Sous-marins : les mauvais calculs de Canberra

Le 23 septembre 2021

Introduction

Du point de vue économique, une des différences fondamentales entre le Canada et l’Australie, c’est que la grande majorité des exportations canadiennes se font par voie terrestre alors que la presque totalité des exportations australiennes se font par voie maritime.

Si on exclut les conflits frontaliers entre la Chine et le Japon en mer de Chine orientale, et les rivalités conflictuelles d’une multitude de pays entre eux en mer de Chine méridionale, la Chine et l’Australie partagent le même intérêt à assurer la sécurité de la navigation dans l’océan Pacifique, lui qui couvre le tiers de la surface de la planète.

Rôle des sous-marins australiens en temps de paix

La Première Guerre mondiale a été déclenchée par un simple assassinat politique à Sarajevo. Mais un siècle plus tard, les États-Unis ne déclencheront pas une Troisième Guerre mondiale à la suite d’une fanfaronnade australienne qui a mal tourné.

C’est donc à dire que toute provocation australienne en mer de Chine orientale ou en mer de Chine méridionale devra être autorisée secrètement par Washington dans le cadre d’une concertation militaire interalliée.

Concrètement, cela signifie que la marine militaire australienne sera vassale de celle des États-Unis si elle ne l’est pas déjà; en somme, les ordres viendront de Washington et non de Canberra.

Bref, en achetant douze sous-marins, l’Australie prend à sa charge une dépense qui évite aux États-Unis de le faire.

Rôle des sous-marins en temps de guerre

Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, les sous-marins allemands ont infligé des pertes considérables aux convois maritimes qui assuraient l’approvisionnement des pays alliés en biens et en matériel militaire.

De plus, de nombreux navires de guerre alliés ont été torpillés par des sous-marins allemands.

Mais on ne fait plus la guerre comme autrefois. Ce qui change la donne, ce sont les missiles de croisière.

À l’heure actuelle, les missiles de croisière qui atteignent une portée de 2 600 km sont ceux qui sont lancés à partir de bombardiers (qualifiés d’air-sol) et ceux lancés de navires ou de sous-marins (qualifiés de mer-sol).


 
Selon Israël, les missiles Sahab-3 iraniens (sol-sol) auraient une portée de 2 000 km.

Même si, comme les prétendues armes de destruction massive de Saddam Hussein, il y avait là matière à exagération, il est certain que la technologie militaire évoluera d’ici le moment où l’Australie prendra livraison de ses nouveaux sous-marins, soit dans une décennie.

La portée des missiles sol-sol offrira bientôt un rapport cout-avantage beaucoup plus intéressant que les sous-marins. Voilà pourquoi, en cas de conflit armé, la Chine n’aura plus besoin de navires de guerre pour menacer les convois maritimes australiens dans le Pacifique.

Pour l’Australie, le seul intérêt sera alors d’équiper ses sous-marins d’ogives nucléaires afin de frapper ses ennemis de plus près, donc avec plus de précision.

Toutefois, cela lui est interdit par le Traité de non-prolifération des armes nucléaires.

Cela n’est permis qu’aux membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Auxquels s’ajoutent trois pays qui ont refusé de signer ce traité; le Pakistan, l’Inde et Israël.

Références :
Conflit en mer de Chine méridionale
Missile de croisière

Complément de lecture : L’affaire des sous-marins australiens

Avez-vous aimé ce texte ?

Prière de choisir un nombre d’étoiles.

Moyenne : 0 / 5. Nombre de votes : 0

Soyez la première personne à voter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :
>