Se moquer d’un garçon handicapé est un droit constitutionnel au Canada

30 octobre 2021

Vendredi dernier, la Cour Suprême du Canada a infirmé deux jugements antérieurs qui avaient condamné un humoriste pour avoir choisi un jeune handicapé comme souffre-douleur.

De septembre 2010 à mars 2013, au cours de 230 représentations vues au total par cent-trente-cinq-mille personnes, Mike Ward a présenté un numéro dans lequel il se moquait de certaines caractéristiques physiques de Jérémy Gabriel à l’époque où ce dernier avait entre 10 et 13 ans.

Les blagues de l’humoriste étaient des descriptions péjoratives basées sur le handicap du garçon, atteint du syndrome de Treacher Collins.

À l’école, les autres enfants répétaient les insultes et exacerbaient la moquerie.

Du strict point de vue juridique, toute cette affaire se résume à la conception qu’on se fait de la discrimination (au sens d’ostracisme).

Les articles de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne (sur lesquels s’appuie cette cause) se lisent comme suit :

Article 4 : Toute personne a droit à la sauvegarde de sa dignité, de son honneur et de sa réputation.

Article 10 : Toute personne a droit […] à l’exercice […] des droits et libertés de la personne, sans distinction […] fondée sur […] le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap.

Il y a discrimination lorsqu’une telle distinction […] a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit

Dans un premier temps, les instances québécoises — le Tribunal des droits de la personne et la Cour d’appel du Québec — avaient estimé qu’en exposant Jérémy Gabriel à la moquerie en raison de son handicap, Mike Ward a porté atteinte à la dignité humaine du garçon.

Toutefois, en appel à la Cour Suprême, celle-ci estime que pour prouver qu’il y a ostracisme, on doit démontrer que les propos incitent à mépriser la victime ou à détester son humanité pour un motif de distinction illicite (dans ce cas-ci, son handicap physique).

On doit ensuite établir que ces propos, placés dans leur contexte, peuvent vraisemblablement avoir pour conséquence de frapper cette victime d’exclusion sociale.

Pour la plus haute instance du pays, le sort infligé à Jérémy Gabriel ne répond pas à ces critères, en dépit des apparences.

Qu’est-ce qui explique cet aveuglement ?

À deux reprises dans le jugement majoritaire de la Cour suprême, celle-ci déclare que la Charte québécoise des droits et libertés possède un champ d’application plus vaste que celui de la Charte canadienne (synonyme de la Canadian Constitution).

Selon la Cour, au chapitre des droits individuels, la Charte québécoise lie non seulement l’État, mais aussi toutes les personnes physiques et morales situées sur le territoire du Québec.

En atténuant la protection offerte par celle-ci, la Cour Suprême l’érode pour la mettre davantage en phase avec les dispositions moins contraignantes de la Canadian Constitution.

Tout comme pour la Loi 101, la Cour Suprême poursuit ainsi son travail de sape de la spécificité québécoise.

Ceux parmi nous qui voulons vivre dans une société où le mot civisme a un sens devons remettre en question notre appartenance à ce pays où l’expression publique du mépris et de l’intolérance se justifie au nom de la liberté d’expression.

Références :
Décision de la Cour suprême : Mike Ward vs Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Mike Ward ou le harceleur public

2 commentaires

| Justice, le prix du fédéralisme, Politique canadienne | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le parc-nature de l’Ile-de-la-Visitation

28 octobre 2021





 
Au nord du quartier d’Ahuntsic se trouve le parc-nature de l’Ile-de-la-Visitation. Ce parc linéaire s’étend sur 2,5 km le long de la rivière des Prairies et comprend l’ile de la Visitation.
 


 
À son extrémité ouest, le parc est traversé par le pont Papineau-Leblanc. Au-delà de ce pont, il comprend un petit étang derrière l’église de la Visitation.
 

 
Parmi les églises encore en activité, l’église de la Visitation est la plus ancienne de Montréal. Elle fut construite de 1749 à 1752, tout près de l’endroit où fut célébrée la première messe dite à Montréal, en présence de Samuel de Champlain en 1615.

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet, objectif Lumix 14-45mm + filtre Лomo ж3-2* + filtre B+W KB20 + filtre Omega 80A
1re photo : 1/160 sec. — F/4,5 — ISO 160 — 14 mm
2e  photo : 1/100 sec. — F/8,0 — ISO 400 — 45 mm
3e  photo : 1/80 sec. — F/4,5 — ISO 160 — 17 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 1600 — 14 mm
5e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 320 — 14 mm
6e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 17 mm
7e  photo : 1/60 sec. — F/6,3 — ISO 200 — 14 mm

Laissez un commentaire »

| Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les boutons pour piétons

27 octobre 2021

Anecdote

Lors d’une journée fraiche et pluvieuse d’automne, à mon arrivée à l’intersection des rues de Champlain et Ontario, un policier y dirigeait la circulation en raison d’une panne d’alimentation des feux de circulation.

Le policier m’a fait attendre longuement sans doute parce qu’il avait l’habitude de ne pas interrompre à tout bout de champ la circulation pour laisser passer un seul piéton.

Mais comme il pleuvait légèrement, je suis demeuré seul pendant de longues minutes, à attendre de traverser la rue Ontario.

Sur cette rue parfois très achalandée, la circulation automobile était plutôt légère ce matin-là.

Au bout d’un long moment, j’ai demandé au policier si ce serait encore long. Ce à quoi il m’a répondu que non, sans me fournir de précisions.

Alors j’ai attendu.

Puis j’ai attendu.

Exaspéré d’attendre pour rien sous la pluie, j’ai dit d’un ton autoritaire, en regardant le ciel (comme si je parlais tout haut à moi-même) : “Les automobilistes sont au chaud dans leurs voitures, protégés des intempéries, alors que les piétons sont dehors au froid : qui devrait avoir priorité ?

Environ quinze secondes plus tard, le policier me laissait traverser. Rendu près de lui, je l’ai remercié.

Il est étonnant qu’une telle évidence ne lui ait pas traversé l’esprit.

Introduction proprement dite

En juillet dernier, le ministre des Transports de Grande-Bretagne a annoncé un plan d’un demi-milliard de dollars en vue de modifier le Code de la route de manière à placer les piétons, puis les cyclistes, au sommet de la hiérarchie des utilisateurs de la voie publique.

De ce côté-ci de l’Atlantique, on en est loin.

À Montréal, lorsqu’on parle de ‘circulation’, il s’agit soit de circulation automobile ou de circulation sanguine. La circulation pédestre n’existe pas.

À sa place, ce qui existe, c’est de la micro-mobilité durable. J’imagine que c’est un exemple de ce jargon d’experts que nos édiles municipaux adoptent pour nous impressionner.

Et pour nous convaincre qu’elle comprend bien les préoccupations des piétons et qu’elle s’identifie même à eux, la mairesse sortante n’hésite pas à dire (en parlant d’elle) qu’on est tous un peu piéton à un moment donné.

Il parait que cette boutade est drôle.

La nuit, il ne suffit pas à un automobiliste d’aller à la toilette sans effectuer le trajet en automobile, pour que cela fasse de lui un piéton.

J’ai souvent abordé les irritants qui compliquent de manière croissante la vie des piétons. Aujourd’hui, j’aimerais vous parler des boutons pour piétons.

Les boutons pour piétons

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au sortir du stationnement du Jardin botanique de Montréal, les piétons peuvent signaler leur intention de traverser la rue Sherbrooke en appuyant sur un bouton pour piétons.

S’ils le font, cela ne donnera absolument rien.

Le temps d’attente pour que la circulation cesse sur la rue Sherbrooke demeurera inchangé.

Et le temps laissé aux piétons pour traverser cette rue, large à cet endroit de 25,4 mètres, demeurera de 31 secondes.

Lorsqu’un piéton appuie sur le bouton proprement dit, un voyant rouge juste au-dessus s’allume. Un micro fait entendre le ‘tictictic’ d’une minuterie. Mais tout cela est une illusion destinée à tromper les piétons.

Bref, la ville se moque d’eux.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

La rue Papineau débute à la rue Notre-Dame. C’est donc une intersection en ’T’.

Puisque la rue Notre-Dame est une voie de circulation très achalandée, des caméras de surveillance sont installées sur les toits.

Il semble que celles-ci soient reliées à un centre de contrôle de la circulation puisqu’en période de pointe, le temps laissé aux automobilistes qui circulent sur la rue Notre-Dame pour franchir la rue Papineau varie de 75 à 88 secondes, selon la file d’attente.

Cette variation était indépendante du fait d’appuyer ou non le bouton pour piétons.

Donc, tout comme pour la rue Sherbrooke, le bouton pour piétons n’abrège pas leur temps d’attente pour traverser la rue.

Néanmoins, il est indispensable de le faire. Sinon, le piéton n’obtiendra jamais la permission de traverser cette rue.

Par défaut, à cet endroit, les automobilistes sur la rue Papineau ont environ 17 secondes pour tourner à gauche sur Notre-Dame puisque cette rue est à sens unique à cet endroit.

Les piétons, eux, verront cette main ouverte (ci-dessus) qui leur interdit de traverser. Il est important pour eux de respecter cet interdit, à défaut de quoi ils risquent d’être fauchés par les voitures qui tournent à gauche.

Toutefois, s’ils appuient sur le bouton pour piétons, environ 24 secondes leur seront offertes pour traverser la rue Notre-Dame. Puis le feu passera brièvement au rouge. Et enfin il repassera au vert — mais cette fois seulement pour les automobilistes — pendant environ 17 secondes (comme lorsque personne n’appuie sur le bouton pour piétons).

Par défaut, cette intersection appartient exclusivement aux automobilistes. Ceux-ci n’ont pas de démarche particulière à effectuer; il leur suffit d’attendre pour qu’on permette à ceux sur la rue Papineau puis sur la rue Notre-Dame de franchir alternativement l’intersection.

Les piétons, eux, doivent quémander la permission de traverser la rue Notre-Dame.

Et comme les boutons ne se trouvent pas à toutes les intersections de la ville, si un piéton n’a bas observé leur présence, il attendra inutilement jusqu’à ce qu’il soupçonne qu’il y a quelque part un bouton sur lequel il doit appuyer.

Conclusion

La circulation sur la voie publique repose sur des conventions. Le feu rouge qui signifie arrêtez et le vert vert qui veut dire allez-y sont des conventions. Ils ne peuvent pas avoir une signification différente selon l’intersection où ils se trouvent.

Il en est de même pour les boutons pour piétons. Des boutons inutiles ici et essentiels ailleurs reflètent l’incohérence des règles de la circulation à Montréal.

Tout cela doit être repensé. Comme en Grande-Bretagne.

Les boutons pour piétons ne devraient pas être utilisés pour obliger les piétons de quémander leur droit de traverser la rue.

Ils devraient servir exclusivement lorsqu’une personne a besoin qu’on prolonge le temps normal de traversée (par exemple, un handicapé ou un adulte accompagné d’un enfant). Là et seulement là, il devrait être nécessaire d’appuyer sur ce bouton.

Ou mieux, on devrait les remplacer par deux boutons clairement identifiés; l’un pour abréger l’attente du feu vert et l’autre pour prolonger le temps de traversée.

Placer les piétons au sommet de la hiérarchie des utilisateurs de la voie publique, cela exige un changement de mentalité. Cela signifie que les piétons doivent toujours avoir le temps suffisant pour traverser une intersection et qu’on doit éviter de les faire attendre pour rien.

Références :
Est-ce que les boutons pour piétons fonctionnent vraiment?
Pedestrians get priority as UK unveils changes to Highway Code

Détails techniques : Olympus OM-D e-m5 mark II, objectif M.Zuiko 25mm F/1,2
1re photo : 1/3200 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 25 mm
2e  photo : 1/6400 sec. — F/1,2 — ISO 200 — 26 mm

2 commentaires

| Urbanisme | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Peut-on sauver la planète sans rien sacrifier ?

26 octobre 2021

Il y a bien des années, la chanteuse britannique Petula Clark chantait son grand succès ‘Tout le monde veut aller au Ciel, mais personne ne veut mourir’.

C’est là le nœud de la crise environnementale.

On connait les coupables; ce sont les autres.

Le piéton blâme l’automobiliste quand ce dernier achète un lourd véhicule utilitaire.

Celui qui choisit de s’installer à la campagne pour y élever sa famille est blâmé pour les longs trajets en auto qu’il effectue pour aller et revenir du travail.

Les agriculteurs blâment les citoyens urbanisés pour leur entêtement à manger hors saison des fruits et des légumes produits à l’autre bout du monde.

Le vieillard blâme la manie des jeunes de renouveler trop fréquemment leur garde-robe et leur gamme de produits électroniques (téléphones, tablettes et ordinateurs).

En contrepartie, les jeunes blâment les retraités pour les voyages qu’ils effectuent à l’Étranger, notamment afin de séjourner dans leur résidence secondaire pendant de longs mois.

Et personne ne veut transformer son mode de vie.

Pour sauver la planète, c’est simple; il faudrait (idéalement) cesser de consommer. Sinon, consommer préférablement des produits biodégradables.

Il faudrait se nourrir d’aliments de base produits dans son potager ou, à défaut, chez le producteur le plus près.

Il faudrait acheter un nouveau vêtement seulement lorsque celui qu’on porte est usé à la corde. Et en choisir un fabriqué avec des fibres naturelles.

Il faut laisser sur le bord de la rue ou donner à des organismes de charité les objets encore fonctionnels qui peuvent être utiles à d’autres.

Les magasins d’objets d’occasion devraient être fréquentés par tout le monde. Et non seulement s’adresser aux nécessiteux.

Il faudrait effectuer ses achats localement. Oui, on pourrait acheter en ligne. Mais pour des objets produits à proximité, et vendus par une boutique d’ici plutôt que d’ailleurs.

Il faut accepter de payer un peu plus cher pour des biens de qualité. Par exemple, éviter l’achat de ce sofa pas cher dont le faux cuir se fendillera dans deux ans et qu’on devra alors jeter.

Il faudrait travailler près de son domicile. Si on obtient un emploi dans une ville éloignée, il faudrait y déménager. Et non réclamer la construction d’une route plus rapide pour s’y rendre plus vite.

Il faudrait éviter d’acheter la nouvelle version d’un logiciel si cette version ne fonctionne que sous un système d’exploitation incompatible avec son ordinateur actuel.

Il faudrait accepter comment Dieu (ou la Nature) nous a créé plutôt vouloir nous conformer, par des moyens cosmétiques ou chirurgicaux, aux canons de beauté qu’on veut nous imposer.

Il faudrait que l’urbanisme des villes d’Amérique du Nord ressemble à celui des villes anciennes d’Europe, avec leur multitude de commerces de proximité, plutôt que d’être obligé de prendre la voiture pour acheter un litre de lait.

Il faudrait limiter la croissance de la population mondiale. Paradoxalement, il faudrait augmenter la densité urbaine puisqu’un réseau de transport en commun efficace n’est rentable que lorsqu’on atteint une certaine densité de population.

Il faudrait que le raccord d’une nouvelle maison au réseau municipal d’égouts et d’eau potable soit à la charge de son propriétaire et non à la charge des autres citoyens. Et ce, afin de lutter contre l’étalement urbain.

Il faudrait éviter de faire la guerre sauf pour se défendre d’envahisseurs ou pour protéger un ordre mondial gravement menacé.

Bref, pour sauver la planète, il faudrait vivre différemment.

Et si nous vivions différemment, une bonne partie de l’économie mondiale s’effondrerait parce reposant sur une consommation effrénée destinée à combler des besoins artificiels.

Sommes-nous prêts à en payer le prix ?

Un commentaire

| Consommation, Environnement | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La candeur de Jean Chrétien face aux Autochtones

25 octobre 2021

Jean Chrétien fut premier ministre du Canada de 1993 à 2003 après avoir été responsable de nombreux ministères, dont celui des Affaires indiennes de 1968 à 1974.

Hier, à l’émission Tout le monde en parle, il a déclaré que même pendant les six ans et demi où il s’occupa de ce ministère, il n’avait jamais entendu parler des pensionnats autochtones.

C’est possible.

M. Chrétien a grandi alors que, du primaire au collégial inclusivement, l’enseignement était aux mains de communautés religieuses.

C’était à l’époque où on glorifiait le rôle des missionnaires auprès des ‘païens’.

J’ai un peu connu cette époque. À l’adolescence, la seule chose supplémentaire que j’ai apprise, c’est qu’en Abitibi-Témiscamingue, au cours d’une partie de chasse, les ‘Blancs’ qui violaient une femme Autochtone n’étaient jamais inquiétés par la justice.

On apprenait le viol quand les Autochtones prenaient des mesures de représailles contre les violeurs. Ce qui faisait alors l’objet d’une enquête policière.

M. Chrétien soutient donc qu’à titre de ministre de 1968 à 1974, il n’a jamais été informé du sort subi par les enfants Autochtones dans les pensionnats financés par son ministère jusqu’en 1996. Pourtant les premiers rapports officiels d’abus généralisés dans les pensionnats financés par Ottawa remontent à 1907.

Cette déclaration est une preuve supplémentaire que le fédéral est un gouvernement colonial au sein duquel les députés, les sénateurs et les ministres ne sont que l’interface entre une machine étatique et le peuple.

Et cette machine, ce sont des milliers de fonctionnaires et surtout un petit nombre de mandarins qui exercent le pouvoir dans l’ombre, animés de leur propre conception de l’intérêt de l’État.

Or, lorsqu’on veut contrôler ce que le ministre décide, on doit contrôler ce qu’il sait. Donc, de l’aveu même de M. Chrétien, on s’est bien gardé de l’informer correctement. Tout au plus, l’a-t-on avisé qu’il y avait des problèmes anecdotiques à certains endroits.

Dans un autre ordre d’idée, lorsque M. Chrétien rappelle que son épouse et lui ont adopté un Autochtone en bas âge, je ne doute pas un seul instant que ce couple ait aimé cet enfant comme le leur.

De toute évidence, M. Chrétien ne s’est jamais posé la question :
est-ce normal que des services sociaux confient de jeunes Autochtones à des ‘Blancs’ alors que les communautés autochtones, même dans la plus profonde pauvreté, sont parfaitement capables d’en prendre soin…

En d’autres mots, il ne lui est jamais venu à l’esprit que l’adoption par des ‘Blancs’ était un nouveau mécanisme d’assimilation culturelle et de ce fait, un substitut moderne aux pensionnats autochtones.

Références :
Jean Chrétien
L’adoption par des ‘Blancs’, le substitut aux pensionnats autochtones
La façade ministérielle de l’État canadien
L’histoire d’un crime national
Révélations de Robert Poëti: grand ménage au ministère des Transports
Sévices sexuels sous le nez de Chrétien à La Tuque
Un sous-ministre n’a pas à recevoir «d’ordres», selon Dominique Savoie

Paru depuis :
Sévices dans les pensionnats : « Pensez-vous que je n’aurais rien fait? » (2021-10-27)

Laissez un commentaire »

| Politique canadienne, Racisme, Sociologie | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


L’administration Plante : inclusion et diversité de façade

24 octobre 2021

Introduction

La cohésion sociale est impossible à obtenir quand un grand nombre de personnes sont victimes de discrimination. Voilà pourquoi l’inclusion sociale est une nécessité pour toute nation qui veut vivre en paix.

Quant à la diversité, on l’obtient tout naturellement en faisant une juste place à chaque personne talentueuse, peu importe son origine.

Derrière la façade

L’administration Plante se veut une administration moderne, ouverte à la diversité et à l’inclusion.

La diversité ethnique est évidente à la vue de la gamme des pigmentations de la peau des candidats du parti municipal de Mme Plante. Mais au-delà de l’épiderme, il n’y a pas grand-chose.

Par aveuglement partisan, lorsque l’avocate Wong, présidente du Conseil municipal, demande à un conseiller juif (de l’opposition) de ne pas se représenter afin de faire place à la diversité, on se demande quel sens devrait avoir le mot ‘diversité’.

Il en est de même de la diversité sociale.

Les itinérants

Officiellement pour leur bien, la ville a chassé les itinérants des terrains vagues qu’ils occupaient le long de la rue Notre-Dame.

En pleine pandémie, l’administration Plante a estimé qu’au lieu d’être au grand air, ce serait mieux qu’ils soient dans des refuges.

Une des plaintes reçues contre eux était formulée ainsi : ‘Je ne me suis pas acheté un condo d’un demi-million$ pour me retrouver à côté d’une bande de pouilleux’.

Donc on a transformé des hôtels en refuges afin de maintenir la valeur foncière de la propriété de certains plaignants.

C’est maintenant d’autres citoyens qui, à juste titre, se plaignent des seringues jetées ça et là et de la sollicitation des mendiants auprès de leurs enfants au retour de l’école. Ce qui n’était pas le cas lorsqu’ils habitaient à l’écart, sur des terrains vagues.

Les piétons

L’attitude répressive contre les itinérants s’est étendue, dans une moindre mesure, aux piétons.

Depuis quatre ans, l’administration Plante a multiplié les transformations sur la voie publique qui ont rendu la ville moins conviviale à l’égard des piétons.

Or il est futile de signaler au bureau de la mairesse des irritants à corriger; pour faire bouger l’administration Plante, il faut que cela soit rapporté par les médias conventionnels.

En comparaison, à la suite de mon seul courriel à l’ex-maire Michael Applebaum (qui ne fut maire que six mois), celui-ci m’a répondu avoir transféré mon message au responsable. Celui-ci m’a contacté et le problème a été corrigé.

Voilà ce qui s’appelle être à l’écoute du simple citoyen.

Les assistés sociaux

Après les itinérants et les piétons, l’administration sortante s’est désintéressée des assistés sociaux. Des six-mille logements sociaux promis à la dernière élection (ce qui était déjà peu), on n’en a complété que 18 % en quatre ans.

Quant au règlement municipal qui oblige les promoteurs à consacrer 20 % de leurs appartements à du logement social, il n’a été adopté qu’en avril dernier.

Il est donc trop tôt pour savoir si on peut compter sur des promoteurs privés pour construire du logement social ou si ce sera plus intéressant pour eux d’aller maximiser leurs profits ailleurs.

L’intégration des néoQuébécois

Pour se donner un vernis de diversité et d’inclusion, Mme Plante a soigné les apparences en généralisant dans toutes les sphères de l’administration municipale le bégaiement ‘inclusif’ (ex.: ‘étudié.e.s’).

Par sa richesse, le français n’est pas la langue la plus simple à maitriser. Tout ce qui la complique inutilement nuit à son apprentissage.

Or nuire à la lisibilité du français, c’est nuire à son apprentissage par les néoQuébécois. Ultimement, c’est nuire à leur insertion sociale et les motiver à apprendre plutôt l’anglais.

Conclusion

Selon la rubrique (peu flatteuse) que Wikipédia lui consacre, l’ex-maire Denis Coderre laisse très peu de réalisations concrètes.

Pourtant, de nos jours, on le retrouve au coude-à-coude dans les intentions de vote avec Valérie Plante dont l’administration a été beaucoup plus transformatrice.

Toutefois, l’équipe de Mme Plante, aussi diversifiée qu’elle soit du point de vue ethnique, manque de diversité sociale.

Ce sont de jeunes parvenus, beaux et souriants, qui veulent bien faire mais qui sont sourds aux problèmes que rencontrent les citoyens ordinaires (qu’ils ne fréquentent qu’en les croisant sur la rue).

Ce manque de diversité sociale fait en sorte que beaucoup de citoyens insatisfaits ont l’impression de ne pas être écoutés. Voilà pourquoi ils caressent l’espoir qu’un autre maire ferait mieux.

Peu importe les arguments que pourrait avancer l’administration Plante, il arrive que l’espoir soit plus fort que la raison…

Références :
Denis Coderre
Le banc de la discorde
La crise des piétons tués durera huit ans
L’écriture inclusive
Le logement social à Montréal : les promesses en l’air
Le manque de jugement de l’avocate Wong
Les itinérants-campeurs de la rue Notre-Dame
Une idéologie sectaire à Espace pour la vie

Un commentaire

| Politique municipale | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les iles de Boucherville – 2e partie

23 octobre 2021



 
Le chenal Petite-Rivière (qu’on ne doit pas confondre avec la Petite-Rivière proprement dite) traverse partiellement l’ile Sainte-Marguerite.

En franchissant son pont, on accède au sentier Petite-Rivière.

La Roue

Le long de ce sentier, on trouve La Roue. Celle-ci rappelle les roues à aubes qui propulsaient le Lady Sherbrooke, un bateau à vapeur échoué dans le canal Molson.

Signalons que ce canal est appelé ainsi en l’honneur de John Molson, fondateur de la bière du même son nom, qui possédait sa maison d’été sur l’ile Sainte-Marguerite et qui y est décédé en 1836.

Épave du Lady Sherbrooke

En opération de 1817 à 1826, le Lady Sherbrooke s’est échoué vers 1840.

Centre d’épuration de Longueuil

Sortir du Parc national des iles de Boucherville par l’ile Charron, c’est une manière de faire la transition entre la nature et l’espèce humaine dans la mesure où, sur l’ile Charron, même quand on ne voit pas l’usine d’épuration qui s’y trouve, sa présence se fait délicatement sentir…

Complément de lecture : Les iles de Boucherville – 1re partie

Détails techniques : Panasonic GX1 infrarouge à spectre complet, objectif Lumix 14-45mm + filtre Лomo ж3-2* + filtre B+W KB20 + filtre Omega 80A
1re photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 320 — 20 mm
2e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 200 — 14 mm
3e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 2000 — 23 mm
4e  photo : 1/60 sec. — F/8,0 — ISO 250 — 14 mm
5e  photo : 1/100 sec. — F/8,0 — ISO 500 — 40 mm

Laissez un commentaire »

| Photo infrarouge, Photos de Montréal, Photos de voyage, Photos du Canada | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : efficacité du confinement et de la vaccination

22 octobre 2021

Introduction

La Santé publique du Québec a dernièrement modifié sa manière de présenter ses statistiques.

S’il est devenu impossible, par exemple, de comparer le nombre de cas de Covid-19 à l’école primaire cette année par rapport à l’an dernier à la même date, d’autres comparaisons sont facilitées.

En particulier, il est beaucoup plus simple de comparer la situation épidémiologique au cours des quatre vagues qu’a connues le Québec jusqu’ici.

Successivement, ces vagues s’étendent :
• du 23 février au 11 juillet 2020 (1re vague),
• du 23 aout 2020 au 20 mars 2021 (2e vague),
• du 21 mars au 17 juillet 2021 (3e vague), et
• depuis le 18 juillet 2021 (4e vague).


Nombre de nouveaux cas hebdomadaires au cours des 1re, 2e et 4e vagues

Groupes d’âge 1re vague 2e vague 4e vague
de 0 à 9 ans 86 (1726) 700 (20984) 609 (8532)
de 10 à 19 ans 136 (2718) 1039 (31159) 514 (7189)
de 20 à 29 ans 366 (7329) 1246 (37390) 642 (8993)
de 30 à 39 ans 361 (7232) 1166 (34981) 526 (7368)
de 40 à 49 ans 425 (8491) 1197 (35906) 408 (5711)
de 50 à 59 ans 410 (8190) 1031 (30920) 260 (3646)
de 60 à 69 ans 252 (5030) 644 (19331) 147 (2053)
de 70 à 79 ans 218 (4358) 398 (11935) 85 (1188)
de 80 à 89 ans 331 (6613) 377 (11301) 43 (607)
90 ans et + 233 (4654) 207 (6201) 17 (237)

Puisque les 1re, 2e et 4e vagues ont duré respectivement 20, 30 et 14 semaines (jusqu’ici), le nombre de cas (entre parenthèses) a été divisé par le nombre de semaines dans chacune des vagues.

Efficacité du confinement

Essentiellement, la 1re vague s’est déroulée alors que le Québec était confiné.

Lorsqu’on compare cette vague à celle qui se déroule actuellement, on constate l’extraordinaire efficacité du confinement. Et ce, pour une raison très simple; on ne peut pas attraper une pandémie lorsqu’on n’y est pas exposé.

Donc même non vaccinées, les personnes jeunes ont été moins atteintes par la pandémie au cours du confinement qu’actuellement.

À partir des 40 à 49 ans, ce n’est plus vrai, pour des raisons que je n’ai pas trouvées. Je soupçonne que beaucoup de personnes dans la quarantaine et la cinquantaine faisaient partie des travailleurs essentiels qui n’ont pas vraiment été confinés.

Quant aux vieillards dans nos hospices, ils n’ont pas, strictement parlant, été confinés au cours de la 1re vague; on les a enfermés avec des préposés contagieux tout en leur interdisant de porter un masque (sauf une fois contaminés).

La mort de ces vieillards est une tache indélébile sur le dossier de ceux qui ont mené la lutte sanitaire au Québec.

Efficacité de la vaccination

La comparaison entre la 2e vague et la vague actuelle permet de constater l’efficacité de la vaccination.

En effet, ces deux vagues couvrent des années scolaires, à la différence que cette année, sur les 14 semaines de la 4e vague, six eurent lieu avant le début des classes.

Jusqu’ici, au cours de la vague actuelle, les cas diminuent dans tous les groupes d’âge qui comprennent des personnes vaccinées.

Au lieu de s’intéresser aux cas sans tenir compte de leur gravité, si on comparait les données au sujet des hospitalisations, des admissions aux soins intensifs et aux décès, le contraste serait encore plus grand entre la 2e vague et la 4e vague.

Référence : Données COVID-19 au Québec

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Laissez un commentaire »

| Covid-19 | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le logement social à Montréal : les promesses en l’air

21 octobre 2021

Actuellement, on estime que 23 000 familles montréalaises sont en attente d’un appartement dans un HLM (habitation à loyer modique). Or des appartements en HLM, il en existe seulement 20 000 selon La Presse, déjà tous occupés.

La crise du logement qui frappe la ville est le résultat de six décennies de sous-investissement dans le logement social. Le dernier projet d’envergure à ce sujet, ce sont les Habitations Jeanne-Mance, inaugurées en 1959.

Situé au nord-est de l’intersection du boulevard Saint-Laurent et de la rue Sainte-Catherine, ce complexe comprend 788 logements dispersés dans cinq tours de douze étages (occupées principalement par des personnes âgées), de même que quatorze multiplex en rangées de trois étages et neuf maisons de ville (occupés principalement par des familles avec enfants).

À Vienne, la ville a construit l’équivalent de deux Habitations Jeanne-Mance par année pendant quarante ans.

Au cours de la présente campagne à la mairie, Denis Coderre promet la construction de 50 000 logements au cours des quatre prochaines années, dont 10 000 logements sociaux.

À cette fin, M. Coderre mise, entre autres, sur la création d’un Fonds d’investissement d’impact de Montréal pour l’habitation sociale et communautaire doté de plus de 125 millions$ provenant de la Ville de Montréal et d’investisseurs institutionnels (comme les fonds de retraite).

Le talon d’Achille de cette promesse, c’est que si ce fonds n’est pas très rentable, aucun investisseur institutionnel n’y investira. Or on ne peut pas espérer faire beaucoup d’argent en louant des appartements à des pauvres.

Pour ne pas être en reste, la mairesse sortante renchérit; c’est 60 000 logements abordables — abordables pour qui ? — qu’elle fera construire au cours ‘des prochaines années’.

Qu’on en promette mille ou un million, il ne se fera pas de logements sociaux en nombre suffisant tant que le fédéral ne décidera pas de payer pour leur construction.

C’est à Ottawa que se trouve le seul gouvernement qui possède la marge de manœuvre budgétaire suffisante pour lancer un vaste chantier de construction de logements sociaux à travers le pays.

Les promesses des deux candidats à la mairie sont des promesses en l’air. En réalité, leurs promesses sont conditionnelles aux largesses du gouvernement fédéral, par l’intermédiaire du gouvernement québécois puisque légalement, les villes sont des créatures de l’État québécois.

À la dernière élection municipale, Mme Plante avait promis 6 000 logements sociaux et autant de logements abordables.

Des six-mille promis, seuls 1 082 logements sociaux sont construits et habités (soit 18 %). Le 82 % restant est à l’état de projet, en voie d’adoption, ou en chantier. Bref, c’est toujours pas fait, quatre ans plus tard.

Toujours il y a quatre ans, Mme Plante promettait de faire adopter un règlement municipal qui obligerait les promoteurs de complexes résidentiels à consacrer 20 % de leurs appartements à du logement social, 20 % à du logement abordable, et 20 % à du logement familial.

En avril 2021, le règlement promis il y a quatre ans est finalement adopté. À la veille du renouvèlement de son mandat, au lieu du 20-20-20, c’est devenu du 20-10-05. Et comme ce règlement n’a que sept mois, il n’a produit aucune réalisation concrète. Bref, du vent.

L’idée de compter sur des entrepreneurs privés pour construire des logements sociaux est une fausse bonne idée. En effet, une telle politique les incite à construire leurs immeubles résidentiels là où leur investissement sera plus rentable, c’est-à-dire hors de Montréal.

En réalité, toute construction résidentielle est de nature à soulager la crise du logement. Ceux qui y aménagent libèrent leur logement actuel. En retour, ce dernier devient disponible pour d’autres. Et par un jeu de chaises musicales, des logements moins luxueux deviennent disponibles pour des gens dont le revenu est moindre.

De son côté, Denis Coderre promet de supprimer ces exigences qui constituent selon lui une entrave à la construction domiciliaire.

Ce qui est logique; vaut mieux un tiens cher que deux tu l’auras gratuits. Mais cela ne règlera pas la pénurie de logements abordables à Montréal dans un avenir prévisible.

Tout au plus, en augmentant l’offre de logements (peu importe leur prix), on diminue le déséquilibre entre l’offre et la demande et les pressions inflationnistes sur le prix des loyers.

J’imagine que si la loi exigeait la destitution de toute administration municipale qui n’a pas réalisé le quart de chacune de ses promesses dès la première année de son mandat, Mme Plante et M. Coderre y penseraient deux fois avant de promettre n’importe quoi pour se faire élire.

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Selon les données de 2019, environ 156 000 logements ne respectent pas les règles de salubrité de la ville. Il est probable que les pires d’entre eux sont inhabités.

Au lieu d’attendre que les logements négligés par leurs propriétaires deviennent des taudis, la ville devrait saisir (sans compensation financière) les logements les plus insalubres, y effectuer des rénovations éclair afin de les mettre à niveau, et les offrir en tant que HLM.

En étatisant sans compensation financière, la ville soulage des propriétaires de logements déficitaires. Or aucun propriétaire n’intentera des procédures couteuses pour conserver la propriété d’un bien qui ne vaut rien. Il peut menacer, mais il ne le fera pas.

Donc la ville ne devrait pas hésiter.

Une telle mesure devrait suffire à loger toutes les familles montréalaises en attente d’un appartement en HLM.

Références :
Crise du logement: «La politique de l’autruche doit cesser», selon le FRAPRU
Le logement social à Vienne
Les murales peintes des Habitations Jeanne-Mance
Logement social : les leçons de Vienne

Paru depuis :
Logement social : 1 milliard de fonds dans le flou (2021-11-01)

Laissez un commentaire »

| Politique municipale, Urbanisme | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Vaccination obligatoire : la redécouverte des droits collectifs

21 octobre 2021


 
Le plus fondamental de tous les droits fondamentaux est le droit à la vie. Et dans l’échelle des droits, le droit à l’intégrité physique est probablement celui qui devrait figurer au deuxième rang.

Ce qui signifie le droit de refuser qu’on vous injecte quoi que ce soit sans votre accord.

Ceux qui s’opposent à la vaccination obligatoire au nom de ce droit ont raison.

Dans un autre ordre d’idée, lorsqu’un pays déclare la guerre et proclame la conscription obligatoire, le citoyen appelé sous les drapeaux ne peut pas invoquer son droit à la vie pour refuser de servir de chair à canon.

Et s’il déserte l’armée, il risque le peloton d’exécution.

C’est donc à dire que même un droit fondamental comme celui à la vie n’est pas absolu.

Si le pays est attaqué, il a besoin de tous ses citoyens aptes au service militaire pour protéger ceux qui ne peuvent se défendre.

Dans ce cas, le droit collectif à la vie a préséance sur le droit individuel.

Il en est ainsi en temps de guerre sanitaire.

Les travailleurs de la Santé et ceux qui exercent en milieu scolaire sont en contact avec des personnes vulnérables. Dans le premier cas, ce sont les malades. Et dans le second, ce sont les enfants non vaccinés.

Ces travailleurs sont comme ces soldats. Mais au lieu que l’État les oblige de se confronter aux dangers de la guerre, il les oblige de recevoir un vaccin inoffensif dans 99,999 % des cas.

Alors que se multiplient les obligations vaccinales à travers le monde, nous sommes en train de découvrir qu’il y a un temps pour défendre le respect des droits individuels. Et il y a un temps pour défendre le respect des droits collectifs.

C’est la menace d’un ennemi commun qui marque le basculement d’une époque à l’autre.

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Sociologie | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :