Voyage à La Havane-II : Jour 1

30 octobre 2013

ca296812
 
Par Air Canada, le trajet entre Montréal et la capitale cubaine se fait en deux étapes: un vol Montréal-Toronto, suivi d’un autre de Toronto à La Havane.

ca296811
 
À l’aéroport de Montréal, ce qui a attiré mon attention, c’est cette machine distributrice — j’en verrai une semblable à Toronto — à partir de laquelle ont peut acheter des articles électroniques. Celle de Toronto, alimentée par le magasin électronique Best Buy, offre un choix plus varié — adaptateurs, écouteurs, cartes-mémoire, ardoises et appareils photos — alors que certains types d’items ne sont pas encore disponibles pour l’instant dans celle de Montréal.

D’habitude, en avion, j’aime bien être placé près des fenêtres. Mais ce matin, je suis arrivé à l’aéroport alors que presque toutes les places avaient été attribuées. Donc je n’ai pas filmé le décollage de l’avion, comme j’en ai l’habitude. Mais, surprise, après avoir atterri à Toronto, on m’a permis de photographier l’intérieur de la cabine des pilotes.

ca296815
 
Cela est d’autant plus étonnant qu’à bord d’un train traversant la campagne anglaise à partir de Londres, en 2006, on m’avait interdit de photographier l’intérieur du wagon qui servait de cantine. Pour des raisons de sécurité, disait-on.

Et là, on me permet de photographier l’endroit le plus stratégique d’un avion, l’endroit au programme de toutes les académies d’Al-Qaida autour du monde. Étrange.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ca296830
 
Dans certains restaurants de l’aéroport de Toronto, chaque personne a sous les yeux une ardoise qui, par défaut, affiche des réclames. Il suffit d’interrompre leur défilement pour accéder à un petit nombre d’applications.

ca296845
 
À La Havane, l’aéroport international José Martí — inchangé depuis probablement cinquante ans — subit présentement une cure de rajeunissement. Alors qu’il faisait quelques degrés au-dessus du point de congélation en après-midi, à notre départ de Montréal, il fait 26 degrés Celsius à notre arrivée à La Havane, à 22h20.

L’an dernier, le chauffeur de taxi qui m’amenait à la Casa particular où je devais passer mes vacances, avait choisi un trajet qui montrait la capitale sous des aspects peu avantageux. Mes toutes premières impressions avaient été celles d’une ville vieillotte, grise, sale et dans un état avancé de décrépitude.

Le chauffeur de cette année a choisi d’éviter les bâtisses industrielles et de suivre plutôt un trajet le long duquel plein de gens se promènent ou discutent au sortir de restaurants. En empruntant les plus belles avenues de Vedado, il me montre la Place de la révolution — que je n’avais jamais vu éclairée de nuit — l’université, le Musée napoléonien, etc. Bref, une toute autre impression.

Après les présentations d’usage, je défais mes bagages, prends une douche et me mets au lit.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/4000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm
2e  photo : 1/200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 22 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
5e  photo : 1/250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 2500 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

4 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 2

31 octobre 2013

L’appartement

ca306852
 
Avant de vous résumer cette deuxième journée, j’aimerais vous présenter l’endroit où j’habite. Le quartier de Centro s’est essentiellement développé au XIXe siècle et dans le premier quart du XXe siècle, après la destruction des remparts qui étouffaient la ville. Mais la maison où je me trouve est antérieure à cet étalement urbain.

Elle date du XVIIIe siècle. C’est une maison à deux étages construite autour d’une cour extérieure qui sert de puits de lumière à tous ses locataires actuels. À l’origine, une seule famille l’habitait. À la Révolution, le rez-de-chaussée a été morcelé en plusieurs logements tandis que le premier étage a été coupé en deux dans le sens de la profondeur.

Toutes les pièces de la maison ont sept mètres de hauteur. Dans le but sans doute de masquer les fils électriques qui traversent les poutres des plafonds, on a ajouté des panneaux entre les poutres sans chercher à oblitérer leur présence.

ca306858
 
J’habite au premier, dans une chambre sans fenêtre extérieure. La seule lumière naturelle qu’elle reçoit lui vient de la cours extérieure. On accède à ce logement par un long escalier recouvert de marbre de Carrare. La toilette commune est d’une propreté impeccable.

ca306862
 
La cuisine, alimentée au gaz naturel, est garnie de tous les accessoires modernes, ce qui révèle le statut social de l’occupant.

La journée

Ce devait être une petite journée. Après avoir rédigé mon compte-rendu de la veille, je pars donner mon premier appareil photo infrarouge (qui je n’utilise plus depuis presque deux ans). Après avoir échoué à le vendre sur eBay, j’ai décidé de l’offrir à un artiste talentueux de La Havane. Malheureusement, il n’est pas à l’endroit où il tient boutique un jour sur deux. Je me reprendrai demain.

À mes hôtes de l’an dernier, j’apporte une poêle Héritage antiadhésive en excellent état mais dont je ne sers plus. J’en profite pour leur monter les photos que j’ai prises de leur ville l’an dernier.

Puis je me rends à la Maison de l’éventail pour leur apporter un livre d’Art à ce sujet (encore scellé) et j’en profite pour acheter quatre éventails dont le plus dispendieux (15$) sera décoré de tournesols peints à la main et que passerai prendre d’ici la fin de mes vacances.

Jusqu’ici, ce qui me frappe, c’est que les rues de la Vieille ville ont été brossées et que leurs imperfections les plus dangereuses ont disparues. Ce n’est pas parfait, mais c’est une amélioration considérable par comparaison avec l’an dernier.

ca306863
 
Et puisque dans la Vieille Havane, tout est à proximité, de fil en aiguille, je m’arrête dans une ancienne église sur la rue Aguiar, transformée depuis en salle de concert.

En me rendant au parc dédié à la princesse Diana, j’arrête par hasard à l’officine de l’historien de la ville (adjacent au parc dont je n’ai pas encore trouvé l’entrée). C’est un des hommes les plus influents du pays. Il est absent mais, plein d’audace, j’en profite pour laisser à sa secrétaire — qui parle très bien français — la suggestion de végétaliser la Vieille place avec des palmiers royaux.

Après le repas du midi au Jardín del Oriente — une soupe, un rôti de lapin légèrement parfumé à la moutarde, un verre de vin rouge et une pudding au pain, le tout pour 8$ — je reviens sur mes pas visiter le Jardín Diana de Gales.

ca306889
 
C’est un secret de Polichinelle : le communisme est avare d’élans monarchiques. Ce parc, consacré au triste sort d’une princesse anglaise, est donc une curiosité qui témoigne d’une certaine pipolisation du régime cubain. Agréable, il est dominé par une sculpture de l’artiste cubain Alfredo Sosabravo. Ce dernier a représenté symboliquement, de bas en haut, la vie de la jeune princesse qui s’arrête prématurément.

Après un arrêt dans une galerie d’Art tout près de l’ancienne église St-François d’Assise, je visite une exposition qui commémore la campagne d’alphabétisation qui a fait de Cuba, dans les années 1960, le pays où le pourcentage de la population capable de lire et écrire, était le plus élevé d’Amérique.

Au premier étage de l’ancienne Chambre des représentants, on présente une exposition où, à partir des croquis de Leonardo da Vinci, on a réalisé les machines qu’il avait imaginées.

ca306970
 
Puis à deux pas, c’est la visite du Musée du rhum. De la cueillette à la distillation, en passant par l’extraction du jus de canne et sa fermentation, chacune des étapes de la fabrication du rhum est présenté. Le tout est également résumé par une maquette d’une usine traversée par un train électrique.

La visite se termine par la dégustation d’un peu de cette boisson emblématique du pays. Les visiteurs peuvent ensuite se procurer du rhum à moitié prix (par comparaison avec les prix de la Société des alcools du Québec).

Après le retour en taxi à la maison, je me dirige à l’Hôtel du Parc central pour y téléverser mon résumé de la journée d’hier. Je prends le repas du soir à l’Hôtel Plaza : soupe, filet de poisson, verre de vin blanc et flan pour 17$.

Puis je retourne à la maison. J’y tape une bonne partie du texte que vous lisez puis, douche et dodo.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 320 — 12 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 12 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1000 — 12 mm
4e  photo : 1/4000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 14 mm
5e  photo : 1/500 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 12 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 25 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 3

1 novembre 2013

Après avoir finit de taper le texte que vous lisez, je me rends à l’hôtel Parc central. D’habitude j’apporte une clé USB sur laquelle se trouve le texte à publier, de même que les photos qui l’accompagnent. Et je me sers des ordinateurs fournis par l’hôtel.

Mais ils ont une vieille version de Firefox qui ne permet pas la navigation privée. Le résultat, c’est que la communication a été interrompue à trois reprises. Or la rétablir prend entre quinze et vingt minutes à La Havane. Si bien que téléverser le compte-rendu du jour No 1 a pris environ 90 minutes.

ca317014
 
J’ai donc apporté cette fois-ci mon ordinateur portable dans le but de me connecter par Wi-Fi. Mais leur réseau est en panne. On me suggère plutôt de me rendre à l’hôtel Saratoga (ci-dessus). Le paradis (ou presque). Téléverser le résumé du 2e jour, ses six photos, ajouter une photo supplémentaire au résumé du premier jour, a pris trente minutes.

Puis je me rends sur la rue Obispo dans le but de donner un appareil photo infrarouge dont je ne me sers plus à un artiste que j’ai rencontré l’an dernier. Évidemment, j’ai pris soin de lui montrer d’abord mon diaporama infrarouge de La Havane — qui l’a sidéré, comme prévu — pour ensuite, comme un magicien bienveillant, sortir du sac (que j’avais déposé par terre), l’appareil photo que je lui destinais.

J’avais soigneusement planifié ma mise en scène et le résultat fut exactement ce que j’avais anticipé. Comme j’ai horreur des remerciements qui s’éternisent, je l’ai quitté en lui disant que je repasserai chercher la clé USB que je lui prête, et sur laquelle se trouvent les diaporamas du premier voyage à La Havane.

Je me rends ensuite à la Place de la cathédrale afin de visiter le Musée de l’art colonial, fermé l’an dernier. Malheureusement, il l’est encore. Toutefois, le Palais des comtes de Lombillo, fermé l’an dernier, est aujourd’hui ouvert au public.

ca317055
 
Construit en 1741, ce palais se caractérise par ses cadres de porte et ses poutres bleu azur, qui se démarquent des murs d’un blanc immaculé. À l’époque, le bas des murs était décoré de fresques (mis à jour par endroits). Dans les pièces d’apparat, on a restauré la décoration peinte des plafonds à caissons.

Ce palais abrite aujourd’hui une petite exposition de mobilier et d’objets domestiques d’époque. Une salle présente des agrandissements de proxiphotographies (c’est-à-dire des gros plans de petits objets). Au rez-de-chaussée, on expose une petite collection de figurines.

Je prends le repas du midi au restaurant La Giraldilla. La gaspacho et le filet de porc parfumé au poivrons verts (délicieux) me couteront 18,70$, service compris.

Puisque deux des photos du diaporama infrarouge ont été prise de ce restaurant, je profite du fait que je suis le seul client pour monter ce diaporama à la serveuse. Épatée, elle fait venir le patron. Enthousiaste, ce dernier voudrait décorer son restaurant de mes photos. Il fait venir son fils qui étudie la photographie. Après avoir tenté de noter toutes les photos qui l’intéressent, il y a en tant que nous convenons que du Canada, je lui graverai et posterai la totalité des photos du diaporama sur un CD-ROM.

ca317111
 
Je me rends ensuite au Depósito del Automóvil. Il s’agit d’un grand entrepôt mal éclairé où s’entassent une trentaine de vieilles bagnoles poussiéreuses.

ca317136
 
Puis je visite la Maqueta de la Habana Vieja. Ce devait être une maquette de la Vieille Havane. En réalité, on y voit également le Prado, une bonne partie du quartier de Centro et un bon kilomètre de la rive orientale de la baie de la Havane. Le tout est exécuté avec une précision extrême. J’y découvre un complexe résidentiel moderne, situé dans le sud de Centro, que je me propose de visiter.

ca317173
 
Après un arrêt dans une parfumerie — où je me procure 50ml d’un extrait de bois de santal — je visite le Musée Simón Bolívar. C’est un centre culturel vénézuélien (et non bolivien) où on fait la promotion l’amitié entre Cuba et ce pays. Précisons que Bolívar aurait séjourné dans cet édifice lors de son séjour à La Havane en mars 1799.

Lors de mon voyage à Barcelone en 2007, j’avais goûté à une tasse de chocolat. Il s’agissait d’un breuvage épais, intermédiaire entre la pudding et le lait chocolaté. C’était délicieux. Lors de mon premier voyage à La Havane, j’avais découvert qu’on en fait ici du pareil. Je vais donc au Musée du chocolat afin de répéter l’expérience. Mais parce qu’il fait très chaud, je commande cette fois-ci un verre de lait chocolaté (1$). C’est bien, mais moins velouté que le chocolat offert en tasse.

Je prends ensuite le taxi afin rentrer à la maison pour ensuite prendre le repas du soir au restaurant Castropol, situé à proximité, sur le Malecón (c’est à dire le bord de mer de La Havane). On me l’a recommandé en raison du fait qu’au premier étage, on peut admirer le coucher de soleil sur l’océan.

Mais occupé à taper le texte que vous lisez, lorsque j’ai levé la tête, il était trop tard.

La soupe aux fruits de mer, une généreuse portion de rôti d’agneau (recouvert d’une sauce faite avec du concentré de boeuf), accompagné de ratatouille, coûte au total 22$, service compris.

Finalement je rentre à la maison pour poursuivre la rédaction de ce compte-rendu et aller au lit.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 15 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 14 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 31 mm
4e  photo : 1/125 sec. — F/4,2 — ISO 2000 — 49 mm
5e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 2500 — 12 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 4

2 novembre 2013

Après avoir terminé la rédaction du récit de la 3e journée, je vais à l’hôtel Saratoga le publier sur le blogue.

cb017285
 
En retournant à la maison, je m’arrête à l’hôtel Sevilla. Inauguré en 1908, c’est un des rares hôtels du centre historique à disposer d’une piscine extérieure. Celle-ci est située à l’arrière de l’établissement. Mais comme l’entrée principale se situe sur une rue perpendiculaire au Prado — la promenade autrefois huppée de la capitale — cette piscine occupe donc un précieux lot le long de cette promenade.

cb017271
 
Si la façade principale ne fait que quelques étages, la tour qui donne sur le Pardo fait neuf étages. À son sommet, le restaurant panoramique Torre del Oro est décoré, tout comme le reste de l’hôtel, en style mauresque. En haute saison, les chambres doubles s’y louent entre 150 et 200$ la nuitée.

cb017293
 
En retournant à la maison par un détour sur le Malecón, je suis invité à photographier la mer depuis le balcon du 2e étage d’un logement. Pendant que l’épouse s’affaire à la cuisine, ce locataire me fait visiter les deux minuscules chambres qu’il loue aux touristes pour 20$ par jour. Chacune d’elles dispose de sa propre salle de bain. Une donne sur le Malecón tandis que l’autre, sans fenêtre, est accessible depuis la galerie du puits de lumière de la cour extérieure autour de laquelle l’édifice est construit.

Afin de m’y retrouver plus facilement, je décide aujourd’hui de visiter le quartier, plus particulièrement la rue Crespo, sur laquelle j’habite. Cette rue a le défaut de ne pas être indiquée aux intersections. Si bien que tous les chauffeurs de taxi que j’ai pris jusqu’ici se voyaient dans l’obligation de demander l’aide aux passants.

C’est une rue qui fait cinq pâtés de maisons et dont le pavé est accidenté.

Puisque cette année, je me propose de visiter systématiquement le quartier de Centro — comme je l’ai fait l’an dernier pour la Vieille Havane — je débute donc aujourd’hui mon exploration, très tôt interrompue par le repas du midi à La California, le restaurant situé le plus près de l’appartement où j’habite.

cb017318
 
Cet établissement possède plusieurs salles dont deux climatisées. Le potage tiède — il parait que cela est voulu — et le rôti de porc trop cuit (mais présenté de manière attrayante), accompagné d’un verre de vin, me coûteront 13$, sans le pourboire.

cb017333
 
Le long des rues que je parcours, de nombreux citoyens se sont transformés en entrepreneurs, soit en offrant des chambres à louer, soit en perçant le mur de cuisine qui donne accès à la rue afin de créer un guichet destiné à offrir des en-cas aux passants. Jusqu’ici, je n’ai pas vu d’épiceries ou de supérettes — qu’on appelle dépanneurs au Québec — mais plutôt de nombreux petits commerces de proximité, offrant surtout des aliments.

cb017386
 
Dans cette partie de la ville, la circulation automobile est beaucoup moindre dans les rues nord-sud que dans les rues Est-Ouest. En effet, Centro est une voie de passage pour aller et venir de la Vielle ville aux autres quartiers touristiques de la capitale. Conséquemment, les piétons empruntent plus volontiers la rue que les trottoirs dans les rues secondaires.

La journée se termine par le repas du soir au California (une grande pizza et un verre de vin rouge, pour 19$).

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/2500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/2500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 2500 — 23 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 19 mm
6e  photo : 1/500 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 18 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 5

3 novembre 2013

Après la publication de mon compte-rendu de la vieille, je retourne à la maison en faisant un petit détour par la Vieille ville afin de donner suite à une demande spéciale.

À cause de la lenteur de l’internet à Cuba, je ne peux pas me permettre de prendre le temps de me documenter et de répondre à vos messages, comme je fais d’habitude. Toutefois, sachez que je lis vos commentaires et je suis heureux de voir l’intérêt que vous portez à mes récits de voyage.

J’ai donc pris connaissance de la requête de M. Marc Dinet et je suis retourné au Depósito del Automóvil à la recherche de cette Citröen Méhari ayant appartenue à Celia Sanchez. Puisque je suis sur place, j’aime mieux savoir lorsque je suis en train de manquer quelque chose d’intéressant et d’en profiter pour ajuster le tir, plutôt que de l’apprendre à mon retour, alors qu’il est trop tard.

Je n’avais pas noté de quoi il s’agissait, comptant sur le personnel de ce musée pour m’aider. Malheureusement, en leur disant « Automóvil de la Doña de Fidel Castro », les préposées se regardèrent les unes les autres d’un air médusé.

ca317115
 
Dans ce musée, les automobiles sont disposées dans deux salles adjacentes : dans la première, des voitures datant de la première moitié du XXe siècle sont alignées sur deux rangées.

ca317114
 
Dans la deuxième, les voitures sont placées un peu n’importe comment. Bref, je n’ai pas vu la Citröen de Mme Sanchez

Après avoir allégé mon sac à dos à la maison, je poursuis mon exploration du quartier de Centro.

J’ai pris le repas du midi au café Neruda, situé sur le Malecón. Le filet de poisson (cuit à la perfection), accompagné d’un verre de vin blanc m’ont couté 9,50$.

L’an dernier, j’avais exploré méticuleusement la Vieille Havane, documentant chaque rue sur laquelle j’avais déambulé. Cette année, je procède différemment; j’ai divisé arbitrairement Centro en neuf territoires que je compte explorer. Aujourd’hui j’ai terminé, au nord-est, un territoire délimité par le Prado à l’Est, le Malecón au nord, l’avenue de l’Italie à l’ouest et la rue Neptuno au sud.

Plutôt que de vous faire un long discours, on trouvera à la fin du texte quelques photos que j’en ai rapporté et qui témoignent de la vie de ce quartier.

Le repas du soir a été pris de nouveau au café Neruda: entrée, filet de porc et deux verres de vin blanc — pour avaler le porc hyper cuit — m’ont coûté 11,50$.

Après avoir rédigé le texte que vous lisez, je me rends au Prado pour assister à un récital d’opéra. Présentement, le Gran Teatro est fermé pour rénovation (tout comme le Capitolio). En contrepartie, le café-concert Adagio, situé tout près du Gran Teatro, présente le jeudi soir, de 23h à 1h du matin, un récital d’airs de Zarzuelas (des opérettes sur des rythmes espagnols) et, le samedi soir, un récital d’airs d’opéra.

L’an dernier, j’avais passé presque toutes mes soirées à rédiger mes récits de voyage. Et à chaque fois, j’imaginais que toute la ville était en train de fêter pendant que moi, misérable esclave de son sens du devoir, tapais du texte au lieu de s’amuser.

J’ai donc profité du changement d’heure cette nuit (qui permet de se lever une heure plus tard le demain), pour partir à la découverte de la vie torride de La Havane, un samedi soir.

Au café Adagio, la salle fait environ 20 mètres par 20 mètres. Le marbre du plancher, les miroirs derrière de bar, de même que les murs et plafond de pierre, en font un lieu où la réverbération est excessive, ce qui rend l’endroit inapproprié à servir de salle de concert.

Vers 23h15, je quitte l’Adagio pour traverser la rue et me rendre à l’hôtel d’Angleterre. Un orchestre de musique latino-américaine (excellent) y joue dans la galerie à arcades située devant l’hôtel. Afin de ne pas nuire au sommeil des clients de l’établissement, l’orchestre s’arrêtera de jouer peu après.

Je me rends ensuite sur la rue Obispo. L’an dernier, tous les soirs vers 19h ou 20h, un grand nombre d’orchestres latino-américains y divertissaient la clientèle des restaurants. Mais ce soir, à 23h30, tout est calme. La seule musique qu’on y entend est préenregistrée. Je présume donc que les fêtards havanais se réunissent ailleurs.

cb027647
 
Sur mon chemin, je fais la découverte d’une galerie d’Art encore ouverte où deux peintres hyperréalistes travaillent consciencieusement … alors que tous les fêtards de la ville sont réunis ailleurs dans des lieux qu’il me reste à trouver.

cb017401

cb017299

cb017397

cb017405

cb027515

cb027526

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 15 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 15 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 35 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 26 mm
5e  photo : 1/320 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 12 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 1600 — 31 mm
7e  photo : 1/320 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
8e  photo : 1/500 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 32 mm
9e  photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 200 — 14 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 6

4 novembre 2013

cb037671
 
Le dimanche, un certain nombre d’artistes havanais exposent leurs œuvres sur le Prado. De plus, sur une base volontaire, un certain nombre de professeurs en art graphique viennent guider de jeunes écoliers à réaliser des desseins qui feront la fierté de leurs parents. Un peu partout, on voit ces bouts de choux s’attabler à l’ombre des arbres qui bordent cette promenade agréable.

cb017412
 
En visitant le nord-est du quartier, j’avais observé une pizzeria devant laquelle des Havanais s’attroupaient à n’importe quelle heure, même tard le soir. Après la publication de mon compte-rendu quotidien, je passe à proximité. Présumant que leurs pizzas devaient être plutôt bonnes, j’en ai donc commandé une au fromage de 17cm de diamètre (0,50$), ce qui en a fait le repas le moins dispendieux que j’ai pris à La Havane jusqu’ici.

En attendant mon tour, j’ai été intrigué au menu par l’item « Pizza de Perro », ce qui signifie littéralement : Pizza au chien. Plus tard, arrivé à la maison, mon hôte m’expliquera qu’il s’agit plutôt d’une pizza garnie de tranches de saucisses à Hot Dog.

Puis je me rends visiter la partie centrale du nord du quartier de Centro. Plus précisément, cette zone est limitée à l’Est par l’avenue d’Italie, au nord par le Malecón, à l’ouest par la rue Padre Varela, et au sud par la nue Neptuno.

cb027538
 
Sur l’avenue d’Italie, on y trouve la sobre église Notre-Dame de Monserrat, en l’honneur du monastère catalan homonyme.

cb027559
 
Immédiatement au sud se trouve la galerie Galiano, dédiée à l’art contemporain cubain. Tous les artistes représentés sont très intéressants. La toile de grand format, ci-dessus, vendue dès le premier jour de l’exposition pour 2 000$ est intitulée « Sans titre XXXII ». Elle est l’œuvre de Niels Reyes.

cb037814
 
En milieu d’après-midi, je prends un expresso (2$) au restaurant Notre-Dame des bijoux. En entrant, le lieux est un capharnaüm d’antiquités. Un mur entier est recouvert de porcelaine. Aux étages supérieurs, le restaurant est décoré de fresques.

cb037793
 
Puis je m’arrête au restaurant La Guarida, situé au deuxième étage d’un édifice d’une très grande beauté, mais dans un état avancé de décrépitude. En dépit de cela, c’est un des restaurants les plus huppés de la ville. J’y commande une gaspacho (délicieuse) et une limonade, le tout pour 9,30$, service compris.

cb037838
 
Sur la rue, je rencontre un Havanais qui m’invite à visiter son logement. Je me doute que son but est de me quêter un peu d’argent mais je me prête à l’opération. Il habite un taudis situé au bout d’un long couloir. Cet ancien professeur est maintenant préposé à l’entretien : il gagne mensuellement l’équivalent de 12$ par mois (soit moins que la moyenne nationale de 19$).

Le logement est presque totalement dépourvu de mobilier et le réfrigérateur de la cuisine sert à entreposer ses médicaments. En le quittant, je lui laisse un peso convertible puis, rendu un peu plus loin, je reviens sur mes pas lui offrir trois autres pesos convertibles soit, au total, l’équivalent de dix jours de salaire.

cb037880
 
Je prends ensuite le repas du soir au restaurant Casa Miglis, spécialisé dans la cuisine cubano-suédoise. J’y commande des boulettes de viande (accompagnées d’une généreuse portion de purée de pommes de terre) et un verre de vin rouge, le tout pour 15,40$ (service compris).

cb037892
 
Je termine la journée au Palais des mariages (situé sur le Prado). À 18h tous les dimanches, on y présente un concert gratuit de musique classique. Ce soir, l’orchestre de chambre Música Eterna interprète les Quatre saisons de Vivaldi. Les musiciens sont de jeunes diplômés de l’Institut supérieur d’art. Chaque saison a été confiée à un soliste différent. Le tout est assez bien exécuté.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 17 mm
2e  photo : 1/250 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 16 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/4,5 — ISO 1000 — 23 mm
4e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 250 — 25 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/3,5 — ISO 2500 — 12 mm
6e  photo : 1/3200 sec. — F/3,5 — ISO 200 — 21 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 12 mm
8e  photo : 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 6400 — 32 mm
9e  photo : 1/50 sec. — F/2,8 — ISO 6400 — 17 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

5 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 7

5 novembre 2013

cb047899
 
Cette nuit, il a plu abondamment. Sous un ciel plutôt gris, je visite aujourd’hui le coin nord-ouest du quartier de Centro.

Le tout débute par l’hôpital Hermanos Almeijeiras. À l’origine, ce gratte-ciel devait être le siège de la banque de Cuba. Inachevé au moment de la Révolution, l’édifice fut plutôt transformé en hôpital, sur ordre de Fidel Castro.

Par l’entrée du côté gauche (sur la rue Padre Varela), on accède à une grande salle d’attente où sont assises plus de 200 personnes, dont aucune n’est en état critique. En somme, il ne s’agit pas de l’urgence.

Par la porte principale, du côté du Malecón, on entre dans un grand vestibule. Plancher en terrazzo. Moitié inférieure des murs en marbre rose. Partie supérieure fait d’une alternance de panneaux verticaux en noyer ou en pierre de taille.

Par un court et large couloir, on accède à la salle principale. Celle-ci est monumentale. Ses dimensions approximatives : 15 mètres de haut, 30 mètres de profondeur et 60 mètres de largeur.

Le plafond à caissons est en béton peint bleu azur. Il est soutenu par huit piliers carrés en béton armé.

Le quart inférieur des murs est en marbre rose. Le reste est soit en pierre de taille, soit en béton recouvert d’un crépi bleu ciel (à droite) ou jaune moutarde (à gauche). Les murs peints sont décorés d’immenses sculptures géométriques en métal chromé.

Les planchers sont en terrazzo ou en marbre cubain. Environ 150 sièges sont recouverts de cuirette blanc cassé ou bleu sarcelle.

Le tout baigne dans une semi-pénombre apaisante : la lumière provient exclusivement non pas du plafond, mais du mur du fond. En béton, d’un mètre d’épaisseur, celui-ci est percé de centaines de grandes ouvertures rectangulaires par lesquelles — chose inouïe — l’air extérieur entre librement. Aucun grillage, pas même un moustiquaire, ne fait obstacle à la circulation de l’air.

Puisqu’il est interdit de photographier l’intérieur de l’hôpital, la photo ci-dessus montre le mur du fond, tel que vu de l’arrière de l’hôpital. Afin d’avoir une idée des proportions, précisons que le bas de ces structures m’arrive au niveau du front. Donc, même du bout des orteils, je n’arrive pas à voir dans l’hôpital.

L’ensemble est un chef-d’œuvre d’architecture contemporaine, parfaitement adapté au climat tropical du pays.

cb047916
 
À proximité se trouve le monument élevé en l’honneur du général Antonio Maceo, héros de la première guerre d’indépendance de Cuba. L’an dernier, on s’affairait à nettoyer ce monument. Étrangement, on a enlevé une bonne partie du vert-de-gris qui recouvrait les éléments en bronze alors qu’on met des années à obtenir cette patine recherchée.

cb047918
 
Il suffit de traverser la rue pour visiter la Chapelle de l’Immaculée-Conception.

cb047952
 
Le repas du midi fut constitué d’une petite pizza au fromage (0,50$) mangée sur le pouce tout en me promenant dans le quartier. Derrière le guichet se trouvait une petite cuisine lumineuse, resplendissante de propreté, dans laquelle s’affairaient trois cuisiniers vêtus de blanc.

cb048021

cb048004
 
Le Callejón (ou ruelle) de Hamel est un sanctuaire afro-cubain à ciel ouvert, habituellement très prisé des touristes. En raison d’une averse récente, les lieux étaient déserts au moment de ma visite.

Son histoire remonte aux années 1970, au cours de l’effondrement de l’économie cubaine consécutive à l’arrêt des subsides soviétiques. L’entrepreneur Fernando Hamel réussit à convaincre les habitants d’une ruelle de laisser l’artiste Salvador Gonzáles peindre les murs des édifices tout autour.

Je visite ensuite le musée appelé Fragua Martiana (ou Forges Martiennes). Celui-ci est situé dans un bel édifice blanc dont le style est inspiré du Corbusier. Tout y est écrit en espagnol. Ce musée est érigé sur le site d’une ancienne carrière où José Martí, le poète national, était soumis aux travaux forcés à l’époque où il était incarcéré dans une prison située sur le Malecón.

cb047981
 
Dans la partie nord-ouest de Centro, le pavé des rues est relativement peu accidenté, contrairement à celui des rues dans le nord-est de ce quartier. Au point de vue architectural, on y trouve quelques petits bijoux, noyés parmi un grand nombre d’édifices assez ordinaires.

Pour terminer, je passe devant l’église Notre-Dame du Carmen. Elle est fermée à cette heure-ci, mais l’an dernier j’ai pris de nombreuses photos de son intérieur. Ces dernières font maintenant partie du diaporama que j’ai fait relativement au quartier de Centro.

Après le repas du soir au Café Neruda (poitrine de poulet, légumes et verre de vin rouge pour 9$, sans le pourboire), je rentre rédiger le texte que vous terminez de lire.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/1250 sec. — F/5,6 — ISO 200 — 12 mm
2e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 29 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 26 mm
4e  photo : 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 21 mm
5e  photo : 1/500 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
6e  photo : 1/320 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 12 mm
7e  photo : 1/160 sec. — F/5,0 — ISO 200 — 35 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 8

6 novembre 2013

J’apprends à l’hôtel Sevilla que leur réseau Wi-Fi fonctionne bien. Toutefois, pour l’utiliser, il faut posséder des cartes distribuées par la société d’État Etecsa. Or l’hôtel en est à court.

Je vais donc à l’hôtel Parc central. Ils en ont. J’achète trois cartes d’une heure chacune. Ce matin, leur réseau est super rapide. Du jamais vu. En vingt minutes, mon compte-rendu est publié et j’ai le temps de lire les nouveaux commentaires. Wow !

En m’évitant de me rendre jusqu’à l’hôtel Saratoga, situé beaucoup plus loin, je peux donc commencer à visiter la ville beaucoup plus tôt.

Aujourd’hui, ce que je parcoure, c’est le côté occidental du centre du quartier de Centro. Plus précisément, c’est le territoire limité par la rue Padre-Varela à l’ouest, la rue Neptuno au nord, la Calzada Infanta à l’ouest, et l’avenue Salvador-Allende au sud.

cb048093
 
La rue Calzada Infanta est une rue commerciale bordée d’édifices dont la majorité ont une galerie à arcades : celle-ci protège les passants des intempéries ou du soleil. De nombreux autres édifices ont une architecture Art déco.

cb048125
 
Ces dernières années, le gouvernement cubain a encouragé l’agriculture urbaine afin de réduire l’importation de denrées. Cette dépendance alimentaire nuit gravement à l’équilibre des échanges commerciaux de l’ile. Non seulement les citoyens ont donc été encouragés à créer des potagers là où cela était possible mais également, des producteurs maraîchers ont obtenu la permission de mettre en valeur des lots inoccupés, comme c’est la cas ici, sur la rue San-Francisco.

cb058186
 
Puis je visite la Villa Blanca. Ce palais néo-baroque espagnol sert principalement d’école de danse (aux étages supérieurs) et de club de danse — dont l’entrée est gratuite — les fins de semaine.

Le repas du midi a consisté (tout comme celui d’hier) en une petite pizza au fromage que je me suis procurée à la Cafetería Don Luigi, un guichet alimentaire (et non une cafétéria) située sur la rue Soledad, un peu en dehors de la zone que je visite aujourd’hui. Puisque je n’ai pas de monnaie nationale, on me chargera un peso convertible (1$), le double du prix de la veille. Même à ce prix, c’est une aubaine.

cb058259
 
Plus on s’éloigne de la Vieille ville, moins La Havane est densément peuplée. Dans Centro, les maisons sont collées les unes aux autres comme c’est le cas dans la Vieille ville. Cela cessera d’être vrai dans le quartier suivant à l’ouest, à Vedado, où les maisons sont souvent séparées les unes des autres.

De plus, dans certaines parties de Centro, on rencontre parfois des maisons à un seul étage, ce qui est rarissime dans la Vieille ville.

Ce peuplement moindre, associé à une faible fréquentation touristique, fait que la partie de Centro que je visite aujourd’hui est moins l’objet de surveillance policière. Conséquemment, les touristes qui s’y aventurent risquent davantage de se faire voler.

C’est ce qui m’est arrivé vers 14h40, alors que j’avais presque terminé la visite de cette partie du quartier.

Je me trouvais au sud de la rue Lucena, presque déserte (même des Cubains) en raison de la pluie. Un jeune m’a dépassé sur ma droite, à trois mètres, puis a fait soudainement volteface et s’est dirigé directement vers moi en regardant fixement la chainette en or que je portais au cou. D’un geste rapide, il a brisé la chaine et s’est enfui en courant.

C’est le premier vol dont je suis victime. Je suis toujours en vie. Je n’ai pas vraiment été violenté. Tout au plus, j’ai une petite égratignure à la joue gauche qui aura disparue dans deux semaines et qui, entretemps, ne devrait pas nuire à mes chances, même balafré, d’épouser une Cubaine, si tel était mon désir.

Ma première réaction a été de remettre en question mon intention de visiter le reste du quartier. Puis j’ai réalisé que ce n’est pas un petit voleur qui allait bouleverser mon voyage.

Donc, à moins d’un deuxième vol, ma visite se poursuivra, telle que prévue.

Après le repas du soir au restaurant La California — potage aux légumes, spaghetti carbonara, et verre de vin rouge, le tout pour 16$, service compris — l’idée me vient de terminer la soirée en beauté en voyant le spectacle réputé du Tropicana.

Mais mon hôte calme mes ardeurs en me rappelant que ce spectacle superlatif se déroule à la belle étoile et conséquemment, est annulé les jours de pluie. C’est donc partie remise.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re photo : 1/2000 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 13 mm
2e  photo : 1/125 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 16 mm
3e  photo : 1/1000 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 20 mm
4e  photo : 1/800 sec. — F/4,0 — ISO 200 — 20 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 9

7 novembre 2013

cb068278
 
En me rendant en vain à l’hôtel Sevilla — leur réseau Wi-Fi est encore en panne — je découvre qu’au rez-de-chaussée, les clients de cet hôtel prennent le petit déjeuner au son de l’excellent Trio de Cañas Móviles.

À l’hôtel Parc central, seconde découverte. À certains hôtels de la capitale, on peut maintenant accéder à l’internet en haute vitesse. Publier mon compte-rendu quotidien et les quatre photos qui l’accompagnaient, cela n’a pris que dix minutes. Je n’en revenais pas. D’habitude, simplement pour obtenir la connexion avec mon blogue, cela pouvait facilement prendre quinze à vingt minutes. La journée commence bien.

Aujourd’hui je vois le cœur du quartier de Centro. Le territoire couvert est limité à l’Est par l’avenue d’Italie, au nord par la rue Neptuno, à l’ouest par la rue Padre-Varela, et au sud par l’avenue Simon-Bolivar.

En fait, à deux reprises, involontairement, j’ai été plus au sud. La première fois, je me suis carrément perdu. Je croyais avoir découvert que certaines rue de Centro ressemblaient à des rues de Vedado. Cela m’a pris quelques instants pour réaliser que j’étais effectivement rendu dans le quartier suivant.

Aujourd’hui Centro est noir de monde. Cela fait trois jours qu’il pleut à La Havane. Trois jours au cours desquels les gens de Centro vivent enfermés dans leur petit logement misérable. Aujourd’hui, le temps est plutôt dégagé. Les enfants sont à l’école, les employés sont au travail, et les autres peuvent enfin déambuler dans les rues, jouer aux cartes sur le trottoir, ou simplement regarder les gens passer. En fait, je n’ai jamais vu autant de personnes dans les rues de La Havane.

Par les volets entrouverts d’un petit local, on peut voir une douzaine de Cubaines se défoncer, malgré la température ambiante, au son d’une musique rythmée, devant leur professeur de danse aérobique.

Bref, c’est grouillant de vie et fort sympathique.

cb068331
 
Au passage dans une partie du quartier que je destinais à un autre jour, je visite l’église Saint-Nicolas, de style néo-classique. Sans avoir le dépouillement d’une église protestante, l’intérieur est sans prétention. La structure en bois du plafond est apparente : les poutres sont peintes en brun.

De retour dans le coeur de Centro, je prends le repas du midi au restaurant Tien Tan, situé dans le petit quartier chinois. L’intérieur est climatisé de manière excessive : je choisis donc de manger sur la terrasse extérieure. Entre nous, si j’avais voulu manger au froid, je serais resté au Canada.

cb068414
 
J’y commande une soupe aux légumes — voyez la portion — et cinq raviolis chinois. Tout est délicieux. Les raviolis me rappellent ceux que j’ai mangés à Shanghai. Au total, cela me coutera 7,15$.

cb068443
 
Sur la rue, à la vue de tous, grand-maman nourrit son petit-fils, le jeune coiffeur rase un copain, les écoliers en uniforme reviennent de l’école…

cb068441
 
…et les joueurs d’échecs pensent au prochain coup. Et comme d’habitude, on voit les vendeurs de fruits ou de fleurs, les guichets alimentaires, les vendeurs d’articles religieux, les marchés publics, etc. Toutefois, aucun vendeur de souvenirs ne s’y trouve puisque les touristes s’y font rares. En effet, les guides de voyages sont formels; il n’y a rien d’intéressant dans cette partie de la ville.

cb068536
 
Vers 18h30, je prends le taxi (12$) à destination du club Tropicana, situé dans Miramar. Le spectacle qu’on y présente est de renommée mondiale. À mon arrivée, je dois patienter au club Rodney, adjacent, car la salle de réception du club n’ouvre qu’à 19h30. J’en profite pour taper une partie du présent texte, tout en prenant un café expresso.

On peut assister au spectacle sans prendre le repas du soir au Tropicana mais puisque je n’ai pas de réservation de crains, si je mange ailleurs, qu’à mon retour, toutes les places soient prises.

Le repas du soir comprend une entrée végétarienne (concombre, grains de maïs, tomate, carotte et betterave), un plat principal au choix (j’ai pris un filet de poisson, parfaitement cuit), accompagné de légumes bouillis et d’une purée de pommes de terre en poudre. Le dessert glacé est bien. Le repas se prend au son d’un duo piano-violon qui interprète des versions instrumentales de musique populaire d’autrefois. Le violon joue faux.

cb068668
 
Le spectacle est accompagné de musique latino-américaine. À grand déploiement, il incorpore des numéros d’acrobaties.

Selon la distance de la scène, le prix des places varie de 70$ à 90$. À moins d’être myope, on voit bien de partout. Le droit de photographier coute 5$ et celui de filmer, 15$.

En comparaison avec le spectacle de l’hôtel Nacional, celui du Tropicana possède l’avantage de se dérouler sur plusieurs scènes et les costumes, moins pudiques, semblent de confection plus soignée.

Par opposition, la mise en scène du Nacional raconte une histoire, celle de Cuba, de l’époque précolombienne à aujourd’hui alors que le spectacle du Tropicana n’a pas de prétention discursive. Le point faible du Tropicana, ce sont les éclairages, qui parfois noient l’attrait des costumes dans une lumière monochrome tellement intense que tout, de la peau des danseurs aux costumes, est uniformément rouge, par exemple.

Bref, c’est un bon spectacle. Mais j’ai préféré celui que j’ai vu l’an dernier à l’hôtel Nacional. Les deux sont excellents.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8
1re  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 29 mm
2e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
4e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
5e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 26 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 3200 — 12 mm
7e  photo : 1/80 sec. — F/4,0 — ISO 800 — 25 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Voyage à La Havane-II : Jour 10

8 novembre 2013

Aujourd’hui, c’est une journée chaude et très humide.

Je me rends ce matin sur la rue Obispo pour deux raisons. D’abord pour remplacer les lunettes dont je me sers depuis quelques années.

Il y a un mois, j’ai subi un examen de la vue et obtenu une ordonnance d’un optométriste montréalais. Mon intention était de profiter de mon voyage imminent à Cuba pour m’y faire faire de nouveaux verres correcteurs si cela était moins cher.

cb078706
 
Effectivement, c’est considérablement plus économique. Des verres progressifs coûtent 37,50$ de l’oeil, donc 75$ pour les deux yeux. Ils auraient été prêts une heure plus tard si je n’avais pas demandé un revêtement protecteur contre les égratignures, ce qui coûte 15$ de plus (pour les deux yeux). Au total, cela me coûtera donc 90$ au lieu de 350$ à 550$ au Québec. Ce sera prêt demain après-midi.

On m’a bien prévenu que le champ de vision au foyer serait plus étroit qu’avec mes verres actuels. Je ne sais pas très bien ce que cela signifie concrètement. J’imagine qu’il faut davantage pivoter la tête de gauche à droite en lisant. Je verrai — si je peux dire — demain.

La deuxième raison de ma visite sur Obispo est pour reprendre la clé USB que j’ai laissée à un artiste cubain le troisième jour de ma visite. Il en profite pour me signaler que le flash ne fonctionne pas sur l’appareil photo infrarouge que je lui ai donné.

Je ne me rappelle pas de m’être jamais servi du flash sur cet appareil. J’essaie donc devant lui et effectivement, cela ne fonctionne pas.

Puis je réalise que le flash a sans doute été inactivé par les artisans qui ont transformé cet appareil en infrarouge. En effet, un flash émet de la lumière visible. Or celle-ci est bloquée en grande partie par le filtre des appareils photo comme celui-ci.

À tort, on croit que les appareils infrarouges permettent la vision nocturne. Cela est faux; ils sont inopérants en absence de source de rayonnement infrarouge. Le jour, cette source de rayonnement, c’est le soleil.

Les soldats américains qui donnent l’assaut d’un complexe en pays hostile un soir sans lune, le font dans l’obscurité totale parce que leurs casques sont équipés d’une intense source de rayonnement infrarouge et qu’ils portent des lunettes appropriées. Sans la source qu’ils ont de fixé sur leurs casques, ils ne verraient rien.

Plus tôt, en faisant le trajet de la maison à la rue Obispo, j’ai fait un détour par l’hôtel Sevilla; sur le patio, un quatuor divertissait gratuitement les clients de l’hôtel en leur jouant de la musique latino-américaine. Plus loin, en passant devant le restaurant Complejo Viñales Cafetería, j’entends un trio jouer lui aussi de la musique latine.

cb078711
 
Après mes deux visites (chez l’opticien d’ordonnance et au comptoir de l’artiste), je m’attable au restaurant Bosque Bologna, sur la rue Obispo, où le sextuor Deboson — excellent — joue aussi de cette musique. Pour la première fois, je me sens réellement en vacances.

J’y prends un des plats du jour : le Mojito en apéritif, une généreuse portion de morceaux de homard (un peu trop salés et trop cuits), accompagnée de légumes cuits et du riz blanc (appelé riz pilaf au menu), le tout suivi d’un petit flan et d’un café expresso pour 10$ (sans pourboire).

À deux pas, un autre orchestre joue au restaurant La Pérgola. Décidément…

Je vais ensuite à l’hôtel Parc central où, en un quart d’heure, mon compte-rendu de la vieille et ses sept photos sont publiés. C’est à peu près le temps que cela me prend au Québec avec l’internet à haute vitesse.

Et puis je commence à ratisser les environs du Capitolio (en restauration). La zone que je désire visiter est limitée à l’Est par le Prado, au nord par la rue Neptuno, à l’ouest par l’avenue de l’Italie et au sud par l’avenue Simón-Bolivar.

cb078753
 
J’en profite pour visiter le magasin Fin de Siglo (ou Fin de siècle). Autrefois, il s’agissait d’un grand magasin — plus grand que ce que suggère la photo c-dessus — comparable à La Samaritaine à Paris ou La Baie à Montréal. De nos jours, on y trouve des kiosques d’artisanat qui offrent de petits articles, notamment des bijoux et des items comparables à ce qu’on voit dans les boutiques un peu partout dans la vieille ville.

Dans les années 1950, cette partie du Quartier était le centre ville de la capitale cubaine; c’est là qu’on allait magasiner. On y trouve donc une forte proportion de rues commerciales.

cb078799
 
Contrairement à ce que je croyais, le Palais central de l’informatique n’est pas un grand magasin électronique, mais plutôt une grande salle où une vingtaine ordinateurs sont mis à la disposition des Havanais.

photo _641
 
En traversant la rue, on arrive au Parc de la fraternité. Cette place tire son nom de la Sixième conférence panaméricaine qui eut lieu à cet endroit en 1928. À cette occasion, on y a planté l’arbre de la fraternité, protégé par une grille, dans un sol fait de terreaux provenant des 21 pays participants.

On y trouve les bustes de personnages illustres de l’histoire d’Amérique latine. Puisqu’il s’agit du premier grand parc que je rencontre à La Havane au cours de ce deuxième voyage, j’en profite pour faire de la photographie infrarouge.

Je prends ensuite le repas du soir au restaurant chinois Tien-Tan. Soupe, boulettes de poisson dans une sauce au goût de fumé et de citronnelle et verre de vin blanc pour 14,50$.

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35 mm F/2,8 (les quatre premières photos) et appareil Panasonic GH1 (transformé pour faire de l’infrarouge) et objectif Lumix 14-45 mm
1re photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 29 mm
2e  photo : 1/3200 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm
3e  photo : 1/1250 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 15 mm
4e  photo : 1/1600 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 23 mm
5e  photo : 1/400 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 26 mm


Pour lire les comptes-rendus du premier ou du deuxième voyage à La Havane, veuillez cliquer sur l’hyperlien approprié.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

3 commentaires

| Récit du voyage à La Havane No 2, Récits de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :