La Porte de Brandebourg

29 août 2011
Porte de Brandebourg (1789-1791)

De style néoclassique, la porte de Brandebourg fut érigée par Carl-Gotthard Langhans (1732-1808). Elle comprend cinq passages et deux pavillons.

Ces derniers, situés de chaque côté, servaient aux fonctionnaires des douanes puisque ce monument constituait originellement une des 18 portes d’entrée de la ville.

Jusqu’à la fin de l’empire allemand en 1918, le véhicule de l’empereur était le seul autorisé à emprunter le passage central.

La porte est surmontée d’une sculpture de Johann Gottfried Schadow (1764-1850). Il s’agit d’un char tiré par quatre chevaux. Son personnage central est la déesse de la Victoire : debout et tenant une couronne de lauriers, elle symbolise le triomphe de la paix.

Durant l’occupation de Berlin par les troupes de Napoléon Bonaparte, ce quadrige fut confisqué comme butin de guerre et transporté à Paris en 1806.

Ce séjour fut de courte durée ; après la défaite napoléonienne, les troupes prussiennes ramenèrent la sculpture à son endroit initial en 1814. Le roi de Prusse en profita pour ajouter des symboles plus guerriers — soit une croix de fer au milieu de la couronne de lauriers et un aigle au-dessus de tout — et donner ainsi au quadrige son aspect définitif.

Sévèrement endommagé au cours de la Deuxième guerre mondiale, le quadrige à été refondu à partir des moules d’origine. C’est ce deuxième moulage, aussi authentique que le premier, que nous voyons aujourd’hui.

Détails techniques de la photo : Canon Powershot G6 — 1/600 sec. — F/2,2 — ISO 50 — 11 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Photos d'Allemagne, Photos de Berlin, Photos de voyage | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Saint-Georges et le dragon

25 février 2010
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

J’aime bien cette sculpture d’August Karl Eduard Kiss (1802–1865) située dans le quartier Alexanderplatz-Nikolaiviertel de Berlin. En fait, j’aime sa mise en scène; le cheval horrifié, le dragon monstrueux qui, après avoir planté ses griffes dans la poitrine du cheval, s’apprête à frapper le cavalier, et ce dernier, impassible et déterminé, certain de sa victoire.

Détails techniques : Canon Powershot G6 — 1/60 sec. — F/28 (??) — ISO 50 — 14 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Allemagne, Photos de Berlin, Photos de voyage | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :