Au sujet des mesures sanitaires…

2 janvier 2022

L’émission Bye Bye est une revue humoristique des principaux évènements de l’année. Diffusée le 31 décembre, elle est écoutée par des millions de téléspectateurs québécois.

Cette année, la chaine d’animaleries Mondou y présentait une publicité audacieuse au sujet des mesures sanitaires.

Au bénéfice des lecteurs de ce blogue qui vivent hors du Canada, permettez-moi de vous la faire connaitre.

Cliquez pour démarrer


Paru depuis : Médaille d’or à la chienne de Mondou (2022-01-14)

Laissez un commentaire »

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Un conte de Noël ministériel pour 2021

14 décembre 2021

La semaine avait mal commencé.

Mon café tout juste infusé, j’entamais la lecture des grands titres des journaux sur mon iPad quand je reçois le texto suivant sur mon téléphone : ‘Qu’est-ce tu fais ? Tu ne lis pas tes courriels ?

Un coup d’œil rapide à ma messagerie et je découvre, horrifié : ‘Réunion URGENTE de la cellule de crise au bunker à 7h45 lundi matin.

Le café d’une main et la mallette de cuir noir de l’autre, j’arrive d’un pas rapide au bunker.

En ouvrant la porte, tous les regards se tournent vers moi. Cette grande table allongée aux micros dressés que j’ai déjà vue cent fois m’apparait ce matin comme un monstrueux millepattes renversé sur le dos.

Je salue tout le monde en hochant discrètement de la tête.

— « On n’est pas au PQ, monsieur Martel; les réunions commencent à l’heure, ici à la CAQ » me fait remarquer le premier ministre.

— « Oui, je suis désolé. C’est juste que… euh… que je m’excuse » répondis-je en m’assoyant, piteusement.

— « Poursuivez » dit à voix basse le premier ministre au Dr Arruda.

— « Alors comme je disais, on m’informe que les règles sanitaires du Québec sont contournées. On a déjà des directives au sujet des restaurants, des salles d’exercice, des salles de spectacle, etc. Mais on n’avait pas pensé aux étables.»

— « Aux étables…» répète un des participants.

— « Oui aux étables. On a appris que durant le temps des Fêtes, il y a des gens qui se réuniront clandestinement dans des étables.»

— « J’imagine que ces réunions, ce sont des espèces de raves…» demande la ministre de la Culture.

— « On ne sait pas. Tout ce qu’on sait, c’est qu’une famille qui n’est pas connue des policiers planifie une réunion internationale dans une étable déjà sous surveillance électronique.»

— « On attend combien de personnes à cette rencontre internationale ? » demande le ministre du Tourisme, de la chasse et de la pêche.

— « Cette famille accueillera au moins trois personnes venues d’Arabie. Les policiers sont convaincus que ce sont évidemment des terroristes, à en juger par là d’où ils viennent.»

— « Doux Jésus ! Des terroristes ! » s’exclame la ministre des Ainés.

— « Selon nos informations, les explosifs pourraient être cachés dans des cargaisons d’or, d’encens, et de myrrhe transportées par des chameaux.»

— « Des chameaux au Québec ! On aura tout vu.» fait remarquer, toujours aussi perspicace, le ministre de l’Agriculture.

— « Excusez-moi de nous interrompre. Vous avez bien dit que ces trois visiteurs étrangers arriveront d’Arabie ? » demande le ministre de l’Économie.

— « Oui, c’est exact » répond lentement le Dr Arruda.

— « Alors je pense qu’on devrait être très prudent. Je suis en discussion avec le Fonds souverain d’Arabie saoudite en vue de la construction d’une usine de transformation du mazout saoudien en engrais biologique. Tout cela fera partie de notre plan qui vise à ce que l’économie du Québec soit complètement verte d’ici le 300e anniversaire de la fondation de la CAQ, en 2311.»

— « Pour tout de suite…» intervient le Dr Arruda « …l’important à retenir est que cette rencontre pourrait se transformer en évènement superpropagateur du variant Omicron.»

En entendant ‘variant Omicron’, tous les participants se lèvent et se ruent vers les sorties. Mais les portes sont verrouillées.

— « C’est moi qui ai la clé » dit d’un air taquin le premier ministre en la montrant du bout des doigts.

Alors que les ministres reprennent leur place, Simon Jolin-Barette demande : « Mais le fédéral, ne peut-il pas arrêter ces gens-là aux frontières ? » provoquant aussitôt le rire de tous ses collègues.

— « Cré farceur » dit tendrement M. Legault à voix basse. Puis, haussant le ton : « Poursuivez Horacio.»

— « Dans cette étable, ni le père ni la mère ne portent de masque. On ne connait pas leur statut vaccinal. L’endroit n’est même pas équipé d’un détecteur de CO₂.»

— « Franchement, c’est scandaleux ! » s’exclame le ministre de l’Éducation.

— « Le plus jeune des suspects est un nouveau-né qui, dans cette étable non chauffée, dépendra de l’haleine chaude d’un bœuf pour maintenir sa température corporelle.»

— « Encore un cas de maltraitance parentale ! Ça ne finira donc jamais ? » demande, indigné, le ministre Lacombe. « Est-ce qu’on peut entendre ce qu’en pense le ministre de la Famille ? »

— « C’est que… c’est toi le ministre de la Famille » dit M. Legault.

— « Ah oui ? Mais depuis quand ? Pourquoi suis-je toujours le dernier à être informé ? »

— « Si je peux me permettre de poursuivre…» intervient le Dr Arruda, «…je dois préciser qu’entre le boeuf et le nouveau-né, on ne respecte pas la distance sanitaire. Malheureusement, on ignore tout de la transmission possible du Covid-19 entre les bovidés et nous. Imaginez si le bœuf tousse dans la main du bébé, que l’enfant ne se lave pas les mains, et qu’il se gratte le postérieur…»

— « Puisqu’un des problèmes c’est que l’étable est chauffée à l’haleine de bœuf, pourquoi ne pas accorder une subvention gouvernementale pour qu’on y installe un four à bois ? » demande le ministre du Développement régional.

— « C’est délicat…» intervient son collègue des Relations internationales. « Qui dit chauffage au bois, dit bois à débiter. Et qui dit bois à débiter, dit tronçonneuse. Or qui sait ce que peuvent faire des envoyés d’Arabie saoudite avec une tronçonneuse…»

— « Oui, mais on fait quoi, là ? » demande une voix.

— « J’ai tout prévu » poursuit le Dr Arruda « On va envoyer de nos enquêteurs sur place. Soyez sans crainte, tout cela demeurera strictement confidentiel; la grille d’évaluation, dès que complétée, s’auto-détruira automatiquement. Jamais on n’en trouvera la moindre trace…»

— « C’est mon idée, vous savez » dit fièrement le ministre de la Santé.

— «…De plus, il sera défendu aux inspecteurs de pénétrer dans l’étable » ajoute le Dr Arruda.

— « Mais si vous faites ça, vos inspecteurs ne trouveront jamais rien ? » demande la ministre de l’Enseignement supérieur.

— « Laissez-moi vous dire que si nos enquêtes épidémiologiques étaient capables de trouver quoi que ce soit, ça se saurait. Dans ce cas-ci, il leur sera défendu d’entrer dans l’étable parce nous ignorons son taux de contamination. Or si c’est comme en zone rouge, nos inspecteurs ne sont pas équipés pour se protéger adéquatement.»

La ministre de la Sécurité publique se lève : « J’ai une meilleure idée. Je prends les hélicoptères de la Sécurité du Québec, la brigade anti-émeute de la ville de Montréal équipée de bombes assourdissantes et de projectiles à mortalité réduite, et je vous règle ça en deux minutes, mes amis.» dit-elle en se frottant les mains.

— « De calme, Mme Guilbault. Assoyez-vous.» dit le premier ministre.

Finalement, le Conseil des ministres n’arrivant pas à s’entendre, Marie et Joseph, de même que leur petit Jésus, passèrent la Noël en famille. Tel que prévu.

Les rois-mages ne se sont pas présentés; la pollution atmosphérique ayant caché l’étoile qui les guidait.

Mais dans l’étable, malgré le froid et malgré la faim, on passa un long moment de bonheur.

Car au fond, rien ne vaut le temps passé avec les gens qu’on aime…


Complément de lecture : Le derrière miraculeux de la ministre

Laissez un commentaire »

| 2018-202X (années Legault), Humour, Politique québécoise | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le temps d’une messe

19 octobre 2021
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Avant son étatisation par le gouvernement québécois vers 1961, l’hôpital Saint-Eusèbe de Joliette appartenait aux sœurs de la Providence.

En plus de la chapelle à laquelle pouvaient accéder les patients, l’hôpital possédait à l’arrière une chapelle à l’usage privé des religieuses.

C’est là qu’on m’offrit d’être servant de messe, vers l’âge de huit ou neuf ans. C’était mon premier emploi.

Je ne me rappelle plus à quelle heure était dite cette messe matinale. Tout ce dont je me souviens, c’est qu’en hiver, il faisait encore nuit quand je quittais la maison. Sur la neige fraichement tombée, mes bottes étaient les premières à laisser leur empreinte.

Parcourir seul, la nuit, les trois quarts de kilomètre qui séparaient la maison parentale de cette chapelle ne m’a jamais effrayé.

Je partais aux premières lueurs du matin, sauf en hiver, refermant silencieusement la porte de la maison à jeun (puisque je devais pouvoir communier).

À cette heure-là, sur les rues que j’empruntais pour me rendre au travail, on ne voyait aucun piéton ni aucune voiture.

Dans mon esprit d’enfant, je me grisais à l’idée que la ville était morte après une attaque de Martiens. Une attaque qui n’aurait laissé qu’un seul survivant.

La ville endormie m’appartenait donc, à moi seul… jusqu’à mon arrivée à destination.

On me donnait cinq sous par messe. Et après quelques mois, j’eus la surprise de voir mon salaire doubler.

Moi, qui dès l’âge de six ans rêvais à la papauté, être servant de messe, c’était un peu comme débuter au bas de l’échelle.

Je prenais cet emploi très au sérieux. Même si je devais me lever tôt, je ne me rappelle pas être arrivé une seule fois en retard.

Durant moins de quarante-cinq minutes, la messe offrait une succession ininterrompue d’expériences diverses.

Après avoir enfilé une soutane, juste avant d’entrer dans le chœur, je devais verser sur les charbons incandescents de l’ostensoir cette petite cuillerée d’encens qui libérait soudainement des volutes de fumée aromatique qui bientôt se répandrait dans toute la chapelle.

Dès les premières notes de l’orgue, je faisais mon entrée. Derrière moi, le prêtre balançait l’ostensoir avant de le déposer aux pieds de l’autel.

Je devais ensuite prendre place, puis me souvenir de chacune des occasions où je devais m’agenouiller ou me relever — signalant à l’assistance de faire pareil — et quand apporter au célébrant les burettes d’eau et de vin.

Et si je me rappelle bien, c’était moi qui versais ces deux liquides dans le calice du prêtre… si j’en juge par le souvenir suivant.

Après avoir remis les burettes à leur place et regagné la mienne, j’avais l’habitude de joindre les mains et de baisser la tête en signe de recueillement dans le but, en fait, de lécher discrètement la goutte de vin qui m’avait glissé le long des doigts.

Puis il fallait sonner la clochette au moment précis où le prêtre lève l’hostie, puis le calice et, au moment de la communion, placer la patène sous le menton de chaque sœur. Etc.

Pour l’enfant que j’étais, détenir autant de responsabilités m’aidait à me sentir comme une grande personne. Le temps d’une messe.

Il est probable que sans cette expérience — qui s’est étendue sur plusieurs mois, voire un an ou deux — je ne serais pas tout à fait celui que je suis… à défaut d’avoir eu cette belle carrière papale à laquelle je rêvais tant…

Un commentaire

| Humour | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’épreuve céleste…

31 juillet 2021

S’étant retrouvé sans logis à la suite de son divorce, David Werking, 41 ans, était retourné vivre chez ses parents au Michigan. Le temps de se refaire une vie.

Pour ses parents, pieux et bons, le retour de ce fils s’apparentait à celui de l’enfant prodigue.

Pendant dix mois, ils vécurent heureux tous les trois.

Comme dans son enfance, chaque repas était l’occasion de remercier Dieu pour ses bienfaits. Et le dimanche, de retour de l’église, on poursuivait à la maison la discussion de ce passage si intéressant de la Bible que l’assemblée des fidèles venait d’analyser sous la direction du pasteur.

Mais comme Moïse quittant l’Égypte, le départ du fils occasionna une vive querelle.

Au moment de déménager en Indiana, David constata la disparition des caisses qui contenaient sa précieuse collection de revues et de films pornographiques accumulés depuis des années, d’une valeur de 29 000$US.

Devant le tribunal convoqué pour régler la querelle familiale qui s’en suivit, les parents eurent beau répéter que la présence de ces tentations du diable était totalement inacceptable sous leur toit, et que la Bible montre qu’on peut même sacrifier son fils lorsque Dieu l’exige, le juge fut intraitable; le droit de propriété est sacré.

En conséquence, les parents furent condamnés. Mais ils acceptèrent le verdict comme une épreuve envoyée par Dieu…

Référence : Son wins US lawsuit after parents destroy his porn collection

Laissez un commentaire »

| Fait divers, Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le pouvoir des étagères

7 mai 2020
Prunksaal de Vienne ou Salle d’apparat de la Bibliothèque nationale

Sur l’internet, j’écoutais dernièrement les propos d’un artiste de la Comédie française.

Confinement oblige, celui-ci s’était filmé assis entre un grand miroir (derrière lui) et la fenêtre de son appartement.

Nous, spectateurs, avions donc l’acteur de face, éclairé par sa fenêtre. Et dans le miroir, on voyait son reflet de dos, l’iPhone au bout du bras. En arrière-fond, par la fenêtre, se déployait le feuillage majestueux d’un arbre vu du premier étage.

Le résultat était aussi charmant qu’original.

Au cours des grands concerts collectifs en appui aux travailleurs américains de la Santé ou aux banques alimentaires canadiennes, on pouvait comparer l’intérieur bourgeois du logis des vedettes de la chanson américaine avec celui, plus modeste (et plus sympathique), des vedettes canadiennes. Ces décors révélaient des différences de niveaux de vie.

Durant les entrevues par Skype, on se plait à observer la décoration intérieure des appartements de nos vedettes quand nous ne sommes pas distraits par le chat qui s’invite à marcher en gros plan sur le clavier de son ordinateur.

Et lorsque des experts — médecins, infectiologues, et épidémiologistes — sont invités à parler du Covid-19, on remarque leur souci de faire sérieux et de se mettre en scène. Comme des artistes.

Ceux qui s’expriment de leur cabinet prennent soin de se filmer devant un mur de diplômes académiques.

Mais que faire lorsqu’on doit répondre à une entrevue de la maison ?

Pour rehausser la crédibilité, l’urgentologue animé de compassion évitera de se filmer devant la tête empaillée d’un trophée de chasse.

Pour ce qui est du directeur tout endimanché d’un CIUSSS, d’un CLSC, d’un CHSLD — ou de tout autre organisme dont le nom, impossible à prononcer, témoigne de la déshumanisation que des technocrates lui ont fait subir — celui-ci évitera d’accorder l’entrevue du sous-sol de son bungalow, devant la belle peinture à la craie d’une nue sur velours noir.

Au contraire, rien de mieux qu’une étagère de livres pour rehausser la crédibilité d’un expert.

Vous noterez; la plupart d’entre eux font la mise au point sur l’étagère derrière eux plutôt que sur leur visage. C’est ce qui s’appelle une entrevue de fond.

Évidemment la basse résolution de l’image ne permet pas de distinguer tous les titres. Mais on peut lire les plus gros.

Et on se dit : « C’est merveilleux, il a lu ça, lui aussi.» ou « Tiens, ç’a l’air intéressant; l’ont-ils chez Archambault ?»

Et quand l’entrevue est terminée, on se demande : « Mais de quoi parlait-il au juste…»

Malheureusement, les experts de demain ne pourront pas se filmer devant leur collection de livres électroniques. Toutefois, en réalité virtuelle, ils pourraient choisir d’apparaitre devant les étagères des plus grandes bibliothèques du monde…

Détails techniques de la photo : Panasonic GH1, objectif Lumix 7-14mm F/4,0 — 1/15 sec. — F/4,0 — ISO 400 — 10 mm

3 commentaires

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : panique à bord

18 mars 2020
Cliquez sur l’image pour démarrer

On peut les oublier un peu. Mais c’est toujours un plaisir de revenir aux classiques, même dans le domaine de l’humour.

Ce sketch a été créé voilà plus de dix ans. On dirait hier…


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

4 commentaires

| Covid-19, Humour, Vidéos | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Acheter le Canada plutôt que le Groenland

23 août 2019

Selon le premier ministre Justin Trudeau, le Canada est un pays ‘post-national’.

Un pays ‘post-national’ se définit comme un pays qui ne mérite pas d’exister.

En effet, qu’est-ce qui distingue le Canadien moyen de l’Américain-type ?

Les deux ont comme mets préférés l’hamburger et la pizza. Les deux boivent surtout de la bière ou du Coca-Cola. Portent les mêmes vêtements griffés de marques américaines. Voient principalement des films et des émissions de télé américaines. Écoutent de la musique américaine. Aiment les mêmes sports. S’intéressent aux mêmes potins concernant des vedettes américaines. Rêvent de visiter Disneyland. Et partagent la même détestation des pays jugés hostiles par la propagande américaine.

Et nos deux pays sont nés de la même dépossession des Autochtones et leur assimilation culturelle, à défaut d’avoir réussi à les exterminer.

Autrefois, la seule distinction, c’est que les Canadiens anglais étaient attachés à la monarchie britannique.

Mais depuis que l’aristocratie anglaise s’est pipolisée, plus d’Américains que de Canadiens se passionnent pour les potins la concernant.

L’achat du Canada par Trump mettrait fin aux tarifs douaniers que ce dernier impose à nos entreprises. Notre niveau de vie rejoindrait celui des Américains. Aux dernières élections américaines, Hilary Clinton aurait peut-être été élue.

Et cette fusion serait facilitée par le fait que les négociations canadiennes seraient dirigées par Chrystina Freeland, notre capitulatrice en chef, que Trump connait bien.

Malheureusement, le Canada coute beaucoup plus cher que le Groenland… pour l’instant.

Mais il suffirait d’une bonne guerre commerciale et plus précisément de l’imposition de tarifs douaniers excessifs, pour que l’économie canadienne — presque totalement dépendante d’exportations vers les États-Unis — s’écroule et que la valeur du pays s’effondre.

À part Montréal avec son stade olympique et Toronto avec sa tour du CN, presque toutes les villes canadiennes n’ont pas de monument emblématique.

Il suffirait d’une magnifique ‘Trump Tower’ dorée dans chacune des villes du pays pour faire la fierté des citoyens chacune d’entre elles et solidariser nos peuples à la valeur de l’argent.

Le Canada et les États-Unis sont déjà des États pétroliers dont les économies énergivores sont presque identiques. Ce qui favorise leur intégration.

Évidemment, cela rendrait encore plus justifiée l’indépendance du Québec puisque nous n’aurions plus grand-chose en commun avec la grande Amérique anglo-saxonne dont nous sommes déjà la presqu’ile.

Même pour le Canada, cela serait positif : il échangerait le Québec pour les États-Unis.

Quelle offre irrésistible !

Référence :
Le Danemark abasourdi après l’annulation d’une visite de Trump à cause du Groenland

Laissez un commentaire »

| Humour | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Rater la perfection

1 mai 2017
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au secondaire, dès qu’on m’enseigna la chimie, ce fut le coup de foudre.

Dans les vitrines de Noël de Beaudry Sports, parmi les lumières scintillantes et les couleurs criardes des objets en vitrine, rien n’avait autant attiré mon attention que ce nécessaire de chimie Kay, importé d’Angleterre.

Le manuel d’instruction donnait la recette de 162 expériences permettant de découvrir quelques-uns des plus extraordinaires secrets de la composition de l’univers.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pouvais-je imaginer qu’un an ou deux plus tard, mes parents m’offriraient le triptyque métallique Chemistry Lab No. 510. Avec un nom pareil, il ne pouvait s’agir que d’un produit américain. Plus moderne et plus complet, cet outil fit reculer davantage les frontières de l’inconnu.

Adolescent, j’adorais la chimie. C’était simple, logique et parfaitement prévisible. Bref, le contraire des filles. Au cours d’une démonstration, combien de fois ai-je vu des professeurs de physique perdre la face ? Jamais ceux de chimie.

Dans la cuisine abandonnée du premier étage de la maison familiale, le comptoir émaillé faisait office de table de laboratoire. Son lavabo servait à faire disparaitre discrètement les traces des innombrables échecs de mes premières expériences.

Que de liquides nauséabonds, que d’écumes dangereusement envahissantes ont disparu dans les profondeurs des égouts de la ville…

En pré-universitaire, j’étudiais au collège Roussin. À l’époque, le ministère de l’Éducation n’attachait aucune importance aux notes attribuées par cette institution privée en cours d’année; seul son examen à lui, en fin d’année, comptait.

Nous étions tous réunis dans l’aréna du collège, transformé pour l’occasion en grande salle d’examen.

Chacun d’entre nous était attablé derrière son pupitre. Celui-ci était parfaitement aligné au sein d’une des six rangées qui s’étendaient jusqu’au fond de l’ancienne patinoire.

Dans les estrades, des surveillants marchaient de long en large, prêts à débusquer les tricheurs.

Au départ de l’examen, un messager apportait au surveillant principal une mystérieuse enveloppe scellée renfermant les questionnaires ministériels. Ceux-ci étaient immédiatement distribués.

Il s’agissait de cinquante questions à deux points.

Les deux heures de ce sprint se déroulèrent au son feutré du papier labouré par des crayons à mine ou frotté nerveusement par des effaces. Parfois, un crayon échappé sur le ciment faisait résonner au loin la voute métallique de l’aréna.

Après les quelques semaines nécessaires à la compilation des résultats, je pris connaissance de ma note; 99,8%.

99,8% ? Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Comment peut-on avoir un tel score à l’issue d’un examen de cinquante questions à deux points ? Ce peut être 98% ou 100% mais rien entre les deux.

Ma première hypothèse fut que la moyenne québécoise avait été trop basse et qu’on aurait majoré tous les résultats par un certain pourcentage. Une chose impensable de nos jours…

Ou – seconde hypothèse – que les fonctionnaires du ministère ont réalisé que certaines questions avaient été mal rédigées et conséquemment mal comprises : on aurait donc compilé les notes en ne tenant compte que des ‘bonnes’ questions et reporté le tout en pourcentage.

Cela donnerait 99,8%. Bon.

Si cela peut être frustrant d’ignorer la note qu’on méritait vraiment, on se console très vite avec 99,8%.

Mais imaginons une troisième hypothèse.

Supposons que le ministère de l’Éducation n’ait pas prévu que quelqu’un puisse obtenir une note parfaite. Incapable d’accorder 100%, on aurait mis le maximum prévu soit 99,8%.

Alors là, ce n’est plus pareil.

Imaginez. Obtenir 60%, cela n’est pas trop forçant.

En étudiant quelques heures de plus, on peut atteindre 70%.

Pour avoir 80%, c’est déjà plus difficile.

Mais passer à 90% et même à chaque pourcentage supplémentaire, la somme de travail devient exponentielle.

Voilà pourquoi, par exemple, passer de 98% à 100%, cela exige un travail colossal.

Évidemment, je n’ai pas passé mes nuits à préparer cet examen. Mais si le hasard a fait que j’ai bien répondu à toutes les questions, cette chance inouïe ne s’était jamais produite avant et ne s’est jamais reproduite depuis.

C’est comme la différence entre avoir tous les chiffres à la loterie ou en manquer un. Qu’est-ce qui est préférable ? Gagner cinquante-millions$ ou une belle participation gratuite ?

Le plus triste dans cette histoire, c’est que même sur mon lit de mort, il y aura toujours un doute dans mon esprit; ai-je bénéficié de la majoration d’une note insignifiante ou avais-je, pour une fois dans ma vie, touché à la perfection…

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8
1re photo : 1/80 sec. — F/2,8 — ISO 640 — 17 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/2,8 — ISO 500 — 17 mm

Un commentaire

| Fait divers, Humour | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Rêve de Bill Gates

10 novembre 2015
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5, objectif M.Zuiko 12-40mm F/2,8 — 1/800 sec. — F/2,8 — ISO 200 — 12 mm

4 commentaires

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Mon vol à l’étalage (1re partie)

31 août 2015

Alors que j’étais étudiant universitaire en première ou en deuxième année, je m’étais rendu au magasin Import Bazaar de la rue Sainte-Catherine afin de me procurer un cadeau d’anniversaire pour ma sœur Paule.

Ce magasin vendait à prix modique des pièces d’artisanat d’un peu partout à travers le monde.

J’avais donc trouvé une espèce de lanterne en terre cuite, assez jolie, en forme de cruche.

Peinte en noir, cette lanterne était dotée d’une poignée à l’arrière et d’une grande ouverture à l’avant qui permettait d’y placer une chandelle. Aux épaules, deux oiseaux, également peints en noir, ajoutaient un peu de fantaisie à ce sombre objet utilitaire.

Mais j’avais vu autre chose. Il s’agissait d’une tige carrée, haute de cinq centimètres, dont la forme rappelait, en plus petite, celle des bornes qui indiquent le kilométrage des routes de certains pays européens. Taillé en marbre fauve, cet objet poli était décoré de minuscules caractères chinois gravés verticalement.

Ce bibelot n’était d’aucune utilité. Mais il était vraiment mignon.

Malheureusement, une fois la lanterne payée, cet objet — même au coût de 50 cents — était au-delà de mes moyens.

Après une longue hésitation, j’avais résolu de le placer dans le socle à bougie à l’intérieur de la lanterne. Et je m’étais dit que si la caissière ne le voyait pas, c’était son problème à elle. Je l’obtiendrais ainsi gratuitement sans l’avoir vraiment volé. Hé hé.

Effectivement, le tout se passa exactement comme je l’avais souhaité.

J’étais plutôt content de mon coup… jusqu’au moment d’aller au lit.

Dès que les lumières de ma chambre furent éteintes, je me mis à repenser à cette histoire.

« Si elle ne s’en rend pas compte, ce n’est pas de ma faute : mais qu’est-ce c’est que ce raisonnement ? Dans le fond, tu voulais le voler, cet objet. Et c’est exactement ce que tu as fait. Et pourquoi donc ? Parce que tu n’en a pas les moyens. »

« Mais il y a des milliers d’objets que tu n’a pas les moyens d’avoir. Aujourd’hui, c’est ce bibelot. La prochaine fois ce sera autre chose. La fois d’après un objet plus dispendieux. Et ainsi de suite jusqu’au jour où tu te feras prendre. »

« Parce qu’un jour, mon petit garçon, tu finiras bien par te faire prendre. Veux-tu vraiment briser ta vie ? Veux-tu finir en prison, sur la paille avec les rats ? » Et ainsi de suite jusqu’à épuisement. Ah, mon Dieu, quel calvaire.

Le lendemain, je me suis réveillé plus fatigué qu’en allant me coucher. Très vite, je décidai que je ne passerais certainement pas une autre nuit comme celle-ci.

Je retournai donc au magasin en disant : « En arrivant chez moi, j’ai réalisé qu’on n’avait oublié de me calculer cet objet. Puis-je vous le payer ? »

« Évidemment, monsieur » me répondit la caissière en souriant, ne soupçonnant pas les ignominieuses tendances criminelles que je venais de découvrir en moi.

Je suis sorti du magasin soulagé. La nuit suivante (et celles qui suivirent), je dormis comme un bébé.

En vous décrivant ce fait divers, ce qui me frappe, c’est que mon honnêteté — qui finit par triompher comme dans les films de ma jeunesse — ait été exclusivement dictée par mon égoïsme.

Ma seule motivation a été la recherche de mon propre confort. Juste pour dormir la conscience tranquille…

(à suivre)

3 commentaires

| Humour | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :