Le pluriel des mots composés d’un verbe et d’un nom lorsqu’ils sont séparés par un trait d’union

27 avril 2018

Introduction

Il est facile de conjuguer au pluriel les mots composés d’un verbe et d’un nom lorsqu’ils sont soudés l’un à l’autre. C’est ainsi qu’on écrira ‘un portefeuille’ et ‘des portefeuilles’.

Mais lorsqu’ils sont séparés par un trait d’union, que doit-on faire ?

Dans le cas de plusieurs séchoirs à cheveux, il est évident qu’il faut dire ‘des sèche-cheveux’. Mais qu’en est-il au singulier ? Doit-on dire ‘un sèche-cheveu’ ou ‘un sèche-cheveux’ ?

À moins de n’avoir qu’un seul cheveu sur la tête, l’appareil (même au singulier) sèche toujours plusieurs cheveux à la fois. Il serait donc logique de parler d’un ‘sèche-cheveux’.

Mais qu’en est-il de la pipette qui compte les gouttes ? Ne peut-elle pas servir à dispenser une seule goutte à la fois ? Conséquemment, faut-il écrite ‘un compte-goutte’ ou un ‘compte-gouttes’ ?

Avant 1990

Jusqu’à la dernière réforme orthographique, tout cela était un véritable casse-tête (au singulier).

D’un côté, il y avait tous ces mots qui, au singulier, portaient la marque du pluriel : un casse-noisettes, un compte-gouttes (ah, ah !), un coupe-légumes, un pare-chocs, un porte-avions, un porte-bagages, un repose-pieds, un sèche-cheveux (évidemment), un serre-livres, etc.

Et il y avait de l’autre, tous ces mots qui, même au pluriel, portaient la marque du singulier : des chasse-neige, des chauffe-eau, des coupe-papier, des pare-brise, des porte-bonheur, des serre-tête, etc.

Depuis l’orthographe rectifiée de 1990

Depuis la dernière réforme de l’orthographe, les choses sont simples.

Au lieu de dépendre du sens ou de la fonction de l’objet, le singulier et le pluriel obéissent à la règle de base en français; aucune marque au singulier et l’ajout d’un ‘s’ ou d’un ‘x’ final au pluriel.

Notre pipette devient donc ‘un compte-goutte’ et ‘des compte-gouttes’. Et on dira ‘un sèche-cheveu’ (eh oui) et ‘des sèche-cheveux’.

Et comme cette règle ne connait pas d’exception, il faut noter qu’on dira ‘un couvre-œil’ et ‘des couvre-œils’ (et non ‘des couvre-yeux’).


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

4 commentaires

| Grammaire et orthographe | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’écriture inclusive

12 novembre 2017


 
Introduction

L’écriture inclusive se définit comme l’ensemble des procédés graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes.

L’écriture inclusive vise trois objectifs d’importances inégales :
• la féminisation des titres,
• l’élimination du masculin générique,
• l’élimination de la majuscule de prestige à ‘Homme’.

Encore controversée en France, la féminisation des titres est une chose acquise au Québec. Voilà pourquoi il n’en sera pas question ici.

Le troisième objectif, mineur, vise à éviter, par exemple, que ‘droits de l’Homme’ désigne les droits communs aux hommes et aux femmes.

Le texte qui suit concernera donc exclusivement le deuxième objectif, beaucoup plus ambitieux.

Le masculin générique

Offensés par la règle selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin, ses promoteurs accusent celle-ci d’invisibiliser (sic) les femmes.

À titre d’exemple, dans le paragraphe qui précède, ‘promoteurs’ comprend à la fois les promoteurs de sexe masculin et les promotrices. Conséquemment, le mot masculin pluriel ‘promoteurs’ englobe donc implicitement les promotrices, ce qui a pour résultat de les occulter.

En somme, le masculin générique aurait pu très bien s’appeler ‘masculin inclusif’ parce que c’est précisément ce qu’il fait; inclure implicitement le féminin.

Aussi offensante soit-elle, cette règle concerne le genre grammatical et non le sexe des êtres (vivants ou inanimés).

Une table n’est pas de sexe féminin, mais plutôt du genre féminin. De la même manière, un divan n’est pas de sexe masculin, mais plutôt du genre masculin. Conséquemment, lorsqu’on laisse dans une pièce un divan et une chaise, il n’y a aucun danger d’un accouplement contre nature.

Les promoteurs de l’écriture inclusive en sont conscients mais soutiennent que le langage construit les mentalités et entraine un impact important sur les représentations sociales.

Il s’agit donc pour eux de combattre les stéréotypes sexistes en remaniant l’écriture.

Langue et société

Dans le combat en faveur de l’égalité des sexes, le désir d’éliminer le masculin générique repose sur le mythe selon lequel la langue façonne les mentalités.

Est-il possible que ce soit l’inverse ? En d’autres mots, ne pourrait-on pas croire que toute langue soit le reflet de l’histoire et de l’évolution de la société qui l’utilise ?

Dans tous les cas, peut-on effacer les ‘stigmates’ des mentalités qui prévalaient autrefois ?

La mitraille de points

En France, le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE), un organisme étatique, recommande de structurer les phrases selon le schéma suivant : racine du mot + suffixe masculin + point + suffixe féminin.

Dans tous les cas, le HCE prescrit que le suffixe masculin ait préséance sur le suffixe féminin. Pour une solution à l’écriture sexiste, cette préséance est antinomique.

À titre d’exemple, au lieu de « Pour entrer en fonction, le sénateur doit prêter serment au roi d’Angleterre », on écrira : « Pour entrer en fonction, le.la sénateur.rice doit prêter serment au.à la roi.reine d’Angleterre » (p. 29 du guide du HCE).

Pour le pluriel, au lieu des « agents territoriaux », on écrira : « agent.e.s territoriaux.ales» (p. 29 du guide du HCE).

Imaginons un instant que l’abolition du masculin générique devienne une réalité. Tout comme les textes écrits sous l’Ancien régime sont aujourd’hui publiés avec une graphie moderne (ex.: estudier est devenu étudier), toute la littérature française devra être réécrite.

On aura le choix.

On pourra alors modifier le texte. Dans l’exemple donné précédemment, « Pour entrer en fonction, le sénateur doit prêter serment au roi d’Angleterre », on écrira tout simplement « Pour entrer en fonction, chaque membre du Sénat doit prêter serment à la monarchie britannique ».

C’est pareil. Malheureusement, si ce texte avait été écrit par Lamartine, la nouvelle version ne serait pas vraiment ce qu’il a écrit. Et sur l’ensemble de son œuvre, le génie de cet auteur serait amoindri aux yeux des lecteurs d’aujourd’hui.

Par contre, si on opte pour la mitraille de points, imaginez la difficulté du jeune écolier à qui le professeur demande de lire à voix haute un texte rédigé ainsi.

Dans le même ordre d’idée, à chaque fois qu’il sera question d’un être sexué, l’acteur de théâtre, de cinéma ou de télévision se butera sur le texte écrit ou traduit en écriture inclusive.

À l’époque de l’Empire romain, tous les textes étaient en majuscules et aucun signe de ponctuation ne l’interrompait.

Au Moyen-âge, on a inventé à la fois les minuscules et les plus importants signes de ponctuation; la virgule pour insérer une pause dans la phrase et le point pour la terminer.

De nos jours, l’auteur doit user de finesse lorsque vient le temps d’utiliser une abréviation comme etc. En effet, le point de l’abréviation peut être confondu avec un point final. On pourra donc placer l’abréviation à la fin de la phrase pour que son point fasse une pierre deux coups. Autrement, la minuscule ou la majuscule au début du mot suivant permet d’indiquer au lecteur la nature du point qui le précédait.

Mitraillé par l’écriture inclusive, le lecteur doit constamment analyser la phrase pour en deviner le sens.

Le point médian

Afin d’évider cette confusion, certains suggèrent le point médian, appelé également point d’altérité. Au lieu d’être à la ligne, ce point est situé à mi-fauteur des caractères. Par exemple, les citoyen∙ne∙s.

À l’heure actuelle, le point médian n’est pas offert sur le clavier de nos ordinateurs mais pourrait l’être à l’avenir si la demande s’en fait sentir.

Le point médian nuit moins à la lisibilité du texte lorsqu’il est utilisé de manière parcimonieuse. Mais dès qu’il devient abondant — ce qui est inévitable avec l’écriture inclusive — il partage la même lacune majeure que le point conventionnel; une diminution de la lisibilité.

L’énumération du féminin et du masculin

Parmi les solutions alternatives, approuvées par le HCE, il y a l’utilisation conjointe du féminin et du masculin. C’est ce qu’on appelle la double flexion.

Prenons une communauté religieuse formée exclusivement de femmes. On les désignera collectivement comme étant des religieuses. Si cette communauté décide de devenir mixte, dès l’ajout d’un premier homme, ce sont des religieux en vertu de la règle selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin.

Face à ce genre de situation, l’Ordre des infirmières du Québec est devenu l’Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec.

L’accord de proximité

Dans certaines langues, les adjectifs se conjuguent en fonction du dernier nom qu’ils qualifient. Ainsi, dans une énumération, on y écrit « Les femmes et les hommes sont nés égaux » ou « Les hommes et les femmes sont nées égales ». Dans ces langues, l’un et l’autre sont parfaitement acceptables.

La première fois qu’on lit « Thomas et Jacynthe sont belles », on est un peu surpris, mais peut-être finira-t-on par s’habituer.

Acceptabilité sociale

Selon un récent sondage, trois Français sur quatre seraient favorables à l’écriture inclusive sans trop savoir de quoi il s’agit.

Dans l’esprit du HCE, l’écriture inclusive se confond avec le combat pour l’égalité des sexes.

Français et Québécois sont d’accord avec l’égalité entre les hommes et les femmes, un des buts visés par l’écriture inclusive.

Mais dès qu’on parle spécifiquement de l’élimination du masculin générique, les choses se compliquent.

Lorsqu’un premier manuel scolaire basé sur l’élimination du masculin générique a fait surface en France, cela a déclenché un tollé.

Accusant l’écriture inclusive d’être un peu la version féministe de la ‘novlangue’ de George Orwell, des députés français s’y sont opposés vigoureusement.

Le ministre français de l’Éducation a déclaré que l’écriture inclusive ajoute à l’écriture une complexité qui n’est pas nécessaire. Son opposition est partagée par sa collègue de la Culture.

Dans un communiqué émis le 26 octobre dernier, l’Académie française a qualifié l’écriture inclusive de péril mortel.

Sans le dire explicitement, cette opposition concerne l’élimination du masculin générique. Ce qui contribue à la confusion puisque l’écriture inclusive, en principe, est une réforme plus vaste que cela. Conséquemment, dans l’esprit du public, l’écriture inclusive est devenue synonyme de l’élimination du masculin générique.

Pour le blogueur Raphaël Fiévez du Huffington Post, bannir le masculin générique dans le but de combattre le sexisme est aussi futile que de bannir le mot race pour combattre le racisme.

Conclusion

Que la ‘méchante’ Académie française ait décidé au XVIIe siècle d’imposer le féminin générique plutôt que le masculin générique, le résultat serait fondamentalement le même; une simplification de la langue aux dépends d’un genre grammatical.

Après des siècles d’usage, certaines décisions deviennent irréversibles.

À l’heure actuelle, aucune étude scientifique n’a prouvé qu’un programme éducatif basé sur l’écrit mitraillé de points n’entrainait pas de retard dans l’apprentissage du français auprès de jeunes écoliers.

D’autre part, n’importe quel adulte est libre d’écrire le français comme il le souhaite. Tout comme chacun d’entre nous est libre de lire (ou non) ses textes.

Contrairement aux bouleversements actuels provoqués — à juste titre — par la dénonciation du harcèlement sexuel, le combat pour l’élimination du masculin générique fait partie de ces luttes bourgeoises et superficielles qui ne changent rien à la vie de tous les jours.

Ni plus ni moins, il s’agit ici d’une version moderne des Précieuses ridicules de Molière. Conséquemment, les organismes qui y ont recours pour faire ‘cool’ se discréditent.

Dans le cas du HCE, cela est dommage puisque dans l’ensemble des mesures qu’il préconise sous l’appellation générale d’écriture inclusive, il y a beaucoup de suggestions intéressantes que cet organisme aura du mal à promouvoir après le discrédit qu’essuiera probablement sa proposition extravagante d’abolir le masculin générique.

Références :
Écriture inclusive
L’écriture inclusive, fausse solution à l’iniquité des sexes
Pour l’Académie française, l’écriture inclusive est un “péril mortel”
Pour une communication publique sans stéréotype de sexe
Qu’est-ce que l’écriture inclusive et pourquoi pose-t-elle problème ?
3 Français sur 4 se disent favorables à l’écriture inclusive

Parus depuis :
L’écriture inclusive, un débat déjà vieux de 40 ans au Québec (2017-11-23)
Ecriture inclusive : malaise à l’Académie française (2017-12-13)

Détails techniques : Appareil Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm — F/2,8 — 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 22 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Grammaire et orthographe, Langue française | Mots-clés : , , , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le pluriel des nombres

7 septembre 2017
Siège de l’Académie française

L’expression d’une quantité

Si je vous dis que j’ai cent huit onces de jus en réserve, s’agit-il de cent formats de huit onces (qui font 800 onces) ou d’un format de 108 onces ?

Avec la nouvelle orthographe, c’est simple; on met un trait d’union entre tous les éléments d’un nombre écrit au long. On écrira donc cent-huit onces pour 108 onces.

Pour ce qui est du pluriel, dans les petits nombres, seuls vingt et cent sont parfois mis au pluriel.

La raison est simple; dix-sept n’est pas 10 fois 7 alors que quatre-vingts est 4 fois 20. Voilà pourquoi quatre-vingts est au pluriel.

Tout aussi logiquement, on écrira les quatre saisons et les douze mois de l’année (où quatre et douze sont au singulier). Pourquoi ? Parce que ce sont les saisons et les mois qui sont nombreux et non les chiffres 4 et 12.

À la différence d’un nombre, l’adjectif dont il est tiré se conjugue au pluriel. On parlera donc des cinquièmes Jeux olympiques et des quatre (au singulier) Jeux qui les ont précédé.

Dans les cas de vingt et de cent, ils s’accordent au pluriel seulement lorsqu’ils sont placés à la fin du nombre écrit au long. Par exemple, on écrira quatre-vingts et quatre-vingt-cinq.

Même chose pour 100. On écrira deux-cents et deux-cent-trois.

Quant à l’objet dénombré, on ne le met au pluriel qu’à partir de deux. Le médecin écrira à son patient de prendre 1,5 comprimé le matin et deux comprimés au coucher.

En anglais, le pluriel de l’objet s’applique au-delà d’un. Ce même médecin dira à un patient anglophone de prendre 1 tablet in the morning and 1,5 tablets at night.

L’expression d’un rang

Il arrive qu’un chiffre n’exprime pas une quantité mais le rang d’un objet à l’intérieur d’un ensemble.

Un livre peut avoir quatre-cents pages. Mais si je me trouve à la page 300, ce nombre n’exprime pas une quantité, mais un rang; c’est la 300e page. On écrira donc qu’il s’agit de la page trois-cent.

De la même manière, l’adresse civique indique l’ordre des maisons le long d’une rue. Le 80 de la rue Principale n’est pas un complexe immobilier formé de quatre copies de la maison située au 20 de la même rue. On écrira donc : Le Quatre-vingt (au singulier) de la rue Principale.

Même chose pour les années. L’an mille-neuf-cent est la 1900e année de notre ère. Voilà pourquoi le cent final y est au singulier.

Bref, lorsque le nombre exprime un rang, il est toujours invariable.

Mille, millions et milliards

Jusqu’à maintenant, c’est peut-être un peu compliqué, mais c’est logique.

Dépassé 999, c’est différent.

Mille est invariable pour des raisons historiques. En vieux français, mille était déjà le pluriel de mil.

On écrivait alors : « Jeanne-d’Arc est née en mil quatre cent douze » et « La dote de la reine était de deux mille écus.»

De nos jours, cette distinction a disparu. Même dans le cas des années, on peut écrire indistinctement mil-quatre-cent-douze ou mille-quatre-cent-douze à la place de 1412. Mais on ne peut écrire que deux-mille-dix-sept (jamais deux-mil-dix-sept).

Alors pourquoi donc avoir tenu à respecter cette vieille tradition alors qu’il aurait été si simple de faire en sorte que 1 000 obéisse aux même règles que 100 et 20 ?

Mystère…

Millions et milliards sont deux autres exceptions.

Ils prennent le pluriel non seulement lorsqu’ils sont placés à la fin du nombre (ex.: deux-millions d’électeurs) mais également lorsqu’ils se trouvent à l’intérieur du nombre écrit au long (ex.: deux-millions-trente dollars).

Je sais, ce n’est pas très logique, mais c’est comme ça.

Références :
Pourquoi mille est-il invariable?
Trait d’union et numéraux

Sur le même sujet : Le pluriel des couleurs

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 — 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Grammaire et orthographe, Langue française | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le pluriel des couleurs

27 juillet 2017
Siège de l’Académie française

Écrire : « Elle avait les yeux de couleur bleue » est un pléonasme puisque dans cette phrase, bleu ne peut être autre chose qu’une couleur. On écrira donc : « Elle avait les yeux bleus

Un certain nombre d’aliments et de fleurs ont donné leur nom à une couleur. En principe, lorsque c’est le cas, cette couleur est invariable. Par exemple, on écrira : « En pénétrant dans la pièce, les murs citron, les escaliers orange et les portes kaki attiraient immédiatement l’attention.»

Des minéraux et des pierres précieuses ont également donné leur nom à des couleurs. Lorsqu’utilisés comme adjectifs, ils sont eux aussi invariables. On poursuivra notre visite en disant : « La pièce suivante était encore plus criarde avec ses murs turquoise, ses armoires émeraude et ses poignées corail.»

Sont également invariables, les couleurs qualifiées d’un adjectif (gris pâle, noir foncé, vert tendre), ou nuancées par une autre couleur (bleu gris). Dans ce dernier cas, les deux couleurs peuvent, au choix, être séparées par un espace ou réunies par un trait d’union.

Plus tôt dans ce texte, j’ai écrit que la couleur dérivée d’un nom était en principe invariable. Pourquoi ‘en principe’ ?

C’est que cette règle souffre de six exceptions. Les roses sont des fleurs et les fauves sont des félins. Pourtant, il faut écrire : « Le bébé avait les joues roses et les cheveux fauves à la limite du roux.»

Les quatre autres exceptions à cette règle sont écarlate (le nom d’une étoffe), incarnat (nom d’une teinture et d’une variété de marbre), mauve (nom commun d’une plante vivace) et pourpre (nom donné à un pigment rétinien et à un mollusque). Ces adjectifs se mettent au pluriel même si ce sont également des noms.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 — 1/640 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Grammaire et orthographe, Langue française | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le français facile : quand un é remplace un è (ou vice-versa)

12 août 2016

En français, dans certains mots apparentés, le ‘é’ est remplacé par un ‘è’ ou vice-versa. Pourquoi ?

Exemples. Pourquoi sphère et sphérique ? Ou ministère et ministériel ? Ou manière et maniéré ? Ou ébène et ébénier ou ébéniste ? Ou règne et régner ? Ou confrère et confrérie ?

En conjuguant des verbes, on dit il cède et il céda. Même au présent, ne dit-on pas je cède, vous cédez et ils cèdent ?

La réponse est simple.

Le ‘e’ aura un accent aigu — et devient un ‘é’ — quand la syllabe suivante se termine par une voyelle qu’on doit prononcer (a,é,i,o,u,y).

À l’opposé, l’accent aigu est remplacé par un accent grave quand la syllabe suivante contenant un ‘e’ muet.

Font exception :
• ce qui commence par les préfixes ‘dé’ ou ‘pré’ (comme dégelé, prévenir)
• les ‘é’ initiaux (épelé)
• le cas précis des mots ‘médecin’ et ‘médecine’.


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Grammaire et orthographe, Langue française | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le lipogramme

16 janvier 2016

Un lipogramme est un texte dans lequel l’auteur a choisi de ne pas utiliser spécifiquement une ou plusieurs lettres de l’alphabet. Ou certains mots, comme les pronoms ‘que’ ou ‘qui’. Ou tout adjectif.

C’est ainsi que Georges Perec — un auteur dont la lettre ‘e’ forme à elle seule le tiers du nom — a écrit La Disparition sans que jamais cette voyelle n’apparaisse dans ce roman.

Comment est-ce possible ? En voici un extrait :

« Là où nous vivions jadis, il n’y avait ni autos, ni taxis, ni autobus : nous allions parfois — mon cousin m’accompagnait — voir Linda qui habitait dans un canton voisin. Mais, n’ayant pas d’autos, il nous fallait courir tout au long du parcours; sinon nous arrivions trop tard : Linda avait disparu.

Un jour vint pourtant où Linda partit pour toujours. Nous aurions dû la bannir à jamais; mais voilà, nous l’aimions. Nous aimions tant son parfum, son air rayonnant, son blouson, son pantalon brun trop long; nous aimions tout.

Mais voilà tout finit : trois ans plus tard, Linda mourut; nous l’avions appris par hasard, un soir, au cours d’un lunch.»

Pas un seul ‘e’. Et ce, nulle part dans les 300 pages de ce roman.

Mais ce n’est pas tout.

Le roman a été traduit dans une dizaine de langues. Il l’a été parce que son histoire est intéressante. Toutefois, certains traducteurs ont décidé de se soumettre eux aussi à la contrainte créatrice du romancier.

C’est ainsi que la traduction espagnole, El secuestro — ce qui signifie L’Enlèvement — parue en 1997, n’utilise pas de ‘a’. La version russe Исчезание — ce qui signifie Fade — paru en 2005, omet plutôt le ‘o’.

Si Georges Perec avait fait disparaitre le ‘e’ de son écriture romanesque le temps d’écrire La Disparition en 1969, il fait revenir cette voyelle en force trois ans plus tard puisque c’est la seule utilisée dans Les Revenentes, publié en 1972. Toutefois, il s’agit d’un retour un peu forcé, qui oblige l’auteur à certaines licences orthographiques (comme Revenentes qui devrait s’écrire Revenantes).

Références :
Georges Perec
La Disparition (roman)
Lipogramme

Complément de lecture : Le cadavre exquis

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Grammaire et orthographe, Langue française | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les D qui se prononcent T

30 décembre 2015

Il arrive qu’une lettre à la fin d’un mot se prononce différemment de son orthographe.

C’est le cas des verbes en ‘…dre’ — comme entendre, fendre, vendre et prendre — au présent, à la troisième personne du singulier, lorsque le sujet est inversé, en posant une question.

Par exemple, on écrit ‘Prend-il son repas ?’ mais on prononce ‘Pren Til son repâ ?’. De la même manière, on écrit ‘Vend-il des pommes ?’ alors qu’on dit ‘Ven Til dè pom ?’

C’est le cas également de certains adjectifs — comme grand — lorsqu’ils précèdent une voyelle. On écrira donc ‘Vivre au grand air’ alors qu’on prononcera ‘Vi vro gran Tèr’.


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Grammaire et orthographe, Langue française | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Six cravates

13 avril 2015
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Déformation du mot croate, la cravate était un attribut de l’uniforme d’un régiment de hussards croates (d’où le nom) créé sous Louis XIII; cette cravate était un étroit foulard noué devant.

La mode s’est généralisée en Europe dans les années qui suivirent.

Elle prendra sa forme actuelle dans la deuxième moitié du 19e siècle.

On la définit comme une bande de tissu destinée à être passée autour du cou et nouée par devant. La cravate sert à dissimuler la rangée de boutons de chemise.

Ci-dessus, six cravates choisies pour leurs textures. De gauche à droite, successivement des marques ou des couturiers suivants : Gino Paoli, Giorgio Armani, Carnaval de Venise, Joseph Abboud, Nautica et Giorgio Armani.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 60mm — 1/160 sec. — F/2,8 — ISO 1600 — 60 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Un commentaire

| Grammaire et orthographe | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le verbe butiner

30 décembre 2014
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le butin est ce dont on s’empare. Ce peut être l’ensemble des biens ravis à l’ennemi, le produit d’un vol ou d’un pillage, ou ce qu’on obtient par de laborieuses recherches.

Apparu dans la langue française au XIVe siècle, ce mot tire son origine de Beute, ce qui signifie proie en bas-allemand (un groupe de dialectes parlés dans le nord de l’Allemagne et le nord-est des Pays-Bas).

Butiner signifie donc se faire du butin.

L’abeille butine lorsqu’elle se déplace de fleur en fleur afin d’en recueillir le pollen. De manière analogue, l’espion butine des renseignements en les obtenant de proche en proche.

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm — 1/320 sec — F/5,0 — ISO 200 — 35 mm


Pour consulter les textes de ce blogue consacrés à la grammaire et à l’orthographe, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Grammaire et orthographe, Langue française | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :