Chine ou États-Unis, lequel est plus dangereux ?

11 août 2019

La Chine, bientôt première puissance mondiale

Pendant plus de mille ans, la première puissance mondiale fut la Chine. À cette époque, les caravaniers et les marins transportaient les épices, la soie et la porcelaine chinoises aux quatre coins du monde.

En 1820, au sommet de sa puissance, le produit intérieur brut de la Chine représentait 32,9 % de l’économie mondiale. Comparativement, les États-Unis représentent de nos jours un peu moins de 20 % de l’économie mondiale.

En 1870, grâce à l’invention de la machine à vapeur et au pillage des richesses de leurs colonies, les pays européens étaient devenus les plus riches du monde.

L’hégémonie de la Chine

À l’époque où la Chine dominait le monde, celle-ci n’a jamais cherché à exporter son modèle hiérarchisé d’organisation sociale — Empereur, mandarins, fonctionnaires choisis par examens parmi les lettrés — mais s’est plutôt contentée de s’enrichir aux dépens de ses clients.

La Chine n’a cherché à exporter son mode de gouvernement que sous Mao Zedong. C’est sous son règne que la Chine s’est emparée du Tibet.

Aux autres époques, lorsque le territoire chinois s’est agrandi, c’était toujours lorsque des peuples voisins ont fait la conquête de la Chine et non l’inverse puisque la Chine n’a jamais gagné une seule guerre de son histoire.

Jusqu’aux guerres de l’opium (au XIXe siècle), les envahisseurs de la Chine étaient toujours assimilés par ce pays, émerveillés par sa civilisation au point de devenir plus chinois que les Chinois eux-mêmes.

C’est ainsi que la dernière dynastie chinoise est celle des Qing (1644-1911), d’origine mandchoue et non chinoise.

La revanche chinoise

Deuxième puissance mondiale, la Chine deviendra la première dans quelques années. Doit-on s’en inquiéter ?

Les États-Unis soutiennent que l’émergence de la Chine est basée sur la tromperie et le vol de la propriété intellectuelle détenue par des entreprises occidentales.

Cela a déjà été vrai. Effectivement, pendant des années, les dirigeants occidentaux ont toléré la piraterie chinoise en contrepartie de l’accès au marché de ce pays.

De nos jours, les choses sont plus complexes.

Recherche et développement

Selon le World Intellectual Property Indicators 2012, sur les 2 140 000 millions d’inventions dans le monde en 2011, 526 412 venaient de Chine, soit 24,6 % (en comparaison avec 23,5 % de provenance américaine).

Cette première place, la Chine l’a perdue puis regagnée depuis.

En 2015, le nombre de brevets chinois était supérieur au total des brevets américains, japonais, coréens et européens.

Les études supérieures

Aux États-Unis, il existe un grave problème d’accessibilité économique aux études supérieures. En 2017, les établissements américains d’enseignement supérieur (lycées, universités, écoles spécialisées) ont décerné 3,9 millions de diplômes (dont plus d’un demi-million à des étudiants étrangers).

En 2012, les universités chinoises décernaient 6,2 millions de diplômes, sans compter les 800 000 étudiants chinois diplômés à l’Étranger.

Gaspillage militaire vs investissements structuraux

Les États-Unis ont fait la guerre en Corée de 1950 à 1953.

Ils ont fait la guerre au Vietnam de 1955 à 1975.

Ils ont fait la guerre du Golfe en 1990 et 1991.

Ils ont participé à la guerre au Kosovo en 1998 et 1999.

Ils ont fait la guerre en Afghanistan de 2001 à 2014.

Ils ont fait la guerre en Irak une seconde fois de 2003 à 2011.

Ils ont abattu le régime de Kadhafi en 2011, livrant la Libye au chaos et à l’anarchie depuis.

Ils ont fait la guerre en Syrie depuis 2011.

Et maintenant, ils provoquent l’Iran.

Sans y prendre part directement, ils ont soutenu la guerre Iran-Irak (de 1980 à 1988), les guerres en Yougoslavie (de 1991 à 2001), la guerre en Tchétchénie (de 1994 à 2000), la guerre du Donbass (en Ukraine, depuis 2014).

Bref, selon l’avis de l’ex-président Jimmy Carter, les États-Unis ne sont rien de moins que la nation la plus belliqueuse de l’histoire de l’humanité.

Pendant ce temps, la Chine n’a joué un rôle important que durant la guerre en Corée. Son rôle fut très secondaire ou insignifiant dans les autres conflits.

Conséquemment, depuis 1979, les États-Unis ont dépensé 3 000 milliards de dollars en dépenses militaires.

De son côté, la Chine a construit près de 30 000 km de chemins de fer à grande vitesse, mis sur pied le plus vaste réseau de tours de transmission de téléphonie 5G, construit des ponts, des routes, modernisé ses infrastructures et construit des millions de tours résidentielles (dont beaucoup sont encore inoccupées).

Bref, la Chine a préparé l’avenir.

La guerre économique

Par le biais de décrets présidentiels et le réseau d’espionnage révélé par Edward Snowden, les États-Unis livrent une guerre économique à tous les pays avec lesquels ils font affaire et n’hésitent pas à saboter l’économie de leurs alliés, dont la France.

Pendant ce temps, la Chine utilise la diplomatie et son pouvoir de dépenser pour établir des partenariats économiques en vue de créer une nouvelle route de la soie et déployer sa stratégie dite du ‘Collier de perles’.

Il s’agit de deux aspects d’une même volonté de domination hégémonique par la douceur.

Parallèlement, la Chine est devenue le principal créancier du gouvernement américain, étant détentrice de la majorité des bons du Trésor américain. Or jamais la Chine n’a exigé que les États-Unis deviennent communistes ni exigé qu’ils modifient leur politique étrangère.

Il est douteux que les États-Unis auraient laissé le choix à la Chine si c’était l’inverse.

Un pouvoir autoritaire

Le taux d’incarcération est moindre en Chine qu’aux États-Unis puisque ces derniers ont le taux le plus élevé au monde.

Les États-Unis représentent 5 % de la population mondiale mais abritent 25 % des prisonniers de la planète, soit deux-millions de personnes.

D’autre part, lorsque de jeunes enfants sont séparés de leurs mères et meurent en captivité par manque de soin, tout gouvernement qui utilise officieusement ce moyen pour décourager l’immigration clandestine ne peut pas se prétendre champion des droits de l’Homme.

En somme, il serait temps qu’on réalise que depuis l’élection de Donald Trump, les États-Unis ont emprunté la même pente dangereuse que celle empruntée par l’Allemagne dans les années 1930.

Communiste ou impériale, la Chine a traversé trop de guerres civiles au cours de son histoire pour accepter d’exercer autre chose qu’un pouvoir autoritaire sur son propre peuple.

Si on devait nous dire qu’il existe un gouvernement qui n’hésite pas à crever des yeux, casser des dents, briser des mâchoires et provoquer des commotions cérébrales pour rétablir l’ordre, personne ne serait surpris d’apprendre qu’il s’agisse du gouvernement chinois.

Pourtant c’est précisément ce qu’a fait le gouvernement libéral pour réprimer le Printemps érable au Québec.

Et sans avoir suivi le cas des Gilets jaunes, j’ai cru comprendre que l’État français avait également utilisé des armes à mortalité réduite contre certains de ses citoyens.

En Israël, les soldats tirent sur les manifestants palestiniens avec des balles réelles. L’Espagne n’y va pas de main morte contre l’expression de la démocratie catalane.

Bref, quand il s’agit de rétablir l’ordre, plus un État se sent menacé, plus il réagit de manière autoritaire.

La Chine n’est pas différente.

Conclusion

De toute évidence, la Chine profite de l’attitude belliqueuse et ruineuse des États-Unis pour établir tranquillement les bases de sa puissance industrielle et commerciale.

Que sera son attitude une fois devenue No 1 mondial ? Personne ne le sait.

Tout ce qu’on sait c’est que la Chine sera alors la première puissance économique sans être la première puissance militaire.

Or le pays le plus puissant pourrait être dirigé par quelqu’un psychologiquement instable, atteint de graves problèmes de la personnalité, et dépourvu de scrupule à recourir au mensonge et à la haine afin de parvenir à ses fins.

Bref, si un pays devait déclencher une guerre mondiale d’ici quelques années, ce ne sera pas la Chine.

Références :
Détention d’enfants migrants : une tête tombe en plein scandale aux États-Unis
Carter, Trump, Trudeau et les armes
La Chine championne du monde des dépôts de brevet
La Chine, dragon de l’innovation
Les guerres de l’opium du 19e siècle en Chine
Liste historique des régions et pays par PIB
Nombre de diplômes de l’enseignement supérieur obtenus aux États-Unis entre 1950 et 2029 (en milliers)
Tirs de balles de plastique : attend-on de tuer quelqu’un ?
Universités aux États-Unis

Paru depuis :
Comment peut se terminer la crise à Hong Kong? (2018-08-14)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La guerre d’Iran : la fabrication de l’ennemi

5 août 2019

Le programme nucléaire iranien

La Russie, les États-Unis, la France, la Chine, la Grande-Bretagne, le Pakistan, l’Inde, Israël et depuis peu, la Corée du Nord, forment le club sélect des puissances nucléaires.

Débuté dans les années 1950 grâce à l’appui des États-Unis — à l’époque où l’Iran était un pilier de la défense américaine au Moyen-Orient — le programme nucléaire iranien a connu diverses fortunes; abandonné en 1979, puis repris quelques années plus tard.

La volonté de l’Iran de se doter de l’arme atomique est toutefois devenue impérieuse en 2002 lorsque G.W. Bush a imprudemment associé l’Iran à l’Axe du Mal. Et ce, au moment où il déclarait la guerre à une autre pays membre de ce trio ‘maléfique’.

Implicitement, le message adressé aux deux autres pays était : « Voyez le sort qui vous attend.». Un message très bien compris par l’Iran et la Corée du Nord qui ont immédiatement accéléré leur programme nucléaire.

Éviter la contagion

Malheureusement, dans la poudrière qu’est le Moyen-Orient, si l’Iran acquiert la bombe, son ennemi juré, l’Arabie Saoudite, voudra également se doter de la sienne.

Et qui dit que le Qatar, en conflit avec l’Arabie Saoudite, ne voudra pas se protéger de son voisin belliqueux en faisant pareil.

Il n’y a pas pire cauchemar que de penser que la dictature mafieuse d’Arabie Saoudite puisse se doter du pouvoir d’anéantir tous les mécréants de la terre.

L’émission Enquête de Radio-Canada révélait que les petits Saoudiens apprennent à l’école qu’il faut tuer les Juifs, les Chiites et les Chrétiens.

Il est donc inconcevable que l’Arabie Saoudite ait l’arme nucléaire; voilà pourquoi l’Iran ne doit pas l’avoir non plus.

Afin de dissuader l’Iran d’aller de l’avant, les États-Unis et l’Union européenne ont adopté un certain nombre de sanctions économiques.

Parallèlement, ils ont entamé des négociations en vue de lever ces sanctions en contrepartie de concessions importantes de la part de l’Iran.

Cette stratégie a porté ses fruits puisqu’en juillet 2015, les États-Unis, la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Union européenne et l’Iran signaient l’Accord de Vienne sur le nucléaire iranien.

Devant le fait accompli, les pays occidentaux acceptent finalement la présence d’une activité nucléaire civile puisque la centrale iranienne de Bouchehr produit déjà de l’énergie électrique à partir de l’uranium.

En contrepartie, l’Iran accepte d’être soumis aux inspections de l’Agence internationale d’énergie atomique (qui dépend de l’ONU), de diminuer le nombre des centrifugeuses qui enrichissent l’uranium, et de limiter ses stocks d’uranium enrichi de même que de plutonium.

Malheureusement, en mai 2018, Donald Trump reniait la parole des États-Unis et choisissait de maintenir les sanctions américaines. Et ce, en exigeant que l’Iran continuât de respecter l’entente comme si de rien n’était.

Quelques jours plus tard, le secrétaire d’État américain réclamait de nouvelles conditions qui ne font pas partie de l’accord de 2015; l’arrêt total de l’enrichissement d’uranium (même à des fins civiles), l’arrêt des menaces contre Israël, le retrait des troupes iraniennes de Syrie, l’arrêt du soutien aux rebelles yéménites, au Hezbollah libanais, et au Hamas palestinien.

En octobre 2018, les quinze juges de la plus haute instance judiciaire des Nations Unies décidaient unanimement que certaines des sanctions américaines contre l’Iran étaient illégales: celles qui concernent la vente de médicaments, de matériel médical, de denrées alimentaires et de produits agricoles, de même que les transactions financières qui les concernent.

Aussitôt, les États-Unis ont réitéré leur refus de reconnaitre l’autorité de la Cour internationale de justice, tout en accusant par ailleurs l’Iran de violer le droit international…

En juin 2019, plusieurs pétroliers ont été victimes d’attaques de drones dans le golfe Persique.

Les pays limitrophes du golfe Persique ont les moyens de faire sombrer n’importe quel pétrolier au large de leurs côtes. Si ces navires n’ont subi que des dommages mineurs, c’est qu’il s’agit d’une tentative de manipulation de l’opinion publique. Par qui ? Par les pays qui veulent la guerre, évidemment.

Le 10 juillet, les États-Unis demandaient aux pays européens de former une coalition afin de garantir la liberté de navigation dans le golfe Persique.

Les dirigeants européens ont très bien deviné qu’il s’agit-là d’un piège destiné à ce qu’ils mettent la main dans un engrenage conflictuel dont l’issue est incertaine; conséquemment, ils ont donc poliment décliné l’invitation.

Afin de faire monter la tension, la Grande-Bretagne saisissait le lendemain à Gibraltar un pétrolier soupçonné de transporter 2,1 millions de barils de brut iranien vers la Syrie.

Londres invoque les sanctions économiques européennes contre la Syrie (et non contre l’Iran) pour justifier cette arrestation.

En réalité, ni l’ONU ni l’Union européenne n’ont décidé d’un blocus économique contre la Syrie.

En d’autres mots, les sanctions européennes contre la Syrie ne concernent que les acheteurs européens (ou les acheteurs étrangers en sol européen) qui font commerce avec la Syrie.

L’Union européenne ne prétend pas à l’extraterritorialité de ses lois. Donc, le commerce bilatéral entre l’Iran et la Syrie n’est pas soumis aux lois européennes.

La saisie du pétrolier iranien par Londres est une pure provocation, à la fois dépourvue de base juridique, et typique d’une politique de fabrication de l’ennemi.

Le 14 juillet, Téhéran répliquait en saisissant un navire-citerne battant pavillon panaméen (le Mt Riah). Puis le 19 juillet, un pétrolier suédois battant pavillon britannique (le Stena Impero).

Hier matin, l’Iran saisissait un troisième pétrolier (d’appartenance inconnue pour l’instant).

Conclusion

Collectivement, les Anglo-Saxons sont les Vikings des temps modernes; un peuple qui détruit, qui pille, qui vole, qui tue, qui impose sa loi aux peuples inféodés à sa puissance militaire et qui aspire à exercer une hégémonie mondiale.

Les conflits armés que ces deux pays prédateurs déclenchent de plus en plus fréquemment — en Libye, en Syrie, en Irak et maintenant en Iran — contribuent à maintenir bas le prix des hydrocarbures puisque tout pays producteur de pétrole maximisera sa production afin de soutenir l’effort de guerre, puis pour reconstruire le pays dévasté une fois la guerre finie.

L’abondance de l’offre entraine la baisse du prix des hydrocarbures et évite ainsi la reconversion douloureuse d’une économie énergivore comme celle des États-Unis.

De plus, l’insécurité créée par leurs guerres motivent les pays voisins à acheter de l’équipement militaire principalement auprès du complexe militaro-industriel américain.

Or ce complexe est un cancer, réclamant toujours de nouvelles guerres afin de maintenir l’emploi.

Même quand la guerre en Syrie n’est pas complètement terminée, il faut susciter un nouveau conflit pour éviter un ralentissement économique et détourner l’attention du peuple américain de la stagnation de ses revenus alors que se creusent les inégalités sociales depuis 1980.

Références :
Accord de Vienne sur le nucléaire iranien
Au nom de la loi… américaine
Aux Etats-Unis, l’Etat laisse filer les inégalités
Carter, Trump, Trudeau et les armes
Décision de la Cour internationale de Justice
Deux pétroliers attaqués dans le golfe d’Oman
L’affaire Huawei : dure pour le Canada, la vie de caniche américain
L’Iran saisit un troisième pétrolier en moins d’un mois
Pétrolier iranien arraisonné à Gibraltar: le capitaine arrêté
Programme nucléaire de l’Iran
Résumé de géopolitique mondiale (2e partie et fin)
Sanctions contre l’Iran
Sanctions contre l’Iran : la Cour internationale de justice rappelle à l’ordre les États-Unis
Washington veut une coalition pour protéger la navigation dans le golfe Persique

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La revue de géopolitique par Alain Juillet

3 août 2019

 

Cliquez sur l’image pour démarrer

Alain Juillet est un ancien directeur du renseignement de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE).

En d’autres mots, il était l’homologue (ou l’équivalent français) du directeur de la CIA.

Voici l’entrevue d’un peu plus de deux heures qu’il donnait à la chaine Thinkerview, une entrevue qui portait principalement sur sa vision des conflits internationaux.

Parmi les sujets abordés :
• la guerre d’Irak,
• la guerre de Yougoslavie,
• la Palestine,
• la Jordanie,
• Daech,
• la fin du dollar,
• Edward Snowden,
• le scandale Alstom,
• importance du Golan.

Il est à noter que l’ex-chef du renseignement français affirme — de 38:14 à 40:01 — que la guerre en Syrie a été provoquée par le refus de Bachar el-Assad d’autoriser le passage d’un gazoduc qatari sur son territoire, une thèse défendue sur ce blogue depuis 2015.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique, Guerre en Syrie | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le rideau de fer technologique

23 mai 2019
Huawei P40 Pro

Le 15 mai dernier, Donald Trump signait un décret présidentiel qui a eu pour conséquence de placer Huawei — le deuxième fabricant mondial de téléphones multifonctionnels — sur la liste des ‘entités’ avec lesquels les compagnies américaines ne peuvent commercer à moins d’une autorisation spéciale de Washington.

L’interdiction s’étend à la vente de brevets et au transfert technologique, dont les microprocesseurs des appareils mobiles de Huawei, basés sur l’architecture ARM, brevetée aux États-Unis.

Depuis, une cascade d’entreprises américaines ont annoncé la rupture de leurs liens commerciaux avec Huawei.

Selon le Washington Post, la fabrication des téléphones de Huawei nécessite la contribution d’une trentaine de compagnies américaines.

Cette contribution peut être matérielle, mais également logicielle.

C’est ainsi que les prochaines versions du système d’exploitation Android™ refuseront de s’installer sur les appareils Huawei. De plus, l’utilisateur ne pourra pas accéder à Gmail (le module de messagerie), à YouTube, à Google Maps, et au magasin Google Play.

Puisqu’Android™ est du logiciel libre, Huawei pourra facilement retirer les entraves du code source et créer sa variante parfaitement compatible avec ses téléphones comme elle le fait déjà sur ses modèles actuels.

En Chine, WeChat remplace déjà Gmail, Youku se substitue à YouTube et Baidu est le moteur de recherche national.

Mais Huawei n’a pas d’équivalent aux services logiciels de Google sur les marchés autres que chinois. À titre d’exemple, il sera difficile de convaincre un acheteur européen que Youku (où tout est ‘du chinois’) est aussi intéressant que YouTube.

Plus fondamentalement, rien n’égale la richesse du catalogue de Google Play. En raison de ses 2,5 millions d’applications, certains experts croient que Huawei mettra des années à créer une boutique aussi riche.

Mais la Chine pourrait nous étonner. Chez Huawei, quatre-vingt-dix-mille personnes travaillent en recherche et développement. La compagnie possède son propre campus universitaire à 27 km de Hong Kong.

Huawei n’a pas besoin de créer sa propre version de toutes les applications offertes sur Google Play. D’ailleurs, si la firme américaine purgeait de son catalogue les applications les moins populaires pour n’en laisser qu’un millier, peu de gens s’en rendraient compte.

L’actuel plan quinquennal de la Chine prévoit des investissements de 400 milliards$ uniquement pour la mise au point du 5G.

Non seulement ce pays produit 90% des terres rares essentielles aux appareils mobiles, mais la Chine détient 40% de tous les brevets-clés qui sont nécessaires au 5G.

En raison de ce pouvoir de marchandage, la Chine ne se laissera pas faire.

L’interdiction des transferts technologiques pénalise autant les entreprises américaines que chinoises. En fait, cela paralyse toute l’industrie.

Le rideau de fer technologique que Donald Trump dresse afin de protéger les États-Unis de la Chine subira le même sort que le rideau de fer qui devait protéger la Russie de l’influence occidentale.

Références :
A deeper tech concern is at the core of the U.S.-Huawei spat
Inside Huawei – a photo essay
L’affaire Huawei : dure pour le Canada, la vie de caniche américain
La téléphonie 5G : l’Asie contre les États-Unis
Le fabricant de processeurs ARM coupe les ponts avec Huawei
Réseau 5G: Huawei espère encore convaincre le Canada
The Trump administration owes the public answers about its restrictions on Huawei
Trump declares national emergency over threats against US technology amid campaign against Huawei

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 25mm F/1,2 — 1/60 sec. — F/5,6 — ISO 800 — 25 mm

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 4 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Économie, Géopolitique, Informatique | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La téléphonie 5G : l’Asie contre les États-Unis

9 mai 2019

 
Les communications, une priorité chinoise

Pour la première fois en 2011, la Chine s’est classée au premier rang mondial quant au nombre de demandes de brevets.

Selon le World Intellectual Property Indicators 2012, sur les 2 140 000 millions d’inventions dans le monde en 2011, 526 412 venaient de Chine, soit 24,6 % (en comparaison avec 23,5 % de provenance américaine).

Cette première place, la Chine l’a perdue puis regagnée depuis.

En 2015, le nombre de brevets chinois était supérieur au total des brevets américains, japonais, coréens et européens.

En Chine, le Treizième plan quinquennal de développement s’étend de 2016 à 2020. Il place le secteur des communications au niveau des grandes priorités nationales.

Il est donc normal qu’un jour, la technologie chinoise dépasse la technologie américaine dans certains domaines. C’est le cas aujourd’hui de la téléphonie mobile.

Après des investissements de l’ordre de 17,5 milliards$US depuis 2015, le réseau téléphonique chinois possède déjà la densité nécessaire à l’acheminement de quantités massives de données, comme c’est le cas en 5G.

Par kilomètre carré, il y a 1,37 tour Wifi (de relai ou de diffusion) en territoire chinois et 0,10 tour (treize fois moins) en territoire américain.

Bref, au niveau de l’acheminement des données sur son territoire, la Chine est plusieurs années en avance sur les États-Unis.

Les générations de la téléphonie mobile

La première génération de la téléphonie mobile (nommée 1G à postériori), débute avec la naissance du téléphone portable.

Les autres générations sont les suivantes :
• la 2G ajoutait le pouvoir d’échanger des textos,
• la 3G donnait accès à l’internet,
• la 4G augmentait la bande passante de manière à permettre la diffusion de vidéos en continu,
• la 5G devrait être environ cent fois plus rapide que la 4G.

Cette augmentation de la vitesse de transmission est liée à la rapidité des puces électroniques qui équipent le matériel téléphonique.

Ce matériel, c’est à la fois celui des réseaux téléphoniques (qui doivent avoir la puissance nécessaire) et les téléphones portables (qui doivent être capables de recevoir brutalement toutes ces données).

Les problèmes d’Apple

Jusqu’ici, Intel fabriquait les puces à modem des iPhone. Mais le 16 avril dernier, Intel abandonnait la course et renonçait à fabriquer des puces 5G.

Ce qui rend impossible le développement d’un iPhone 5G sans qu’Apple se trouve un nouveau fournisseur.

Or ils sont rares : ce sont l’américaine Qualcommm (chef mondial du 5G), la coréenne Samsung, et la chinoise Huawei.

Les deux derniers, Samsung et Huawei, sont aussi des fabricants de téléphones portables et donc, des compétiteurs directs d’Apple.

Quant à Qualcomm, un différend l’opposait à Apple jusqu’ici; Qualcomm poursuivait Apple, accusant celui-ci d’avoir violé ses brevets sur tous les modèles actuels d’iPhone.

Le 16 avril dernier, Apple et Qualcomm enterraient la hache de guerre. Coïncidence; c’était le jour où Intel décidait de jeter la serviette au sujet du 5G.

Mais Qualcomm vend ses puces chères. Plus chères que les autres. Et Apple, à genoux devant Qualcomm, n’est pas en position de forcer Qualcomm à baisser ses prix.

Le résultat final de tout cela, c’est qu’Apple traine la patte dans le développement des téléphones portables 5G.

Partie nulle, pour l’instant

Dans la course technologique qui les oppose, les États-Unis sont encore les chefs mondiaux dans la fabrication des puces 5G.

Pour ce qui est de l’équipement des réseaux téléphoniques, Huawei devrait continuer de dominer le marché en dépit des nuisances de Donald Trump.

Quant aux téléphones portables, les États-Unis doivent accuser leur retard; Apple sortira ses iPhones 5G des mois après ses concurrents asiatiques.

C’était à prévoir…

Références :
A deeper tech concern is at the core of the U.S.-Huawei spat
Apple had four terrible options to get the iPhone to 5G, so it went with the least of all evils
Chine vs Etats-Unis : qui gagne la course technologique ?
5G
Intel se retire du marché des puces 5G pour téléphones intelligents
La Chine, dragon de l’innovation
La Chine championne du monde des dépôts de brevet
Les priorités de la Chine dans le cadre d’un accord de libre-échange avec le Canada
World Intellectual Property Indicators 2012

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Économie, Géopolitique | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au sujet du Mali

3 mai 2019


 
Le quotidien Le Devoir publie ce matin un plaidoyer en faveur du maintien d’une présence militaire canadienne au Mali.

Ce plaidoyer est écrit par Louis de Lorimier. Encore récemment, celui-ci occupait le poste d’ambassadeur canadien au Mali.

L’auteur souligne l’importance de sécuriser cette région du monde où sévissent des groupes terroristes. Il implore le gouvernement canadien de revenir sur sa décision d’interrompre après un an sa participation à la mission des Casques bleus de l’ONU au Nord-Mali.

On trouvera ci-dessous le commentaire que j’ai publié en réponse au texte de M. de Lorimier.


Le mirage d’un ex-ambassadeur
 
Les problèmes sécuritaires du Mali tirent leur origine du renversement en Libye de Kadhafi par l’OTAN.

À cette occasion, la Grande-Bretagne et la France, au nom de l’OTAN, ont déversé des millions de dollars d’armes qui, une fois Kadhafi assassiné, se sont dispersés dans la nature au fur et à mesure que les mercenaires-amis sont rentrés dans leurs pays respectifs.

C’est ainsi que des tribus nomades, armées lourdement par l’OTAN, ont vendu leurs armes aux plus offrants, dont des milices islamistes du Mali.

Permettez-moi, monsieur l’ex-ambassadeur, de vous poser deux questions.

En tant que membre de l’OTAN, le Canada a-t-il vu plus loin que le bout de son nez en votant en faveur du renversement par les armes du dictateur libyen ?

D’où vient cette manie de nous faire croire que nous avons le devoir de réparer les pots cassés par nos alliés ?

La guerre est couteuse. Le meilleur moyen d’inciter des pays producteurs de pétrole — la Libye en faisait partie — à produire au maximum, c’est d’y foutre le bordel.

Les guerres provoquées par les pays producteurs d’armements visent à maintenir bas le prix des hydrocarbures.

Et ce prix bas, c’est ce qui fait perdurer des habitudes de consommation qui sont en train de détruire la planète.

Je ne vous cacherai pas que je suis de plus en plus ulcéré de lire des plaidoyers en faveur des ‘missions’ canadiennes à l’étranger au cours desquels le Canada n’est que le complice des guerres prédatrices de l’Occident.

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique, Politique internationale | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Syrie : Terroristes à donner

28 février 2019

Introduction

À l’appel, entre autres, de l’État islamique, des milliers de mercenaires étrangers sont venus combattre en Syrie.

Maintenant que la guerre y tire à sa fin se pose la délicate question de savoir quel sort doit être réservé aux mercenaires (et leurs familles) qui ont survécu au conflit.

Rappel afghan

À la fin officielle de la guerre en Afghanistan, l’armée du Nord — victorieuse, grâce à l’appui des Américains — avait désarmé et renvoyé dans leurs villages respectifs les Talibans afghans capturés.

Pour les vainqueurs, leurs concitoyens étaient essentiellement de pauvres jeunes paysans enrôlés par des fanatiques financés de l’Étranger.

Quant aux autres Talibans prisonniers, reconnaissables à leur langue ou leur accent, la très grande majorité d’entre eux furent massacrés.

Ce massacre se déroula en deux étapes :
• à l’occasion d’une mutinerie à la prison de Qalat-e-Janhi, où environ 470 Talibans trouvèrent la mort, et
• le transport à la forteresse de Kalai Zeini de cinq-mille Talibans étrangers sous le soleil de plomb de l’Afghanistan.

Ceux-ci étaient entassés dans des conteneurs à l’intérieur desquels la presque totalité d’entre eux sont morts d’hyperthermie et de déshydratation. Les rares survivants ont succombé aux mauvais traitements infligés une fois rendus à destination.

À l’heure actuelle, le sort qui attend les prisonniers en Syrie est incertain.

La politique américaine à ce sujet

Le 16 février dernier, Donald Trump a été clair : les pays européens doivent rapatrier et juger 800 de leurs ressortissants capturés en Syrie.

Mais cinq jours plus tard, le président américain s’opposait au retour aux États-Unis d’une Américaine ayant rejoint l’État islamique en 2014.

Comme souvent, le message américain est : faites ce que je dis et non ce que je fais.

La politique française

Lors de la reconquête de Mossoul (la deuxième ville d’Irak), 1 200 membres des forces spéciales françaises ont rémunéré des soldats irakiens afin qu’ils traquent et exécutent les mercenaires français dotés de pouvoirs de commandement au sein de l’État islamique.

À cette fin, les militaires français leur ont fourni les noms (et noms de guerre) d’une trentaine de Français recherchés, de même que les photos de quelques-uns d’entre eux.

Ceci est en Irak. Mais qu’en est-il en Syrie, où se trouve la grande majorité des djihadistes français toujours en vie ?

En octobre dernier, les forces kurdes de Syrie ont fait savoir aux pays occidentaux que l’emprisonnement des mercenaires étrangers représentait un fardeau financier et qu’à défaut d’être pris en charge par leurs gouvernements respectifs, ces centaines de terroristes seraient remis en liberté.

Cela deviendrait inévitable si la Turquie devait profiter du retrait américain pour lancer une vaste offensive contre les forces kurdes de Syrie. La défense de leurs installations carcérales deviendrait alors le moindre de leurs soucis.

Les prisons kurdes comptent 800 hommes étrangers, 700 femmes et 1 500 enfants.

Légalement, le seul pays qui a autorité pour juger ces mercenaires, c’est celui où leurs crimes ont été commis, soit la Syrie.

Au cours de cette guerre, la France a violé à de multiples reprises l’espace aérien syrien, a bombardé ce pays et y a soutenu les forces rebelles. Bref, la France est ennemie du gouvernement syrien actuel.

On voit mal ce qui motiverait le régime de Bachar el-Assad à rendre service à la France en acceptant de juger ses ressortissants

Voilà pourquoi la France procède à des négociations avec l’Irak pour que ce pays accepte de les prendre en charge et de les juger.

Aux défenseurs des droits de la personne qui s’inquiètent d’une possible condamnation à la peine de mort en Irak, Paris affirme que la France interviendra alors auprès des autorités pour demander — du bout des lèvres, évidemment — que cette peine ne soit pas exécutée.

Tout cela est un peu académique puisqu’il est douteux que les tribunaux irakiens aient autorité pour sanctionner des crimes commis hors des frontières du pays.

La politique britannique

On compte au moins 700 citoyens britanniques partis vers la Syrie ou l’Irak, dont environ 300 en sont revenus.

Dans 90 % des cas, les tribunaux britanniques innocentent les djihadistes pour insuffisance de preuve.

Conséquemment, Londres estime que ses ressortissants doivent être jugés dans la région où leurs crimes ont été commis.

Et tout comme la France, la Grande-Bretagne s’est préparée à la fin de la guerre.

Plutôt que des assassinats ciblés, Londres a choisi la déchéance de citoyenneté comme moyen d’empêcher les djihadistes anglais de revenir chez eux.

Le droit international interdit la déchéance de citoyenneté lorsqu’elle crée des êtres apatrides. Seules les personnes qui ont plusieurs nationalités peuvent être déchues de l’une d’entre elles.

D’où l’intérêt de se hâter à déchoir. Depuis 2016, la Grande-Bretagne a déchu de leur citoyenneté environ 120 de ses ressortissants. C’est ça de moins au pays.

En comparaison, l’Italie a retiré la citoyenneté italienne à environ deux-cents personnes.

La politique canadienne

Pour revenir au pays, les djihadistes canadiens ont besoin d’un nouveau passeport puisque celui qu’ils avaient à leur arrivée en Syrie a été confisqué par Daech (afin d’empêcher les désertions).

Pour rentrer au pays, le djihadiste doit non seulement s’enfuir du califat, mais contacter une ambassade ou un consulat canadien afin d’obtenir un nouveau passeport qui lui permettra d’acheter un billet d’avion pour le Canada.

Le pays est tenu d’honorer toute demande de ses ressortissants en vertu de ses obligations internationales.

La soixantaine de djihadistes canadiens qui l’ont fait ne sont que la pointe de l’iceberg. Leur nombre n’a pas augmenté en 2017, ce qui témoigne en réalité des difficultés à s’échapper du califat encerclé.

Une bonne partie de ceux qui y sont encore mourront probablement les armes à la main.

Le nombre de djihadistes à rapatrier devait augmenter substantiellement après la chute d’Idlib.

Devenue une prison à ciel ouvert, cette province syrienne accueille depuis des années des milliers de djihadistes encerclés qui ont accepté de quitter les lieux pour Idlib à chaque fois que l’ONU négociait une trêve.

Après avoir laissé ces milices s’entretuer entre elles, l’Occident a eu la surprise de voir Al Qaïda prendre le contrôle d’Idlib le mois dernier.

Le jour où l’assaut sera donné par les forces gouvernementales et leurs alliés, un nombre inconnu de djihadistes canadiens seront capturés et s’ajouteront à ceux qui devront être jugés quelque part.

Un seul djihadiste canadien qui rentre au pays pour y commettre un attentat terroriste est un djihadiste de trop.

Le mirage d’un procès juste au pays

Au Québec, la Direction des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n’a pas réussi à réunir suffisamment de preuves pour obtenir la condamnation d’un seul des dirigeants d’une compagnie ferroviaire qui a tué 47 personnes à Lac-Mégantic.

On peut donc douter que la DPCP soit capable de réunir suffisamment de preuves pour faire condamner n’importe quel djihadiste qui a commis ses méfaits à des milliers de kilomètres d’ici.

Il s’agit ici de preuves qu’il faudrait obtenir de témoins qui parlent kurde ou arable. Et auprès de gens qui pourraient être réticents à venir témoigner au Québec, le premier endroit en Occident où des Musulmans en prière se font tirer dans le dos.

Seul un procès dans le pays où les crimes ont été commis peut se dérouler normalement.

Un citoyen canadien qui commet un homicide aux États-Unis est passible de la peine de mort. S’il commet le même crime en Irak, c’est pareil. Où est le problème ?

L’idée de rapatrier les djihadistes pour les juger ici est d’autant plus difficile à justifier lorsqu’on tient compte de l’engorgement des tribunaux canadiens.

En prison, les accusés auront tout le temps de faire des convertis à leur cause.

Pour chaque procès finalement avorté contre un djihadiste au Canada, on retarde l’ensemble des causes en attente. Et certains malfaiteurs profiteront de l’arrêt Jordan pour obtenir l’abandon de toutes les procédures contre eux.

Bref, rapatrier les djihadistes canadiens est une très mauvaise idée.

Références :
Donald Trump demande aux Européens de rapatrier leurs jihadistes prisonniers en Syrie
En Irak, le sort des djihadistes français “est plus diplomatique que juridique”
France’s Special Forces Hunt French Militants Fighting for Islamic State
La Belgique pourra expulser vers le Maroc Malika El-Aroud, « la veuve noire du djihad »
La voie à suivre
Le Canada sommé de rapatrier ses djihadistes
Le sort des djihadistes français en Irak
L’Europe divisée sur le sort de ses ressortissants partis rejoindre l’Etat islamique en Syrie
Massacre à la citadelle
Massacre de Dasht-i Leili
Ottawa n’appréhende pas de retour massif de djihadistes
Sidération à Idlib après la conquête éclair des djihadistes
Trump demande aux alliés européens de rapatrier leurs ressortissants retenus en Syrie
Trump s’oppose au retour au pays d’une femme ayant rejoint l’EI
Who has been stripped of UK citizenship before Shamima Begum?

Parus depuis :
Les pays nordiques opposés au retour des djihadistes (2019-03-05)
Comment gérer le retour des combattants partis en Syrie? (2019-03-16)
Le Danemark aurait préféré voir ses djihadistes mourir en Syrie (2019-03-27)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 5 — Nombre de votes : 1

Laissez un commentaire »

| Guerre en Syrie, Politique canadienne, Sécurité, Terrorisme | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Une fin de guerre en Syrie

26 février 2019

Carte de la Syrie
 
Comme toujours, les grands gagnants de la guerre en Syrie sont les marchands de canons.

Puisque rien ne stimule mieux l’économie que de la jeter par terre, les deuxièmes grands gagnants seront les institutions financières; celles-ci prendront leurs honoraires sur la moindre transaction dont le but sera la reconstruction du pays. Un pays dont l’économie est détruite à 98 %.

Parmi les belligérants, il y a officiellement quatre gagnants : le gouvernement syrien, l’Iran, la Russie, et la minorité kurde de Syrie.

Le régime de Bachar el-Assad hérite d’un champ de ruines. Mais il a préservé l’intégrité territoriale du pays. Et tout pays qui réussit à repousser ses ennemis hors de ses frontières est habilité à déclarer avoir gagné la guerre.

L’influence régionale de l’Iran s’est accrue; un trio de pays alliés (Iran, Irak et Syrie) isole maintenant la péninsule arabique de l’Europe.

En conséquence, aucun oléoduc saoudien ne peut acheminer directement des hydrocarbures vers le marché européen sans traverser l’un ou l’autre de ces pays alliés de l’Iran.

En somme, l’Arabie saoudite est forcée d’exporter son pétrole par voie maritime, une solution plus dispendieuse que le transport par pipeline.

Le prestige de la Russie est en partie restauré. Perçue comme une éternelle perdante depuis la chute du rideau de fer, la Russie a fait la démonstration qu’elle ne laisse pas tomber ses alliés et qu’elle peut encore avoir une influence régionale déterminante.

Le territoire du Kurdistan syrien s’est considérablement agrandi. Profitant des déplacements de population et plus précisément du nettoyage ethnique qui a accompagné cette guerre, les Pechmergas ont regroupé le peuple kurde sur un grand territoire contigu, ce qui facilite son administration.

Parmi les gagnants il faut compter officieusement Daech. Né d’Al Qaïda en Irak au bord de l’extinction, Daech est arrivée ruiné en Syrie et la quitte aujourd’hui riche aux as.

Lors de la conquête de Mossoul — la deuxième ville d’Irak, où se trouvaient les réserves d’or et de devises de la banque de ce pays — Daech a fait main basse sur un butin de guerre de plus d’un milliard de dollars. Caché depuis dans des paradis fiscaux grâce à la complicité de banques libanaises et de cabinets d’avocats spécialisés dans l’évitement fiscal.

Débarrassé des corvées reliées à la gestion administrative de son califat, Daech pourra clandestinement se consacrer à ce pourquoi il excelle : l’attentat terroriste.

Plaidant pour l’abandon des rancunes et l’oubli des vieilles discordes, l’Arabie saoudite promettra de participer au financement de la reconstruction du pays… à la condition que la charia ait dorénavant force de loi et que les mosquées sunnites du pays soient dirigées par des imams à sa solde. Bref, comme si la dictature saoudienne avait gagné la guerre.

Quant aux pays occidentaux, ils promettront une aide dont le versement sera constamment différé d’une fois à l’autre parce que leurs exigences croissantes n’auront pas été respectées.

D’où la question : à quoi cette guerre a-t-elle servie ?

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique, Guerre en Syrie | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Une gifle au prince héritier saoudien

29 octobre 2018

Introduction

Vision 2030 est un pharaonique projet de diversification de l’économie de l’Arabie saoudite conçu par le prince héritier de ce pays au cout de 500 milliards$.

Ce projet vise la création d’une ville futuriste créée sur le modèle des zones économiques spéciales chinoises.

Afin d’en faire la promotion, la conférence Future Investment Initiative de l’an dernier avait attiré 3 500 participants provenant de 88 pays.

Cette année, le froid créé par l’affaire Khashoggi a fait en sorte que de nombreuses entreprises ont boudé la deuxième édition de cette conférence.

L’Arabie saoudite, exportatrice de capitaux

Le but de Vision 2030 n’est pas d’attirer des investissements étrangers mais de diversifier l’économie saoudienne.

Depuis des décennies, des sociétés d’investissement organisent la fuite des capitaux saoudiens.

Lors des attentats du 11 septembre 2001, des membres de la famille royale saoudienne et de riches entrepreneurs — dont certains provenaient de la famille d’Oussama bin Laden — assistaient justement à une conférence donnée à Washington par des conseillers financiers américains.

Parmi les centaines d’avions qui voulaient quitter le territoire américain ce jour-là, celui transportant ces augustes investisseurs fut le seul autorisé à s’envoler et ainsi échapper aux questions des policiers chargés de l’enquête au sujet de ces attentats.

Les dirigeants de ce pays savent bien qu’un jour une révolution les chassera du pouvoir. Voilà pourquoi la majorité de leur fortune personnelle est investie à l’Étranger.

Ils y ont de grands hôtels, des stations de ski, des clubs sportifs, des compagnies aériennes, des vignobles, de grandes enseignes de commerce au détail, des marques prestigieuses, etc.

On estime que les Saoudiens possèdent 8% de l’économie américaine. Cela équivalut à plusieurs fois les fortunes combinées de Bill Gates et de Warren Buffett.

De plus, si Amazon et Apple sont les deux compagnies qui possèdent la plus grande capitalisation boursière, c’est seulement parce qu’Aramco (la pétrolière de l’État saoudien) n’est pas inscrite en bourse. Si elle l’était, sa valeur capitalisée serait de trois à quatre fois celle d’Apple.

Bref, l’Arabie saoudite est immensément riche et n’a pas besoin de capitaux étrangers.

Le déficit technologique de l’Arabie saoudite

Pour diversifier son économie, l’Arabie saoudite a besoin de combler son abyssal déficit technologique.

L’école publique saoudienne est aux mains du clergé wahhabite. Tout fait scientifique incontestable qui contredit l’interprétation littérale des textes sacrés de l’Islam (vieux de 1 500 ans) est une hérésie dont l’enseignement est passible de la peine de mort.

Voilà pourquoi le système scolaire saoudien forme des hommes de lettres (avocats en droit musulman, écrivains, poètes, fonctionnaires peu qualifiés), mais peu de chercheurs, de scientifiques et de travailleurs qualifiés.

Si bien qu’en Arabie saoudite, les familles aisées envoient leurs adolescents masculins étudier dans les meilleurs lycées occidentaux.

Le régime vante son taux élevé de scolarisation. Dans les faits, le système scolaire saoudien ne forme que des bons à rien que même les entreprises saoudiennes hésitent à embaucher comme travailleurs qualifiés. D’où le taux de chômage d’environ 40% chez les jeunes hommes du pays.

Environ 70% des emplois offerts aux Saoudiens le sont dans la fonction publique.

Le bilan de la Future Investment Initiative

À l’issue de la conférence de cette année, les dirigeants saoudiens se sont empressés de souligner qu’elle avait été un grand succès, permettant la signature de contrats évalués à cinquante-milliards de dollars.

Le message sous-jacent est clair; toute tentative de nous nuire est vaine. Notre influence est telle qu’elle nous permet de triompher de tous les obstacles.

La réalité est toute autre.

À l’édition de cette année, l’assistance a été constituée principalement d’hommes habillés à la manière musulmane, c’est-à-dire des Saoudiens et des alliés régionaux de l’Arabie saoudite.

Environ 68% des contrats signés cette année concernent Aramco, la pétrolière de l’État saoudien.

Les entreprises occidentales qui ont signé des contrats avec elle sont des pétrolières étrangères (dont la française Total), des entreprises américaines spécialisées dans la fourniture d’équipement pétrolier ou la recherche d’hydrocarbures, des banques et des fonds d’investissement spéculatifs.

Bref, rien pour diversifier l’économie du pays.

Le message est clair : si l’Arabie saoudite veut la technologie occidentale, elle devra s’occidentaliser.

Aussi bien dire que ce n’est pas demain la veille.

Maintenant que cette conférence a été un échec, on commence déjà à voir l’intérêt pour l’affaire Khashoggi s’estomper dans nos médias puisque ceux qui en tirent les ficelles ont atteint leur objectif.

Références :
Meurtre au consulat : du fait divers aux ressorts d’une crise internationale
Saudi conference shunned by west secures £39bn in deals
Vision 2030 : la Grande séduction saoudienne

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Économie, Géopolitique | Mots-clés : , , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Meurtre au consulat : du fait divers aux ressorts d’une crise internationale

15 octobre 2018

Un meurtre sordide

Jamal Khashoggi est un dissident saoudien qui, après sa fuite en Occident en septembre 2017, est devenu journaliste au Washington Post.

Pour les amateurs de potins, c’est aussi le cousin de feu Dodi Fayed, le dernier compagnon de la princesse Diana.

Le 2 octobre dernier, il s’est rendu au consulat saoudien d’Istanbul afin d’y obtenir un document dont il avait besoin pour se marier.

Selon toutes les apparences, il y était attendu par une escouade d’agents venus spécialement de la capitale saoudienne pour l’assassiner, le démembrer et évacuer ses restes hors du pays dans des colis diplomatiques (non sujets à la fouille dans les aéroports).

Quelques litres de sang de plus

L’Arabie saoudite a financé à hauteur d’au moins 85% les milices de mercenaires islamistes qui sont venus de partout mettre la Syrie à feu et à sang au cours d’une guerre de procuration qui a fait plus de 350 000 morts.

Au Yémen, les bombardements saoudiens ciblent volontairement les populations civiles. Selon Wikipédia, la très grave crise humanitaire qui y menace la vie de millions de personnes est principalement due au blocus maritime, aérien et terrestre imposé par la dictature saoudienne.

Rappelons également que, selon les dépêches diplomatiques révélées par WikiLeaks, l’Arabie saoudite est la plaque tournante du financement du terrorisme international.

Dans la mer de sang que la dictature saoudienne répand autour d’elle, qu’est-ce qui fait que toute la planète s’intéresse soudainement au cas anecdotique de Jamal Khashoggi ?

La réponse est simple : tout le monde en parle parce que tout le monde a intérêt à en parler.

La rivalité entre la Turquie et l’Arabie saoudite

Depuis le début de cette crise, le maitre du jeu est Erdoğan. Par le biais de révélations et de rumeurs, la Turquie entretient le suspense et le mystère autour de cette affaire.

Même si la Turquie n’est pas un pays arabe (on y parle principalement le turc), c’est un pays musulman. Or la Turquie et l’Arabie saoudite sont rivales dans la lutte d’influence qu’elles se livrent au sein du monde sunnite.

Les dérives autoritaires d’Erdoğan ont fait pâlir le rayonnement international de la Turquie. Par ailleurs, l’ascension en 2017 du prince héritier saoudien a été une occasion pour son pays de tenter de refaire son image.

Déjà en 2015, l’Arabie saoudite avait acheté un siège au Conseil des droits de la personne de l’ONU puis en 2017, à la Commission de la condition de la femme des Nations unies.

Selon France24, la dictature saoudienne est cliente des deux plus importantes firmes de relations publiques de France.

Au Canada, elle a bénéficié des reportages extrêmement complaisants de la journaliste Marie-Ève Bédard sur les ondes de Radio-Canada.

Mais voilà que ce meurtre donne l’occasion à Erdoğan de prendre sa revanche.

Vision 2030

En temps normal, la puissance économique de l’Arabie saoudite et son importance géostratégique dispensent ce pays de l’obligation de soigner son image publique.

La chirurgie esthétique de l’image saoudienne a donc un but très précis.

Il y a un an se tenait la conférence Future Investment Initiative.

Le deuxième volet de cette rencontre doit avoir lieu le 23 octobre prochain, toujours dans le but de faire la promotion de Vision 2030, un ambitieux projet de 500 milliards$ en Arabie saoudite.

Il vise à combler l’abyssal déficit technologique de ce pays. En effet, celui-ci est captif d’un régime obscurantiste qui fait fuir ses plus brillants sujets à l’Étranger lorsqu’ils ne pourrissent pas en prison comme c’est le cas de Raïf Badawi.

Pour diversifier son économie et réaliser ce projet futuriste, l’Arabie saoudite n’a pas besoin du capital étranger, mais du savoir des grandes entreprises de haute technologie.

Et c’est là où beaucoup de pays l’attendaient.

En sabotant cette conférence, les pays occidentaux profitent de cette vulnérabilité pour infliger une leçon de modestie à l’insolente dictature saoudienne.

Un prince héritier menaçant

Comme tous les pays arabes du Moyen-Orient, l’Arabie saoudite est une société féodale qui repose, dans ce cas-ci, sur l’allégeance de tribus à la dynastie des Saoud.

En concentrant tous les pouvoirs entre ses mains, l’impétueux prince Mohammed ben Salmane indispose un grand nombre de princes saoudiens (il y en a plus de mille) et de chefs de clans.

Sous le prétexte de la lutte contre la corruption, le prince héritier a dépouillé certains membres de la famille royale de milliards de dollars à son profit.

De plus, en donnant l’impression qu’il veut mettre fin à l’intégrisme de son pays, le prince hériter inquiète le clergé wahhabite, jaloux de ses pouvoirs et de son influence.

Rappelons que ce clergé influence les foules par ses prêches du vendredi et sa mainmise complète sur le système éducatif saoudien.

Après le bourbier saoudien au Yémen, le refus du Qatar se soumettre à son autorité et la victoire inéluctable de Bachar el-Assad en Syrie, Mohammed ben Salmane va de revers en défaites.

L’Arabie saoudite et le monde

L’Europe

Si les pays européens peuvent toujours prétendre ne pas avoir anticipé la crise migratoire qui a accompagné la guerre en Syrie, ils devraient se douter que la guerre que l’Arabie saoudite prépare contre l’Iran mettra de nouveau leurs frontières à dure épreuve.

Ils ont donc intérêt à calmer les ardeurs guerrières du prince héritier et à favoriser l’affaiblissement de son pouvoir. Tout cela dans un exercice périlleux qui consiste à vendre des armes à la dictature saoudienne sans qu’elle s’en serve.

Depuis des semaines, le gouvernement de Mme May tente de détourner l’attention du public anglais des conflits internes de son parti au sujet du Brexit.

La tentative d’empoisonnement par la Russie d’un ex-agent double russe lui donnait le prétexte d’une enflure verbale digne de la guerre froide.

Mais voilà que l’Arabie Saoudite fait pareil. En fait, elle fait pire puisque Khashoggi n’est même pas un espion.

Talonnée par son opposition travailliste (très à gauche), Mme May s’empresse donc de se scandaliser d’un fait divers.

En Amérique du Nord

Toute comme les autres fournisseurs d’armements à l’Arabie saoudite, le Canada n’a aucune intention d’indisposer un important client.

Le gouvernement Trudeau se réjouit donc de la désapprobation des médias canadiens envers la dictature saoudienne, désapprobation dont il peut plaider officiellement qu’il n’y est pour rien.

Quant aux États-Unis, si les attentats du 11 septembre 2001 n’ont pas nui aux bonnes relations américano-saoudiennes, il est douteux que ces deux pays se brouillent aujourd’hui pour si peu.

Mais ce n’est pas le cas du milieu journalistique américain qui vient de perdre un des leurs. En déchainant l’opinion publique sur les médias sociaux, les médias américains font pression sur les entreprises américaines soucieuses de leur image publique afin qu’elles annulent leur participation à Vision 2030.

Conclusion

À la fois partenaire officiel de la lutte antiterroriste et financier clandestin du terrorisme islamique, l’Arabie saoudite mène depuis longtemps un double-jeu.

Par cet assassinat sordide, l’Arabie saoudite donne à tous l’occasion d’exprimer publiquement son ressentiment contre une dictature misogyne et obscurantiste devant laquelle nos chefs d’État font la courbette depuis trop longtemps.

Références :
Arabie saoudite : un vent de réforme qui ne fait pas l’unanimité
Jamal Khashoggi
Guerre civile yéménite
La Grande séduction saoudienne
La promotion de l’Arabie saoudite au Conseil des droits de l’homme fait débat
L’Arabie saoudite ne peut défendre les droits des femmes à l’ONU
Transformer l’Arabie saoudite
Turks tell U.S. officials they have audio and video recordings that support conclusion Khashoggi was killed
Que sait-on sur l’empoisonnement de l’ex-agent double russe au Royaume-Uni ?

Paru depuis :
Saudi Arabia pays UK firms millions to boost image (2018-10-20)
La guerre des nerfs (2018-10-24)

Votre évaluation :
Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

Laissez un commentaire »

| Géopolitique | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :