Covid-19 : la nécessité d’une enquête au sujet de Santé publique du Québec

13 décembre 2021
Mesures sanitaires recommandées au cours de la première vague

À la lumière d’aujourd’hui, presque tout ce que dit le Dr Arruda dans ce clip vidéo est faux :
• l’utilité du masque n’est pas limitée aux personnes symptomatiques ou aux travailleurs de la Santé qui œuvrent auprès d’eux,
• tousser dans son coude et se laver les mains ne sont pas les meilleurs moyens de lutter contre la transmission du Covid-19,
• en avion, ces deux mesures sont nettement insuffisantes,
• il est faux de croire que le Covid-19 n’atteint sévèrement que les personnes en mauvaise santé,
• même s’il existe des facteurs contributifs, il est également faux de prétendre que la durée de la maladie dépend de la condition physique préalable de la personne atteinte,
• il est faux de dire que le décès par le Covid-19 est limité aux personnes prédisposées,
• mais il est vrai qu’en absence de vaccin et de traitement curatif, la majorité des personnes atteintes guériront d’elles-mêmes.

La Santé publique, limace décisionnelle

On ne connait pas la date de la publication de ce clip vidéo.

Évidemment, il est facile de critiquer des mesures sanitaires anciennes à la lumière de ce qu’on sait aujourd’hui. Mais qu’en était-il autrefois ? En somme, y a-t-il déjà eu un temps où cela semblait vrai à la lumière des études publiées jusque-là ?

La réponse est non; il n’y a jamais eu l’ombre d’une preuve scientifique qui justifiait ces affirmations sauf la dernière.

La seule différence entre ce que nous savions au tout début de la pandémie et aujourd’hui, c’est qu’autrefois on ne savait pas si c’était vrai et qu’aujourd’hui on sait que c’est faux.

Prenons l’exemple du masque.

Le 10 avril 2020, je publiais le texte ‘Covid-19 : la nécessité du port du masque’. Ce texte était appuyé par plusieurs études scientifiques probantes.

De nos jours, la Santé publique est également de cet avis. Mais à quel moment s’en est-elle rendu compte ?

En juin 2020, la Santé publique ne recommandait pas le masque à la population en général. Sauf dans les situations où il lui était impossible de respecter la distance sanitaire. En somme, deux mois plus tard, si elle connaissait l’existence de ces études, elle choisissait encore de les ignorer.

En novembre 2020, en prévision du temps des Fêtes, elle ne recommandait toujours pas le port du masque lors des rassemblements. C’est pourtant plus de sept mois après que la science eut démontré formellement l’efficacité du port du masque.

Bref, il y a un écart inacceptable entre le moment de la publication d’études scientifiques et leur prise en compte par les autorités sanitaires au Québec.

Les éclaireurs de la littérature scientifique

Dans le jargon militaire, on appelle éclaireurs, les personnes envoyées en reconnaissance pour préciser la position des troupes ennemies.

Dans le cas de la guerre sanitaire contre le Covid-19, on peut se demander si les autorités sanitaires ont constitué des groupes de lecture chargés de dépouiller la littérature scientifique et d’informer formellement les décideurs quant aux plus récentes découvertes médicales.

Normalement, chaque journée aurait dû commencer par une revue des études scientifiques publiées la veille et un résumé de leurs conclusions.

À la cellule de crise constituée pour conseiller le premier ministre, ou aux réunions où on décidait des politiques sanitaires, prévoyait-on un temps pour la présentation des plus récentes découvertes scientifiques ? De plus, a-t-on demandé aux ‘éclaireurs’ si les mesures qu’on s’apprêtait à prendre étaient de nature à s’avérer efficaces compte tenu de ce qui se faisait déjà ailleurs ?

Des enquêtes trop limitées

Le gouvernement de la CAQ a ordonné la tenue de trois enquêtes au sujet de la réponse québécoise au Covid-19; l’enquête de la Protectrice du citoyen, l’enquête du Bureau du coroner, et l’enquête de la Commissaire à la Santé.

Malheureusement, ces trois enquêtes sont limitées à l’hécatombe survenue en CHSLD (l’équivalent québécois des Ehpads français).

Le mois dernier, la protectrice du citoyen publiait son rapport. On n’y trouve rien au sujet de la prise en considération de la science par les autorités sanitaires du Québec. Ce n’était pas son mandat.

La coronaire Géhane Kamel n’a pas non plus le mandat d’enquêter sur le fonctionnement interne de la Santé publique du Québec.

Quant à la Commissaire à la santé, son rôle sera d’évaluer la performance du réseau de la santé, spécifiquement (donc limitativement) pour la gestion des soins et de l’hébergement des ainés dans le cadre du Covid-19. Bref, rien qui l’autorise à enquêter sur les lacunes des autorités sanitaires.

Bref, ces trois enquêtes ne nous apprendront rien du mystère qui entoure l’adoption des mesures sanitaires par la Santé publique du Québec.

Est-ce que les autorités sanitaires du Québec feront mieux la prochaine fois ? Sauront-elles prendre les décisions appropriées si un virus complètement différent devait nous frapper un jour ?

En définitive, est-il normal qu’on doive attendre que celle-ci nous frappe pour le découvrir ?

Conclusion

Jusqu’ici, le Covid-19 a fait deux fois plus de morts (par million d’habitants) au Québec que dans les provinces anglophones du Canada.

Ce fiasco ne s’explique pas seulement par la fragilisation de nos établissements de Santé causée par la réforme Barrette et le sous-financement chronique des CHSLD.

Il s’explique également par le combat rétrograde de la Santé publique du Québec contre le port du masque, contre les tests de dépistage rapides, et contre les purificateurs d’air de type HEPA. Bref, contre tout ce qui aurait pu nous protéger.

En prévision d’une pandémie complètement différente qui pourrait survenir un jour, il nous faut mettre en place des mécanismes qui feront en sorte que les autorités sanitaires, même aussi incompétentes que celles d’aujourd’hui, seront encadrées de manière à prendre les meilleures décisions possible.

Pour instituer cela, il nous faut comprendre les lacunes actuelles et envisager les moyens d’y remédier.

Voilà pourquoi il faut instituer une enquête sur le fonctionnement interne de la santé publique du Québec.

Rétroactivement, lorsqu’on lit les textes publiés sur ce blogue au sujet de cette pandémie, il n’est pas normal que le citoyen Jean-Pierre Martel apparaisse mieux renseigné, scientifiquement, que ceux qui sont grassement payés pour nous protéger.

Références :
Covid-19 : la nécessité du port du masque
Covid-19 : l’OMS et les mesures sanitaires non prouvées
Histoire d’un fiasco – la lutte québécoise contre le Covid-19
La COVID-19 dans les CHSLD durant la première vague de la pandémie
Résumé des mesures à prendre contre le Covid-19
Une publicité déplorable

Paru depuis :
Il faut revoir le casting pandémique (2021-12-28)

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :