauvages (Chine, vers 1720)
Le dieu tutélaire Samvara et sa parèdre Vajravarāhī (Tibet occidental ? XVI-XVIIe siécle)

Je m’attendais à ce que les oeuvres chinoises éclipsent celles de tous les autres pays d’Extrême-Orient (la Chine étant beaucoup plus populeuse donc ayant plus d’artistes dans tous les domaines).

Au contraire, de petits pays (petits, démographiquement) comme la Corée, le Pakistan et le Tibet sont très bien représentés par des oeuvres remarquables.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Je poursuis ma visite à l’aquarium de Paris, situé au sud-est de Palais de Chaillot. Il s’agit d’une attraction touristique mineure de Paris. Le prix d’entrée est élevé (20,5 euros). C’est bien, mais on trouve mieux dans certains ports maritimes comme Barcelone et Shanghai.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

On refait actuellement une partie de l’esplanade du Palais de Chaillot, en particulier l’endroit précis duquel le Parc du Champ de Mars et l’École militaire au loin, s’alignent parfaitement avec la tour Eiffel.

Plus à l’ouest, en traversant à moitié le Pont de Bir Hakeim, on accède à l’allée des cygnes. Il s’agit d’une promenade rectiligne au milieu d’un éperon insulaire aménagé au milieu de la Seine. C’est un endroit calme, apprécié des amoureux et des praticiens du jogging.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au bout de cet éperon, l’Association américaine de Paris a offert à la ville une réplique miniature de la statue de la Liberté, le regard évidemment tourné vers l’Amérique…

Je prends le repas du soir au Eiffel Café : boeuf bourguignon (viande un peu trop coriace à mon goût), verre de bourgogne rouge et mousse au chocolat. Le tout pour 20 euros.

Je passe la soirée à prendre des photos de nuit à partir de la tour Eiffel.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Il y a dix ans, mes tentatives à ce sujet avaient été de cuisants échecs. Afin de compenser les longues vitesses d’exposition dont avait besoin mon appareil photo de l’époque, je déposais celui-ci sur tout ce qui m’apparaissait stable. Or la tour oscille continuellement au gré des vents. Elle est donc tout, sauf stable.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Voici maintenant Notre-Dame de Paris. Ce n’est pas la photo du siècle. Mais cela donne une idée de ce qu’on peut faire avec un bon stabilisateur d’image; la cathédrale est à 4km de distance — l’appareil est ici doté d’un téléobjectif — la photo est prise à main levée et la vitesse d’obturation est d’un vingtième de seconde. La photo est simplement rééchantillonnnée.

Il est presque 22h. Je rentre à l’hôtel pour la nuit.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectifs M.Zuiko 40-150 mm R (la dernière photo) et M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (les autres photos)
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 800 — 19 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 14 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 40 mm
4e  photo : 1/100 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 40 mm
5e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/6,3 — ISO 1000 — 15 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 22 mm
8e  photo : 1/20 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 150 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à Paris, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Récit du voyage à Paris No 1, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :