Covid-19 : le modèle vietnamien

15 juillet 2020

 

Cliquez sur l’image pour démarrer

Introduction

Le Vietnam est à trois heures d’avion de la ville de Wuhan, berceau du Covid-19.

Le premier cas est apparu dans ce pays le 23 janvier, soit un mois avant le Québec (frappé dès le 27 février).

En dépit du fait que la pandémie y a débuté plus tôt, très peu des 97,4 millions de Vietnamiens ont souffert de la pandémie; à peine 381 cas ont été recensés, dont 90 % ont guéri depuis.

Cela correspond à 17 cas de Covid-19 par million d’habitants, soit environ 400 fois moins qu’au Québec.

Quant au nombre de morts, il n’y en a eu aucun (comparativement à 663 morts par million de Québécois).

Comment est-ce possible ?

Un terrain hostile au virus

Comme dans beaucoup de pays d’Extrême-Orient, le port du masque était déjà une habitude sociale chez une bonne partie de la population vietnamienne, avant même l’apparition de la pandémie actuelle.

Une étude allemande récente suggère que le port du masque réduit d’environ 40 % la propagation du Covid-19.

Le respect inconditionnel des ainés fait en sorte que chaque famille a l’habitude de prendre en charge son patriarche en perte d’autonomie plutôt que le placer dans un ghetto de vieux, comme c’est fréquent chez nous.

De plus, la défense des intérêts du groupe l’emporte toujours sur le droit de l’individu. Conséquemment, la cohésion sociale des citoyens et la confiance envers les dirigeants du pays ont permis au peuple vietnamien de consentir massivement aux sacrifices exigés.

Avant que l’épidémie ne soit totalement maitrisée, la télévision d’État motivait la population en montrant les conséquences concrètes de la pandémie. En plus des données, on révélait le nom de chaque personne infectée, son quartier, le nom des gens qu’elle a côtoyés.

Ce qui serait impensable dans les pays où la confidentialité des données nominatives est protégée par la loi.

Pour aider les personnes en quatorzaine à demeurer chez elles, des préposés de l’État apportaient quotidiennement des vivres sur le balcon ou sur le perron des 70 000 Vietnamiens concernés.

La réactivité

Alors que la Chine était encore le seul pays contaminé, le Vietnam fermait ses frontières avec ce pays le 11 janvier. Aux aéroports, on soumettait tous les passagers en provenance de Chine à des scanneurs thermiques.

Le 20 janvier, la Corée du Sud annonçait son premier cas. Le Vietnam cesse alors de cibler la Chine et met en quatorzaine tous les voyageurs étrangers.

Indépendamment de leurs réservations hôtelières, ils sont conduits en autobus dès leur arrivée vers des hôtels spécialement dédiés à l’isolement des voyageurs ou vers des camps gérés par des militaires.

Quelques jours plus tard, le pays ferme toutes ses écoles.

À la mi-février, un premier confinement de vingt jours est imposé à une zone rurale atteinte par l’éclosion de sept cas. Avant même la fin de ce confinement régional, il est étendu à tout le pays au cours des trois premières semaines de mars.

La recherche agressive des contacts

La recherche de contacts est confiée à une armée de 63 centres provinciaux, de 700 centres de districts et de 11 000 dispensaires de santé répartis sur tout le territoire national.

Pour chaque nouveau cas trouvé, on cherche les contacts, les contacts des contacts, et les contacts des contacts des contacts (soit trois niveaux de proximité).

Si bien qu’au total, chaque cas entraine une recherche de la charge virale dans le nez ou la gorge d’environ mille personnes ayant été directement ou indirectement en contact avec lui.

Dans l’attente des résultats, tous ces gens sont isolés et mis sous surveillance étroite. Et parmi les contacts, si on trouve d’autres personnes atteintes, chacun d’eux fera l’objet d’une nouvelle recherche de contacts sur trois niveaux.

Conclusion

En sept semaines de confinement radical, le Vietnam a obtenu des résultats aussi spectaculaires que durables.

Au moment de son déconfinement, le 23 avril, il n’avait plus aucun nouveau cas de Covid-19 au pays depuis six jours.

Depuis, à l’exception d’un demi-million de personnes, la population vietnamienne est déconfiné. Ce déconfinement s’est effectué sans provoquer une nouvelle vague de contamination.

Les résultats obtenus dans ce pays sont la récompense de la mobilisation massive de ses citoyens et de réactivité de leurs dirigeants politiques.

Références :
Coronavirus: Les clés de la réussite du Vietnam dans la lutte contre le Covid-19
Covid-19 Coronavirus Pandemic
Covid19 : pourquoi zéro mort au Vietnam ?
Face Masks Considerably Reduce COVID-19 Cases in Germany
Le combat étonnant du Vietnam contre le coronavirus

Paru depuis :
Vietnam Reports 2nd Death, More Cases Linked to Hospital (2020-07-31)


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Covid-19, Santé | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


La ‘conversion’ de Sainte-Sophie

15 juillet 2020

2020-07-15-Sainte-Sophie
 
Introduction

La montée en puissance de Recep-Tayyip Erdoğan a progressivement transformé ce chef d’État en menace à cause de ses politiques agressives :
• les persécutions contre les Kurdes de Turquie et de Syrie,
• la fourniture d’armes aux intégristes sunnites durant la guerre en Syrie,
• l’achat par la Turquie de matériel militaire russe (une première pour un pays membre de l’OTAN),
• le déplacement de milliers de mercenaires de la Syrie vers la Libye en contrepartie de droits d’exploration pétrolière dans les eaux territoriales libyennes.

Dans les pays qui ont développé de l’animosité à son égard, on juge approprié de critiquer publiquement ses décisions afin d’influencer son électorat et de compenser ainsi la mainmise totale d’Erdoğan sur les journaux de son pays.

Dans le cas de la transformation d’une ancienne basilique chrétienne en mosquée, la propagande anti-Erdoğan coïncide avec l’islamophobie qui prévaut en Occident depuis les attentats du 11 septembre 2001.

Chez ceux craignent la religion musulmane, il est facile d’imaginer que l’islamisation de Sainte-Sophie fait partie d’un vaste complot qui vise à éradiquer le christianisme de la surface du globe et à y répandre ‘sournoisement’ la religion musulmane.

Le tollé provoqué par cette décision contribue à sa manière à préparer l’opinion publique occidentale à une guerre contre un autre pays musulman — peu importe lequel — lorsque nos dirigeants le jugeront approprié.

Rappel historique

Construite au IVe siècle, la basilique Sainte-Sophie de Constantinople fut la première basilique chrétienne.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, elle n’honore pas une sainte, mais à un attribut divin, soit la Sagesse de Dieu (en grec, sophia veut dire sagesse).

Agrandie au VIe siècle pour atteindre sa taille actuelle, elle devint mosquée en 1453 et le demeura pendant un demi-millénaire (jusqu’en 1934, alors qu’Atatürk en fit un musée).

Bien avant sa prise du pouvoir, Erdoğan projetait de redonner à Sainte-Sophie sa vocation liturgique musulmane. Ce qu’il a décrété il y a quelques jours.

Une tempête dans un verre d’eau

À l’instar de la nouvelle mosquée Sainte-Sophie, presque toutes les églises de Paris sont depuis longtemps à la fois des sites touristiques et des lieux de culte.

Avant l’incendie qui l’a ravagée, la cathédrale Notre-Dame de Paris était du nombre. Même durant les offices — célébrées dans le centre de la nef — les touristes déambulaient et photographiaient tout autour.

Contrairement à Notre-Dame de Paris, Sainte-Sophie sera accessible exclusivement aux fidèles le jour de la prière (si j’ai bien compris), et demeurera un lieu touristique les autres jours de la semaine.

Comme c’est le cas à la basilique Notre-Dame de Montréal.

Où est le problème ?

Un danger potentiel

Le seul péril qui guette la mosquée Sainte-Sophie, c’est que les autorités religieuses y détruisent les mosaïques qui remontent à l’époque byzantine.

En effet, l’islam interdit la représentation picturale de Dieu. Comme l’interdit également le judaïsme et (théoriquement) le christianisme.

Normalement, on devrait se contenter de recouvrir les mosaïques ‘offensantes’ d’un enduit comme on l’a fait lorsque la basilique orthodoxe est devenue mosquée la première fois en 1453.

Il serait très surprenant que les autorités ordonnent la destruction de ces mosaïques; ces œuvres d’art font partie des attraits touristiques de ce musée fréquenté par 3,8 millions de visiteurs par année.

Ceci étant dit, si la Turquie devait choisir de les détruire (ce qui est douteux), elle ne ferait que rejoindre la longue liste de pays qui saccagent de temps en temps leur patrimoine artistique.

Avec la diminution de la fréquentation aux offices religieux, des centaines d’églises en Occident ont été transformées en condominiums, en établissements commerciaux ou en édifices à plus grande valeur foncière (et donc qui génèrent plus de revenus de taxation pour les municipalités).

Ici même au Québec, depuis cinquante ans, combien d’églises et de maison de grande valeur patrimoniale ont elles été détruites ou laissées à l’abandon au point de devenir irrécupérables ?

Bref, qui sommes-nous pour faire la morale à la Turquie ?

Référence :
Erdogan rejette les critiques sur la transformation de Sainte-Sophie en mosquée


Post-Scriptum du 20 juillet 2020 : Les autorités turques annoncent que les icônes chrétiennes qui ornent l’intérieur de l’ancienne basilique byzantine seront simplement dissimulées le temps de la prière et demeureront bien visibles en dehors des prières.

Référence :
Turquie : visite symbolique d’Erdogan à Sainte-Sophie reconvertie en mosquée (2020-07-20)

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 0 — Nombre de votes : 0

2 commentaires

| Politique internationale | Mots-clés : , , | Permalink
Écrit par Jean-Pierre Martel


%d blogueurs aiment cette page :