Médias sociaux et démocratie

1 juin 2022

Latana est une firme de marketing internet basée à Berlin. Chaque année, elle s’associe à l’ONG Alliance of Democracies pour effectuer un sondage destiné à mesurer comment les peuples perçoivent la démocratie.

Le sondage de cette année s’est déroulé du 30 mars au 10 mai dernier et a compté sur la participation de 52 785 répondants répartis dans cinquante-trois pays.

La 19e question (sur 32) portait sur les médias sociaux.

De manière générale, trouvez-vous que les médias sociaux (Facebook, Twitter, etc.) ont un impact positif ou négatif sur la démocratie de votre pays :
❏ Très positif
❏ Plutôt positif
❏ Plutôt négatif
❏ Très négatif
❏ Pas d’impact
❏ Je ne sais pas.


 
Dans les pays démocratiques, 55 % des gens croient à l’influence positive des médias sociaux. Seuls 29 % divergent d’opinion à ce sujet.

Cette opinion flatteuse est plus nuancée en Europe. De leur part, les États-Unis sont le seul pays au monde où, avant même la répartition des indécis, la majorité des gens (52 %) les jugent sévèrement.

Après répartition des indécis, on se rend compte que les répondants qui jugent sévèrement les médias sociaux sont plus nombreux que ceux qui pensent le contraire dans les pays suivants (en ordre croissant de l’écart entre les deux groupes) : en France, en Australie, en Belgique, au Royaume-Uni, en Hongrie, en Allemagne, au Danemark, au Canada, en Autriche et dans les Pays-Bas.
 

 
Il y a deux ans, les répondants de tous les pays étaient plus nombreux à croire en l’influence positive des médias sociaux. Depuis ce temps, cette opinion flatteuse a diminué partout sauf en Inde et au Pakistan.

Cette diminution a été faible en Amérique latine (-9%) et en Asie (-7%). Mais elle le fut bien davantage en Europe (-25%) et surtout aux États-Unis où, justement il y a deux ans, Donald Trump tentait un coup d’État en s’appuyant principalement sur les médias sociaux. C’est surtout cette année-là que l’opinion publique américaine a basculé vers une opinion négative.

Référence : Democracy Perception Index 2022

Un commentaire

| Informatique, Sociologie | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’accès de tous les Québécois à l’internet

9 mai 2022


 
Au XXIe siècle, l’accès à l’internet à haute vitesse revêt la même importance stratégique que pouvait avoir la connexion au réseau électrique au siècle dernier.

Non seulement est-ce essentiel dans une politique d’occupation du territoire, mais l’accès à l’internet permet à tous les entrepreneurs et à tous les artisans du Québec d’offrir leurs biens et leurs services à l’ensemble de la planète, peu importe l’endroit où ils se trouvent.

Cela permet également à chaque citoyen de consulter ce réservoir colossal de connaissances qu’est l’internet et ainsi, dans le cas des écoliers, de favoriser leur réussite scolaire.

D’ici le mois d’octobre prochain, accéder à l’internet à haute vitesse sera possible sur la totalité du territoire québécois.

C’était une promesse de la CAQ aux dernières élections. Puisque la pandémie a bouleversé un grand nombre de ses projets, celui-ci sera incontestablement sa seule réalisation d’importance.

Le gouvernement québécois y a consacré 850 millions$, auxquels s’est ajoutée une contribution fédérale de 450 millions$.

Dès maintenant, 94 % des Québécois ont accès à l’internet à haute vitesse. C’est plus qu’en Ontario (88 %) et en l’Alberta (87 %).

Il ne reste plus que 250 000 édifices résidentiels ou industriels à brancher au rythme actuel de trente-mille branchements par mois.

Seuls huit-mille foyers, éloignés de tout, mettront un peu plus de temps à rejoindre les autres. Dans leur cas, on compte sur leur connexion auprès du réseau de satellites en basse orbite qu’Elon Musk compte mettre sur pied prochainement.

Tout comme pour le réseau routier, au fur et à mesure qu’on approche des cas particuliers, le cout unitaire du branchement augmente; il peut atteindre 25 000$ pour un seul client.

Cela est normal; une fois le réseau complété, les couts seront minimes pour les nouveaux venus qui voudront se connecter.

Ces jours-ci, rares sont les bonnes nouvelles importantes. Celle-ci en est une.

Références :
L’électrification du monde rural québécois
Un Québec branché, mais à quel prix?

Laissez un commentaire »

| 2018-202X (années Legault), Informatique, Politique québécoise | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le transfert de licence de Photoshop et de Lightroom d’un ordinateur à un autre

21 mars 2022

Introduction

De nos jours, Photoshop et Lightroom font partie de ces logiciels qu’on loue à l’année.

Autrefois, on achetait une licence, valable à perpétuité, qui permettait l’installation du logiciel sur un maximum de deux ordinateurs.

À moins d’acheter entretemps une mise à niveau du logiciel, cette licence était fonctionnelle jusqu’à ce que vous installiez sur votre ordinateur une nouvelle version incompatible du système d’exploitation.

Jusqu’à maintenant, l’ordinateur que j’apportais en voyage était un Macbook Air de 11 pouces fabriqué en 2011. Mais récemment, sa vieille pile au lithium a gonflé au point de déformer son boitier. Du coup, j’ai jugé prudent de me procurer (sur Kijiji pour 600$) un Macbook Air de 13 pouces fabriqué en 2017.

Après avoir cloné le disque électronique de mon vieil ordinateur sur le disque électronique du nouveau (à l’aide de l’Assistant migration), tous mes logiciels fonctionnaient parfaitement sauf Photoshop et Lightroom.

Sur le nouvel ordinateur, ces derniers se présentaient comme des versions d’essai.

Pour transférer la licence d’un ordinateur à un autre, voici comment procéder.

Photoshop


 
Sur l’ancien ordinateur, vous démarrez Photoshop. Une fois connecté à l’internet, vous cliquez sur Aide et sélectionnez l’item Désactiver….

Ce faisant, sur cet ordinateur, votre copie de Photoshop se transforme en version d’essai.

Sur le nouvel ordinateur connecté à l’internet, vous lancer Photoshop, cliquez sur Aide et sélectionnez l’item Activer….

La copie de Photoshop sur cet ordinateur se transforme alors en version complète.

Lightroom


 
Sur l’ancien ordinateur, vous démarrez Lightroom. Une fois connecté à l’internet, vous cliquez sur Aide et sélectionnez l’item Déconnexion (votre adresse de courriel) ou Se déconnecter… (votre adresse de courriel).

Puis, sur le nouvel ordinateur connecté à l’internet, vous lancer Lightroom, cliquez sur Aide et sélectionnez l’item Connexion.

Et voilà !

Laissez un commentaire »

| Informatique | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Fonds d’écran pour iPhone 6s, 7, et 8 (série Papillons No 2)

24 février 2022

Voici un autre série de fonds d’écran pour ces téléphones.

Si l’un d’entre eux vous intéresse, voici comment l’obtenir.

À partir de votre iPhone, taper du doigt son imagette : sa version à la définition de 750 x 1334 pixels s’affichera. Appuyer le doigt quelques secondes sur cette version pour faire apparaitre son menu contextuel. Choisir l’item ‘Ajouter à Photos’. Puis aller aux Réglages de votre appareil pour définir cette photo comme fond d’écran.

Dans le sens habituel, les photos montrent les papillons :
Piéride de la rave (Pieris rapae),
Monarque (Danaus plexippus),
Voilier échiquier (Papilio demoleus),
Agraulis nacré (Agraulis vanillae),
Cordonnier grec (Catonephele numilia),
• Morpho blanc (Morpho polyphemus).


Photos à fond d’écran

Laissez un commentaire »

| Informatique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Fonds d’écran pour iPhone 6s, 7, et 8 (série Papillons No 1)

23 février 2022

Voici un autre série de fonds d’écran pour ces téléphones.

Si l’un d’entre eux vous intéresse, voici comment l’obtenir.

À partir de votre iPhone, taper du doigt son imagette : sa version à la définition de 750 x 1334 pixels s’affichera. Appuyer le doigt quelques secondes sur cette version pour faire apparaitre son menu contextuel. Choisir l’item ‘Ajouter à Photos’. Puis aller aux Réglages de votre appareil pour définir cette photo comme fond d’écran.

Dans le sens habituel, les photos montrent les papillons :
Cethosia biblis,
Petite tache (Myscelia cyaniris),
Isabella (Eueides Isabella),
Mignon minyas (Eumaeus minyas),
Saturnie cécropia (Hyalophora cecropia),
Leuconoé (Idea leuconoe).


Photos à fond d’écran

Laissez un commentaire »

| Informatique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Fonds d’écran pour iPhone 6s, 7, et 8 (série infrarouge)

22 février 2022

Depuis le premier février 2022, les opérateurs téléphoniques américains ont commencé la mise hors service de leur réseau sans-fil 3G. Le tout sera complété le 1er juillet prochain.

À partir de cette date, seuls les téléphones portables compatibles avec leur réseau 4G ou 5G pourront fonctionner aux États-Unis.

Le plus vieil iPhone compatible deviendra le 6s ou le 6s Plus.

Dans l’éventualité où j’irais aux États-Unis, je me suis procuré hier un iPhone 6s en parfait état, doté d’un disque électronique de 32Go. Et ce, pour la somme de 100$ (ou 69 €).

Depuis deux jours, je le personnalise.

Ce qui veut dire que j’ai téléchargé mes applications préférées, j’ai installé une sonnerie distinctive (que je suis le seul à posséder), et j’ai créé six fonds d’écran (ci-dessous).

Si l’un d’entre eux vous intéresse, voici comment l’obtenir.

À partir de votre iPhone, taper du doigt son imagette : sa version à la définition de 750 x 1334 pixels s’affichera. Appuyer le doigt quelques secondes sur cette version pour faire apparaitre son menu contextuel. Choisir l’item ‘Ajouter à Photos’. Puis aller aux Réglages de votre appareil pour définir cette photo comme fond d’écran.

Dans le sens habituel, les photos offrent un aperçu :
• du Jardin de Chine,
• du Jardin alpin,
• du Jardin de Chine,
• du lac des Cygnes de l’ile Sainte-Hélène,
• du centre-ville (vu du belvédère Kondiarok),
• du square Saint-Louis.


Photos à fond d’écran


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés à l’infrarouge couleur, veuillez cliquer sur ceci.

Laissez un commentaire »

| Informatique, Infrarouge couleur, Photo infrarouge | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La nudité du ministre Caire

29 août 2021


 
Le ministre responsable de la Protection des renseignements personnels, l’honorable Éric Caire, est un expert autoproclamé en sécurité informatique. Lorsqu’il affirme quelque chose, c’est vrai.

Lors du dévoilement de l’application VaxiCode, il déclarait catégoriquement :

Le code QR que nous fournissons ne peut pas être falsifié, ne peut pas être modifié et ne peut pas être copié.

Moins de 24 heures plus tard, des pirates prouvaient le contraire.

La compagnie Apple estime que les pirates lui rendent service lorsqu’ils révèlent les failles sécuritaires de ses logiciels.

Le gouvernement de la CAQ a plutôt décidé de porter plainte à la police puisque dans ce cas-ci, c’est très différent; les pirates ont commis le pire des crimes, celui de lèse-majesté.

Comme dans le conte ‘Les Habits neufs de l’empereur’ d’Andersen, le ministre Caire croyait se pavaner dans ce beau costume d’expert informatique alors qu’il était nu.

Par ailleurs, notre mignon ministre pilote l’important dossier du transfert des données stratégiques de l’État sur des serveurs américains probablement situés au Québec.

Actuellement, ces données sont dispersées dans 457 sites (ou centres de traitement informatique) dispersés sur le territoire québécois. On veut réduire leur nombre à deux.

Et plutôt que de favoriser le développement d’une expertise québécoise, on donnera les contrats à des firmes américaines expertes en informatique dématérialisée (ou Cloud Computing).

Ces mêmes compagnies qui n’ont pas empêché des milliers d’ordinateurs du gouvernement américain d’être infiltrés par des pirates russes…

Références :
Codes QR compromis — Des « plaintes formelles » déposées à la police
Le plat de lentilles du ministre Fitzgibbon
L’hébergement privé des données névralgiques de l’État
Les Habits neufs de l’empereur
Passeport vaccinal : des failles permettent de créer de fausses identités

Parus depuis :
Les pirates informatiques bien intentionnés lâchent le gouvernement du Québec (2021-08-01)
Passeports vaccinaux frauduleux – « C’était de l’argent très facile et leur sécurité était tellement médiocre…» (2022-01-20)

Un commentaire

| 2018-202X (années Legault), Informatique, Politique québécoise, Sécurité, Technologie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Google Search Console : Il faut indiquer “offers”, “review”, ou “aggregateRating”

28 août 2021

Google n’est pas seulement le nom d’un moteur de recherche. C’est également une entreprise qui profite de sa position dominante pour policer l’internet.

Sous la menace de les ignorer, c’est lui qui a forcé les sites web à devenir sécurisés, c’est-à-dire à passer du protocole ‘http:’ à ‘https:’.

De plus, il arrive que Google s’adresse aux propriétaires de sites pour leur signaler les problèmes qu’il y trouve en indexant leurs pages web.
 

 
Depuis le 8 mars 2020, Google Search Console m’avise de manière répétitive que les produits offerts sur mon blogue n’ont pas de balise ‘offers’, ‘review’ et ‘aggredateRating’.

Le problème, c’est qu’il n’y a pas — et qu’il n’y a jamais eu — de marchandise offerte sur ce blogue.

J’ai longtemps ignoré ces messages pour enfin me résoudre aujourd’hui à chercher la cause de mon problème.

Après avoir échoué à trouver sur l’internet une solution, j’ai soigneusement analysé le code informatique de mes pages web et fini par découvrir que mon problème était causé par un module d’appoint; celui qui permet aux lecteurs d’exprimer leur appréciation en attribuant des étoiles à la fin de mes textes.

Ce module s’appelle Yet Another Stars Rating.

Sur un site marchand, il permet aux clients d’attribuer à chaque produit un nombre d’étoiles en fonction de la satisfaction que ce produit leur procure.

Malheureusement, par défaut, ce module présume qu’on l’utilise dans ce but.

C’est pourquoi il ajoute à chaque image d’un blogue les balises ‘offers’, ‘review’ et ‘aggredateRating’, même lorsqu’elles sont redondantes comme c’est le cas sur ce blogue.
 

 
Pour corriger cela, l’administrateur doit aller au Tableau de bord du blogue et, dans la configuration du module Yet Another Stars Rating, aller à la section Structured data options pour y changer de ‘Product’ à ‘BlogPosting’ la valeur de la liste déroulante, puis finalement sauvegarder le tout en cliquant sur le bouton ‘Save All Settings’.

Si vous êtes aux prises avec ce problème et utilisez vous aussi ce module, tentez le remède que je vous suggère.

Au prochain rapport du Google Search Console, ce problème devait avoir disparu. Sinon, désolé…

Laissez un commentaire »

| Informatique | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


VaxiCode

25 août 2021

Introduction

C’est aujourd’hui qu’est offerte gratuitement — pour iPhone ou iPad compatible — l’application téléphonique du passeport vaccinal québécois.

Le mois prochain, un certificat de double vaccination — en version papier ou électronique — sera requis pour recevoir certains services non essentiels au Québec (accès aux restaurants, bars, salles de spectacle ou de cinéma, etc.).

On dit non essentiels dans la mesure où une personne qui ne peut aller au restaurant, par exemple, pourra toujours se faire livrer des mets à domicile (ou cuisiner elle-même).

À l’opposé, il est hors de question que ce passeport vaccinal soit requis pour recevoir des soins médicaux.

Il est paradoxal de constater que c’est au nom de la liberté que les opposants à cette mesure veulent transformer le pays en prison. En effet, il sera bientôt impossible d’aller à l’Étranger sans avoir une preuve de vaccination complète…

Mode d’emploi


 
Il y a plusieurs manières d’utiliser VaxiCode. Je vous recommande celle-ci. Elle nécessite trois choses; un ordinateur, une connexion Internet et un appareil mobile sur lequel VaxiCode est installé (ici, mon iPad).

Au cours de son utilisation, VaxiCode aura besoin de lire le code QR de la preuve de vaccination qui vous aura été décernée par le gouvernement du Québec.

Donc avant d’utiliser VaxiCode, il vous faut cette preuve.

Si vous ne l’avez pas encore, à l’aide de votre ordinateur, rendez-vous au site covid19.quebec.ca. On vous demandera de vous identifier et de donner la date où vous avez reçu votre première dose, de même que la marque du vaccin reçu.
 

 
Une fois ces étapes franchies, cliquez le bouton qui vous permet de télécharger votre preuve électronique de vaccination.

Cette preuve est un fichier PDF. Si vous double-cliquez sur ce fichier, il s’affichera à l’écran. Sinon, vous pouvez l’imprimer : cette copie pourrait vous être utile ultérieurement. Dans quelques instants, nous aurons besoin de cette preuve, imprimée ou non.


 
Maintenant, passons à VaxiCode.
 

 
En premier lieu, vous donnez votre permission pour que VaxiCovid puisse accéder à votre appareil photo (afin de lire le code QR).
 

 
Puis c’est au tour du système d’exploitation de votre appareil mobile de vous demander une confirmation.
 

 
Puis vous cliquez le bouton ‘Ajouter une preuve’.
 

 
Alors que ce code QR est encore affiché à l’écran de votre ordinateur ou que vous avez devant vous la preuve vaccinale imprimée, approchez le rectangle (ici en noir) du code QR.

VaxiCode prendra deux ou trois secondes pour faire la mise au point et reconnaitra votre code.
 

 
VaxiCode vous demandera (au bas de l’écran) d’entrer l’année de votre naissance.
 

 
Une fois cela fait, il ne vous reste plus qu’à sauvegarder cette preuve.
 

 
Et voilà !

Pour être accepté dans un établissement ou un moyen de transport où le passeport vaccinal est exigé, charger VaxiCode. Par défaut, l’application affichera ce gros rectangle bleu et vert aux coins arrondis semblable à celui ci-dessus.

Il suffit de taper une seule fois du doigt sur ce rectangle (pas ici sur ce blogue, mais dans VaxiCode) sur lequel votre nom est affiché pour que votre code QR apparaisse. Montrez-le au préposé qui l’exige. Il le scannera avec son application VaxiCode Verif et vous laissera passer.

Sous le code QR scanné, il y a un bouton destiné à afficher les détails. Vous n’avez pas à montrer ces détails à quiconque. Mais si cela vous intéresse, vous pouvez cliquer sur ce bouton. Alors que ce dernier a disparu, faites défiler l’écran vers le bas pour voir l’ensemble des détails de la preuve électronique de vaccination que vous avez téléchargé au début de cet article.

L’application VaxiCode peut contenir les preuves de vaccination de plusieurs personnes. Ce qui peut être utile dans les familles où chaque membre ne possède pas son propre téléphone multifonctionnel compatible.

Complément de lecture : Liste des lieux et des activités qui nécessiteront le passeport vaccinal

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Informatique, Santé | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le logiciel espion Pegasus

3 août 2021

ca046717
 
Édité par une firme israélienne, Pegasus est un logiciel espion conçu pour les téléphones multifonctionnels.

Une fois installé, il peut :
• filmer ou enregistrer indépendamment de l’utilisation de l’appareil,
• accéder aux messages, aux photos, aux clips vidéos et aux mots de passe sauvegardés, et
• espionner les conversations téléphoniques en cours.

Ce logiciel n’est vendu qu’à des pays, après autorisation du ministère israélien de la Défense.

Il peut s’installer en cliquant sur un lien reçu dans un SMS. Mais il peut également se télécharger simplement en visitant un site web ou en acceptant un texte d’un logiciel de messagerie (comme Whatsapp ou iMessage) sans cliquer sur aucun lien s’y trouvant.

L’Arabie saoudite, l’Azerbaïdjan, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, l’Espagne, la Hongrie, l’Inde, le Kazakhstan, le Maroc, le Mexique, le Panama, le Rwanda et le Togo font partie des États qui ont utilisé Pegasus pour espionner des journalistes ou des dissidents politiques.

Selon ce qu’on en sait, il suffirait d’éteindre complètement son téléphone pour s’en débarrasser… jusqu’à ce qu’il trouve le moyen d’infecter l’appareil de nouveau.

Depuis 2013, Pegasus aurait permis l’espionnage d’un millier de cibles.

Par contre, depuis les révélations d’Edward Snowden, nous possédons la preuve que les gouvernements anglo-saxons — États-Unis, Grande-Bretagne, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande — ont mis au point un vaste réseau d’espionnage qui épie tous les appels téléphoniques, courriels et textos échangés sur terre.

Dans certains milieux, on s’offusque de la rumeur selon laquelle le Maroc, grâce à Pegasus, aurait fait épier le président Emmanuel Macron. Ce qui n’est pas prouvé.

En somme, la véritable différence entre l’espionnage des pays à majorité anglo-saxonne et celui de Pegasus, c’est que le premier permet d’épier n’importe qui alors que le second permet d’épier quelqu’un.

Références :
Pegasus (logiciel espion)
« Projet Pegasus » : quand la dérive devient la norme

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif Lumix 12-35mm F/2,8 — 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 35 mm

Laissez un commentaire »

| Informatique, Sécurité | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :