Covid-19 : les urnes funéraires de Wuhan

Introduction

Afin d’incriminer la Chine, on publie ces jours-ci des photos prises à Wuhan — le berceau de la pandémie au Covid-19 — qui montrent les files de citoyens qui attendent de recevoir l’urne funéraire d’un être cher.

On suggère ainsi que l’épidémie a causé beaucoup plus de victimes que ce que suggèrent les chiffres officiels.

De plus, on affirme qu’en début d’épidémie, les responsables chinois n’auraient comptabilisé que les morts survenus en établissements de Santé. Comme en France.

En début de pandémie

Au début de l’infection, les dirigeants de la province d’Hubei se sont empressés d’emprisonner les lanceurs d’alerte, accusés de saper l’harmonie sociale en répandant des nouvelles inquiétantes.

Mais quand il s’est avéré qu’on avait effectivement affaire à un problème sanitaire majeur, les choses ont été rapidement prises en main par Beijing; les autorités locales ont été limogées au profit d’hommes de confiance de Xi Jinping.

Ce dernier a alors ordonné la mise en quarantaine de dizaines de millions de personnes en plus d’annuler les célébrations de la Nouvelle année chinoise. À défaut de quoi, des centaines de millions de travailleurs chinois seraient retournés dans leurs provinces respectives, répandant l’infection partout dans le pays.

Dès la mi-janvier, les autorités chinoises ont publié le code génétique du virus, permettant ainsi la fabrication de tests de diagnostic.

Le bilan chinois

Au 1er avril 2020, il y avait 2,4 morts causées par le Covid-19 par million de personnes (mpm) en Chine, 3,2 mpm en Corée du Sud, 0,4 mpm au Japon, et 0,2 mpm à Taïwan.

Indépendamment de leurs systèmes politiques, les citoyens de ces pays sont soumis à un contrôle social beaucoup plus important de la part de l’État que chez nous et ont une longue habitude du port du masque sur la voie publique (pour différentes raisons).

Compte tenu des données dans les pays environnants, le bilan chinois est donc plausible. Dans tous les cas, on est loin du bilan de 12,4 mpm (présentement) en sol américain.

De retour au sujet des urnes

La population du Québec est de 8,5 millions de personnes. En 2018, 68 000 Québécois sont décédés, principalement de causes naturelles.

L’agglomération urbaine de Wuhan compte onze-millions d’habitants. En présumant que le taux de mortalité dans cette mégapole est analogue à celui au Québec, il y aurait 88 000 morts par année.

Ce qui veut dire que durant les trois mois de l’épidémie de Covid-19, il y aurait eu 22 000 morts dans cette mégapole, sans compter la mortalité additionnelle due au Covid-19.

Bref, en quoi une file de quelques centaines de personnes attendant une urne funéraire prouve quoi que ce soit ?

L’inquiétude de Washington

Donald Trump s’est fait élire sous la promesse de redonner la gloire d’autrefois à son pays.

Quatre ans plus tard, aux élections présidentielles de novembre prochain, il devra justifier pourquoi la bourse s’est effondrée, pourquoi des millions de travailleurs américains sont maintenant sans emploi, pourquoi la dette américaine est montée en flèche, et pourquoi le taux de mortalité du Covid-19 dans son pays dépasse celui de nombreux autres pays.

Et, humiliation suprême, les États-Unis seront devenus (temporairement) la deuxième puissance économique mondiale, derrière la Chine.

La réponse américaine à ces questions est simple : parce que la Chine a caché la dangerosité du virus ‘chinois’ et qu’elle l’a laissé sortir de chez elle.

Tout l’arsenal de propagande des États-Unis (aidés par les ONG qu’ils financent) s’évertueront à nous convaincre d’ici novembre que Donald Trump a été induit en erreur par les mensonges de Beijing, lui si vertueux en matière de franchise…

Malheureusement, même en ignorant le bilan ‘falsifié’ de le Chine, la lutte américaine contre le Covid-19 sera un fiasco qui aura obligé ce pays à se comporter comme un brigand dans l’acquisition du matériel médical de protection.

Le fond du problème

Au début, la pandémie s’est répandue autour du globe par le biais des voyages aériens transcontinentaux.

Puisque les gens qui ont les moyens d’effectuer de tels voyages sont principalement des Occidentaux, ce sont leurs pays qui furent les premiers affectés, après les pays voisins de la Chine.

Malheureusement pour nous, les pays occidentaux sont aussi ceux dont les dirigeants ont cédé aux chantres de la mondialisation aveugle.

Quand Trump interdit à un fabricant américain d’exporter ses masques N95 vers le Canada, il a raison; son pays est 3 à 4 fois plus atteint que le Canada. Que ferions-nous à sa place ? Et si l’ONU avait le pouvoir de trancher ce différent, est-on certain qu’elle donnerait raison au Canada ?

La France fait pareil. En vertu d’un décret adopté récemment, la production de masques par la succursale française de Medicom sera uniquement destinée à la France.

Le gars stupide, ce n’est pas Trump ou Macron; c’est celui qui laisse produire en Inde et en Chine de l’équipement médical de première nécessité et des médicaments essentiels à la vie de ses citoyens et qui se dit : « Si jamais on en a besoin, on leur fera signe…»

Dans le cas des médicaments, les pénuries actuelles ne surprendront personne. De telles pénuries se succèdent depuis plus d’une décennie.

Dès 2011, j’écrivais sur ce blogue : ‘Le jour où l’approvisionnement en médicaments sera jugé aussi stratégique que l’approvisionnement en pétrole, les gouvernements seront davantage soucieux d’établir des règles qui garantissent à leurs citoyens l’accès ininterrompu en médicaments essentiels à leur vie.´

Malheureusement, le Canada n’a constitué et maintenu de réserves stratégiques ni pour l’équipement médical ni pour des médicaments de base.

De plus, le Canada n’a rien retenu de la pandémie de SRAS de 2003.

On n’a pas équipé les douaniers de scanneurs thermiques, tant aux aéroports qu’aux frontières. Contrairement à la Chine, à la Corée du Sud, au Japon et à Taïwan.

Actuellement, à Beijing, à l’aide de scanneurs thermiques, on vérifie la température de toute personne qui se promène à l’extérieur. Même si nos directeurs de Santé publique recommandaient qu’on fasse pareil, on ne pourrait tout simplement pas donner suite à cette suggestion.

Le fédéral n’a institué aucun mécanisme de concertation qui permettrait aux provinces d’assurer le suivi des voyageurs qui confient spontanément aux douaniers canadiens être atteints de symptômes suggérant l’infection au Covid-19.

Contrairement aux pays démocratiques d’Extrême-Orient, Ottawa n’a institué aucun plan de confinement obligatoire des voyageurs atteints. Pas de test. Rien. Jusqu’à tout récemment, on entrait dans le pays comme dans une grange.

Tout ce que le fédéral a fait, c’est distribuer des feuillets de renseignements. Wow ! Quel bel effort…

Conclusion

Il est futile de chercher des puces à la Chine.

Le fiasco occidental dans la lutte contre le Covid-19 nécessite une réflexion profonde sur le lien qui unit nos États à leurs peuples.

Suffit-il d’élire nos dirigeants (ce qui est mieux que rien) pour que nous faire accepter le fait que dès qu’ils prennent le pouvoir, ils servent de paravent à une machine étatique à la solde du grand capital international ?

En somme, est-ce que la démocratie parlementaire (élire ses dirigeants) est le seul modèle de démocratie ? Puisque ce n’est pas le cas, est-il vain de désirer mieux ?

Je crois que l’âge des révoltes approche…

Références :
L’âge des révoltes
Les États-Unis demandent à 3M de ne plus envoyer de masques au Canada
Les pénuries de médicaments
Plus d’un million de masques retenus en Inde


Pour consulter tous les textes de ce blogue consacrés au Covid-19, veuillez cliquer sur ceci

Votre évaluation :
 Appréciation moyenne : 4 — Nombre de votes : 2

4 commentaires à Covid-19 : les urnes funéraires de Wuhan

  1. André dit :

    Bref, en quoi une file de quelques centaines de personnes attendant une urne funéraire prouve quoi que ce soit ?

    Très bonne question: je n’y avais pas pensé.

    Merci d’attirer notre attention sur cette éventualité.

    • Jean-Pierre Martel dit :

      Tout comme cette nouvelle selon laquelle 5 000 urnes funéraires ont été expédiées à Wuhan, ce qui est plus que le nombre officiel de morts du Covid-19 dans toute la province de Hubei (où se trouve la ville de Wuhan), soit 3 203 personnes décédées.

      Comme si les gens ne pouvaient pas mourir d’autre chose…

      Les médias traditionnels nous prennent vraiment pour des imbéciles.

      Ceci étant dit, merci pour votre commentaire.

  2. sandy39 dit :

    Parce que tout est faux… les chiffres, les journaux télévisés où l’on parle de ce que l’on veut, en accusant les autres pays pour ne pas avoir à nous reprocher le manque de protection pour nos populations…

    Et, dire que l’on n’a plus le droit de mourir naturellement… Car, en ce moment, on a juste le droit de mourir du Covid-19, même les Vieux que l’on a enfermé dans les EPHAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) qui étaient, sans doute, en âge de mourir, sont morts du virus !

    On nous dit ce que l’on veut à la télé… et, souvent, je dis à mon Mari : “On nous prend pour des cons !”. Et, parfois, il arrive à ma Cadette de me dire : “Heureusement que tu as ton Blogue car tu ne saurais plus ce qu’il se passe dans le Monde !”.

  3. nickro dit :

    La même situation, c’est en Roumanie. Nous importons des masques et la majorité des médicaments. Heureusement, la production nationale de masques et combinaisons débutera le 15 avril (si les autorités respectent leur promesse). En quelque cas, pour l’avenir, il faut résoudre ce problème stratégique de la défense nationale épidémiologique (produire au moins le strict nécessaire sanitaire pour la population, en cas de pandémie).

Répondre à Jean-Pierre Martel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :