Histoire d’un fiasco – 3e partie : la lutte québécoise contre le Covid-19 en avril 2020

30 avril 2021

Dans tous les pays occidentaux, les premiers cas de Covid-19 apparurent dans la deuxième moitié de février 2020. Officiellement, le premier cas québécois fut déclaré le 27 février 2020.

Le mois suivant fut celui des premières pertes de vie. Ce fut aussi celui de la commercialisation des premiers tests de dépistage.

Au 1er avril, le Québec comptait déjà trente-et-un décès causés par la pandémie. Cinq jours plus tard, il y en avait trois fois plus. Encore cinq jours de plus et le nombre triplait encore.

Si bien qu’entre le 1er avril et le 1er mai, le nombre cumulatif de morts était passé de 31 à 2 022 au Québec, soit une hausse de 6 522 % en un mois.

Le sommet de la première vague fut atteint au Québec au cours de la semaine du 26 avril.

Pendant ce temps, la Nouvelle-Zélande profitait de son confinement pour se lancer dans une recherche à grande échelle des foyers résiduels d’infection. Ce qui lui permit, en avril, d’éradiquer (ou presque) le Covid-19 de son territoire.

Mais ce ne fut pas le cas au Québec.

Les études ont démontré qu’au cours de la première vague, la population québécoise était celle qui, en Amérique du Nord, avait le mieux respecté les consignes sanitaires.

L’ampleur meurtrière de cette première vague est à la fois d’origine structurelle (résultant d’un sous-financement chronique de notre système de Santé) et causée par les choix des autorités sanitaires du Québec.

Voyons comment.

En raison de l’omerta instaurée par la réforme Barrette dans les établissements de Santé du Québec, l’hécatombe — qui frappait à plus de 80 % les pensionnaires de nos hospices — fut rendue publique lorsqu’il était déjà trop tard.

Les causes de cette hécatombe sont à la fois multiples et causées par le refus des responsables de la lutte sanitaire au Québec d’appliquer le principe de précaution :
• la négligence de se procurer de l’équipement de protection lorsque cela fut possible,
• l’interdiction de porter un masque pour certaines catégories d’employés,
• l’obstination à croire que seules les personnes symptomatiques sont contagieuses,
• l’obligation pour le personnel de travailler quand même dans l’attente des résultats d’un test de dépistage à la suite de l’apparition des premiers symptômes,
• les délais excessifs à obtenir les résultats d’un test,
• la difficulté d’effectuer une recherche de contacts lorsque ces délais s’allongent,
• le va et viens entre les zones très contaminées et celles qui ne l’étaient pas dans les établissements de Santé,
• le recours à des agences privés qui ont propagé la pandémie d’un établissement de Santé à l’autre.

Dès la mi-avril, la Santé publique avait perdu le contrôle, de même que l’espoir de maitriser la situation.

Voilà pourquoi les responsables de la lutte sanitaire annonçaient leur intention de laisser se développer l’immunité ‘naturelle’ au sein de la population québécoise.

En clair, cela signifie laisser les gens l’attraper. On a même poussé le zèle jusqu’à déconseiller l’adoption de mesures permettant réellement à la population de se protéger, notamment par le port du masque.

Aux yeux des autorités sanitaires, favoriser la contagion était devenu un mal nécessaire permettant de hâter le retour à la vie normale.

On s’y était résigné après un premier mois de confinement qui s’est avéré déprimant.

En effet, depuis le 13 mars, la population québécoise vivait confinée. En principe, rien n’est plus efficace qu’un confinement pour maitriser une pandémie.

Pourtant, de la semaine du 15 mars à la semaine du 12 avril, le nombre de personnes ayant attrapé le Covid-19 explosait de 558 à 19 528. Et le nombre de morts de 5 à 1 275. En quatre semaines…

Pressés d’expliquer cela, les autorités pouvait dire que la situation serait bien pire sans le confinement. Ce qui est évident.

Mais tout aussi évidente était l’insuffisance des mesures employées.

Convaincus que se battre contre cette pandémie, c’était comme vouloir arrêter le vent, les autorités sanitaires sont arrivés à la conclusion qu’il ‘faillait faire avec’.

Quand les gens qui sont payés pour nous protéger y renoncent, on a un sérieux problème.

Relayé par les experts médicaux qui œuvraient dans les médias, ‘laisser se développer l’immunité naturelle’ est aussitôt devenu une doctrine sanitaire alors qu’il s’agissait plutôt d’une capitulation.

(À suivre)

Références :
À la grâce de Dieu
Covid-19 : évaluation actuelle de l’importance des porteurs asymptomatiques
Covid-19 : Évolution en cinq jours
Covid-19 : la cigale québécoise
Covid-19 : l’art d’éviter 250 000 morts au Canada
Le cauchemar, revisité
Covid-19 : Les pays les plus touchés au 1er avril
Données COVID-19 au Québec
Legault mise sur l’«immunité naturelle» des Québécois

Pour consulter tous les textes de la série sur l’histoire de la lutte québécoise contre le Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Histoire d’un fiasco, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : l’Inde et la démocratie

29 avril 2021

Ce sont les voyageurs internationaux qui ont répandu le Covid-19 en début de pandémie.

Et parce que l’immense majorité des gens qui vivent dans des pays pauvres n’ont pas les moyens de voyager à l’Étranger, ces pays avaient dès le départ beaucoup moins de foyers d’infection.

Aussi récemment que le premier de ce mois-ci, l’Inde comptait officiellement quinze fois moins de morts par million d’habitants que les États-Unis.

Les analystes se succédaient à la télé pour expliquer le ‘miracle indien’.

Essentiellement, il tenait à trois choses, disait-on.

Premièrement, ce pays possède une population plus jeune. Donc moins susceptible d’en mourir; l’âge médian y est de 28 ans.

Deuxièmement, ne pouvant s’offrir le luxe de la climatisation, des millions de personnes vivent dans des habitations bien aérées, où portes et fenêtres sont grandes ouvertes le jour. Ce qui empêche l’accumulation de particules virales en suspension dans l’air. D’autres travaillent aux champs ou dans des marchés publics.

Et dernièrement, l’Inde fait partie des pays où, très souvent, les habitations sont multigénérationnelles. Ce qui diminue les risques associés à la concentration de retraités dans un même lieu.

Mais voilà qu’un mois plus tard, on assiste à une augmentation fulgurante du nombre des décès.

Si bien que le ‘miracle indien’ fait place à un bien triste spectacle; des hôpitaux submergés, ces gens qui meurent à l’extérieur en attendant leur tour, des patients admis mais incapables de recevoir les soins appropriés, etc.

Qu’est-ce qui explique ce renversement de situation ?

Des élections municipales ont eu lieu tout le mois d’avril, attirant des foules impressionnantes formées de partisans enthousiastes.

De plus, les célébrations de la fête des couleurs (ou Holi), les 28 et 29 mars derniers, ont provoqué une exubérance qui n’était pas propice au respect des mesures sanitaires.


 
Même si le nombre de morts par million d’habitants est encore bien moindre qu’en Occident, ce ne sera plus le cas bientôt en raison de l’augmentation exponentielle du nombre des décès.

Il est difficile de ne pas faire de comparaison entre les deux pays les plus peuplés du monde; l’Inde et la Chine.

Je suis de ceux qui croient que le communisme, lorsqu’il entretient la solidarité, est plus apte à protéger la population de certains pays contre de grands périls.

Surtout quand on se rappelle que jusqu’à tout récemment, la plus puissante démocratie au mode était dirigée par une personne inapte à la fonction de chef d’État.

Référence :
‘We are not special’: how triumphalism led India to Covid-19 disaster

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Un commentaire

| Covid-19, Politique internationale, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Denis Coderre a-t-il du cœur ?

28 avril 2021

Comme dans bien d’autres villes, on trouve à Montréal des vagabonds qui squattent des habitations abandonnées ou qui dorment sous les ponts, sur des bouches d’aération qui évacuent l’air chaud du métro, le long des trottoirs du centre-ville, et çà et là sur des terrains vagues.

Depuis 2010, l’été venu, certains itinérants campent sur des terrains inoccupés le long de la rue Notre-Dame.

En ce début de printemps, leur nombre est encore restreint. Il devrait augmenter avec la saison chaude en raison de la crise du logement et de la difficulté de recueillir des aumônes dans un centre-ville déserté, en raison de la pandémie, par ceux qui normalement y travaillent.

L’ex-maire Denis Coderre a décidé de faire un retour sur la scène municipale dans l’espoir de remplacer celle qui lui a succédé, soit Valérie Plante.

Mais c’est mal parti.

Plus tôt cette semaine, l’ex-maire a annoncé son intention d’interdire le campement de la rue Notre-Dame. Sa solution ? Acheter des maisons de chambres (ou les louer à long terme) afin d’y loger les campeurs de la rue Notre-Dame.

Cette relocalisation serait associée à des mesures d’accompagnement destinées à les aider ‘à s’en sortir’.

Mais est-ce bien ce que ces gens veulent ?

Il existe déjà des refuges pour sans-abris. L’hiver, ceux-ci s’y réfugient afin d’être épargnés des rigueurs du climat.

L’été, une minuscule proportion des six-mille itinérants de Montréal — ceux qui ont les moyens d’avoir une tente — campent le long de la rue Notre-Dame. C’est la manière de vivre qu’ils ont choisie.


 
Ceux-ci se débrouillent par leurs propres moyens, sans dépendre des contribuables si ce n’est de l’occupation d’un terrain public.


 
Un bon samaritain (Guylain Levasseur) s’occupe de recueillir pour eux des dons et des aliments fournis par des épiceries du quartier.

Au grand air, leur risque d’attraper le Covid-19 est presque inexistant, contrairement à celui auquel ils seraient exposés dans les ghettos dans lesquels M. Coderre veut les contraindre.

La solution de M. Coderre consiste donc à imposer sa conception bourgeoise de la vie en société. Une conception où la pauvreté des autres doit être cachée parce que jugée offensante aux yeux d’une élite bienpensante.

Références :
Campements de fortune : Denis Coderre accuse Valérie Plante d’« inaction »
Coderre prône l’implantation de maisons de chambres
Les itinérants-campeurs de la rue Notre-Dame

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

2 commentaires

| Politique municipale, Sociologie, Urbanisme | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : la vaccination des enseignants

27 avril 2021

Introduction

À l’Assemblée nationale, il y a deux types de questions qui se distinguent par leur longueur.

Les questions principales peuvent durer jusqu’à 90 secondes. Chacune d’elles peut être suivie d’un maximum de deux questions complémentaires portant sur le même sujet : leur durée est limitée à 45 secondes.

L’extrait ci-dessous, survenu le 20 avril dernier, est à la fois instructif et caractéristique du dialogue de sourds qu’on peut souvent observer entre les parlementaires.

Cliquez sur l’image pour démarrer

La question principale

À sa question principale, le porte-parole de Québec Solidaire en matière de Santé expose les difficultés rencontrées par les enseignants à se faire vacciner.

Comme tous les travailleurs à plein temps, ils peinent à trouver un rendez-vous. D’où l’idée de sa formation politique d’offrir une pause-vaccin à tous les travailleurs (dont les professeurs) afin de leur permettre de se faire vacciner durant leurs heures de travail.

À juste titre, le ministre de la Santé lui répond que des pauses-vaccin ne règleraient pas le problème des professeurs puisque la pénurie d’enseignants est telle qu’ils seraient incapables de trouver un remplaçant.

Voilà pourquoi il est heureux d’annoncer que bientôt plus de plages horaires seront offertes le soir et les fins de semaine, permettant ainsi aux enseignants de trouver le temps de se faire vacciner.

La première question complémentaire

Le député profite alors du temps alloué pour sa première question complémentaire pour reprocher au gouvernement de prétexter une pénurie qu’il n’a pas su corriger pour ne pas vacciner les enseignants le plus tôt possible.

Visé par le reproche du député, le ministre de l’Éducation lui répond qu’une pénurie comme celle qui frappe depuis des années le milieu de l’éducation du Québec, cela ne se corrige pas du jour au lendemain.

La deuxième question complémentaire

C’est alors que le député de Québec Solidaire sort de sa manche un argument-choc; pourquoi le gouvernement accepte que des grandes entreprises privées vaccinent leurs employés au travail alors qu’il est incapable, en tant qu’employeur, d’offrir le même service à ses propres employés, notamment ses enseignants ?

Pris de court, le ministre de la Santé lui offre une réponse technocratique; le Comité d’immunisation du Québec (CIQ) a fixé des priorités. Les professeurs sont dans la catégorie 9. On les vaccinera lorsqu’on sera rendu là.

Commentaire

Si le ministre avait eu plus de temps pour y penser, il aurait pu répondre que si on envoyait des infirmières faire le tour des écoles, chaque infirmière pourrait vacciner tous les enseignants et le personnel de soutien en quelques heures.

Toutefois, sa productivité serait moindre puisqu’une partie de son temps serait occupée à se déplacer d’une école à l’autre. Alors que lorsqu’elle travaille dans un centre de vaccination, elle vaccine à répétition du matin au soir.

En d’autres mots, la suggestion de Québec Solidaire, excellent au premier coup d’œil, correspondrait à un ralentissement de la vaccination pour l’ensemble de la population.

Mais si le ministre avait répondu cela, on pourrait lui faire remarquer que si son ministère avait fait adopter un règlement de délégation d’actes qui autorise de simples préposés — formés rapidement mais adéquatement — à procéder à la vaccination, on n’aurait pas ce dilemme entre décider d’avoir une infirmière au centre de vaccination ou décider de l’avoir sur les lieux de travail.

On pourrait même déployer des équipes de vaccination sur l’ensemble du territoire plutôt que de les réserver aux grands centres urbains.

Je sais que le gouvernement déteste les ‘on-aurait-donc-dû’. Sauf qu’il s’agit ici d’une suggestion émise sur ce blogue voilà des mois, qui lui a été transmise, dont il a accusé réception, et qu’il a choisi d’ignorer.

Références :
Covid-19 : un plan d’éradication du virus
Covid-19 : une rentrée scolaire idéale

Complément de lecture :
Hommage aux professeurs d’école primaire

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Covid-19 : où en est la vaccination au 24 avril 2021 ?

25 avril 2021

En ordre décroissant, voici les pays dont la population est la mieux protégée par la vaccination. Sous le Canada sont représentés quelques pays partiellement ou totalement francophones.

Puisque les vaccins présentement homologués sont principalement des vaccins à deux doses, on ne devrait pas s’étonner que nombre de vaccins administrés par tranche de cent personnes dépasse parfois le chiffre de cent.

Ce tableau est complété par le nombre cumulatif de morts par million d’habitants.

Ont été exclus de cette liste, les pays de moins d’un million d’habitants.


Tableau comparatif des populations les plus vaccinées

Pays Vaccins pour cent Morts par million
Israël 119,9 690
Émirats arabes unis 103,1 157
Chili 73,8 1 337
Bahreïn 66,4 354
États-Unis 67,5 1 762
Royaume-Uni 67,1 1 869
Hongrie 53,1 2 762
Qatar 48,4 149
Serbie 47,5 711
Uruguay 46,1 655
Singapour 37,8 5
Islande 33,2 85
Lithuanie 32,2 1 430
Canada 31,3 629
     
Belgique 29,4 2 063
France 28,2 1 571
Suisse 26,3 1 217
Maroc 24,2 241
Liban 5,5 1 047
Algérie 0,2 72


Références :
Cumulative COVID-19 vaccinations per 100 people
Covid-19 Coronavirus Pandemic

Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le Parti libéral du Québec et la laïcité

25 avril 2021

Introduction

Adoptée l’an dernier, la Loi sur la laïcité de l’État (ou loi 21) interdit le port de signes religieux par les fonctionnaires en position d’autorité et les enseignants du secteur public.

Dans une entrevue accordée il y a quelques jours, la cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) a rappelé que dans l’éventualité où sa formation était portée au pouvoir, elle refuserait de renouveler la protection accordée à la cette loi par l’invocation de la clause dérogatoire.

L’importance de la clause dérogatoire

La Canadian Constitution a été adoptée par le fédéral et les provinces anglophones à l’issue d’une séance ultime de négociation à laquelle le Québec ne fut pas invité.

Les idéologues qui l’ont rédigée voulaient consacrer la suprématie absolue des droits individuels afin de bloquer les dispositions les plus importantes de la Loi 101.

En effet, la Loi 101 proclamait la préséance de certains droits collectifs — ceux nécessaires à la pérennité de la langue française au Québec — sur certains droits individuels, notamment sur celui de s’assimiler au groupe linguistique de son choix, clé de voute de l’anglicisation du Québec.

C’est l’adoption de la Loi 101 par le Québec qui a créé l’urgence pour le Canada de se doter d’une nouvelle constitution.

Celle-ci était également une occasion de protéger le pays de dangers qui n’existaient pas lors de l’adoption de la constitution de 1867, nommément l’influence laïque européenne.

Voilà pourquoi cette nouvelle constitution consacre le multiculturalisme anglo-saxon comme valeur fondamentale du pays. Ce faisant, elle hisse au rang de droit constitutionnel le droit de porter des parures à caractère religieux, c’est-à-dire des breloques et des bouts de chiffon.

Ces ‘caprices constitutionnels’ sont ici des droits au même titre que le droit à la vie, le droit à la santé, etc.

Au contraire, la loi 21 interdit le port de ces parures aux représentants de l’État en position d’autorité. Et ce, uniquement dans l’exercice de leurs fonctions.

Logiquement, l’État québécois est laïque et veut donc que ses représentants reflètent la neutralité religieuse de l’État. Pour l’ethnie dominante du pays, cela est inacceptable.

Les interdits de la loi 21 sont ceux qu’on trouve déjà dans des lois analogues adoptées par de nombreuses démocraties européennes. Des interdits déjà validés par leurs plus hautes instances juridiques.

Cette conformité de la loi 21 aux normes internationales quant aux droits de la personne ne change pas le fait qu’elle est contraire aux dispositions de la Canadian Constitution.

Heureusement, cette dernière prévoit une mesure d’exception; c’est la clause dérogatoire. Celle-ci permet à une assemblée législative de protéger une loi jugée dans l’intérêt public, mais qui, autrement, irait à l’encontre d’une disposition constitutionnelle.

En somme, invoquer la clause dérogatoire rend toute loi conforme au droit canadien. Cette protection n’est valable que pour cinq ans.

Un effet de la prise du pouvoir par le PLQ

Élu, le PLQ s’abstiendrait de renouveler cette protection, laissant les tribunaux invalider la loi 21 à l’échéance des cinq ans prévus.

Cette prise de position n’est pas nouvelle; à l’époque où elle était candidate à la chefferie du PLQ, Mme Anglade avait déjà annoncé ses couleurs.

En s’y opposant, le PLQ veut la soumission du Québec à la camisole de force constitutionnelle que lui a imposée l’ethnie dominante du pays en 1982.

À l’exclusion de quelques chefs plus nationalistes, le Parti libéral du Québec a toujours été le cheval de Troie de l’impérialisme culturel canadian. Sa décision de laisser les tribunaux invalider la laïcité québécoise n’est donc pas une surprise.

Références :
Anglade prête à défendre le français à tout prix… mais pas la loi sur la laïcité
Course libérale : Dominique Anglade ôterait la disposition de dérogation de la loi 21
Laïcité et droits constitutionnels
Laïcité : juges contre démocratie
Le multiculturalisme ou le tribalisme des sociétés anglo-saxonnes

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| 2018-202X (années Legault), Politique québécoise | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le citron

24 avril 2021

Le Dr Horacio Arruda porte deux chapeaux.

En tant que directeur de la Santé publique du Québec, son rôle en temps de pandémie est de nous protéger contre la contagion. En tant que sous-ministre, il est le gestionnaire en chef du réseau de la Santé.

Depuis des décennies, partout en Occident, ces gestionnaires sont animés par une conception néolibérale qui consiste à toujours chercher à faire plus avec moins. Pour ces gens, on ne dépense pas l’argent des contribuables pour rien.

Mais il y a un temps pour tout, y compris pour la gestion fiscalement responsable de l’État.

Plutôt que d’appliquer le principe de précaution — comme le ferait tout bon directeur de la Santé publique — il a agi comme tout bon sous-ministre, préférant attendre de voir si cette pandémie était aussi mortelle qu’on le disait avant d’engager des millions$ à l’achat d’équipement de protection.

Ignorer les indices selon lesquels cette pandémie s’attrape par des gouttelettes respiratoires, mettre en doute les premières preuves à ce sujet, exiger toujours plus d’études avant de mettre en œuvre des mesures ambitieuses destinées à protéger la population, c’est l’attitude d’un sous-ministre soucieux de ne pas engager des dépenses qui pourraient ultérieurement s’avérer être inutiles.

Ce n’est pas l’attitude d’un directeur de Santé publique soucieux du principe de précaution.

Et le résultat, c’est que la lutte québécoise contre cette pandémie a été un fiasco, haussant en octobre dernier le Québec au troisième rang mondial quant au nombre de morts par million d’habitants (mpm), soit 734 mpm au Québec (versus 135 mpm pour le reste du Canada).

C’était une grave erreur de confier cette lutte sanitaire à quelqu’un qui, dès le départ, a renoncé à la mener, convaincu qu’il faut laisser se développer l’immunité ‘naturelle’, c’est-à-dire laisser les gens l’attraper… tant que cela ne menace pas de saturation le système hospitalier.

Références :
Covid-19 : évolution en six mois
Histoire d’un fiasco

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Covid-19, Santé | Mots-clés : , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Les 8 diaporamas d’Helsinki

23 avril 2021
Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Pour la personne qui songe à visiter Helsinki ou pour celle qui désire se remémorer des souvenirs de cette ville, les huit diaporamas disponibles sur ce blogue représentent plus de mille photos en haute-définition au sujet de la capitale finlandaise.

Ces textes présentent les principaux attraits de chacune des parties la ville.

Offerts gratuitement, ils constituent les chapitres d’un guide de voyage électronique dont il ne manque qu’une revue systématique des lieux d’hébergement et des meilleurs restaurants.

Diaporamas Durée Photos Vidéos
De Montréal à Helsinki 2:39 48 4
Au nord-est de la gare Centrale 8:08 228 3
Au sud-est de la gare Centrale 9:50 271 4
L’Ateneum 2:37 74 0
Au sud-ouest de la gare Centrale 7:40 211 3
Au nord-ouest de la gare Centrale 7:24 212 1
Tamminiemi et l’ile de Seurasaari 3:42 104 0
Les moyens de transport 2:03 56 0
Total 44:03 1 148 15


Pour lire les récits quotidiens du voyage à Helsinki, veuillez cliquer sur ceci.

Pour consulter la liste des diaporamas de toutes les villes visitées, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Diaporama | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Au nord-ouest de la gare Centrale d’Helsinki

23 avril 2021
Cliquez sur l’image pour démarrer

La Finlande n’ayant pas le climat pour la culture du raisin, l’État y décourage la consommation du vin (nécessairement importé).

Les seuls vins qu’on peut trouver à l’épicerie sont quelques piquettes dont la teneur en alcool est de l’ordre de 5 %. Lourdement taxés, les vins dignes de ce nom ne s’achètent qu’aux boutiques Alko, propriétés de l’État.

À 0:15, on notera que tous les noms de rue à Helsinki sont indiqués en finlandais et en suédois.

À 0:23, il s’agit d’une sculpture créée en 2006 par Eila Hiltunen. Intitulée Menneet ritarit (‘Héroïnes disparues’), elle commémore le centième anniversaire du droit de vote accordé aux femmes en 1906 et l’élection de 19 d’entre elles au parlement finlandais l’année suivante.

À 0:25, nous voyons Oma maa mansikka (‘Là où poussent les fraises’), une sculpture imposante de Jukka Lehtinen (2007).

De 0:27 à 1:47, nous faisons la visite du remarquable musée d’Histoire naturelle d’Helsinki.

Cette visite débute à 0:28 par le buste de Carl von Linné (1707-1778). Ce naturaliste suédois a classé systématiquement toutes les espèces vivantes connues à son époque.

Le musée utilise une vaste gamme de moyens pour présenter la nature; jeux pour enfants, squelettes, petits animaux baignant dans leur bocal, et vitrines saisissantes d’animaux empaillés.

Avec celui de Toronto et de Glasgow, c’est un des musées les plus intéressants du genre que j’ai eu l’occasion de visiter.

Le musée d’Art contemporain d’Helsinki s’appelle le Kiasma (de 1:59 à 2:41).

Construit de 1996 à 1998 sur les plans de l’architecte américain Steven Holl, le Kiasma comprend cinq niveaux d’exposition.

On y présente des expositions temporaires d’artistes invités ou réalisées à partir de sa collection permanente.

Au sortir du Kiasma, on rencontre la statue (à 2:43) du baron Carl-Gustaf-Emil Mannerheim, maréchal de Finlande et président de la République de 1944 à 1946.

À 2:47, nous voyons l’édifice du parlement finlandais. Conçu par l’architecte finlandais Johan-Sigfrid Sirén et inauguré en 1931, l’édifice est dans le style néoclassique, rehaussé d’une touche décorative finlandaise.

À sa gauche (à 2:47) se trouve la statue de Pehr-Evind Svinhufvud, premier président de la République finlandaise depuis son indépendance.

De 2:57 à 3:05, nous voici à l’église Temppeliaukion.

Dessinée par les architectes Timo et Tuomo Suomalainen en 1969, elle fut creusée dans le roc à partir d’une colline rocheuse.

Elle symbolise l’idéal typiquement finlandais de spiritualité en communion avec la nature.

Elle est recouverte d’un dôme de 24 mètres de diamètre soutenu par des planches de métal orientées pour laisser entrer la lumière.

De 3:21 à 3:31, il s’agit de la plage de Hietaniemi (qui jouxte le cimetière homonyme).

Sauf son extrémité sud (où on trouve quelques cailloux), cette plage est en sable fin.

Dans l’édifice circulaire à 3:21, on trouve des douches et des salles pour se changer. Au cout d’un euro, on peut louer un des nombreux casiers disponibles.

Si l’eau de la plage est plus propre que celle de l’ile de Seurasaari, elle est parfois colonisée par des algues bleues. Voilà pourquoi la douche est recommandée après la baignade.

Qui est Kyösti Kallio (à 3:35) ? Il fut premier ministre à quatre occasions de 1922 à 1937, et président de la République de 1937 à 1940.

Créée en 2011 par le cabinet d’architectes finlandais LPR-arkkitehdit, la Maison de la Musique (de 3:39 à 3:45) abrite une salle de concert de 1 700 places où les mélomanes s’assoient tout autour des musiciens et chanteurs, comme à la Philharmonie de Berlin.

Un peu plus au nord, on trouve le Café Huvila (de 3:47 à 3:53). Il est situé dans la dépendance d’une villa de style italien construite en 1846.

Parmi les mets offerts, il y a une quiche à la betterave accompagnée d’une salade (pour 9€). C’est très bon.

Inauguré en 1916, soit un an avant l’indépendance du pays, le Musée national de Finlande est ‘national’ au sens patriotique du terme (de 3:55 à 6:07).

Quiconque s’intéresse à l’histoire du peuple finlandais se doit de visiter ce musée remarquable.

L’édifice est dans le style Romantique national (la version finlandaise de l’Art nouveau). Avec son imposante tour carrée, il fait penser à une église.

À 4:05, il s’agit de la toile du peintre russe Vladimir Makovsky représentant Nikolaï-Ivanovitch Bobrikov. Celui-ci était gouverneur général du grand-duché de Finlande de 1898 à 1904.

En 1899, la Russie avait signé un décret établissant la suprématie des lois russes sur celles du parlement finlandais. De plus, on imposait la russification de l’administration et de l’enseignement en Finlande.

En 1903, Borikov avait accru la censure de la presse et interdit certains journaux, tout en limitant la liberté de réunion. Bref, il était la personne la plus détestée du pays.

Il fut assassiné en 1904 dans le vestibule du Sénat finlandais.

À 4:09, voici Hyökkäys (‘L’Attaque’), peinte par Edvard ‘Eetu’ Isto. Cette toile patriotique est parmi les plus célèbres de Finlande.

On y voit l’aigle à deux têtes (symbolisant la Russie) tentant d’arracher le grand livre de la Loi des mains de la Finlande. Cette toile a été peinte en 1899, l’année du décret dont nous venons de parler.

Dans ce musée, on y apprend également qu’au cours de la deuxième moitié du XXe siècle, le pays a été frappé par plusieurs crises importantes.

D’abord une guerre civile au lendemain de l’indépendance, inspirée de la Révolution russe.

Puis l’exode en Suède de 80 000 enfants par crainte d’une invasion soviétique au cours de la Deuxième Guerre mondiale. Chaque enfant portait une fiche qui l’identifiait au cas où il se perdrait au cours du voyage.

Puis une modernisation de l’agriculture du pays qui, dans les années 1970, chassa de leurs terres 300 000 Finlandais ruinés (qui émigrèrent en Suède).

Et ce, parallèlement à une bulle spéculative qui éclata dans la décennie suivante et qui provoqua l’effondrement du système bancaire. Tout cela propulsa le taux de chômage à 20 % dans les années 1990 et fit culminer à mille le nombre annuel de suicides.

Puis finalement une reconversion récente de l’économie vers les secteurs de haute technologie qui rendit le pays relativement prospère pour la première fois de son histoire.

On comprend entre autres pourquoi, de nos jours, ce peuple est un des plus heureux sur terre.

À 6:14, il s’agit d’un bronze que Veikko Myller créa en 1993 pour honorer la mémoire de Risto Ryti, président de la République de 1940 à 1944.

À 6:18, nous voyons la Maison Finlandia, à la fois salle de concert et palais des congrès, construite de 1962 à 1971 sur les plans de l’architecte Alvar Aalto.

De 6:36 à 6:39, il s’agit de l’Opéra national de Finlande, construit de 1975 à 1993 par les architectes Eero Hyvämäki, Jukka Karhunen et Risto Parkkinen.

Après un aperçu du musée du Tramway (de 6:40 à 6:43), nous nous attardons quelques instants au Craft Beer Garden Festival.

De 6:58 à 7:05, voici au parc Sibelius.

On peut y voir (à 6:58) le bronze Ilmar ja sotka (ou ‘Aviateur et mess’), créé par Aarre Aaltonen et dévoilé en 1946.

On y trouve également le monument à Sibelius (de 7:00 à 7:03), une œuvre en acier créée par Eila Hiltunen et dévoilée en 1967.

L’œuvre — qui fait penser à un orgue — est composée de plus de six-cents tuyaux et pèse vingt-quatre tonnes.

Le diaporama se termine par une promenade sur la piste cyclable le long de la rive occidentale d’Helsinki.


Détails techniques : Le diaporama présente 212 photos et un clip vidéo réalisés à l’aide d’un appareil Olympus OM-D e-m5 mark II.

En ordre décroissant, les objectifs utilisés furent le M.Zuiko 12-40 mm F/2,8 (103 photos), le M.Zuiko 7-14 mm F/2,8 (76 photos), le M.Zuiko 25 mm F/1,2 (30 photos), et l’hypergone M.Zuiko 8 mm F/1,8 (3 photos).

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Photos d'Helsinki, Photos de Finlande, Photos de voyage, Vidéos | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


Le parjure policier, arme de domination massive

22 avril 2021

En marge du procès qui a mené à la condamnation pour meurtre du policier Derek Chauvin, on peut tirer la conclusion suivante.

Pendant des siècles aux États-Unis, l’arme policière la plus redoutable n’était pas le pistolet; c’était le parjure. Car celui-ci conférait l’impunité.

Dans un pays où le système judiciaire ne condamne criminellement une personne que lorsqu’il ne subsiste plus aucun doute raisonnable quant à sa culpabilité, la parole d’un policier véreux valait plus que celles de dizaines d’honnêtes citoyens.

Depuis que l’immense majorité de la population peut filmer objectivement une scène de crime, il suffit d’un clip vidéo appuyant le témoignage en cour d’une vidéaste adolescente pour invalider tous les parjures.

C’est ce qui est arrivé dans ce procès.

D’autre part, lorsqu’un ministre de l’Intérieur tente de rendre illégale la captation vidéo du travail des policiers, cela est une tentative de consacrer l’impunité policière et de vouer le peuple à l’arbitraire des forces de l’ordre.

Ceci étant dit, je suis de ceux qui croient que la grande majorité des policiers font un travail nécessaire et qu’ils le font de manière professionnelle.

Mais ceux qui font exception à cette règle doivent être imputables de leurs abus.

Référence :
Darmanin veut interdire la diffusion des vidéos de policiers si leur visage n’est pas flouté

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes :0

Laissez un commentaire »

| Sécurité, Sociologie | Mots-clés : | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :